Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Russie : Référendums à but spécial

Publié le 25 Septembre 2022 par Vendémiaire in Europe Est & Centrale, International

Russie : Référendums à but spécial
Les territoires non contrôlés par l’Ukraine veulent rejoindre la Russie en un temps record, dit le quotidien Kommersant qui en décrit ici les conséquences. Ce quotidien possédé par Alicher Bourkhanovitch Ousmanov est un homme d’affaire russo-ouzbèke dont la fortune est estimée à 14,1 milliards de dollars américains en 2022 et il représente les milieux d’affaires qui sont inquiets de la tournure anti-oligarchique que prend l’affrontement. Ces référendums se sont assortis d’une mobilisation partielle et d’une transformation de la loi sur le refus de la guerre en cas d’attaque du territoire russe et les mesures n’ont d’équivalent juridique que dans l’URSS face à l’entrée des troupes nazies. Nous avons donc ici la description par un quotidien russe du résultat de “l’offensive” de Kharkov avec implication claire des pays comme les USA et la Grande Bretagne dans l’escalade belliciste et le refus de toute solution diplomatique. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete).

Des référendums sur l’entrée en Russie des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que des unités contrôlées par la Russie des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijia, auront lieu du 23 au 27 septembre. Ces décisions ont été prises mardi par les chefs des quatre territoires. Les États-Unis et l’Europe ont déjà déclaré qu’ils ne reconnaissaient pas les « référendums fictifs », et Kiev a promis de continuer à « libérer ses territoires, quoi qu’ils disent en Russie ». Les experts en droit notent que si ces territoires sont inclus dans la Fédération de Russie, Moscou sera en mesure d’interpréter les attaques contre eux comme une agression et de prendre toute une série de mesures de rétorsion – de la mobilisation totale ou partielle à une frappe nucléaire.

Les autorités des territoires ukrainiens contrôlés par la Russie ont décidé de légaliser le désir d’être avec la Russie dès que possible.
Les autorités des territoires ukrainiens contrôlés par la Russie ont décidé de légaliser le désir d’être avec la Russie dès que possible.Photo: Anatoly Zhdanov, Kommersant

Des décrets sur la tenue de référendums sur l’adhésion à la Russie ont été signés le 20 septembre par les chefs des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) et les chefs des « administrations militaro-civiles » opérant dans les unités contrôlées par la Russie des régions de Kherson et Zaporijia. Selon ces documents, des référendums dans tous les territoires auront lieu du 23 au 27 septembre.

Les premiers dirigeants russes à réagir à ces décisions ont été le chef adjoint du Conseil de sécurité Dmitri Medvedev et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

M. Medvedev a déclaré qu’il était tout simplement impossible de se passer de référendums. « Les référendums dans le Donbass sont d’une grande importance non seulement pour la protection systémique des résidents de la RPL, de la RPD et d’autres territoires libérés, mais aussi pour le rétablissement de la justice historique », a-t-il écrit sur sa chaîne Telegram. Selon lui, ces plébiscites « changent complètement le vecteur du développement de la Russie depuis des décennies ». « Et pas seulement notre pays. Puisqu’après leur mise en œuvre et l’admission de nouveaux territoires en Russie, la transformation géopolitique dans le monde deviendra irréversible », a suggéré M. Medvedev.

Et puis il a ajouté une phrase que de nombreux observateurs occidentaux ont considérée comme un avertissement sur la volonté des autorités russes d’utiliser tous les moyens, y compris les armes nucléaires tactiques, pour protéger leurs nouveaux territoires:

« L’empiètement sur le territoire de la Russie est un crime dont la commission permet l’utilisation de toutes les forces de légitime défense. »

Avant cette déclaration, les responsables russes ont assuré à plusieurs reprises que Moscou n’utiliserait pas d’armes nucléaires dans le conflit avec l’Ukraine. Il n’en est pas moins important, selon l’ex-président de la Fédération de Russie, qu’après qu’ait été modifiée la Constitution sur l’adhésion de nouveaux territoires, « pas un seul futur dirigeant de la Russie, pas un seul fonctionnaire ne sera en mesure de revenir sur ces décisions ». « C’est pourquoi ces référendums sont si redoutés à Kiev et en Occident. C’est pourquoi ils doivent être réalisées », a conclu Dmitri Medvedev.

