Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Les BRICS brisent les sanctions et construisent un nouveau monde

Publié le 28 Juin 2022 par Vendémiaire in International

Les BRICS brisent les sanctions et construisent un nouveau monde

Impuissance occidentale tandis que la réunion des BRICS tenue ce weekend vient de lancer un scud sans faire de bruit, d’autant plus que les médias n’en ont pratiquement pas parlé.

Selon le compte rendu de Ria Novosti les BRICS pourraient s’élargir à plus d’une dizaine de nouveaux pays.
Des dispositions permettraient de soustraire les pays tiers des sanctions US frappant un autre pays. Dans le cadre du débat ouvert dans notre blog, Xuan rebondit sur l’article de Sacha Bergheim sur l’impuissance occidentale et nous propose cette autre vision. C’est effectivement un espoir mais il faut aussi mesurer que la bête blessée a encore de la ressource et que l’Europe de l’UE, d’autres zones vassales sont entrées dans un processus qui comme on le voit avec le G7 poursuit dans une logique dont les peuples de ces zones risquent de faire les frais. Je signale à ce propos l’appel des PDG d’EDF, d’ENGIE et de Total énergie d’avoir à restreindre notre consommation d’énergie… Un appel complètement fou avec en toile de fond des possibilités de re-nationalistation (sans changement de logique ?) (note de Danielle Bleitrach pour histoire et société sur proposition de Xuan)

Les BRICS brisent les sanctions et construisent un nouveau monde
Les dirigeants des BRICS se réunissent – RIA Novosti, 1920, 26.06.2022
© RIA Novosti / Alexei Druzhinin

Les trois jours d’événements des BRICS à Pékin avaient deux options. La première option (celle qui aurait sans doute séduit davantage l’opinion publique russe) consistait à ce que les hauts dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud adoptent un document final qui dirait en termes clairs : “Si un groupe de pays occidentaux veut traiter avec nous par des menaces et surtout des sanctions économiques, c’est-à-dire des interdictions et des restrictions du commerce et du développement, c’est leur affaire. Nous, les cinq pays, déclarons solennellement que nous continuons à travailler les uns avec les autres sans tenir compte des sanctions des États-Unis ou de l’UE. Les sanctions sont illégales et doivent rester le choix personnel d’un pays ou d’un autre, sans les imposer à quiconque”.


Mais, d’une part, ces mots ont été entendus dans toutes les déclarations précédentes des précédents sommets des BRICS. Et cette fois, si vous regardez attentivement le document final – la déclaration de Pékin – vous trouverez une référence au fait que les cinq réaffirment toutes leurs positions précédentes et appellent au commerce selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce.

Mais le jeu est différent maintenant, et les déclarations tapageuses ne mèneront à rien. L’Occident a lancé une guerre économique, psychologique et autre à grande échelle contre les deux membres du BRICS, la Russie et la Chine, et dans ces conditions, on doit travailler différemment. Il convient notamment de tenir compte des sanctions secondaires, lorsque des entreprises de pays tiers qui tentent de faire des affaires avec quelqu’un qui a été frappé par des sanctions, sont les plus susceptibles d’être traitées. Il serait extrêmement stupide de défier quelqu’un verbalement et de subir des dommages dans le processus.
Le pays hôte de la réunion, la Chine, a donc choisi une approche différente, plus intelligente et plus proche d’un jeu de pions que d’un éclatement frénétique des pièces sur l’échiquier.
En particulier, les conversations sur les mécanismes qui permettraient de désamorcer les sanctions ont eu lieu à un stade préparatoire, avec une analyse approfondie de tout – les leurs, les systèmes de paiement fermés, les liens logistiques nouvellement créés et tout le reste. En outre, ces conversations ont dû être élargies de façon spectaculaire. À Pékin, les cinq dirigeants ont surtout donné le ton de l’événement par liaison vidéo, mais des hommes d’affaires de deux douzaines de grandes économies émergentes étaient présents en direct pour la première partie de l’événement – le sommet des affaires. Et à la réunion de clôture, un dialogue de haut niveau, il y avait des hauts dirigeants de 13 autres pays, tous des États très importants.

