Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

La Croatie, clé des ambitions internationales de l’extrême droite ukrainienne

Publié le 20 Mai 2022 par Vendémiaire in Histoire - textes fondamentaux - débats - biograph..., Europe Est & Centrale

La Croatie, clé des ambitions internationales de l’extrême droite ukrainienne

ENQUÊTE

Cet article de 2019 décrivait déjà la manière dont le régiment AZOV et ses semblables en Ukraine et en particulier dans le Donbass étaient le centre d’un réseau de formation de l’extrême-droite européenne avec des instructeurs venus de l’OTAN. Ce qui se passe dans nos médias est une forme d’acceptation à cette expansion de l’extrême-droite dont l’opération Zemmour nous a montré la capacité à vendre “le grand remplacement” et a installer face au mécontentement populaire des racistes haineux qui à la fois divisent et répriment. Parce que sans le Capital, ces gens là ne sont que des malades folkloriques, mais il est clair que face à la montée des révoltes, le grand capital investit massivement dans ces groupuscules et les trusts de l’armement sont au premier rang. L’adhésion hystérique à l’UKRAINE actuelle avec les réfugiés privilégiés blonds et la sous estimation systématique de l’influence nazie au point de contribuer à faire de AZOV les héros de la démocratie disent ce qu’il en est du continent européen, de sa division et de sa vassalisation ou comme lors de WEIMAR c’est la gauche qui crée la situation qui va voir le nazisme s’installer dans un contexte de chômage et d’inflation; Déjà aujourd’hui ce danger est là, ce mardi un groupe terroriste français dénoncé dans l’article faisait l’objet d’arrestation et depuis 2017, une dizaine de procédures en lien avec l’ultradroite ont été ouvertes au pôle antiterroriste de Paris. Une menace « prise très au sérieux » et qui « monte en puissance », selon un magistrat antiterroriste parisien. Pourtant les capitalistes des médias ne craignent pas de faire des opérations comme celle de ZEMMOUR et jouent avec ce qui se passe en Ukraine. (note et traduction de danielle BLEITRACH pour histoireetsociete)

Illustration : BIRNMichael ColborneBIRNjuillet 18,08 2019

 

Cet article est également disponible dans cette langue : Bos/Hrv/Srp

Fumeur à la chaîne dans un café de Zagreb, Denis Seler, 43 ans, ne se remarquerait guère sans le mot AZOV gravé en cyrillique sur le devant de son pull gris.

Seler est originaire de la capitale croate et un vétéran de la guerre croate de 1991-95. Mais son pull parlait d’un combat plus récent et de l’allégeance durable de Seler à un mouvement militant d’extrême droite avec des ambitions à l’échelle européenne.

En 2014 et 2015, Seler faisait partie des 20 à 30 Croates qui ont combattu dans le cadre du bataillon de volontaires Azov contre les rebelles soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine, dans une guerre qui a tué quelque 13 000 personnes et qui gronde aujourd’hui malgré un cessez-le-feu officiel.

Depuis les Balkans, les combattants serbes se sont rangés du côté des rebelles par fidélité à la Russie, alliée orthodoxe de la Serbie, tandis que les nationalistes croates comme Seler ont trouvé une cause commune avec les éléments d’extrême droite de la résistance de l’Ukraine contre Moscou.

Mais alors que la guerre dans la ceinture d’acier et de charbon de l’Ukraine bordant la Russie s’est peut-être installée dans une impasse tendue, Azov prend de l’ampleur, tissant des liens avec des extrémistes d’extrême droite au-delà des frontières de l’Ukraine.

Et la Croatie, le plus récent membre de l’Union européenne et un pays où les courants conservateurs sont forts, est en train de devenir un terrain d’étape clé, selon les conclusions d’une enquête du BIRN.

L’aile politique d’Azov tisse des liens avec un bloc politique croate de droite qui a fait une forte apparition aux élections européennes de mai, et le mouvement ukrainien tiendra une conférence à Zagreb en septembre au cours de laquelle il pourrait dévoiler des plans pour une « Légion étrangère » de sympathisants d’extrême droite, construite avec l’aide d’un ancien combattant croate.

