Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 17:27

A.Hocine, secrétaire général par intérim du MDS a animé le 22/12/2012 une conférence portant sur le thème : Après la crise, Algérie, quelle perspective pour la gauche.

Les  trois mots clés sont mis en évidence dans l’intitulé, la crise, l’Algérie et la gauche, suggéraient, que la conférence  allait porter sur trois niveaux  « échelles », soit une analyse allant du macro au micro en permettant éclairage « panoramique » pour son auditoire. Comme premier niveau, la crise financière mondiale plus précisément la crise du capitalisme, en abordant les causes et leçons, la situation en Algérie avec une caractérisation de l’étape, comme deuxième niveau et enfin, un troisième niveau portant sur le MDS, comme parti de gauche ou qui se veut de gauche ?,  devant définir les enjeux  idéologique et politique voire programmatique (mais en est pas encore là) .Même si à ce dernier, on peut inclure les autres partis, dits « de gauche ».

Jugeant que la conférence n’a pas répondu à ce que j’espérer,  j’ai trouvé nécessaire de partager avec les camarades les quelques remarques relevé sur le  contenu de cette conférence. Cette très modeste contribution,  est pour moi une manière de continuer le débat, qu’A.Hocine  a eu le mérite d’entamer. D’ailleurs, il aurait été bien de diffuser  sa contribution, pour permettre un débat plus large avec une  participation plus importante des camarades. Ceci permettra de préciser les idées-concepts et étayer  l’argumentaire  pour armer les militants actuels et futurs du MDS.

 

Premièrement sur la  forme : (la forme, c’es le fond qui remonte en surface)

Le conférencier n’a pas su mettre une ligne directrice « un fond » à sa conférence, permettant d’aborder la question principale de sa conférence : l’idée de gauche. L’intervention  développée essentiellement  sur  deux volets, historique et conceptuel « questionnement », n’a pas permis à l’auditoire d’en voir le lien et l’utilité. En voulant développer ces deux aspects à la fois, sans en donner un sens,  le conférencier est tombé dans l’aléatoire,  la réduction et l’approximation.

Ø  Sur le volet historique

En effet, il a péché  dans son développement du volet historique, qui aurait pu être intéressant comme démarche, par des raccourcis historiques « historiographie », parfois imprécise, ne permettant pas  de mettre en évidence l’évolution historique réelle  des mouvements de gauche, leurs particularités et leur situation après la chute du mur de Berlin ,et donc, saisir  les enjeux actuels. Pour moi, il aurait été bénéfique de mettre en évidence la contribution de la gauche, on serait même tenté de parler des gauches, dans l’histoire moderne, de leurs erreurs, de leurs limites etc…

Mais pour se faire , il faudra  sortir  des jugements généralement appliqués à ce qu’il est convenu d’appeler l’expérience communiste , basés essentiellement sur l’efficacité économique et des normes institutionnelles du monde occidental et  mettre le curseur  sur les taches principales de ces mouvements dans leurs histoires particulières en relation avec  leur ligne principielle « idéologique ».

Sur l’expérience soviétique, n’a-t-elle pas  participé à sortir des sociétés soumis à des systèmes féodaux ou précapitalistes pour les arrimer à la modernité, et parfois,  à sa pointe ?. A ce titre, il serait utile de comparer  les évolutions dans les sociétés musulmanes des ex -républiques soviétiques, souvent occultées  au dépend du modèle turque et celles des autres  pays musulmans « pays du golfe ».

Par ailleurs, ne peut-on pas dire, que la gauche dans l’Amérique latine a contribué largement à l’émergence de systèmes démocratiques dans beaucoup de pays, et a éliminé  les pires  injustices ?. L’expérience de Chavez « socialisme du 21 siècle », même si elle n’est pas idéale pour certains, a eu des résultats positifs sur le plan social, que personne ne peut occulter. Les forces de gauche dans les pays arabes ont-elles pas  participé à l’indépendance, à la construction des états, parfois des républiques  et de la démocratie ? .Et, la gauche dans le monde occidental n’a-t-elle pas  participé à combattre l’arrogance du capitalisme en combattant l’ordre établi et  en défendant coute que coute les droits des forces du travail dans une société plus juste.

