Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

France / Politique / Sur l'alliance PCF/PG et le second tour des primaires socialistes

Publié le 24 Janvier 2017 par Vendémiaire

Chers Camarades,

L’homme qui a choisi de se reposer sous un arbre (et se fait étouffer par un boa qui était caché dans les branches) « a choisi » de se reposer sous un arbre.

Notre Parti qui a choisi un candidat à la Présidentielle et qui se fait étouffer par France Insoumise « a choisi » un candidat à la Présidentielle.

Dans les deux cas, ce n’est pas parce que l’on « a choisi » qu’il faut penser que l’on a bien fait.

Si en votant pour un candidat à la Présidentielle, on avait dit qu’il présenterait des candidats partout à la législative pour gagner l’argent du financement public et se présenterait même contre nos députés sortants pour les faire chuter…, alors je pense que ce candidat n’aurait pas eu les faveurs des adhérents.

Les adhérents ont donc été trompés, et ce n’est pas la première fois.

Notre Parti ne trouve sa justification que dans sa volonté d’être au cœur de la Gauche pour orienter une politique économique, sociale et sociétale. Il ne pourra pas construire cela avec ceux qui pensent qu’il y a deux gauches irréconciliables (Valls et Mélenchon).

L’élection présidentielle n’est pas notre tasse de thé et dans une 6ème République, nous la supprimerions. Nous avons une constitution de régime parlementaire pervertie par l’élection présidentielle au suffrage universel. Pour nous l’élection du « Pouvoir Politique » est l’élection législative. Pour participer à une élection législative, il faut que nous ayons une « autonomie politique », cette autonomie peut se conjuguer avec un accord de rassemblement (d’ailleurs, on ne peut se rassembler que lorsque nous sommes autonomes). Or, avec Mélenchon, nous ne sommes pas autonomes mais dominés.

Pour moi, ce n’est pas la bonne voie.

A côté de cela, près de deux millions de suffrages (quand les sondages choisissent un millier de sondés) ont choisi une autre voie à gauche que celle empruntée par le Parti socialiste depuis 16 ans. C’est un évènement considérable dans notre pays. Un évènement qui risque de remobiliser des millions de citoyens de gauche qui avaient perdu l’espoir. 

NOTRE PARTI ne participerait pas de cet élan sous prétexte que Mélenchon ne le voudrait pas ?

Ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible parce que le péril du Front National est à nos portes, ce n’est pas possible parce que cette fois, la gauche ne se reportera plus sur Fillon pour faire échec à Le Pen. Il faut donc que la gauche soit au second tour.

Au nom de nos valeurs et par-dessus nos désaccords, allons tous aux urnes dimanche prochain pour battre la politique qui a fait échec dans notre pays et a divisé la gauche. Pour cela, il faut battre Valls en choisissant Benoit HAMON avec qui nous reconstruirons une gauche de combat, de courage et d’avenir.


Patrick HATZIG
Commenter cet article