« Le mouvement Azov prend de l’ampleur. Et ils grandissent vite », a déclaré Seler.

En 2014, Seler a décrit la guerre en Ukraine comme faisant partie d’une « lutte pour la race blanche européenne, sa culture et son histoire ».

Cinq ans plus tard, les ambitions d’Azov ont trouvé un terrain fertile en Croatie, où Seler a déclaré que le mouvement poursuivrait son rêve de construire « une Europe des nations ».

Révisionnisme de la Seconde Guerre mondiale


Kiosque de recrutement du Corps national, Maidan, avril 2019. Photo : Michael Colborne

En 2014, après que des manifestations populaires ont renversé le président ukrainien pro-russe de l’époque, l’armée du pays s’est retrouvée impuissante face à une initiative russe visant à annexer la Crimée et à fomenter la guerre dans la région orientale du Donbass.

Des bataillons de volontaires se sont précipités à la défense du pays, parmi lesquels Azov. L’unité a rapidement acquis la réputation d’être l’une des plus engagées au combat, mais aussi pour sa politique de porte ouverte aux néo-nazis sans vergogne.

Les groupes d’extrême droite en Ukraine ont pris de l’importance avec leur rôle dans le renversement du président Viktor Ianoukovitch, armant des barricades dans le chaudron de Maidan Nezalezhnosti à Kiev, sur la place de l’Indépendance, pendant des mois de froid glacial et finalement d’affrontement fatal avec la police.

Cinq ans plus tard, le bataillon est maintenant officiellement connu sous le nom de régiment Azov et fait partie de la Garde nationale ukrainienne, une force de type gendarmerie qui relève du ministère de l’Intérieur. Il dispose également d’une aile politique, le Corps national, d’une unité paramilitaire appelée milice nationale, d’un corps de jeunes, d’un bar sportif, de gymnases et d’un « centre social » connu sous le nom de Maison cosaque juste à côté du Maïdan. L’aile politique est en dessous du seuil d’entrée au parlement lors des élections législatives de juillet.

En Ukraine, l’extrême droite s’inspire en grande partie de Stepan Bandera, commandant de l’Organisation clandestine des nationalistes ukrainiens, l’OUN, pendant la Seconde Guerre mondiale. De nombreux Ukrainiens considèrent l’OUN comme des héros qui ont défendu l’indépendance ukrainienne, minimisant ce qu’un certain nombre d’historiens de premier plan de l’Holocauste soutiennent être les tendances fascistes du groupe et le rôle de certains membres de l’OUN dans l’aide au meurtre nazi des Juifs.

De même, la Croatie est aux prises avec le révisionnisme de la Seconde Guerre mondiale qui est passé des franges politiques au courant dominant, remettant en question les crimes commis sous les dirigeants fascistes d’un État croate indépendant de courte durée qui était une marionnette de l’Allemagne nazie.

Les nationalistes de Croatie et d’Ukraine voient beaucoup en commun dans l’histoire récente de leurs pays. Pour eux, la lutte de la Croatie pour l’indépendance au début des années 1990 contre les rebelles serbes soutenus par son plus grand voisin, la Serbie, a fait écho à la lutte en cours contre les forces soutenues par la Russie dans l’est de l’Ukraine.

« À un niveau plus sentimental et subconscient pour les Croates, l’Ukraine est une amie », a déclaré Tomislav Sunic, un écrivain américano-croate décrit comme le « gourou intellectuel » de l’extrême droite croate.

« Entre les mers »


Manifestation en juillet 2019. Photo : Michael Colborne

Sous olena Semenyaka, « secrétaire internationale » du Corps national, Azov a organisé un certain nombre de rassemblements et de conférences et a développé des relations et des liens avec des groupes d’extrême droite à travers l’Europe, y compris le Parti national-démocrate néo-nazi, NPD, en Allemagne et le mouvement néo-fasciste CasaPound en Italie.

Les liens d’Azov avec des extrémistes d’extrême droite étrangers

Un rapport publié en février 2019 par le site d’investigation Bellingcat a détaillé comment les extrémistes d’extrême droite internationaux sont activement recherchés par Azov, parmi lesquels le Norvégien Joachim Furholm, qui se décrit comme un « révolutionnaire national-socialiste ». [Ce journaliste a collaboré avec Bellingcat mais n’a pas participé au rapport de février 2019].

