Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

La position de la Chine : Entretien avec le docteur en philosophie et expert en économie politique Fabio Massimo Parenti

Publié le 28 Mars 2022 par Vendémiaire in Histoire - textes fondamentaux - débats - biograph..., Asie

La position de la Chine : Entretien avec le docteur en philosophie et expert en économie politique Fabio Massimo Parenti
Entretien avec le docteur en philosophie et expert en économie politique Fabio Massimo Parenti, de l’Institut international Lorenzo de Medici, Florence, Italie.
Une excellente interview d’un expert italien sur la position de la Chine publiée à Cuba qui nous permet de mieux comprendre “la neutralité” des pays communistes qui œuvrent à une solution diplomatique mais n’agissent jamais pour appuyer de fait les criminels de guerre que sont les Etats-Unis et leurs alliés. La Chine est certainement préoccupée par le processus de déstabilisation dramatique qui se déroule au cœur de l’Europe. Sa position est cohérente avec une approche des relations internationales fondée sur la neutralité, puis sur une position d’équidistance critique. Dans le même temps, elle ne suivra pas le monde “libéral-démocratique”, qu’elle critique durement chaque jour.” (note Danielle Bleitrach, traduction Marianne Dunlop)

https://www.radiohc.cu/especiales/exclusivas/290192-entrevista-con-el-doctor-en-filosofia-y-experto-en-economia-politica-fabio-massimo-parenti-del-instituto-internacional-lorenzo-de-medicis-florencia-italia

Édité par Pedro Manuel Otero
2022-03-25 16:18:48

Dr. en philosophie et expert en économie politique Fabio Massimo Parenti, Institut international Lorenzo de Medici, Florence, Italie.

Journaliste Pietro Fiocchi (Collaborateur RHC)

Q/ Professeur, depuis le début du conflit en Ukraine jusqu’à aujourd’hui, qu’est-ce qui, selon vous, caractérise la position du gouvernement chinois et en quoi se distingue-t-elle des autres acteurs politiques plus ou moins directement impliqués ?

R/ Nous devons comprendre quand la guerre commence vraiment. Pour les Russes d’Ukraine, l’origine du conflit remonte à 2014. La Chine, qui a toujours défendu le principe de non-ingérence, est devenue le premier partenaire commercial de quelque 140 pays dans le monde, dont la Russie et l’Ukraine. L’Ukraine est traversée par l’un des principaux corridors de la route de la soie eurasienne. Par conséquent, la Chine, contrairement aux États-Unis, n’a aucun intérêt à déstabiliser une zone aussi cruciale pour ses liens avec l’Europe.

La Chine est certainement préoccupée par le processus de déstabilisation dramatique qui se déroule au cœur de l’Europe. Sa position est cohérente avec une approche des relations internationales fondée sur la neutralité, puis sur une position d’équidistance critique. Dans le même temps, elle ne suivra pas le monde “libéral-démocratique”, qu’elle critique durement chaque jour.

Le lien sino-russe reste fort et je ne pense pas qu’il se brisera à cause de cette guerre et de cette situation. Cependant, il est bon de rappeler que la neutralité de Pékin au niveau stratégique est une garantie pour tous.

Q/ Si nous prenons en compte les propositions de Pékin pour une solution pacifique au conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine, quelles perspectives à court terme voyez-vous pour la situation complexe et dramatique que nous vivons actuellement ?

A/ La proposition chinoise semble être la plus équilibrée et la plus articulée, également parce que les autres parties concernées, comme l’UE et les États-Unis, n’ont pas exprimé de position de neutralité, de sorte que leurs marges de négociation sont extrêmement réduites.

La Chine adopte une approche pacifique des relations internationales, conformément à sa culture diplomatique. Les activités diplomatiques qu’elle met en œuvre sont liées à la nécessité de construire un système de sécurité européen plus équilibré et, surtout, en dehors de la logique des blocs, que la Chine rejette toujours.

La Chine a reconnu la genèse historico-géographique et les criticités de cette crise, ainsi que les provocations et les menaces posées par les actions des États-Unis et de l’OTAN, et refuse d’adhérer à des cycles de sanctions unilatérales.

La proposition en cinq points de Pékin fait référence au respect de la souveraineté ; à la sécurité durable, d’où un nouveau système de sécurité régionale pour une coexistence pacifique entre la Russie et l’Europe ; au rejet total de l’escalade alors que certaines parties de l’Europe et des États-Unis continuent d’attiser le feu ; au soutien de tous les efforts diplomatiques ; et enfin à la réaffirmation de la centralité des Nations unies.

En ce qui concerne les perspectives, il est très difficile de faire des prédictions. Seules les délégations russe et ukrainienne qui tentent de négocier peuvent répondre à cette question.

Il est certain qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas de solution facile, rapide et bon marché, comme le souhaiteraient certains Occidentaux, au milieu d’une sorte de frénésie hystérique. Cependant, si les propositions de Pékin trouvent un consensus, de nombreux problèmes critiques que nous connaissons aujourd’hui pourraient être rapidement réduits : je pense tout d’abord à la non-extension du conflit et à la réduction, au moins partielle, des sanctions contre la Russie.

Si la situation se redresse, les tendances mondiales resteront les mêmes que depuis des décennies : la croissance et l’intégration continues de l’Asie et une Europe qui a toujours été victime de sa subordination à Washington.

Q/ Parmi les interlocuteurs possibles du Kremlin pour reconstruire concrètement la paix figure la Chine. Selon vous, l’intervention du président Xi Jinping est-elle susceptible d’être essentielle pour définir une trêve stable et réaliste et, dans l’affirmative, comment cela pourrait-il réorganiser certains des équilibres internationaux, des mécanismes et des dynamiques de paix à l’avenir ?

