Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Consultation des communistes sur les régionales

Publié le 29 Novembre 2009 par La Riposte in France-Politique - société


Il faut partout des listes dirigées par le PCF !

Dans la foulée des conférences régionales du PCF, les militants communistes sont appelés à voter, du 18 au 21 novembre, sur la stratégie du parti au premier tour des élections régionales de mars 2010. A l’issue des conférences régionales, un communiqué du PCF annonçait que « 18 régions ont décidé d’une dynamique pour des projets et des rassemblements bien ancrés à gauche ». Autrement dit, 18 conférences régionales – sur 22 – se sont prononcées pour des listes indépendantes du PS, au premier tour.

Le communiqué du PCF ne dit rien des quatre conférences régionales qui ont adopté la proposition d’une alliance avec le PS dès le premier tour. Or, de telles « exceptions » porteraient atteinte à la crédibilité de la stratégie du PCF au plan national. Comme nous l’avons expliqué dans notre article Le PCF et les élections régionales, la dérive droitière des dirigeants du Parti Socialiste et la lamentable politique de « gestion » de ses élus, dans toutes les collectivités locales, militent clairement en faveur de listes dirigées par le PCF, partout, au premier tour. Et rien ne sert d’expliquer que cela ne concerne que quatre régions. On ne peut pas être un peu opportuniste, de même qu’on ne peut pas être un peu enceinte !

Malheureusement, « l’offre nationale » adoptée par le dernier Conseil National du PCF laissait la porte ouverte à de telles exceptions sans principes – ou, disons, sans autre « principe » que l’objectif de « sauver des élus ». En effet, en dessous de 5% des suffrages, une liste ne peut pas fusionner, entre les deux tours. Ce « risque » existe dans différentes régions, dont justement les quatre où les conférences régionales du PCF ont proposé de faire liste commune avec le PS dès le premier tour. Mais comme nous l’écrivions à la veille des conférences régionales, « ce "risque" pèse beaucoup moins lourd que les conséquences négatives d’une stratégie de premier tour "à la carte", qui donnerait le sentiment que le PCF accorde plus d’importance à l’obtention de sièges qu’à ses principes. »

Prenons l’exemple du Poitou-Charentes, qui est l’une des quatre régions en question. Ségolène Royal, qui en briguera de nouveau la présidence, se situe à l’extrême droite du Parti Socialiste. Dès lors, n’est-il pas évident qu’aucune considération de principe politique ne justifie une alliance du PCF avec le PS régional, au premier tour ? N’est-il pas évident, au contraire, que les principes politiques les plus élémentaires militent en faveur d’une liste indépendante du PS ?

En conséquence, La Riposte appelle les militants communistes du Poitou-Charentes et des trois autres régions concernées – Bourgogne, Champagne-Ardenne et Lorraine – à rejeter la proposition de leur conférence régionale et à voter pour la constitution de listes indépendantes du PS, au premier tour. Partout ailleurs, nous appelons évidemment à voter contre des listes communes avec le PS.

« Front de gauche élargi » ou listes « ouvertes » du PCF ?

Dans toutes les régions, les communistes pourront choisir entre au moins deux options : « Front de gauche élargi » ou liste commune avec le PS. Mais dans plusieurs régions, comme par exemple en Ile-de-France et en Midi-Pyrénées, les bulletins de vote qui ont été adoptés par les conférences régionales proposent une « troisième option » : la constitution de listes du PCF « ouvertes » au monde du travail et aux acteurs des luttes en cours, comme par exemple des militants de la CGT.

Nous comprenons parfaitement les préoccupations des militants qui ont demandé que cette option figure sur les bulletins de vote. Même si elle conserve l’appui – rarement enthousiaste – d’un grand nombre de militants communistes, la démarche du « Front de gauche » suscite aussi de profondes inquiétudes, dans les rangs du parti. De fait, même en le proclamant « élargi » – à quelles organisations, au juste ? –, le Front de gauche demeure une coalition électorale du PCF avec des forces considérablement moins implantées que lui, mais dont les dirigeants compensent l’absence de base militante et électorale par une vigoureuse ambition personnelle. Or, la générosité avec laquelle la direction du PCF se propose de distribuer les positions éligibles à ses « partenaires » – comme ce fut le cas aux Européennes – ne peut qu’aiguiser ces ambitions. En outre, de nombreux dirigeants du parti voient dans le « Front de gauche » un moyen de poursuivre leur stratégie de « transformation » du PCF en « autre chose » – l’essentiel, pour eux, étant que cette « autre chose » ait clairement rompu avec la tradition et l’idéologie communistes.

De ce point de vue, des listes du PCF « ouvertes » sont, selon nous, la meilleure des trois options (lorsqu’elle figure sur le bulletin de vote). Mais en l’absence d’un véritable programme communiste, la candidature de tel ou tel militant syndical ou associatif, fut-il excellent et reconnu, ne changera rien aux carences de la campagne électorale. La question centrale est celle du programme. Il faut rejeter la tentation de cacher l’absence d’une alternative sérieuse au capitalisme derrière une « ouverture » artificielle de nos listes au « monde du travail ». Le monde du travail, il faut le convaincre par des idées et un programme justes – c’est-à-dire marxistes. Telle est la tâche centrale des militants communistes.

La Riposte
Publication : mardi 17 novembre 2009

 

 

Commenter cet article