Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Les relations russo-indiennes dans un ordre mondial en pleine transformation

Publié le 8 Septembre 2022 par Vendémiaire in Histoire - textes fondamentaux - débats - biograph..., International

Les relations russo-indiennes dans un ordre mondial en pleine transformation
A chaque fois que l’on sort du cercle étroit des occidentaux, c’est-à-dire les Etats-Unis et leurs “alliés” vassaux nous sommes frappés par la manière dont face aux conflits que tentent d’exaspérer les Etats-Unis qu’il s’agisse de l’Ukraine ou de Taiwan, un nombre grandissant de pays s’affirment neutres mais dans cette neutralité interviennent en soutien de la Russie et de la Chine. L’Inde présente un cas important non seulement par sa taille mais parce que ses choix s’opèrent à l’intérieur de contradictions importantes dans lesquelles la Russie joue un rôle de détente comme dans bien des zones de l’Asie centrale. Cette stabilité russo-indienne ne date pas d’aujourd’hui et elle a survécu à bien des changements de gouvernements et d’orientation politique. L’indépendance à l’égard du couple Etats-Unis royaume Uni joue un rôle essentiel mais la méfiance à l’égard de la Chine n’est pas moindre, c’est une des clés de la Russie que l’on veut ignorer et qui est héritée de la pax sovietica ici comme sur d’autres continents. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

04/09/2022

  •  

Par Anuradha Chenoy
Juil 20, 2022

L’Inde a veillé à ce qu’aucun forum dont elle fait partie ne prenne position contre la Russie. L’Inde a assuré ses relations stratégiques avec la Russie. L’énorme marché indien et les capacités de défense permettent à l’Inde de conserver son autonomie stratégique, écrit Anuradha Chenoy, professeur adjoint à la Jindal Global University.

Les relations entre l’Inde et la Russie, qui ont été éprouvées, cohérentes et mutuellement bénéfiques, ont connu une épreuve du feu ces derniers jours. L’Inde a résisté à la pression collective occidentale en adoptant une position de neutralité et de soutien subtil à la Russie alors que l’alliance occidentale s’opposait à l’opération russe en Ukraine. L’Inde a choisi de ne pas approuver les efforts de l’Occident pour isoler et condamner la Russie sous plusieurs formes internationales. Nous examinons la position indienne sur la Russie dans le contexte d’un ordre international transformateur et nous nous demandons : y a-t-il eu un plus grand renouvellement des relations ?

Le contexte de l’ordre mondial en plein changement

Les politiques de l’OTAN, telles que décrites dans son nouveau document stratégique décennal (29 juin 2022), sont en fait des déclarations d’une guerre froide 2.0. Pour l’OTAN, la principale menace en Europe est la Russie, tandis que son principal concurrent et menace à long terme est la Chine. Toute puissance qui n’est pas conforme aux désirs occidentaux peut être désignée pour être définie comme une menace. Les tactiques de l’Occident dirigé par les États-Unis pour contrer les menaces sont hybrides et intersectionnelles puisque leur objectif est la primauté, de l’espace à la mer. Les menaces ont des aspects stratégiques, militaires et nucléaires, mais peuvent être affrontées par des exclusions financières et commerciales, ainsi que par des contrôles de la technologie et des télécommunications et un accent mis sur le soft power. La neutralité n’est pas acceptable dans ce schisme et les pays en dehors des blocs seront sous pression pour prendre parti. C’est là que l’Inde et d’autres pays du Sud comptent.

Calcul de l’Inde

L’Inde s’est abstenue à plusieurs reprises lors du vote sur les résolutions au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale des Nations Unies qui condamnaient l’activité russe en Ukraine et refusaient les tentatives occidentales d’isoler la Russie dans les forums mondiaux. Dans sa conversation avec le président Poutine, le Premier ministre Modi a réitéré l’appel à la diplomatie et au dialogue pour résoudre la crise ukrainienne, tandis que l’Inde continue de maintenir toutes ses relations avec Moscou.

