Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

France / Retraites, propagande et inepties

Publié le 22 Décembre 2019 par Vendémiaire in France-Politique - société

[Le titre ci-dessus est de Vendémiaire]

France / Retraites, propagande et inepties

 

Cette semaine 64% des Français soutenaient le mouvement contre la destruction des retraites. Mais 95% des médias et journalistes soutenaient la propagande gouvernementale.


À chaque période où les citoyens dans leur diversité expriment leur rejet des politiques mises en œuvre ou des projets que les mandataires du capital veulent coûte que coûte faire appliquer, la meute de la bien-pensance se lève et insulte le peuple et les organisations syndicales, particulièrement la CGT. J’ai cette semaine publié un article dénonçant la campagne contre la CGT et son secrétaire général, Philippe Martinez

 

Lire l'article

 

Les médias se déchainent


Comme au moment du débat sur le projet de traité constitutionnel européen, les grands médias sont déchaînés. Une cohorte d’éditocrates escortés d’experts en tout genre se relaye sur les télévisions et les radios pour faire avaler une soupe médiatique à base d’un seul légume rance, haineux et mensonger. S'il les écoutait, un martien débarquant dans notre pays ne pourrait pas comprendre les raisons pour lesquelles 64 % de nos concitoyens soutiennent un mouvement social visant à sauver un régime de retraite solidaire et par répartition au lieu d’un système individualisé qui fera que chacune et chacun touchera moins de pension et devra partir plus tard en retraite : 64 ans dans un premier temps, puis jusqu’à 68 ans. J’ai sélectionné ici les angles de traitements de quelques télévisions. Chacun verra qu’aucun ne porte sur le projet gouvernemental lui-même. Lisons ! « Grève, y aura-t-il une trêve à Noël ? » ; « SNCF : les usagers inquiets pour Noël » ; « Retraites : la grève jusqu’à Noël » ; « SNCF : grève ou trêve à Noël » ; « Retraites : la France des râleurs » ; « Pas de train pour Noël : irresponsable ». Il n’y a ici aucun angle de traitement contradictoire, rien sur les raisons de la grève.


Il est intéressant aussi d’écouter les porte-plumes de la réaction qui squattent les plateaux des journées entières. Ainsi ce M. Franz-Olivier Giesbert dans le magazine le Point du 13 décembre parle (encore) ainsi : « le pays est retombé au stade anal de la régression idéologique au point qu’on peut se demander si nous ne sommes pas revenus aujourd’hui au temps du communisme ». Rien que ça ! Il poursuit « dans un pays gavé au misérabilisme victimaire, ce socialisme des imbéciles […] la prime est aux braillards, coucheurs, croquefredouilles, marchands de balivernes. Tous ces gogos du pays, ce qui fait beaucoup de monde, se sont mis en rang derrière la CGT ». Voilà quelqu’un qui aime les travailleurs et le peuple !


Sur la radio publique France Info, c’est M. Marc Fauvelle qui se préoccupe (enfin) des plus démunis en ces termes : « Cette grève parfois elle pénalise les plus fragiles, ceux qui n’ont pas forcément de voiture pour aller travailler, ceux qui habitent loin des centres-ville, parfois en très grande banlieue » dit-il le 9 décembre. Et puis, il y a l’argument d’autorité : Les autres pays l’ont fait ! Alors s’écrie le 6 décembre Mme Sandra Gandoin sur BFM « Elle est passée, cette réforme, dans les autres pays d’Europe, comment ça se fait que nous, on n’arrive pas à la faire passer ? » Justement Madame ! L’expérience des autres pays montre que la vie s’est aggravée là où cette contre-réforme inspirée des puissances financières et de la Commission de Bruxelles a été mise en œuvre. L’Humanité en a donné de multiples exemples dont le cas de l’Allemagne jeudi dernier.


Vous pouvez relire mon éditorial de l’Humanité de mercredi : « Le retrait et un débat ! ».

 

L'éditorial de l'Humanité 

 

On a aussi assisté à ces scènes de défense de l’indéfendable dans l’affaire Delevoye qui, manifestement, veut mettre tout le monde à la diète durant la retraite sauf lui-même. Mais avec le penseur en chef, je nomme ici M. Christophe Barbier, il s’était trouvé un drôle d’avocat.


Le 2 décembre, celui-ci fait un éditorial dans lequel il dit : « Il n’a pas cherché à le cacher, Jean-Paul Delevoye, puisqu’il l’a écrit lui-même dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ». Mais deux jours plus tard, le commissaire à la destruction des retraites change sa déclaration pour avouer 13 mandats. Alors Barbier produit un nouvel édito : « Oui, il est évident que Jean-Paul Delevoye n’est pas vendu au lobby de l’assurance ou au lobby des fonds de pension, les quelques chroniqueurs d’extrême gauche qui l’accusent de ça font fausse route » ajoutant qu’il n’allait pas quitter le gouvernement. « On ne change pas de cheval pendant la bataille, Jean-Paul Delevoye doit mener à terme cette négociation difficile ».


Et, le matin du 16 décembre, le grand mamamouchi de l’anticipation répond sur le plateau à une question préparée par lui-même et prononcée par son compère de studio : « Jean-Paul Delevoye doit-il quitter le gouvernement ? », Barbier répond avec assurance « En pleine crise, quand l’adversaire réclame le scalp du ministre, on ne lui donne pas. Delevoye partira, mais quand le texte sera terminé, ficelé et transmis au Conseil des ministres. C’est prévu pour le 22 janvier ». Le conseiller gouvernemental qui avait donné ce tuyau pourri à Barbier lors de l’un de ces déjeuners à la Closerie des Lilas ne l’a pas aidé car quelques heures plus tard M. Delevoye démissionnait.

 

Ce ne sont ici que quelques échantillons utiles. Un monde, celui de l’argent, a verrouillé les médias pour ses intérêts. Les travailleurs, les assurés sociaux, les retraités ont à leur disposition l’Humanité et l’Humanité Dimanche pour entendre et voir autre chose, bénéficier de débats sur les enjeux fondamentaux des décisions politiques sur nos vies. Dans des pays où ils ne disposent pas d’un tel journal, ils se sentent handicapés. L’Humanité se fixe comme mission de dévoiler ce que les puissants veulent cacher. Elle défend les conquis sociaux et porte les projets de progrès social, écologique, et les initiatives pour la paix, fidèle à son fondateur Jean Jaurès. Elle contribue aux résistances et porte l’émancipation humaine dans toutes ses dimensions, par l’information, les savoirs et la culture, les connaissances dont les citoyens, les mouvements peuvent s’emparer pour gagner la liberté. L’Humanité ne vit que du travail de ses équipes et du soutien de ses lectrices et lecteurs qui, par la réalisation d’abonnements ou de dons, font vivre notre groupe. Il est donc utile de partager les articles de l’Humanité sur les réseaux sociaux, de faire découvrir partout dans le mouvement l’Humanité et l’Humanité Dimanche et réaliser des abonnements.

 

Retrouvez sur mon blog mon éditorial de l’Humanité Dimanche : la vraie raison de l’assaut contre les retraites.

 

L'éditorial de l'Humanité dimanche

 

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et reste à votre disposition.

Patrick Le Hyaric

 

 

Commenter cet article