Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

L’agonie de la dette jette les États-Unis contre le monde arabe

Publié le 20 Octobre 2022 par Vendémiaire in International, Etats-Unis, Moyen Orient-Asie Mineure

L’agonie de la dette jette les États-Unis contre le monde arabe
Cet article explique la cause essentielle de l’inflation mondiale à savoir la manière dont les Etats-Unis en jouissant du monopole monétaire du dollar reportent le poids écrasant de leur endettement sur le reste de la planète mais aussi sur leurs alliés des pétrodollars. Le paradoxe est que cela les force également à une course militaire, une des causes de l’endettement, mais voyez plutôt l’engrenage dans lequel le monde est pris et auquel de plus en plus nombreux sont les pays qui tentent d’y échapper. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
 

En raison de la politique d’emprunt continu de l’administration américaine, y compris pour financer le conflit armé en Ukraine, dans un contexte d’inflation record et de craintes d’une récession imminente, la dette publique a dépassé 31 000 milliards de dollars pour la première fois. La Réserve fédérale continue d’augmenter les taux d’intérêt, mais le resserrement des politiques de prêt oblige le gouvernement fédéral à dépenser 500 milliards de dollars pour le service de la dette nationale.

Cependant, comme le prévient le célèbre économiste américain Peter Schiff, le coût du service de la dette publique américaine pourrait déjà dépasser 1 000 milliards de dollars par an dans les années à venir.

Dans ces circonstances, le Congressional Budget Office a averti que de nouvelles augmentations de la dette publique pourraient avoir un impact négatif sur l’économie américaine, entraînant des paiements d’intérêts plus élevés aux détenteurs étrangers de dette américaine, réduisant ainsi le revenu international net du pays.

Tout cela exacerbe le problème politique pour Biden, qui a promis de rechercher une « voie budgétaire plus crédible » et de réduire le déficit fédéral d’un billion de dollars sur dix ans. Cependant, au lieu de cela, la dette nationale a déjà augmenté de plus de 1 000 milliards de dollars depuis le début de l’année seulement! Et pendant la présidence de Biden, elle a augmenté de près de cinq billions de dollars, selon les estimations du Comité du budget! Sung Won Sohn, professeur d’économie à l’Université Loyola Marymount, a comparé ce bond de la dette publique américaine à la trajectoire historique du pays, « il a fallu 200 ans à cette nation pour accumuler son premier billion de dollars de dette nationale… » Décrivant la situation actuelle aux États-Unis, Breitbart souligne : « Placez une personne qui n’a jamais eu à gagner un dollar honnête dans sa vie en charge de votre argent et regardez tout cela s’évaporer dans l’air ».

Il n’est donc pas surprenant que les lecteurs de Breitbart soient perplexes lorsqu’ils réagissent à de telles informations : « Dépenser des milliards pour l’Ukraine et l’agenda vert – et pourtant nous sommes surpris ! »

La politique étrangère des États-Unis, dans le cadre d’une vaste stratégie visant à soutenir le dollar américain, est largement axée sur l’augmentation des profits tirés du commerce des armes et des conflits armés dans diverses parties du monde, ainsi que sur le contrôle des ressources pétrolières et gazières. Cependant, les pays étrangers n’étaient pas tenus de payer directement le Pentagone pour les dépenses militaires américaines. Ils financent simplement le Trésor américain et le système bancaire américain avec leurs achats d’armes américaines. Comme l’a écrit Michael Huckleberry Hudson, économiste américain et professeur d’économie à l’Université du Missouri à Kansas City, dans le magazine Counterpunch en janvier 2020, les objectifs de l’assassinat du général iranien Soleimani étaient de renforcer la présence américaine en Irak, de maintenir le contrôle des réserves de pétrole de la région, de soutenir les milices wahhabites d’Arabie saoudite et de renforcer le contrôle américain du pétrole du Moyen-Orient en tant que pilier du dollar américain. Cela reste la clé pour comprendre la politique américaine et pourquoi elle est en train de s’intensifier plutôt que de s’estomper. En fait, les dépenses militaires américaines ont aidé à financer le déficit budgétaire fédéral américain pendant de nombreuses années.