Sergueï Lavrov s’est dispensé de déclarations belliqueuses. « Dès le début de l’opération militaire spéciale, et en général dans la période qui l’a précédée, nous avons dit que les peuples des territoires respectifs devaient décider de leur sort. Et toute la situation actuelle confirme qu’ils veulent être maîtres de leur propre destin », a-t-il déclaré dans un commentaire pour le programme “Moscou. Kremlin. Poutine”.

https://youtu.be/m1ox1fHX80Y

Peut être une image de 4 personnes et personnes debout

Comment cela se passera-t-il ?

La procédure de tenue de référendums dans la RPD et la RPL est inscrite dans les lois adoptées et entrées en vigueur le même jour, le 20 septembre. Leurs textes sont presque identiques.

Conformément à celles-ci, le droit de participer au vote est également détenu par les citoyens de la RPD et de la RPL qui sont en dehors des républiques. Le vote peut avoir lieu à la fois dans une salle spéciale et à l’extérieur de celle-ci – dans les territoires adjacents et d’autres endroits « adaptés à l’équipement nécessaire pour un vote ». Les lois prévoient également que le processus de vote peut être interrompu pour des raisons indépendantes de la volonté de la commission : « En cas de … une situation qui peut nuire à la vie et à la santé des membres de la commission référendaire, des participants au référendum, la commission de circonscription peut suspendre le vote sur ce site référendaire jusqu’à ce qu’une telle situation soit retournée à la normale ».

En présence d’une telle menace, le dépouillement des votes peut également être suspendu : dans ce cas, les documents sont remis à la commission territoriale ou à la CEC, où le dépouillement des votes est effectué à nouveau. Les résultats du référendum doivent être déterminés au plus tard 5 jours après le dernier jour de vote, la question est considérée comme approuvée si plus de 50% des participants au plébiscite ont voté pour.

Le 20 septembre, les parlements de la RPD et de la RPL ont également approuvé la question référendaire, qui est formulée de manière identique: « Êtes-vous en faveur de l’entrée de la RPD / RPL dans la Fédération de Russie en tant que sujet de la Fédération de Russie? » Dans les parties contrôlées par la Russie des régions de Zaporozhye et kherson, la question devait être formulée un peu différemment, car ces territoires (contrairement à la RPD et à la RPL, dont Moscou a reconnu l’indépendance), du point de vue de la législation russe, font toujours partie de l’Ukraine et l’apparition de nouveaux sujets dans la Fédération de Russie, conformément aux lois russes, n’est possible qu’à la suite de la conclusion d’un traité interétatique.

Par conséquent, les habitants de Kherson et Zaporojié se verront proposer d’approuver trois décisions à la fois: la sécession du territoire de l’Ukraine, la formation d’un État indépendant et son entrée dans la Fédération de Russie en tant que sujet.

Selon l’INSOMAR, qui a interrogé le 19 septembre 1 000 résidents par téléphone dans les régions de la RPD, de la RPL, de Zaporozhye et de Kherson, de 65% (dans la région de Kherson) à 83% (dans la RPL) des répondants sont prêts à participer aux référendums, dont de 80% à 91% ont l’intention de voter pour rejoindre la Fédération de Russie. Après cela, conformément à la loi constitutionnelle fédérale « Sur la procédure d’adoption dans la Fédération de Russie et la formation d’un nouveau sujet de la Fédération de Russie dans sa composition », Moscou doit conclure un accord approprié avec chacun des territoires adhérents (dans le cas de certaines parties des régions de Kherson et de Zaporozhye, il sera nécessaire de reconnaître d’abord leur indépendance), qui, après leur évaluation par la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie, sont envoyés pour ratification au parlement fédéral. Dans le même temps, des projets de lois constitutionnelles sur l’adoption de nouveaux sujets en Fédération de Russie sont soumis à la Douma d’État.

