Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Egypte / Géopolitique de la crise égyptienne

Publié le 19 Octobre 2013 par Vendémiaire in Moyen Orient-Asie Mineure

Nazanin Armanian

17 octobre 2013


Lorsque le 4 août John Kerry proposa Robert Ford en tant que nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Egypte, les réseaux sociaux arabes furent inondés par le hashtag : « NoToRobertFord », en anglais et en arabe. Pour avoir créé avec John Negroponte les Escadrons de la mort irakiens en 2004, on lui attribua comme surnom le plus gentil : « macabre », « Shayatin » (démon) ou « le nouveau sponsor du terrorisme ». Après avoir réduit le pays en un tas de décombres, il partit en Syrie pour reproduire la même chose : en janvier 2011, juste au moment où il prit ses fonctions, débutèrent les attentats et les protestations violentes contre le gouvernement d’Assad. Les Egyptiens craignent que les Etats-Unis veuillent appliquer la même recette : l’usage de la terreur en se cachant sous de faux drapeaux afin de provoquer une guerre civile. 

Ford a remplacé Anne Paterson, le bouc émissaire des Egyptiens anti-Frères Musulmans, en raison de son soutien aux islamistes. C’est ainsi que la « stratégie des ciseaux » (« Scissors Strategy  ») de Barack Obama a été mise en échec, tout comme la machinerie bien huilée de la cohabitation entre les Frères et l’armée. Depuis la chute de Moubarak, certains demandaient que le pouvoir soit remis à l’armée en écartant les Frères Musulmans. Cette option l’a emporté. Le sénateur McCain s’est rendu au Caire à deux reprises – avant et après le coup d’Etat -, afin de rencontrer les généraux, tandis que le président Obama a envoyé le vice-secrétaire d’Etat, William Burns, qui rendit visite aux dirigeants emprisonnés de la Confrérie. Washington ne fait pas confiance à l’armée, bien que sa direction demeure sous le contrôle du Pentagone. Car une bonne partie du million et trois-cents mille dollars qu’il destine à l’armée vont dans les poches des usines d’armement des États-Unis. Un montant ridicule face aux 12 milliards de dollars que l’armée recevra de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes pour sa lutte contre les Frères. Maintenir les militaires dans une guerre (civile ou contre un quelconque pays), les empêchera de devenir autonomes.


http://www.michelcollon.info/Geopolitique-de-la-crise.html

Commenter cet article