A/ Je dirais que l’intervention du président Xi Jinping n’est pas exclue, même si pour l’instant je n’ai pas d’éléments pour l’anticiper ou la prévoir. L’un des aspects fondamentaux de la proposition de Pékin est précisément un nouveau système de sécurité régionale qui prenne en compte les intérêts des deux parties. Cela est nécessaire pour parvenir à une solution à ce conflit, comme dans d’autres contextes.

L’expérience de la Chine pourrait garantir l’élaboration d’un plan encore plus élaboré et avoir une influence constructive sur les autorités russes. C’est certain. Par conséquent, compte tenu de la proximité entre la Chine et la Russie, une intervention directe du président Xi est souhaitable, même si je pense qu’il ne pourrait éventuellement intervenir qu’à un stade ultérieur, au cas où la proposition chinoise deviendrait une référence dans le processus de négociation.

Sur la réorganisation des équilibres mondiaux, je confirme que la direction, déjà fixée, est celle d’une réduction de facto du poids de l’Occident au niveau politique et économique mondial. Cette nouvelle multipolarité, qui existe déjà dans les relations internationales, impliquera évidemment d’autres conflits.

On peut être pessimiste, mais j’essaie de garder l’espoir que les dégâts générés par la volonté de l’Occident de rester le seul pôle dominant seront aussi limités que possible. La crise ukrainienne constitue certainement un test à cet égard.

Q/ Quels avantages une Chine plus présente et plus écoutée dans la communauté internationale pourrait-elle offrir à la coexistence mondiale en général ? Et, par exemple, pourrait-elle contribuer à résoudre certains des actes de violence les plus flagrants et les plus malfaisants, comme le blocus économique imposé à Cuba depuis des décennies ?

A/ J’ai également abordé le rôle de la Chine dans le monde et sa contribution à la réforme de la gouvernance mondiale dans mon dernier livre intitulé La voie chinoise – Un défi pour un avenir commun.

Je crois qu’une Chine plus écoutée également par l’Occident, considérant qu’une grande partie du monde est de plus en plus liée à la Chine et à ses projets de coexistence pacifique, favoriserait la pacification des relations internationales, le dépassement d’une partie des déséquilibres de développement entre les régions du monde et un ordre mondial plus démocratique.

Le principe du respect mutuel entre les différents systèmes politiques, qui n’est pas observé aujourd’hui, deviendrait une pierre angulaire des relations internationales. Si l’on considère la déstabilisation mondiale générée au fil des décennies par la puissance hégémonique en déclin et ses alliés les plus proches, on peut affirmer qu’un monde davantage influencé par la Chine sera caractérisé par plus de coopération et moins de compétition (ou d’hyper-compétition destructrice).

Sur la question de Cuba et de la violence qu’elle continue de subir du fait du blocus imposé par les États-Unis, la Chine n’accepte pas ces méthodes, car elles représentent une forme de harcèlement international et une violation des principes fondamentaux des Nations unies.

Compte tenu de la position officielle de la Chine et de l’idée de construire une communauté humaine au destin partagé, un monde davantage conditionné par les politiques chinoises pourrait ouvrir une marge importante pour condamner et surmonter les abus perpétrés par le système USA-OTAN, principalement envers Cuba.

À la lumière de ce que nous avons longuement analysé de manière empirique, tant les modalités d’action de la Chine dans le monde que ses propositions de réforme de la gouvernance mondiale, il est possible d’envisager une nouvelle affirmation de ce que l’on appelle le consensus de Pékin.

Si une approche accommodante des changements du système mondial prévalait également en Occident, suggérant une adaptation constructive de la part des grandes puissances, sans toutefois chercher à préserver une domination qui ne peut plus l’être, les transformations en cours se manifesteraient avec moins de traumatisme.

De nombreuses analyses et opinions aux États-Unis suggèrent depuis un certain temps – au moins depuis les années 1970 – l’idée de s’accommoder de ces changements, afin de contribuer, de manière partagée, à la pacification de nouvelles formes de relations internationales.

Ensuite, à mesure que ce changement en Occident s’opère, non pas dans un sens socialiste mais dans le sens d’un consensus généralisé pour accepter le nouveau leadership de la Chine, comme une autre grande puissance capable de participer de manière responsable à la réforme de la gouvernance mondiale, l’ensemble de la communauté humaine en bénéficiera. Y compris ceux qui vivent dans les pays qui ont été les plus harcelés pour des raisons idéologiques et politiques.

La Chine soutient un processus de démocratisation des relations internationales dans lequel tous les pays, grands et petits, doivent être traités de manière égale et respectés dans leurs différentes voies de développement. Pour cette raison, la Chine a également toujours dénoncé l’injustice dont souffre Cuba, et un monde dirigé par le consensus de Pékin aiderait certainement la cause cubaine.

Fabio Massimo Parenti, docteur en géopolitique, géostratégie et géoéconomie, est actuellement professeur associé à l’Université des affaires étrangères de Chine à Pékin, où il enseigne l’économie politique internationale. Il enseigne à l’Institut international italien Lorenzo de’ Medici à Florence. Il est également membre du laboratoire BRICS d’Eurispes (une organisation italienne privée menant des recherches politiques, économiques et sociales), membre du comité scientifique de l’IDI, l’Institut diplomatique italien, et chercheur à l’Institut de recherche sur la région économique de la Chine centrale.

Le professeur Parenti est l’auteur d’essais qui représentent un point de référence dans le secteur, tels que World-System Change (2009), Geofinance and Geopolitics (2016), Prosperous Socialism (2017) et, enfin, The Chinese Way – Challenge for a Shared Future (2021).

Commenter cet article