Rappelons qu’en 2014, toutes les procédures légales pour l’admission de la Crimée et de Sébastopol dans la Fédération de Russie ont eu lieu dans les quatre jours. La semaine prochaine, la Douma d’État doit tenir des sessions plénières les 27 et 28 septembre, après quoi les députés devraient se rendre dans leurs régions. Mais si nécessaire, la chambre est prête à se réunir à tout moment, a déclaré le chef du Comité de contrôle Oleg Morozov à RIA Novosti, « il n’y a pas un seul obstacle de sorte que dès le lendemain de la décision pertinente (dans la RPD et la RPL. – « Kommersant ») nous mettrons en œuvre toutes les procédures légales.

À quoi cela conduira-t-il?

Si les nouveaux territoires sont acceptés en Russie, alors toute attaque contre eux sera considérée comme une agression et donnera aux autorités russes le droit de répondre « de manière adéquate », explique Rachkov, professeur agrégé au MGIMO. Entre autres choses, la doctrine militaire russe prévoit que dans les cas d’agression contre la Fédération de Russie, « lorsque l’existence même de l’État est menacée », la Russie a le droit d’utiliser des armes nucléaires. Dans le même temps, c’est la partie russe qui détermine ce qu’il faut considérer comme une telle menace, souligne l’expert, théoriquement, on peut déjà dire qu’une telle menace existe, par exemple, puisque des missiles sont tombés sur le territoire de la région de Koursk.

La situation actuelle, ajoute M. Rachkov, permet également de déclarer la loi martiale – principalement dans les territoires soumis à des bombardements – avec toutes les restrictions aux droits et libertés qui en découlent. Cependant, l’expert suggère que l’introduction de la loi martiale n’affectera pas l’ensemble du pays: très probablement, par analogie avec les restrictions imposées pendant l’épidémie, elle s’appliquera à certaines régions.

Nous notons également que, selon la loi fédérale « Sur la préparation et la mobilisation de la mobilisation », « en cas d’agression contre la Fédération de Russie ou de menace directe d’agression », le Président de la Fédération de Russie a le droit de déclarer une mobilisation générale ou partielle, et cela peut être fait même sans déclarer la loi martiale.

Dans ce cas, la Douma d’Etat a déjà adopté mardi des amendements en deuxième et troisième lectures introduisant les concepts de « mobilisation » et de « loi martiale » dans le Code pénal (CC).

Ce document durcit la responsabilité « pendant la période de mobilisation ou de loi martiale, en temps de guerre » en vertu d’un certain nombre d’articles, dont l’article 337 sur l’abandon non autorisé d’une unité (jusqu’à 10 ans de prison), l’article 338 sur la désertion (jusqu’à 15 ans) et l’article 339 sur l’évasion des tâches militaires par simulation de maladie ou par d’autres moyens (jusqu’à 10 ans).

En outre, deux nouveaux articles sont introduits dans le Code pénal : « Reddition volontaire » (article 352.1) et « Pillage » (article 356.1). Le premier d’entre eux prévoit une peine de 3 à 10 ans d’emprisonnement (s’il n’y a aucun signe de trahison), et le second – jusqu’à 15 ans de prison (si le crime est commis par un groupe de personnes ou combiné avec une menace de tuer). Art. 332 est complétée par une nouvelle partie, selon laquelle le non-respect par un subordonné de l’ordre d’un supérieur pendant la loi martiale ou dans des conditions d’hostilités, ainsi que le refus de participer aux hostilités, sont passibles d’une peine d’emprisonnement de deux à trois ans. En outre, plusieurs nouveaux articles sur le non-respect de l’ordonnance de défense de l’État sont introduits dans le Code pénal