En 2018, le Corps national d’Azov a chargé Furholm d’essayer de faire venir des recrues étrangères, lui fournissant même un logement en dehors de Kiev. Furholm a déclaré à un cinéaste que son travail pouvait être décrit comme un « facilitateur terroriste » et a déclaré qu’après avoir quitté l’Ukraine, il ciblerait son propre gouvernement par « tous les moyens nécessaires ».

Outre ses liens avec les extrémistes allemands et italiens, Azov est également proche d’anciens membres du Bastion Social français, un groupe réputé pour sa violence et sa rhétorique antisémite que le gouvernement Français a formellement interdit en avril 2019. Le Mouvement de résistance nordique, le polonais Szturmowcy (Stormtroopers) et le parti d’extrême droite estonien EKRE sont également proches d’ Azov.

Aux États-Unis, Azov est proche des membres du violent Rise Above Movement (RAM), ainsi que du nationaliste blanc Greg Johnson, qui s’est rendu à Kiev en octobre 2018.

Azov a également accueilli et encouragé des éléments ouvertement néo-nazis dans ses propres rangs. Parmi eux, Alexey Levkin, un néo-nazi russe, « idéologue politique » dans la milice nationale d’Azov et l’un des dirigeants d’un groupe néo-nazi basé à Kiev appelé Wotanjugend.

Le site Web Wotanjugend contient une traduction russe du manifeste en ligne de Brenton Tarrant, qui a abattu 51 personnes dans une mosquée en Nouvelle-Zélande en mars 2019.

Un symbole néo-nazi commun que Tarrant a utilisé tout au long de son manifeste et même porté sur son sac à dos pendant l’attaque – un sonnenrad, ou soleil noir – est le même que celui utilisé dans le logo Azov.

En mars de cette année, le soufan Group, une organisation basée à New York qui effectue des analyses de sécurité, a décrit Azov comme « un nœud critique dans le réseau transnational d’extrême violence de droite (RWE) ».

Azov organise une conférence annuelle « Paneuropa » pour les alliés d’Europe occidentale ainsi qu’une conférence annuelle « Intermarium » destinée à l’Europe centrale et orientale, principalement les pays qui étaient autrefois derrière le rideau de fer ou qui faisaient partie de la Yougoslavie socialiste.

En septembre, Azov emmène pour la première fois la conférence Intermarium sur la route, à Zagreb de Seler.

Intermarium, ou « entre les mers », est un concept de sécurité régionale vanté pour la première fois par le dirigeant polonais de l’après-Première Guerre mondiale Jozef Pilsudski au début des années 1930.

Alexandra Wishart, chercheuse basée à Kiev, a déclaré qu’Azov avait donné une nouvelle vie à l’idée, la promouvant comme un « tremplin » pour construire une confédération est-européenne d’«ethno-États » nationalistes de droite libres de ce qu’Azov perçoit comme le « marxisme culturel » de l’UE et le « néo-bolchevisme » de la Russie.

Wishart, étudiant diplômé de l’Université de Glasgow et de l’Université nationale de Kiev-Mohyla Academy, a déclaré que la Croatie était au cœur des plans d’Azov.

« La Croatie est un acteur clé dans les Balkans et suffisamment central pour aider à neutraliser l’influence russe ou européenne là-bas », a déclaré Wishart, qui a assisté à la conférence Intermarium d’octobre 2018 à Kiev en tant qu’observateur.

Seler a confirmé que Zagreb accueillerait la conférence, réunissant des délégués d’Ukraine, de Pologne, des États baltes, de Norvège, du Danemark et de Suède, a-t-il déclaré.

Ce sera l’occasion de cimenter les liens en développement entre Azov et les souverainistes croates, une alliance de partis d’extrême droite qui est arrivée en troisième position surprise en Croatie aux élections du Parlement européen en mai avec 8,5% des voix. L’alliance a un député au parlement croate, mais elle recueille près de six pour cent des voix et des élections législatives sont prévues l’année prochaine.

