Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Élection présidentielle : la double ignorance et ses conséquences

Publié le 28 Novembre 2006 par René Merle in France-Politique - société

par René Merle

Ce n’est pas l’actuelle campagne médiatique qui corrigera une évidente double ignorance de l’opinion : ignorance de l’histoire de l’institution et ignorance de la nature des pouvoirs
L’ignorance de l’histoire de l’institution (1) fait considérer comme naturelle, depuis 1969 et le départ du Général de Gaulle, la pérennité bancale d’une institution née de circonstances exceptionnelles, où, à tort ou à raison, un homme pouvait prétendre, en s’élevant au dessus des partis, représenter la grande majorité des citoyens pour écarter les périls.
Il serait d’ailleurs très intéressant, pour qui en a le temps et l’envie, de plonger dans les débats passionnés des années 1945-1946, qui virent les citoyens préférer la république parlementaire à la république présidentielle, et ceux des années 1958-1962, où ils se rallièrent majoritairement au régime présidentiel.
Dans l’intense médiatisation actuelle autour des deux candidats prédésignés d’office, on use et abuse de la fameuse formule gaullienne, « l’élection présidentielle est la rencontre d’un homme et d’un peuple ». Aujourd’hui un miracle se serait produit, qui aurait transformé un homme et d’une femme aux responsabilités politiques depuis 25 ans et plus (mais jouant sur la lassitude citoyenne devant l’autoperpétuation de la classe politique), en une femme et un homme nouveaux, rencontrant charnellement notre peuple...
En l’occurrence, on pourrait rappeler la formule de Marx, sur ces événements historiques majeurs qui se rejouent en farce.
Ce double avènement de la femme et de l’homme providentiels intervient alors même où le système apparaissait usé. Il importait donc à ceux qui en profitent de le perpétuer.
Je ne ferai pas l’affront d’expliquer longuement à des citoyens avertis l’efficace perversité de ce système. Non seulement l’élection présidentielle impose aux citoyens un choix par défaut, binaire par définition. Mais sa logique modifie profondément les conditions de la vie politique française : par sa binarité, elle tend à effacer la nécessaire diversité politique et transforme les deux principaux partis en clubs de supporters « people ». Et cette logique est telle qu’accepter d’entrer dans le jeu entraîne, de gré ou de force, l’adhésion au système, y compris de ceux qui l’ont le plus violemment condamné : de l’auteur du « Coup d’État permanent » aux militants pour la VI° République...
Cerise sur le gâteau, la personnalisation (choisir le ou la plus emblématique, sinon médiatique) vient pervertir les choix même de ceux qui se réclament d’une vraie vie politique citoyenne. Les débats dans la gauche de la gauche en témoignent à l’évidence.
Désormais, la persistance des appareils politiques ne doit pas nous tromper sur leur efficacité supposée (voir les débats dans la gauche de la gauche) et leur vraie finalité. Le Front National n’a pratiquement pas d’appareil, et fera pourtant sans doute un score très important.
Ainsi assistons-nous à la mise à mort programmée d’une vraie vie politique française, qui fait de plus en plus figure d’anachonisme dans une Europe gagnée aux bipartisme consensuel et institutionnel, quand ce n’est pas à l’union des deux grandes formations (voir l’Allemagne).
L’ignorance de la nature des pouvoirs vient encore renforcer cette mise à mort de la vie politique citoyenne, tant est répandue la conviction que le président, détenteur du pouvoir exécutif, détient en fait tous les pouvoirs.
Et nos deux candidats pré-désignés le confirment, non seulement en affirmant ne pas être ligotés par des programmes, mais encore en disposant déjà du pouvoir législatif. On a pu lire des formules du type : « Si je suis élue, ma première loi sera... ».
Or, pour régaliens que soient les pouvoirs du président, ils n’en sont pas moins contrebalancés par ceux des deux Assemblées. Les récentes et durables périodes de cohabitation l’ont bien montré.
En inversant l’ordre du calendrier électoral, le gouvernement Jospin avait voulu réaliser une réforme mettant fin à cette possibilité de cohabitation.
Dans la foulée de l’élection présidentielle, le président sollicite du pays une majorité qui le soutiendra sans état d’âmes. C’était indirectement renforcer le rôle du Président.
Mais c’était aussi renforcer la dépolitisation du pays : voter avant l’élection présidentielle pour élire l’Assemblée aurait signifié s’engager sur des choix politiques, sur des programmes. Voter après l’élection présidentielle pour élire l’Assemblée ne serait plus qu’entériner le choix premier, dans l’accentuation de la réduction binaire.
Aussi ne s’étonnera-t-on pas de l’absence totale des perspectives électorales de l’après présidentielle dans la médiatisation actuelle.
Ce qui n’empêche pas que, le système électoral aidant, les « petits » partis, pour s’assurer la manne de quelques dizaines de députés, de négocier déjà leur ralliement au second tour à l’un des deux postulants principaux.


René Merle - lundi 27 novembre 2006

Point Gauche, bimestriel, 82210 Angeville (Tarn-et-Garonne), décembre 2006, http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=469 

 (1) Sur cette question, je me permets de renvoyer à l’article « - René Merle - 1848 - 2006. À propos de l’élection présidentielle ». http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=468

Commenter cet article