Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Dmitri Novikov sur la lutte antifasciste et le droit des peuples

Publié le 27 Septembre 2022 par Vendémiaire in Europe Est & Centrale, Histoire - textes fondamentaux - débats - biograph...

Dmitri Novikov sur la lutte antifasciste et le droit des peuples

https://kprf.ru/party-live/cknews/213482.html

Le 23 septembre, le vote des référendums sur leur appartenance à la Fédération de Russie a commencé dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et dans les régions de Kherson et de Zaporojié. C’était le sujet principal de l’émission en direct “Le Temps nous le dira” sur la Première chaîne. L’invité du studio était le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, premier vice-président de la commission des affaires internationales de la Douma d’État, Dmitri Novikov.

Le programme a diffusé un fragment d’une interview de l’an passé avec Zelensky, dans lequel le président ukrainien exhortait les habitants du Donbass à quitter leur patrie. Cette interview n’est qu’un des épisodes “d’auto-dénonciation” des dirigeants de Kiev, qui ont adopté des méthodes de terreur et les ont élevées au rang de politique d’État. Cette interview est la clé pour comprendre les raisons du lancement de l’opération militaire spéciale pour protéger la population du Donbass et pour la dénazification et la démilitarisation de l’Ukraine.

Au cours de la discussion, Dmitri Novikov a caractérisé les actions terroristes des autorités de Kiev et a notamment déclaré que dans le passé “les nazis recouraient constamment à la terreur parce qu’ils n’étaient pas sûrs d’avoir raison. Cette terreur – nazie, fasciste, hitlérienne – n’était pas seulement dirigée vers l’extérieur. Et ce ne sont pas seulement les Russes, les Serbes, les Juifs et les Tziganes qui ont été emprisonnés dans les camps de concentration. La population allemande était également enfermée dans les camps, ceux qui n’étaient pas d’accord avec Hitler. Les nazis les considéraient comme une menace. Les nazis n’avaient tout simplement pas la certitude d’avoir le bon droit avec eux. A juste raison, car les idées misanthropiques ne peuvent a priori être portées que par une infime minorité.

La Russie a une politique fondamentalement différente dans le Donbass, ne recourant pas à la terreur contre les dissidents. “Il est important de comprendre pourquoi. Et la réponse est simple : lorsque vous savez que vous avez la vérité et la justice de votre côté et que votre point de vue est partagé par la majorité absolue, pourquoi avez-vous besoin de la terreur ? Si vous avez confiance dans le soutien de la majorité et que le gros de la population adhère à vos idées, alors vous n’avez pas besoin de la terreur”, a souligné Dmitri Novikov.

S’étendant sur les plans du régime de Kiev et de ses conservateurs visant à rompre le lien historique entre l’Ukraine et la Russie, le représentant du parti communiste a souligné un point important : “Ce n’est pas un hasard si la langue russe possède deux concepts très proches – la grande et la petite Patrie. Ces notions ne sont pas en conflit car la petite patrie fait partie de la grande. Une personne peut quitter sa petite patrie en raison des circonstances de la vie, mais rester dans le cadre de sa grande patrie. Par exemple, elle peut déménager dans un nouveau lieu avec sa famille afin de s’épanouir professionnellement. Une personne peut également quitter la grande patrie, mais lui rester fidèle. Ceux qui ont combattu Franco en Espagne ont été contraints de partir lorsque leur cause était perdue. Le fils de Dolores Ibarruri est connu pour être mort en combattant le fascisme sur les champs de bataille de l’Union soviétique. Il est donc resté fidèle à la fois à sa patrie et à ses convictions. Il existe une autre option. Un homme peut quitter sa patrie et ensuite agir contre elle, passer de l’autre côté, se révéler être une canaille, un traître. Il y a aussi de tels faits.

Ceux qui participent au référendum dans le Donbass, contrairement à Zelensky, n’ont pas de conflit entre les notions de grande et de petite patrie, Dmitri Novikov en est persuadé : “La grande patrie pour eux est l’Union soviétique, la Russie, et la petite patrie est l’endroit où ils vivent. Et ils ne veulent pas quitter leur petite patrie par la volonté de quelqu’un d’autre. Ils veulent simplement harmoniser ces deux notions, relier ces deux parties de la Mère Patrie. Ce sont les objectifs qu’ils poursuivent.”