Le seul eurodéputé de l’alliance est Ruza Tomasic, un ancien policier qui a quitté la Yougoslavie socialiste pour le Canada à l’âge de 15 ans et qui a récemment fait la une des journaux en Croatie lorsque des photos ont été publiées la montrant en uniforme fasciste alors qu’elle vivait au Canada et glorifiant apparemment le leader fasciste croate de la Seconde Guerre mondiale, Ante Pavelic. Tomasic a déclaré à un journaliste croate qu’elle n’avait « pas honte » de cela, mais qu’elle « ne s’en tenait pas à certaines de ces choses aujourd’hui ».

Dans un message publié en janvier sur les réseaux sociaux, un compte tenu par Semenyaka a déclaré que « la coalition des partis nationalistes croates prend forme parallèlement aux progrès réalisés dans la préparation de la prochaine conférence Intermarium par des enthousiastes croates et ukrainiens ».

Seler a déclaré que l’invité d’honneur serait Andriy Biletsky, chef de l’aile politique d’Azov, corps national, et député au parlement ukrainien, qu’il a entré en 2014 en tant qu’indépendant. Semenyaka n’a pas confirmé la visite.

Alliés d’Azov dans les « souverainistes » croates


Marche nationale de la milice, membre avec insigne de croix celtique, Kiev, avril 2019. Photo : Michael Colborne

Biletsky dirigeait auparavant l’organisation ouvertement néonazie Patriot of Ukraine et a passé 28 mois en prison pour tentative de meurtre. Jamais jugé, il a été libéré et les charges ont été abandonnées en vertu d’un décret parlementaire sur les « prisonniers politiques » en 2014 à la suite de la révolution sur le Maïdan.

Biletsky a fait du concept d’Intermarium une partie de la « doctrine géopolitique officielle » du Corps national.

Seler a déclaré que le but de la visite de Biletsky était de rencontrer des représentants de la droite croate, en particulier des membres des souverainistes.

Tomasic a d’abord dit qu’elle n’était au courant d’aucune visite prévue de Biletsky, mais a ensuite semblé se contredire et a dit à BIRN qu’un Homme croate, dont elle ne se souvenait pas du nom, l’avait approchée au sujet d’une visite prévue à Zagreb par Biletsky qui comprendrait une réunion avec Tomasic et d’autres politiciens souverainistes.

« J’ai dit très bien, je suis prêt à parler à n’importe qui », a déclaré Tomasic, mais a nié avoir quoi que ce soit à voir avec l’organisation du voyage ou de la conférence Intermarium.

Certains souverainistes, cependant, sont moins timides quant à leur relation avec Azov.

Sunic, un auteur et traducteur d’extrême droite qui s’est présenté sans succès au Parlement européen au nom des souverainistes, a déclaré au BIRN qu’il prévoyait d’assister à la conférence Intermarium et qu’il était en communication régulière avec Semenyaka.

Denis Bevanda, secrétaire général du Parti conservateur croate, l’un des principaux partis au sein des souverainistes, a partagé une photo sur Instagram plus tôt cette année de lui-même aux côtés de Seler.

Le message faisait référence au bataillon Azov en anglais et en ukrainien et déclarait « Slava Ukrayini! » ou « Vive l’Ukraine! » – le cri de guerre de l’OUN pendant la Seconde Guerre mondiale et des manifestants pendant la révolution de 2014, et maintenant un salut officiel de l’armée ukrainienne.

L’auteur nationaliste croate-Français Jure Vujic, septième sur la liste du parti des souverainistes pour le Parlement européen, a participé à une conférence à Zagreb en décembre 2017 co-organisée par Semenyaka et Leo Maric du groupe identitaire croate Generacija Obnove (« Renouvellement de la génération »)

Maric, qui a assisté à un certain nombre de conférences Azov à Kiev, a refusé de commenter cette histoire, accusant le BIRN de « journalisme non professionnel et de partialité politique » dans sa couverture de la Croatie et de la politique nationaliste en général.

