Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Le problème est le capitalisme

Publié le 14 Avril 2020 par Vendémiaire in France, International

Le problème est le capitalisme

Par Ernesto Estévez Rams

 

Vendredi 10 avril 2020, par  lepcf.fr ,

 « Quiconque pense que tous les autres systèmes sont pires que le capitalisme, regardez l’île bloquée et vilipendée, où personne ne meurt de faim, la sécurité médicale est garantie à tout le monde et l’être humain est au centre du système. Le problème est le capitalisme. »

Oui le problème est bien le capitalisme, regardez ce qui se passe en France : vous croyez que Macron a tiré leçon de l’épidémie ? Il n’en est rien, il prépare comme l’a révélé Médiapart, la privatisation de l’hôpital public

(traduction de Danielle Bleitrach pour "Histoireetsociété")

 

Churchill a déclaré que le capitalisme (il l’a déguisé avec le mot démocratie) était la pire forme de gouvernement, à l’exception de tous les autres. C’était ce qu’Einsenhower aimait répéter, lui qui, en tant que militaire, n’était pas exactement connu pour la profondeur de ses idées. La phrase paradoxale eusse pu être pleine d’esprit si elle était vraie, mais ce n’est pas le cas.

Aujourd’hui, le pire système est le capitalisme, avant tout les autres, pour l’humanité et même pour la planète.

Cette pandémie, malheureusement, n’a fait que rendre sa réalité plus visible pour tous. Le capitalisme est incapable de se dépasser en termes d’humanité, il n’en est capable qu’en ce qui concerne l’accumulation du capital.

Alors que les gens meurent dans la rue aux États-Unis, les gouverneurs se disputent les uns avec les autres pour s’assurer que les fabricants d’instruments médicaux leur vendent leurs produits au détriment des autres. Selon le Gouverneur de New York Andrew Cuomo, les sociétés d’équipement de ventilation appellent les bureaux du gouvernement pour dire que leur commande a été annulée pour un autre État, qui vient d’améliorer l’offre d’achat. Ainsi, sur la base de la mort d’êtres humains, les entreprises cherchent à amplifier leurs profits au beau milieu de la tragédie.

Le prix des équipements de ventilation est passé de 25.000 $ à 40.000 $, quand ils sont le plus nécessaires. L’État, l’hôpital ou l’institution qui n’a pas suffisamment de ressources pour les acheter ne les aura tout simplement pas, quel que soit le coût de la vie.

La devise sympathique qui affirme que là où certains voient des problèmes, d’autres voient des opportunités, n’est plus aussi sympathique. Le Gouverneur Cuomo menace de signer une ordonnance autorisant la confiscation des équipements médicaux non utilisés et stockés dans des espaces privés à des fins spéculatives.

Autrement dit, les personnes et les entreprises qui gardent le matériel de ventilation inutilisé, en espérant que la progression de la pandémie les rendra plus chers afin de pouvoir ensuite les vendre aux hôpitaux.

L’État fédéral n’a pas été en mesure d’imposer une politique nationale de distribution de matériel et de fournitures médicales et s’ils le font, en raison de leur lenteur, les morts ne pourront plus les remercier. Il s’agit d’une manière de se sauver qui est typique du capitalisme et qui aujourd’hui apparaît dans toute son ampleur criminelle.

Rien de nouveau dans ces pratiques de prédateurs, mais elles se cachent derrière le mantra « c’est normal » dans la vie de tous les jours. Mais ce n’est pas tout. Les gouvernements européens confisquent les expéditions d’équipements médicaux en transit vers d’autres pays européens. La France a confisqué 130.000 masques en transit vers le Royaume-Uni. L’Allemagne affirme que le gouvernement américain a confisqué 200.000 masques qu’il avait déjà achetés à un fabricant en Chine, appartenant à une société américaine. L’envoi a été intercepté à Bangkok dans un acte que le ministre allemand de l’Intérieur Andreas Geisel a qualifié de "piraterie moderne".

Le premier ministre canadien Justin Trudeau s’est plaint qu’une cargaison de masques avait été réduite parce qu’une partie avait été rachetée par les États-Unis. En Turquie, le petit commerce autour des "nasabucco" est devenue si rentable que le gouvernement a confisqué près d’un million de produits vendus clandestinement dans une entreprise, qui devrait déjà avoir dépassé plusieurs millions de bénéfices.

Les États-Unis, même par impératif moral, n’aideront pas la lutte mondiale contre la pandémie. La réalité montre son incapacité à le faire efficacement, même dans sa propre maison, rendre l’Amérique encore plus puissante, nous savons déjà ce que cela signifie, ce sera au détriment du reste de l’humanité.

Dans ce cas, pour les élites, l’Amérique est à 1% au sommet de la pyramide sociale. Le capitalisme ne peut cesser d’être sauvage, ce qui se passe, c’est que, maintenant, la sauvagerie sans fards se montre aux fenêtres, où on mesure que leurs misères étaient cachées derrière la prospérité qu’elles entretiennent au détriment des plus pauvres.

Frantz Fanon a déclaré que le fascisme était le nom donné au colonialisme lors de son introduction dans la métropole. En dehors de la centralité du Premier Monde, l’horreur est vécue en Équateur ou dans d’autres lieux, qui dans cette utilisation piégeuse du langage, est généralement appelée périphérique ou émergente, et qu’aujourd’hui, face aux preuves du cauchemar médiéval, ils ne mentionnent même plus. Mais il convient de rappeler, alors que tout le monde dans la métropole a peur, que le Tiers-Monde n’est pas pas à l’abri des pandémies. Rien qu’en Afrique, 30 millions de personnes vivent dans des conditions de faim qui mettent leur vie en danger, ce qui a sûrement des conséquences sur leur développement physique et mental.

Sur les 5,9 millions d’enfants qui meurent chaque année dans le monde, au moins la moitié sont une conséquence directe de la faim. L’explication de cette réalité est très bien expliquée par Oxfam, auteur des données déjà exposées, « la faim n’est pas le résultat de beaucoup de gens et de peu de nourriture. Elle a à voir avec le pouvoir, et ses racines résident dans l’inégalité actuelle d’accès aux ressources et aux opportunités ».

Quiconque pense que tous les autres systèmes sont pires, regardez l’île bloquée et vilipendée, où personne ne meurt de faim, la sécurité médicale est garantie à tout le monde et l’être humain est au centre du système. Le problème, c’est le capitalisme.

Voir en ligne : Tiré du blog de Danielle Bleitrach, histoire et société

 

Commenter cet article