Des amendements ont été apportés au projet de loi du gouvernement adopté en juillet en première lecture, qui modifie les conditions de remplacement de la partie non purgée de la peine aux personnes reconnues coupables d’un crime particulièrement grave. Les auteurs étaient des députés de toutes les factions dirigées par Russie unie Dmitry Vyatkin, ainsi que le sénateur Andrei Klishas. Les dispositions ont été approuvés par le comité législatif compétent lundi soir par sondage (sans réunion du comité), et ce projet de loi ne figurait pas à l’ordre du jour initial du comité. Sur le site de la Douma, les amendements ont été affichés vers minuit le 19 septembre.

Les auteurs n’ont pas commenté à Kommersant leurs amendements et n’ont pas répondu à une demande de clarification de leur signification. Selon une source à la Douma, il leur a été « conseillé de ne pas commenter encore » ces dispositions. Au cours de la discussion du projet de loi en séance plénière, pas une seule question ou commentaire n’a également été entendu de la part des députés. Le 21 septembre, la loi adoptée par la Douma sera examinée par le Conseil de la Fédération, après approbation duquel le document sera soumis à la signature du président et entrera en vigueur immédiatement après sa publication.

Qui sera affecté par ces dispositions ?

Dmitry Gorbunov, associé du cabinet d’avocats Rustam Kurmaev & Partners, commentant le paquet d’amendements au Code pénal, note qu’« auparavant, il n’y a pas eu de situations géopolitiques similaires dans l’histoire de la Fédération de Russie et qu’il est inapproprié de parler de la jurisprudence des projets de loi ». « Quelque chose de proche n’a eu lieu que pendant la Grande Guerre patriotique », ajoute-t-il. L’avocate Tatiana Pashkevich rappelle à cet égard l’ordre du quartier général du Commandement suprême du 16 août 1941, souvent appelé « Pas un pas en arrière ! » : « L’ordre fait référence aux « commandants et aux travailleurs politiques qui, pendant la bataille, arrachent leurs insignes et désertent à l’arrière ou se rendent à l’ennemi ». Il y a aussi une indication dans le texte de l’arrestation des familles de ces militaires. »

Egor Redin, associé directeur du cabinet d’avocats « Position of Law », note qu’en vertu du nouvel article 352.1 du Code pénal, la responsabilité naîtra « au moment de la reddition volontaire, lorsque la reddition n’est pas une condition nécessaire à la préservation de la vie ». « Il s’agit donc de transfuges », a-t-il déclaré. « Mais si un militaire commet ce crime pour la première fois, il peut être libéré de toute responsabilité s’il a pris des mesures pour être libéré, s’il est retourné à l’unité ou sur le lieu de service et s’il n’a pas commis d’autres crimes pendant sa captivité », ajoute Igor Bushmanov, associé directeur du cabinet d’avocats Avex Just.

Les amendements adoptés peuvent signifier la formation d’un cadre juridique pour la mobilisation et l’envoi de conscrits pour effectuer des missions de combat, a déclaré Oksana Paramonova, chef de l’organisation de défense des droits de l’homme « Mères des soldats de Saint-Pétersbourg ».

Elle souligne que les conscrits dans cette situation sont plus vulnérables que les entrepreneurs : « Les employés contractuels conservent le droit de résilier le contrat, mais les conscrits ne pourront plus refuser de participer à l’opération spéciale. Maintenant que cela a été criminalisé, il est impossible de refuser de combattre sans risquer de tomber dans une affaire pénale. »

Jusqu’à présent, nous ne parlons que de la responsabilité des militaires actifs, le chef du groupe de défense des droits de l’homme « Citoyen. Armée. Loi » (inscrit au registre des agents étrangers) Sergey Krivenko. Les domaines d’application des articles nouveaux et modifiés du Code pénal s’étendent également – jusqu’à la « mobilisation » et les « zones de loi martiale ». Dans le cas de l’introduction de la mobilisation, ces amendements seront valables non seulement dans la zone de guerre, mais aussi sur le territoire de la Russie, dans les unités militaires pacifiques, explique M. Krivenko.