Il convient de noter qu’il y a eu auparavant de nombreuses personnes désireuses de rejoindre les BRICS. Mais nos 5 ne souhaitaient pas vraiment une telle tournure des événements. L’idée était que les dirigeants de régions entières, l’élite du monde réel, se réunissent ici : l’Afrique du Sud est la voix de l’Afrique ; l’Inde est la voix de l’Asie du Sud, etc. 
Mais les choses ont changé et, en mai de cette année, le pays qui préside, la Chine, a lancé un processus de reconstitution des rangs et de transformation des BRICS en quelque chose de différent et de nouveau – une alliance de la quasi-totalité du monde en développement contre l’Occident exaspérant. Cette fois, des discussions très sérieuses ont eu lieu sur un tel sujet, mais il a été décidé de ne pas rendre les résultats publics. Cependant, il est clair que beaucoup des 13 personnes qui ont participé au dialogue de haut niveau sont des candidats. Et certains de ceux qui n’ont pas participé.

Mais le public a reçu un message extrêmement efficace. C’était quelque chose comme ça : l’Occident construit des murs entre les peuples, freine leur développement économique avec ses sanctions. Et nous, l’alternative à l’Occident, construisons des ponts et des routes, rapprochant les gens les uns des autres. De plus, nous sommes bons dans ce domaine, alors que l’Occident, en jouant sur les sanctions, s’est pris à son propre piège et a été confronté à une catastrophe économique. Pour nous, c’est l’inverse.

Et sur ce sujet, beaucoup de faits et de chiffres forts sont apparus lors du sommet de Pékin et autour de celui-ci. Par exemple, le montant du PIB mondial produit par les membres des BRICS importe peu. Ce qui est important, c’est qu’ils ont représenté 50 % de la croissance économique mondiale l’année dernière. Ce sont donc eux qui se font avancer et font avancer le monde, et l’Occident joue le rôle inverse.
Pour être plus précis, l’année dernière, le commerce de biens (à l’exclusion des services) de nos cinq pays a atteint 8,55 billions de dollars, soit une augmentation de 33,4 %. Une telle croissance est sensationnelle. Dans l’ensemble, il montre clairement où se trouve l’épicentre du développement mondial, où se construit l’avenir.

Le message qui ressort de toutes les réunions de Pékin est que le groupe des BRICS est devenu une plateforme mondiale permettant de tracer les voies de l’avenir. Les parcours ne sont pas déclaratifs, mais bien concrets. Le document final de la réunion est plein de détails, c’est-à-dire de références aux programmes et mécanismes qui fonctionnent dans les BRICS – dans l’agriculture, les nouvelles technologies, les nouveaux types d’énergie, la biotechnologie. Il existe de nombreux mécanismes de ce type, et d’autres sont en cours de création. Et surtout dans la sphère financière, qui a commencé à se transformer en alternative à l’Occident dès la première année de travail des BRICS, c’est-à-dire depuis 2006.

La Russie a été mentionnée assez souvent sur le forum. D’une part, elle a offert à ses partenaires – surtout la Chine et l’Inde – d’énormes possibilités en fournissant du pétrole et du gaz à des prix qui n’ont qu’un rapport minime avec le marché énergétique enragé de l’Occident. En d’autres termes, nous avons fourni à l’Est un avantage et une compétitivité énormes dont, par exemple, l’Europe s’est privée en forçant l’approvisionnement russe. En réponse – depuis que les sanctions sont en place – plusieurs Chinois et Indiens ont parlé d’entrer dans notre secteur des réseaux commerciaux pour remplacer ceux qui sont partis. 
Et ils ont aussi parlé de beaucoup d’autres choses, mais moins ouvertement. Et pas seulement les Indiens ou les Chinois.

Quant aux sanctions, rappelons que le groupe des BRICS, depuis sa création, est un mécanisme permettant de les briser – si elles se présentent. C’est ce qu’ils ont fait, et de manière sérieuse. Et le coup le plus dur de leur part n’a pas été la condamnation des sanctions dans des déclarations régulières, mais l’absence totale de discussion. Tout le déroulement des événements de Pékin a envoyé un message simple et clair à la communauté internationale : des sanctions ? De quoi parlez-vous ? Nous nous portons bien, nous parlons d’une forte accélération de la coopération et de la croissance, et nous discutons de nouveaux projets. Mais vous pouvez faire ce que vous voulez de vos sanctions, cela ne nous intéresse pas.

Commenter cet article