Le premier jour de vote des référendums a vu un taux de participation plus élevé que prévu. Expliquant ce fait, le vice-président du comité central du KPRF a souligné : “Les gens ne veulent pas attendre (1). Ils ne veulent pas reporter leur vote à demain ou après-demain. Ils ont attendu trop longtemps une vie normale et leur retour au pays. C’est un choix important, capital, pour eux. Ils ne veulent pas attendre, même un ou deux jours ! Les gens sont pressés de voter.

Dmitri Novikov a comparé le référendum dans le Donbass à la pratique des deux ou trois jours de vote lors des élections en Russie et a souligné la différence entre les deux situations : “Le vote de trois jours en septembre a montré qu’il n’était pas nécessaire ! Il n’y a pas eu d’augmentation de la participation au cours des trois jours ! Cela signifie que, dans une situation stable, on peut l’annuler sans risque et ne plus recourir à ces méthodes. Au Donbass, cependant, le vote sur plusieurs jours a maintenant un sens. C’est lié à des questions de sécurité. Cependant, il est important de savoir que les personnes qui s’y trouvent ont envie de s’exprimer le plus tôt possible. Par conséquent, les résultats du vote sont, à mon avis, évidents.

L’autre jour, le secrétaire d’État américain, M. Blinken, a tenu une réunion avec une membre du groupe malfamé des Pussy Riot, Mme Tolokonnikova. Les médias russes ont dit que Blinken rencontrait des fous furieux. “Oui, pour la société russe, ce sont des monstres. Mais s’ils sont acceptés par des membres haut placés de l’administration américaine, cela signifie que quelqu’un en a besoin, non ? – Dmitri Novikov, paraphrasant les célèbres paroles de Vladimir Mayakovski (2). – Ils ne veulent donc pas que ces monstres restent des monstres, mais deviennent le courant dominant. Ils veulent qu’ils deviennent une tendance dominante afin que la jeunesse russe, et si possible la génération intermédiaire, s’en inspire. Et ensuite, ils veulent que les retraités se résignent. C’est ainsi que se forment certains “idéaux”, aussi ridicules et horribles qu’ils puissent paraître.

Le porte-parole du KPRF a attiré l’attention sur le fait que les contacts entre les cercles dirigeants américains et la “cinquième colonne” russe sont tout à fait logiques. Tous deux ont des idées similaires sur la morale, l’éthique et les limites de ce qui est acceptable : “Souvenez-vous du dernier scandale avec Hunter Biden, amateur des femmes “pour l’argent”… Après tout, les milliardaires sont ceux qui savent le mieux compter ! Et ils ne surpayent pas les prostituées. Et ils savent que plus il y a de prostituées, moins ils peuvent les payer. Voilà pour le monde qui se crée avec l’aide des gens comme Tolokonnikova ! Et Hunter Biden est un membre de la famille du Président des Etats-Unis ! Et il n’a jamais dit une seule fois que son fils avait tort, qu’il le condamnait. Alors peut-être que c’est OK pour Biden Sr. de faire la même chose ! Et voilà que ces gens nous parlent de l’État de droit, des droits de l’homme et même du droit international !

En Occident, ils ont l’habitude d’expliquer leurs actions par la protection de la démocratie et du droit. L’autre jour, à l’Assemblée générale des Nations unies, Vučić nous a parfaitement rappelé ce qu’est le “droit international” et comment les Serbes l’ont vécu”, a déclaré Novikov. – Ne savons-nous pas nous-mêmes à quoi ressemble ce droit ? Quoi, Gorbatchev n’était pas un chouchou de l’Occident ? Parfaitement ! Or c’est sous Gorbatchev, qui est devenu non seulement secrétaire général mais aussi président de l’URSS, qu’est apparu un organe spécial pour le respect de la Constitution. Mais lorsque Eltsine, Chouchkevitch et Kravtchouk ont signé leurs vils documents à Belovezhskaya Pushcha, quelqu’un en Occident a-t-il été horrifié ? Ont-ils pris comme base la décision de l’organe constitutionnel ? Est-ce que l’un d’entre eux a dit : “Allez, messieurs Eltsine, Kravchuk et Chouchkevitch, respectons la décision de votre organe constitutionnel ! Nous sommes pour l’état de droit et le droit international !” ?