L’Inde importe environ 60% de ses besoins de défense de la Russie et l’approvisionnement est resté ininterrompu depuis les années 1960. Il est intégré aux systèmes de défense indiens et favorise la localisation, les collaborations et l’exportation de matériel militaire vers des pays tiers. L’Inde bénéficie de transferts de technologie, de missiles et de sous-marins nucléaires qu’elle ne peut obtenir nulle part ailleurs. La Russie a collaboré avec le programme nucléaire indien à travers une période de sanctions américaines visant l’Inde depuis les années 1990. Même si l’Inde a diversifié ses importations dans le domaine de la défense, la Russie domine ce secteur et devrait continuer à le faire dans un proche avenir.

Les sanctions contre la Russie peuvent certainement avoir un impact sur les importations de défense indiennes et les implications sont en cours d’examen. La capacité de l’Inde à acheter à l’Occident est utilisée comme levier pour éviter la législation américaine comme la « Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act » (CATSA). L’Inde cherche à obtenir des dérogations aux sanctions en tirant parti de ses besoins et de ses marchés.

L’Inde achète du pétrole à des prix réduits et ses importations de pétrole en provenance de Russie sont passées de 1% à près de 6% de ses besoins (1,2 million de barils par jour en juin 2022) et pourraient encore augmenter. En outre, le consortium indien de sociétés gazières publiques et privées a investi 10 milliards de dollars dans des champs pétroliers sibériens et autres. Les liaisons proposées entre les ports de Vladivostok et de Chennai en Inde pour faciliter une route maritime directe sont sur la planche à dessin. L’Inde s’associe à la Russie pour contourner le « choc des matières premières » actuel causé par les sanctions (Indian Express 2 juillet 2022). L’Inde, comme la plupart des pays du Sud, s’est toujours opposée aux sanctions unilatérales, car elles touchent les personnes les plus vulnérables.

Une conversation importante est en cours sur la relance du commerce roupie-rouble. L’Inde a payé en roupies pour ses missiles S-400. Des entreprises indiennes comme Ultra Tech Cement importent du charbon russe et paient en yuans chinois – une méthode qui, selon les commerçants, pourrait devenir plus courante (Reuters, 29 juin 2022). Les mécanismes des BRICS et sa Nouvelle Banque de Développement préconisent que 50% du commerce intra-BRICS soit basé sur des monnaies locales / alternatives. Toutefois, des institutions claires, rapides et transparentes doivent être mises en place pour matérialiser de telles transactions.

Intérêts géostratégiques

La pensée géostratégique indienne est façonnée par des différends frontaliers non résolus avec la Chine et le Pakistan. L’Inde s’inquiète des revendications de la Chine sur les territoires du nord-est de l’Inde qui ont conduit à des escarmouches le long de la frontière. L’approfondissement du partenariat stratégique sino-russe, où la Russie pourrait donner la priorité à la Chine plutôt qu’à l’Inde, reflète une crainte sur laquelle les États-Unis jouent et ils travaillent à convaincre l’Inde de s’éloigner de la neutralité. Le secrétaire américain à la Défense a indiqué à l’Inde que la Chine « durcissait » ses positions le long de la ligne de contrôle réel, alors qu’il parlait de Taiwan dans le même souffle (Indian Express, 12 juin 2022). Les États-Unis ont besoin de l’Inde pour contenir la Chine, de sorte que les divisions entre l’Inde et la Chine favorisent leur plan de sevrer l’Inde à leurs côtés. L’Inde favorise un monde multipolaire et bénéficie de relations harmonieuses avec la Russie, l’Occident et le Sud, mais le fil du différend frontalier sino-indien déterminera l’avenir de la neutralité indienne dans un monde profondément polarisé.