L’histoire du mouvement communiste en Algérie, PCA et PAGS a été survolée  sans mettre en évidence les fonds  des débats idéologiques et politiques et enjeux  qui été derrière leurs crises.

Ø  Sur le volet conceptuel 

Sur ce volet, le conférencier  n’a pas procédé par l’introduction d’un ou plusieurs  concepts    ou à leur revisite.   En général l’intervention a pris une forme interrogative :

ü  Nous sommes-nous pas, devant  un nouveau paradigme « système de penser »?

ü  L’émergence de nouvelles polarités, nous interpelle, quelles relations ou interprétations donner à ces dernières ?

ü  Assistons-nous, à la fin de l’hégémonie occidentale, et plus précisément américaine ?

ü  Le recul de la gauche, ne correspond t-il pas au recul des forces du travail dans l’histoire contemporaine ? 

ü  Comment peut-on caractériser le parti communiste chinois qui mène une politique capitaliste ?

Même si tout  parti politique « organisation » doit être « une instance vigilante », je pense que la méthode adoptée  n’a pas participer à éclairer, mais a plutôt,  brouiller les militants désireux de clarifications.

Certes, nous devons tenir compte  des évolutions économiques et  sociétales en enrichissant nous instruments  scientifiques. Mais il faut rappeler que le politique,   va nécessairement de la science à la pratique. Mais il peut très bien aller de la pratique à la science. Il y a des allers-retours, comme dirait P.Bourdieu.

Car au fond, en revenant justement la crise mondiale, n’a-t-elle pas parmi au moins, le dépassement complexe post mur Berlin, que les mouvements de gauche trainaient ? et de remettre en question  toute la doxa « paradigme libéral ». En réalité, les causes profondes qui ont poussé Spartacus, cet invariant communiste, à se révolter,  sont présentent presque de la même manière  à l’homme moderne.

Pour situer où nous en sommes en matière de réflexion, je dirais qu’il faut commencer par se poser les  questions les plus simples, mais  oh combien fondamentales pour sortir de l’aliénation ou des errements idéologiques.  Anslem japp rappelle  certaines de ces questions en pensant aux simples citoyens « … ce qu’ils considéraient jusqu’à la veille comme « naturel » ou « inévitable » et commencer à poser les questions les plus simples et les moins souvent soulevées : pourquoi y a-t-il crise s’il n’y a que trop de moyens de production ? Pourquoi mourir de détresse, si tout le nécessaire (et même beaucoup plus) est là ?

 

Deuxiement  sur le fond : « Etre de gauche , s’est refuser l’ordre établi » P.Bordieu

Si  nous sommes à un degré faible de la réflexion et du débat, ce n’est pas par  manque d’instrument scientifique seulement, mais parce que  nous sommes malheureusement soumis à la pression de la pensée  libérale, comme toute la société. Aujourd’hui nous sommes, avant tout, devant  une tâche de caractère idéologique, et non pas immédiatement une tâche politique.

Pour  commencer, il faut revenir aux principes  «   La katrou El diane ched fi dinek », comme dirait notre ami Hamid Ferhi .  Quelle  idée première peut se faire un militant du MDS de la  gauche ? N’est ce pas comme l’a défini  Alain Badiou: «L’idée d’une société dont le moteur ne soit pas la propriété privée, l’égoïsme et la rapacité», précisant  « En réalité dans le capitalisme modernisé, la conviction est que l’homme est principalement capable de poursuivre ses intérêts. Et le communisme c’est au fond l’idée que l’homme est aussi capable d’autre chose. Il est capable de désintéressement, il est capable d’une organisation sociale qui a d’autres buts que celui de la perpétuation de sa puissance.».

Cette démarche devra nous permettre au MDS d’avoir une norme « charte des valeurs ou motion »   , on   veut être  de gauche.  Une ligne de partage devant laquelle comparaissent les politiques. Celles qui sont compatibles avec la norme sont bonnes, celles qui ne le sont pas sont mauvaises.

 

 O.Benhalla

Membre du Conseil National

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Maghreb-Machrek
commenter cet article

commentaires