Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 19:12

 

jeudi 23 janvier 2014

 

Espagne : la lutte victorieuse des habitants du quartier Gamonal, à Burgos

La lutte des habitants du quartier populaire, le Gamonal, à Burgos, a abouti à une victoire qui peut faire tache d’huile.

Les derniers mois en Espagne donnent une image différente de ce qu’on a vu ces dernières années. Pendant des mois, on a vu des mobilisations de masse avec des millions « d’indignés » qui manifestaient contre le système. À première vue, ces mobilisations n’ont abouti à rien. Les occupations des places et des rues ont créé les conditions pour une nouvelle étape dans la lutte, c’est-à-dire des mobilisations qui aboutissent, avec des objectifs plus concrets.

Le combat et la victoire des voisins du quartier « Gamonal », dans la ville de Burgos, sont une source d’inspiration pour tous ceux qui luttent contre l’austérité et ses conséquences. La manière dont les habitants de ce quartier ouvrier de Burgos ont fait reculer la mairie aux mains du Parti Populaire et les promoteurs immobiliers, les tentatives de corruption et les mensonges des médias, est un modèle de lutte. Cette victoire est encore plus importante quand on sait avec quelle violence le poids de l’appareil d’État leur est tombé dessus avec ses matraques et ses balles en caoutchouc.

Le « Gamonal » est un quartier populaire comme celui de n’importe quelle autre ville en Espagne, produit du développement industriel dans les années 60 et 70. Aujourd’hui, sur ses 70 000 habitants, 18 000 sont au chômage. L’école maternelle publique y est menacée de fermeture à cause d’une dette ridicule de 13 000 euros. C’est dans ce contexte que la municipalité de Burgos tente de transformer l’artère principale du quartier (où le parking est aujourd’hui encore gratuit) en un boulevard, éliminant deux voies et tous les espaces de stationnement. La location d’une place de parking privée pendant 40 ans coûterait 19 800 €. Tout à fait hors de prix pour les habitants du quartier.

Le projet du « Bulevar » démontre encore une fois comment les politiques menées par les institutions publiques sont au service des intérêts des grandes entreprises, en l’occurrence celles de la construction. Les travaux, dont le coût est estimé à huit millions d’euros par le propriétaire du Diario de Burgos (aussi connu comme « el jefe » – le patron en espagnol), mettent à nu les liaisons entre le pouvoir politique (en occurrence le Parti Populaire) et les médias et le business. Mendez (le patron) est l’homme d’affaires espagnol typique, habitué à faire des affaires qui sont favorisées par sa proximité avec les institutions. En Espagne, cela s’appelle du « caciquismo ». La crise économique a exposé la nature de la classe dominante d’un pays qui a connu moins de 90 ans de démocratie en 200 ans.

Le maire a été forcé de suspendre temporairement les travaux et a formé un soi-disant « groupe de travail » avec lequel il espère gagner du temps tout en espérant que la tempête s’apaise. Mais la mobilisation massive dans le quartier de « Gamonal » donne des ailes à d’autres mouvements partout en Espagne qui luttent contre les évictions de ceux qui ne peuvent plus payer les hypothèques (plus de 300 familles par jour), contre la privatisation des services publics, et contre la nouvelle loi qui de fait abolit l’avortement.

La situation du PP était difficile : si les confrontations entre la police, les autorités et les mobilisations dans le quartier allaient crescendo, il risquait de se développer un large mouvement de solidarité dans tout le pays. Maintenant, en reculant face à la lutte des habitants de « Gamonal », le PP a créé un exemple de lutte qui sera suivi par d’autres. L’explosion sociale de Burgos montre qu’il y a beaucoup de colère enfouie dans la société. La mobilisation des voisins de ce quartier a été réprimée d’une manière inouïe par la police. Un couvre-feu non déclaré a été imposé dans le quartier par la force des matraques et par la détention arbitraire de tout habitant se trouvant dans la rue. Burgos serait ainsi rapidement devenue le Gezi Park espagnol (en référence aux grandes mobilisations dans la capitale turque l’année passée), une étincelle mettant le feu à tout le pays.

Le succès de cette lutte est dû à l’unité du mouvement et de son haut niveau d’organisation. « Gamonal » est un quartier avec des traditions syndicales fortes et l’organisation du quartier reflète cela. Les voisins se sont réunis deux fois par journée en assemblée générale (AG) pour discuter des prochaines étapes dans la lutte et maintenir le moral. La plupart du temps, les assemblées se sont réunies à quelques centaines d’habitants, mais certaines AG réunissaient jusqu’à 2 000 personnes. Il y a eu aussi des manifestations de plus de 5 000 participants. Cette lutte renoue ainsi avec les meilleures traditions du mouvement ouvrier. Sous le franquisme, les luttes pour des revendications immédiates ont servi à remettre en question le système tout entier.

Un autre exemple du niveau d’organisation et de discipline des habitants du quartier est l’absence de violence contre les commerces et les voitures. Les médias à la botte de la droite se sont élevés contre la « violence » et le « vandalisme » des manifestants. Quelle hypocrisie ! En les condamnant au chômage et à l’exclusion sociale, en niant aux femmes le droit de décider de leur grossesse, en préparant des lois pour réprimer la contestation sociale... ces médias ne peuvent cesser de mentir à propos de la « civilité » de nos luttes. Les voisins considèrent le quartier comme il est : à eux, pour eux. Ce sentiment est encore renforcé après la victoire obtenue.

Cette lutte doit être placée dans le contexte de la victoire des éboueurs de Madrid en décembre. Par une grève illimitée, ils ont réussi à empêcher le licenciement de 1700 travailleurs. A nouveau, cette lutte a été qualifiée de « vandalisme » social par les politiciens de droite. Le conseiller municipal d’Izquierda Unida à Burgos, Raul Salinero, a déclaré : « ... nous nous efforçons d’être l’étincelle et qu’avec Gamonal commence la révolution... à travers le pays. C’est ce que nous voulons ».

De nouvelles luttes ouvrières éclatent dans de nombreux endroits du pays. Elles apprennent des méthodes de lutte utilisées par les éboueurs et des habitants de « Gamonal » : la grève illimitée, une grande participation aux luttes, des piquets de grève, des caisses de solidarité et des collectes publiques pour financer la mobilisation, la solidarité, le caractère de masse des actions impliquant toute la population. C’est ainsi qu’il est possible de changer le rapport de forces. Des milliers d’activistes s’en rendent compte maintenant. Cela inquiète la droite et les capitalistes. La classe ouvrière par contre voit son moral remonter.

Pablo Sanchez, Révolution (Belgique)

 

La Riposte : journal communiste

Partager cet article

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Europe
commenter cet article

commentaires