Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

France / Macron mobilise les moyens de l’État pour la cuisine électorale de LREM aux européennes

Publié le 29 Avril 2018 par Vendémiaire in France-Politique - société

France / Macron mobilise les moyens de l’État pour la cuisine électorale de LREM aux européennes


 

 
Par Jacques Nikonoff, président du Parti de la démondialisation
 
Le 27 avril 2018
 
Monsieur Macron possède plusieurs casquettes. Il est certes Président de la République de jure, mais aussi Premier ministre de facto, chef de la majorité a fortiori et chef de parti a posteriori. Nous sommes loin de la Constitution française et de son article 5 qui évoque le rôle d’ « arbitrage » du Président de la République… Ce cumul et cette confusion des fonctions favorisent la machination actuellement à l’œuvre qui consiste à coordonner les moyens de l’État pour mijoter la cuisine électorale du parti présidentiel, La République En Marche (LREM) pour les élections européennes. Dès le départ, donc, ces élections sont désormais faussées puisque la liste présidentielle dispose de moyens décuplés vis-à-vis des autres listes, créant une inégalité inacceptable. Cette forfaiture ne peut susciter qu’une seule réaction : le boycott de l’élection européenne de mai 2019, par toutes les électrices et tous les électeurs attachés à la démocratie, indépendamment de leurs préférences politiques.
 
Quelles sont les preuves de cette machination ? Les stratèges de l’Élysée ont organisé une campagne imbriquée entre l’État et le parti présidentiel. Ces deux démarches ont pour objectif de se fondre au point de ne plus apparaître comme distinctes aux yeux de l’opinion. L’avantage est double. D’une part, ce système permet à M. Macron d’apparaître comme tête de liste du parti présidentiel sans l’être dans la réalité. La vraie tête de liste, difficile à désigner pour l’instant, quelle qu’elle soit, aura en effet de grosses difficultés à rassembler sur son nom les électeurs comme aurait pu le faire le Président de la République. En fusionnant la campagne de l’État et celle de LREM, Emmanuel Macron espère récupérer à son profit les avantages d’un bon score éventuel de sa liste, et se débarrasser sur la vraie tête de liste des inconvénients d’un mauvais résultat. Il existe d’autre part encore un avantage à ce stratagème, plus prosaïque, qui est l’aspect financier. Tous les déplacements de M. Macron, de ses ministres, des parlementaires qui feront campagne pour le gouvernement et indissociablement pour la liste présidentielle, seront payés par les contribuables et non par le parti présidentiel… Si des juristes pouvaient mettre le nez dans cette affaire, nul doute que des choses peu ragoûtantes en ressortiraient.
 
Jusqu’à présent on observe une valse à trois temps : le lancement de la campagne par M. Macron des « consultations citoyennes sur l’Europe », puis peu après le lancement de la campagne de LREM sur « la grande marche pour l’Europe », et enfin une première relance par le Président de la République. Le tout grossièrement camouflé derrière une rhétorique pataude, n’ayant pour objet que d’amener les électeurs dans les bureaux de vote aux élections européennes de mai 2019.
(…)
 
Pour lire la suite, cliquez ci-dessous :
http://www.pardem.org/actualite/832-macron-mobilise-les-moyens-de-l-etat-pour-la-cuisine-electorale-de-lrem-aux-europeennes

Commenter cet article