Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:40


" Lorsque d’horribles convulsions torturent les entrailles de la patrie, c’est un devoir pour tout homme de cœur de s’occuper de politique ; et jamais cela ne fut plus éminemment utile qu’aujourd’hui, où la patrie a dans son propre sein le poison de la monarchie. Ce n’est pas qu’on ne puisse être honnête homme et pourvu d’estimables qualités, sans examiner à chaque instant de la vie, pour ainsi dire, la marche gouvernementale. On peut être bon époux, bon père, plein d’empressement à obliger ses amis : mais là ne se bornent pas les devoirs du vrai citoyen. L’homme qui ne porte intérêt qu’a ce qui l’entoure, n’a qu’une fraction de vertu ; il n’est point égoïste par rapport à ceux qu’il connaît, qu’il affectionne, mais il l’est certainement par rapport aux masses.

La politique, peuples, ne l’oubliez pas, c’est la science du gouvernement ; et s’en occuper, c’est exercer un contrôle perpétuel sur les actes des hommes arrivés au pouvoir. Lors même qu’ils sont de votre choix, les surveiller est pour vous un devoir de tous les instans " [graphie de l’époque].

 

Les chaînes de l’esclavage : ouvrage destiné à développer les noirs attentats des princes contre les peuples…, par J.P. Marat, L’Ami du Peuple, Paris , De l’Imprimerie de Marat, rue des Cordeliers, vis-à-vis celle Haute-Feuille, L’an premier de la République.  (1792). [Texte écrit lors du séjour de Marat en Angleterre, en 1774, et publié en 1792.]

 

René Merle

Partager cet article

Repost 0

commentaires