Dmitry Novikov a également rappelé octobre 1993 : “Bientôt, nous célébrerons le prochain anniversaire des événements au cours desquels le Soviet suprême et le Congrès des députés du peuple ont été bombardés dans le centre de Moscou. Peut-être que les États-Unis et l’UE étaient alors horrifiés ? Et d’ailleurs, il y avait aussi eu une décision de la Cour constitutionnelle russe ! L’Occident aurait pu relayer cette décision de la Cour et les décisions de l’organe représentatif suprême, le Congrès des Députés des Peuples ? Non, ils ne l’ont pas fait ! Non ! Ils ont dit : ” Bravo, Eltsine ! Nous te soutenons !”. Est-ce le droit international ? C’est ridicule de les écouter ! Dans la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui, ce sont précisément les personnes extérieures à l’OTAN qui sont favorables au droit international. C’est la Russie et la Chine. En particulier, ceux qui se sont réunis pour le sommet de l’OCS à Samarkand… Heureusement, nous sommes majoritaires. Nous devons nous assurer que cette majorité devienne également plus puissante que la minorité qui menace le monde entier !”.

La discussion dans le studio a porté sur les attaques de l’AFU contre les bâtiments résidentiels et les infrastructures civiles. La destruction de civils dans le Donbass caractérise les actions des autorités de Kiev comme un génocide pur et simple. “Ceux qui ne se rendent pas ne peuvent pas être vaincus”, a déclaré le vice-président du comité central du KPRF. – Néanmoins, il est possible de détruire ceux qui ne se rendent pas. Et le régime de Kiev avait de tels objectifs en ce qui concerne le Donbass. Le bombardement constant de quartiers pacifiques en est une preuve évidente. De plus, ils choisissent les heures où les gens sont sûrs d’être chez eux – et ils frappent alors les zones résidentielles. En pleine journée, lorsque les gens se trouvent dans des centres commerciaux ou sur des marchés, c’est là qu’ils frappent. Ainsi, on peut parfois tenter de détruire ceux qui n’abandonnent pas. Mais heureusement, ça ne marche pas comme ça chez nous ! La Russie est derrière le peuple du Donbass qui n’a pas accepté le nazisme, qui s’est rebellé et a commencé à s’installer dans la DNR et la LNR. Et elle aidera ces peuples à reconquérir leur droit légitime à vivre et à connaître un avenir meilleur.

Que se serait-il passé sinon ? Que se serait-il passé si les nazis avaient “laminé” ces gens en toute impunité, détruisant et commettant un génocide ? Qui les aurait défendus et protégés ? En posant ces questions, Dmitri Novikov suggère la réponse : “Antonio Guterres aurait probablement condamné de tels massacres. Les gens du monde entier auraient sympathisé avec le Donbass. À Hanoï, Minsk, La Havane et Managua aussi, il y aurait eu de nombreuses personnes réellement chagrinées. Beaucoup auraient pleuré à cause du sentiment d’injustice de ce qui se passait et du sentiment de leur propre impuissance. Mais heureusement, la Russie et nous tous sommes capables d’arrêter le génocide à Donbass.

Au moment où la Première chaîne diffusait ce programme, un rassemblement de masse avait lieu dans le centre de Moscou. Le président du comité central du KPRF, Guennadi Ziouganov, et des représentants d’autres forces politiques russes ont pris la parole lors du rassemblement. Ils ont exprimé l’opinion commune du peuple multinational du pays sur la nécessité de défendre le choix des participants au référendum sur la réunification historique du Donbass, de Kherson et Zaporozhye avec leur grande patrie.

(1) Cela pourrait sembler de la propagande, mais je suis convaincue que c’est la pure vérité, de même que la scène suivante, citée par un téléspectateur ayant vu la vidéo : un vieillard à béquilles descendait les quelques marches de sa maison dès qu’il entendait quelqu’un passer dans la rue. On lui a demandé pourquoi il faisait cela. “C’est que j’ai peur de manquer le passage de la commission électorale. Je suis pressé de voter ‘oui’ car je vais bientôt mourir”.

(2) “Ecoutez, si on allume les étoiles, c’est qu’elles sont à quelqu’un nécessaires!” (Maïakovski)

 

Commenter cet article