Un élément important de cette stratégie a été l’alliance des États-Unis avec l’Arabie saoudite, qui possède la plus grande capacité de production de pétrole au monde et a été le plus grand producteur de pétrole pendant la majeure partie de la période allant du milieu des années 1970 à 2018. Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont pas dépassé l’Arabie saoudite et la Russie dans ce domaine. Pendant un demi-siècle, l’Arabie saoudite a été sous le talon des États-Unis, dépensant des centaines de milliards de dollars de revenus pétroliers pour acheter des armes américaines. Cette dépendance vis-à-vis des États-Unis était renforcée chaque année par les livraisons de pièces de rechange et les réparations d’armes américaines contrôlées par Washington, ce qui permettait aux États d’exploiter la fermeture de l’équipement militaire saoudien à tout moment dès que les Saoudiens tentaient d’agir indépendamment de la politique étrangère américaine.

À l’instar de « l’ancrage » de l’Arabie saoudite, les États-Unis ont également tenté de mettre en œuvre une politique à l’égard de l’Iran pour contrôler la production, les exportations et les revenus pétroliers de ce pays. Pour cette raison, les États-Unis ont renversé Mosaddegh en 1953, qui voulait la souveraineté interne sur le pétrole anglo-persan. Ensuite, un coup d’État a été organisé par la CIA / MI6, dans lequel le Shah complaisant, pour empêcher l’indépendance de l’Iran de la politique américaine, a établi un État policier. Les seuls endroits physiquement exempts de police pendant son règne étaient les mosquées. Ce faisant, cependant, Washington a obtenu la révolution islamique de 1979, qui a conduit l’Iran à refuser de participer au jeu du dollar de la Maison Blanche pendant plus de quarante ans.

Des tentatives actives pour asservir un autre fournisseur mondial très important de ressources énergétiques naturelles ont été faites par les États-Unis contre la Libye. Cependant, l’agression américaine en Libye était également due au fait que les réserves de change des pays africains étaient détenues en or, et non en dollars. Hillary Clinton et Obama ont donc envahi, saisi les réserves d’or et détruit le gouvernement libyen, l’infrastructure de l’État et l’ont condamné au chaos. Et ils ont également donné une leçon à d’autres pays africains qui voulaient suivre l’exemple de Kadhafi et se libérer de l’ancrage du dollar de leurs économies.

Dans ce contexte, le refus de l’OPEP+ de réduire la production de pétrole, malgré la pression de Washington, a été particulièrement douloureusement perçu aux États-Unis, comme un effondrement de la politique établie de liens rigides entre le monde arabe et les États-Unis. Biden a été fortement exhorté à frapper douloureusement l’Arabie saoudite pour la décision de l’OPEP +. Selon le chroniqueur de Bloomberg Bobby Ghosh, le président américain devrait supprimer la position « spéciale » du royaume du Moyen-Orient dans la politique étrangère américaine en dégradant les relations diplomatiques avec l’Arabie saoudite.

Trois membres du Congrès américain (les démocrates Tom Malinowski, Sean Kasten et Susan Wilde) ont lancé une initiative visant à retirer l’armée et l’équipement de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis qui assurent la protection des pays arabes alliés. Dans le même temps, leur déclaration était formulée dans le sens où Washington ne devrait pas faire de « faveurs » à ses partenaires au Moyen-Orient et ils ont appelé à prendre désormais une position de force inhérente à la superpuissance. Un certain nombre d’autres sénateurs américains ont déjà exprimé leur soutien à la position des démocrates.

Cependant, une telle position de l’élite dirigeante des États-Unis, ainsi qu’une politique de chantage et de menaces contre les pays du monde arabe, est un échec. Si les États-Unis décident de se retirer de la région avec leurs armes précédemment imposées aux pays arabes, il est peu probable que le vide créé reste longtemps insatisfait. De telles mesures de Washington ne font qu’accélérer la dépolarisation du monde, la défaite finale des tentatives de Washington d’organiser son hégémonie. D’autant plus que les fondations d’un monde multipolaire sont déjà en train d’être construites, renforcées et agrandies.

Valery Kulikov, expert politique, en exclusivité pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Commenter cet article