Le virage de l’Inde vers des politiques néolibérales s’est accompagné d’une priorisation des relations avec les États-Unis, ce qui est évident dans l’augmentation des échanges commerciaux et la diversification des importations de défense. Des accords avec les États-Unis pour fournir un soutien logistique à leurs navires ont été signés, l’Inde est membre du Forum quadrilatéral et des exercices militaires comme le RIMPAC qui projettent la puissance de l’OTAN dans le Pacifique. En plus du soft power américain et des Indiens travaillant aux États-Unis, les étudiants indiens dans les universités américaines sont un facteur important dans cette relation. Mais l’Inde a veillé à ce qu’aucun forum dont elle fait partie ne prenne position contre la Russie. L’Inde a assuré ses relations stratégiques avec la Russie. L’énorme marché indien et les capacités de défense permettent à l’Inde de conserver son autonomie stratégique.

Nouveau départ?

Il y a de nombreux domaines qui doivent être approfondis pour maintenir et accélérer les relations russo-indiennes, afin d’éviter leur stagnation dans un monde en évolution rapide. Les dirigeants de plus haut niveau des deux pays ont encouragé un approfondissement du commerce. Même si cela dépend du marché, les deux États doivent faciliter des canaux plus faciles et moins bureaucratisés. La Russie doit puiser dans les moyennes et petites entreprises indiennes en ce moment, car les grandes entreprises risquent d’être ciblées par des sanctions. La Russie devrait tirer parti du marché du travail indien, tout comme l’ont fait les pays d’Asie occidentale. La Russie doit approfondir ses liens scientifiques et technologiques avec l’Inde, ainsi que son énorme industrie des services. Les institutions indo-russes devraient approfondir leur collaboration. Les initiatives qui ont été proposées mais qui sont sur la voie lente, comme le corridor international de transport Nord-Sud, les accords de libre-échange, les visas de travail, de meilleurs mécanismes pour le commerce roupie-rouble et les liens avec les banques doivent être accélérées. Cette accélération nécessite de la volonté politique et de la créativité, et peut énormément profiter à l’Inde et à la Russie. C’est le moyen non seulement d’accélérer les relations, mais de leur donner plus de poids.

L’Inde et la Russie s’engagent l’une avec l’autre dans de nombreux forums, y compris les BRICS, l’OCS, le G-20 et d’autres. L’avenir de la Russie se trouve dans les pays du Sud, car l’Occident promet une longue période d’isolement pour la Russie et la Chine. Compte tenu de la concurrence de l’Inde avec la Chine, la Russie et l’Inde équilibreront le nouvel ordre géopolitique avec prudence. Les longues années de partenariat et de collaboration doivent s’accélérer, car ce sont des intrants pour soutenir un monde multipolaire.

Conclusion

La politique étrangère réaliste et transactionnelle de l’Inde est basée sur une analyse coûts-avantages qui montre que l’Inde accélérera son partenariat avec la Russie tout en développant ses relations avec l’Occident. La position indienne de neutralité stratégique sur la question de l’Ukraine est un pas en arrière par rapport à son inclinaison vers les États-Unis, où l’Inde a signé divers accords qui ont fourni aux États-Unis des installations navales en Inde. La Russie a confiance dans son partenariat avec l’Inde, ce qui constitue une base pour l’établissement de nouvelles relations matérielles et interpersonnelles. Les marchés indien et russe devraient saisir cette occasion pour établir des liens entre eux.

L’Inde cherche à obtenir des exemptions de sanctions, car celles-ci mettraient en danger les importations indiennes de défense en provenance de Russie. L’Inde achète du pétrole à des taux concessionnels à la Russie et utilise son énorme marché, sa capacité stratégique et économique pour contrer la pression des États-Unis et s’en tenir à sa position de neutralité. L’Inde ne mettra pas en péril ses relations avec la Russie ou l’Occident.

L’Inde conservera cette position pendant cette période de transition internationale, de démondialisation et d’incertitude. L’Inde ne veut pas faire partie d’un bloc qui la contraindrait à prendre parti. Une combinaison d’expérience historique, de défis actuels en matière de sécurité et de développement, de stabilité du régime et de préoccupations concernant ses différends frontaliers non résolus avec la Chine et le Pakistan a façonné la réponse de l’Inde. La position de l’Inde en tant que pays neutre avec des relations harmonieuses avec la Russie et l’Occident se poursuivra pendant cette transition.

Commenter cet article