Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 15:00

La victoire de Donald Trump a envoyé une onde de choc aux quatre coins du monde. Le Washington Post évoque un événement « cataclysmique ». Il faut dire que ce quotidien américain avait, des mois durant, annoncé une « confortable » victoire de Clinton, comme l’avaient d’ailleurs fait la plupart des « experts » des autres grands médias. Clinton était leur candidate, la candidate de l’establishment. Elle avait le soutien des sections décisives de la classe dirigeante américaine, qui considéraient le milliardaire populiste et réactionnaire Donald Trump comme trop instable, imprévisible et provocateur.

Comme toujours en pareilles circonstances, une armée de belles âmes « progressistes » accuse les masses américaines. Les électeurs de Trump seraient stupides, incultes, racistes et sexistes. Nul doute qu’un certain nombre d’entre eux sont tout cela et plus encore. Mais enfin, près de 60 millions d’Américains ont voté pour Donald Trump. Ils seraient tous racistes, sexistes, etc. ? 41 % des femmes ayant pris part au vote ont choisi Donald Trump, de même que 28 % des latinos : toutes et tous sexistes, racistes ? Evidemment pas. Les belles âmes refusent de comprendre que la victoire de Trump est avant tout la conséquence d’une révolte contre l’establishment, contre un « système » en faillite et sa classe politique corrompue. En dernière analyse, c’est une expression politique de la crise organique du capitalisme. En Grande-Bretagne, le même phénomène s’est produit à l’occasion du référendum sur le Brexit, à ceci près que la victoire de Trump est un « Brexit puissance 3 », selon sa propre formule.

Avant même la crise de 2008, les conditions de vie et de travail de la majorité des Américains se dégradaient. Depuis 2008, le processus s’accélère, achevant de transformer le prétendu « rêve américain » en un cauchemar pour des millions de jeunes, de travailleurs et de retraités. Dans le même temps, les « 1 % » sont devenus encore plus riches. A la veille des élections, le Financial Times publiait un article de Martin Wolf rapportant qu’aux Etats-Unis, « le salaire médian réel est inférieur à son niveau de 2000. Relativement au PIB par habitant, il baisse régulièrement depuis le milieu des années 70. Cela explique la vague de désillusion, voire de désespoir, que ces élections ont si clairement révélée. » Il poursuit : « La part des salaires dans le PIB du pays est tombée de 64,6 % en 2001 à 60,4 % en 2014. Mais les travailleurs n’ont pas seulement souffert de cette réduction de leur part du gâteau. Egalement significative est la croissance régulière du pourcentage d’hommes âgés de 25 à 54 ans qui n’ont pas de travail et n’en cherchent plus : de 3 % en 1950 à 12 % aujourd’hui. (…) Parmi les pays de l’OCDE, les Etats-Unis arrivent en deuxième position en termes de croissance du pourcentage d’hommes sans emploi. » Et bien sûr, la situation n’est pas meilleure chez les femmes : « Depuis 2000, la tendance à la baisse du pourcentage de femmes sans emploi s’est interrompue. Le pourcentage de femmes de 25 à 54 ans qui ont un emploi est désormais parmi les plus faibles de l’OCDE. »

Il ne faut pas aller chercher beaucoup plus loin l’explication du vote de mardi dernier. Car que proposait Hillary Clinton face à la situation décrite par Martin Wolf ? Rien. Ou plutôt : les vieilles promesses et la rhétorique habituelle, creuse, stéréotypée, de l’establishment. Autrement dit, la même politique que ses prédécesseurs. Hillary Clinton, cette créature de Wall Street, était la personnification de tout ce qu’une majorité d’Américains détestent, y compris bon nombre de ceux qui ont quand même voté pour elle, faute d’une alternative de gauche. Voilà pourquoi Clinton a recueilli 6 millions de voix de moins que Barrack Obama en 2012, alors que le nombre d’électeurs potentiels s’est accru de 9,1 millions depuis 2012. Donald Trump, lui, a perdu 1,2 million de voix par rapport au candidat républicain de 2012, Mitt Romney. Clinton a perdu cette élection parce qu’elle a été davantage rejetée que Donald Trump.

La faillite du « moindre mal »

Ces chiffres illustrent la faillite de la théorie qui sévit aux Etats-Unis, depuis des décennies, selon laquelle les Démocrates seraient un « moindre mal » que les Républicains. C’est au nom de cette théorie que Bernie Sanders a refusé de se présenter comme candidat « indépendant » face à Clinton et Trump. C’était une grosse erreur. Sanders, qui se disait « socialiste » et proposait une « révolution politique contre la classe des milliardaires », a suscité énormément d’enthousiasme dans de larges couches de la jeunesse et de la classe ouvrière, pendant les primaires démocrates. Cet enthousiasme exprimait, là aussi, le rejet de l’establishment, mais d’un point de vue de gauche. Et il est parfaitement clair, comme les sondages de l’époque l’indiquaient, que seule la candidature de Sanders aurait pu empêcher la victoire de Trump. D’une part, des millions des partisans de Sanders se sont abstenus, refusant de voter pour Clinton. D’autre part, des millions d’électeurs de Trump — et bien sûr de Clinton — auraient voté pour Sanders s’il avait été candidat.

Dans tous les cas, la candidature de Bernie Sanders aurait pu jouer un rôle décisif dans la création d’un véritable parti de la classe ouvrière américaine. C’est le cœur du problème. Les Républicains et les Démocrates sont deux partis bourgeois, deux partis des banques et des multinationales, qui sont les véritables responsables des problèmes et des souffrances du peuple américain. Comme le soulignait l’écrivain américain Gore Vidal, « notre République a un seul Parti, le Parti de la Propriété, avec deux ailes droites ». Trump représente les mêmes intérêts de classe que Clinton. Tous les travailleurs qui ont crû à ses discours démagogiques sur les « bons emplois » et la « croissance » à venir, sous sa présidence, vont déchanter. La crise du capitalisme américain est loin d’être terminée — et Donald Trump, qui défend ce système, ne pourra pas résoudre la crise. L’austérité va s’aggraver. Des attaques brutales se préparent contre les conditions de vie, de travail et d’études de la grande majorité des Américains.

En outre, si Donald Trump applique son programme en matière de commerce international, cela pourrait précipiter une nouvelle et profonde récession, non seulement aux Etats-Unis, mais à l’échelle mondiale. N’oublions pas que c’est une flambée de mesures protectionnistes qui, dans les années 30, a transformé la récession en Grande Dépression. La classe dirigeante américaine — ou du moins une large fraction de celle-ci — comprend ce danger et fera pression sur Trump pour qu’il renonce à l’idée de dénoncer tous les accords de libre-échange.

Donald Trump va rapidement décevoir ses électeurs. La lutte des classes va s’intensifier, comme le signalent déjà les magnifiques manifestations spontanées de la jeunesse, dans de nombreuses villes du pays. La victoire de Trump prépare inévitablement un puissant mouvement de balancier vers la gauche. Ce qui s’est exprimé autour de Bernie Sanders refera surface. Il est impossible de dire quelle forme et quel rythme prendra le mouvement vers un authentique parti de la classe ouvrière américaine, mais la profonde crise des partis républicain et démocrate en est clairement le prélude. A travers ce processus, nous sommes confiants dans le fait que nos camarades de Socialist Appeal sauront développer les cadres et les idées révolutionnaires capables de jouer un rôle décisif dans le renversement du capitalisme américain.

 

http://www.marxiste.org/international/amerique-du-nord/etat-unis/2079-la-victoire-de-donald-trump-et-la-faillite-du-moindre-mal

Partager cet article

Repost 0

commentaires