Les « Zoulous » de la Croatie s’engagent à aider


Wotanjugend blood family faith sticker, Kiev, avril 2019. Photo : Michael Colborne

L’annonce principale de la conférence de septembre, cependant, sera probablement la création de ce qu’Azov appelle sa Légion étrangère. Bien que les détails restent vagues, Azov, dans ses publications sur les réseaux sociaux, a suggéré qu’une telle force faciliterait les étrangers souhaitant se joindre à son combat dans l’est de l’Ukraine.

BIRN a découvert qu’en février de l’année dernière, un utilisateur de l’application vocale et textuelle Discord, qui dispose de forums de discussion sur invitation uniquement et est devenue populaire auprès des suprémacistes blancs et des néo-nazis avant que l’application ne soit touchée par une série de fuites, a écrit qu’Azov « aura la légion étrangère mise en place dans les 18 prochains mois environ ».

BIRN a parcouru des centaines de milliers de messages Discord divulgués et n’a pas manqué de dévots d’Azov. Un utilisateur du site suprémaciste blanc Stormfront a pensé que « la révolution nationale-socialiste » pourrait commencer en Ukraine.

Le mois suivant, en mars 2018, dans une interview avec un membre du Mouvement de résistance nordique néo-nazi, Semenyaka a déclaré que le gouvernement ukrainien entravait les efforts d’Azov pour faire venir des recrues étrangères pour la guerre contre les rebelles soutenus par la Russie. « Mais à l’avenir, nous espérons créer une légion étrangère. Là, nous pourrions annoncer haut et fort quand nous cherchons des bénévoles. »

Semenyaka, après avoir initialement répondu à une demande de commentaire, n’a pas répondu à d’autres communications.

Presque exactement 18 mois plus tard, l’unité est peut-être sur le point de prendre forme – à Zagreb.

Bruno Zorica, officier de l’armée croate à la retraite et ancien membre de la Légion étrangère Français, a été mentionné à plusieurs reprises dans les publications d’Azov sur les réseaux sociaux comme une figure clé de la création de l’unité.

Connu sous son nom de guerre zoulou, Zorica a commandé le bataillon Frankopan, une unité des forces spéciales de l’armée croate, pendant la guerre du pays contre les rebelles serbes soutenus par Belgrade alors que la fédération socialiste yougoslave se désintégrait au début des années 1990.

Avec d’autres vétérans de la Légion étrangère Français, Zorica a formé des recrues de l’armée croate pendant la guerre, déclarant au Washington Post en 1991 : « Nous enseignons à ces recrues que la guerre n’est pas des films Rambo… Mon peuple a un taux de victimes beaucoup plus faible dans les combats que les autres. Ils savent quand se battre et quand creuser. »

En 2001, Zorica a été arrêtée lors d’une opération de police contre un réseau présumé de contrebande d’armes. Bien qu’il n’y ait aucune trace de Zorica jamais accusée ou condamnée pour un crime, les médias de l’époque ont rapporté que l’ancien légionnaire était soupçonné d’avoir dirigé un réseau de contrebande d’armes qui aurait transporté l’équivalent de plus d’un million d’euros d’armes de Croatie vers l’Union européenne, en particulier la France.

Les comptes de médias sociaux d’Azov ont déclaré que Zorica avait « promis d’aider au développement de la Légion étrangère ukrainienne » et que « la coopération est promise pour atteindre [un] nouveau niveau ».

Après avoir d’abord accepté de parler à BIRN, Zorica a reporté un entretien prévu, puis ne s’est pas présentée et a finalement cessé de communiquer.

En octobre 2018, Zorica a pris la parole lors de la dernière conférence De l’Intermarium à Kiev, affirmant qu’il était en « communication étroite » avec le chef de l’école militaire d’Azov. « Nous sommes prêts à partager notre expérience et nos connaissances avec l’armée ukrainienne », a-t-il déclaré.

Michael Colborne est un journaliste originaire de l’Ouest canadien, basé en Europe centrale et orientale. Il écrit sur des questions sociales et politiques internationales, en mettant l’accent ces jours-ci sur le nationalisme et l’extrême droite. 

Cet article a été produit dans le cadre de l’initiative Resonant Voices dans l’UE, financée par le Fonds pour la sécurité intérieure de l’Union européenne – Police. Le contenu de cette histoire relève de la seule responsabilité de BIRN. La Commission européenne décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient.

Commenter cet article