Qui n’aime pas cette loi ?

La réaction de l’Occident à la nouvelle des référendums, comme on pouvait s’y attendre, a été dure.

Le président français Emmanuel Macron, qui a immédiatement demandé une conversation urgente avec Vladimir Poutine et a déclaré plus tard que la conversation pourrait avoir lieu « dans les prochains jours », a qualifié l’organisation des référendums de « provocation » et de « cynisme ». « Les référendums dans le Donbass n’auront pas de conséquences juridiques, tout le processus est une parodie », a-t-il déclaré. – Si l’idée d’un référendum dans le Donbass n’était pas si tragique, ce serait drôle. »

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également déclaré qu’il ne pouvait être question de reconnaissance internationale des résultats des référendums. « La Russie doit retirer ses troupes (du territoire de l’Ukraine. – « Kommersant »). L’Ukraine a le droit de défendre son intégrité et sa souveraineté. En cela, nous la soutenons. À cet égard, il est tout à fait clair que cette imitation de référendums ne peut pas être reconnue », a-t-il déclaré aux journalistes.

Les autorités américaines ont également condamné l’idée d’organiser des référendums. « La Russie semble continuer à mettre en œuvre un plan visant à organiser des référendums fictifs dans les zones de l’Ukraine sous son contrôle et même dans les zones qui ne sont pas actuellement sous son contrôle », a suggéré le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan lors d’un point de presse, avertissant: « Si cela se produit … Les États-Unis ne reconnaîtront jamais la revendication de la Russie sur une partie prétendument annexée de l’Ukraine. Nous ne reconnaîtrons jamais ce territoire comme autre chose qu’une partie de l’Ukraine. Nous rejetons sans équivoque les actions de la Russie, et nous continuerons à travailler avec nos alliés et partenaires pour nous assurer que la Russie supporte les coûts et pour fournir un soutien historique à l’Ukraine. »

 

À son tour, le porte-parole du Pentagone, Patrick Ryder, a assuré que les partenaires internationaux continueraient de toute façon à soutenir l’Ukraine. « Personne ne prendra au sérieux de tels référendums fictifs, et les Etats-Unis, bien sûr, ne reconnaîtront pas leurs résultats », a-t-il assuré. – Comment cela affectera-t-il notre soutien et celui de la communauté internationale à l’Ukraine? Cela ne nous affectera en aucune façon, nous continuerons à travailler avec l’Ukraine et nos partenaires internationaux pour leur fournir l’assistance nécessaire pour protéger leur territoire. »

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a également déclaré à l’avance les référendums à venir « illégitimes ». « Il s’agit d’une nouvelle escalade (…) La communauté internationale devrait condamner cette violation flagrante du droit international et renforcer son soutien à l’Ukraine », a-t-il exhorté.

Enfin, Kiev a déclaré que l’annonce des référendums est une mesure exclusivement démonstrative, une « réponse asymétrique » à la contre-offensive ukrainienne réussie dans la région de Kharkov, qui ne change pas de manière significative la situation sur le champ de bataille. Le premier à s’exprimer dans cet esprit a été le chef du bureau du président de l’Ukraine, Andriy Yermak, qui a promis que « l’Ukraine résoudra la question russe ». « La menace ne peut être éliminée que par la force », a-t-il ajouté. Des pensées similaires ont été exprimées sur sa page Twitter par le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba, qui a déclaré qu’aucun référendum et mobilisation ne changerait quoi que ce soit. « L’Ukraine a tout à fait le droit de libérer ses territoires et continuera de les libérer, quoi qu’ils disent en Russie. »

Anastasiya Kornya, Mariya Makutina, Elena Rozhkova, Aleksandr Voronov, Mariya Starikova Elena Chernenko, Kirill Krivosheev

Commenter cet article