Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

France / Déclaration du Front Syndical de Classe / CGT ET CENTRALISME BUREAUCRATIQUE : ÇA RÉSISTE

Publié le 23 Juin 2011 par Vendémiaire in France-Politique - société

La situation économique et sociale est explosive en France et en Europe.

La classe ouvrière et l’ensemble des travailleurs sont profondément frappés et écoeurés par la politique menée par le pouvoir du capital (UE, FMI, gouvernements…), aggravant chaque jour la situation des classes populaires.

 

Dans tous les pays européens, c’est la chasse ouverte contre tous les acquis, ce sont des reculs permanents sur les salaires, les retraites et la protection sociale, l’emploi, les prix, les impôts, ce sont la pauvreté et la précarité qui explosent…. C’est désormais aussi la constitutionnalisation pure et simple des politiques anti-sociales qui est à l’ordre du jour à travers le pacte « euro + »,  suite logique de l’Euro et du traité de Lisbonne.

 

Face à cette situation, les peuples accentuent leurs mobilisations, souvent de manière spontanée, faute d’organisations syndicales ou politiques les représentant.

Au niveau syndical, la Confédération Européenne des Syndicats, organisée et financée par l’UE, n’a en effet eu de cesse depuis sa naissance d’accompagner les mesures anti-populaires au cœur de la construction européenne, d’en appeler à un « dialogue social entre partenaires sociaux », de rabattre toutes les revendications des travailleurs sur des mots d’ordre conformes aux intérêts du grand patronat (« Europe sociale », Flexisécurité, salaires décents, gouvernance économique européenne…) et d’en rester à formuler ses vœux pieux sans jamais soutenir et encore moins créer le rapport de forces.

 

En France, toutes les directions syndicales adhèrent à la CES et à ses pratiques et elles ont mené toutes les mobilisations populaires à l’échec depuis des années. Elles ont sombré lors du dernier conflit de l’automne 2010 sur les retraites. Mais les directions des organisations les plus combatives poursuivent leur œuvre de « recentrage ».

La direction de la FSU a ainsi obtenu d’adhérer à la CES au prix d’incroyables manœuvres antidémocratiques.

En ce qui concerne la CGT, il est intéressant de noter que le 49ème congrès de la CGT, qui n'a pas été le plus démocratique  de son histoire, a pris au pas de charge la décision d'aligner les structures de l'organisation sur celles de la CFDT et du syndicalisme anglo-saxon où la démocratie syndicale est supplantée par le centralisme bureaucratique qui enlève tout pouvoir de décision aux structures de base. Or, un an et demi après le congrès, ça ne se passe pas comme prévu : les résultats électoraux décevants dans de nombreux secteurs comme à EDF ou à la SNCF, les adhésions loin de suffire à compenser les départs, les claques prises par les listes dites confédérées ou par les fractions mises en place par la Conf’ elle-même pour tenter d'éliminer les listes des syndicats (à Renault-Douai, à l’UDEVE….), tout ceci amène depuis quelques mois une présence plus discrète dans les médias du camarade Bernard Thibault qui ne parle d’ailleurs plus guère de syndicalisme rassemblé.

Si l’on ajoute une résistance à la base qui s’exprime de plus en plus massivement dans les syndicats ou lors des congrès comme ce fut le cas très récemment lors du congrès de l’UD du Pas-de-calais ou de celui de la Fédé commerce et services, il apparaît que l’alignement des structures CGT sur la funeste CES a bien du mal à passer et qu’il y a un monde entre les votes dans les congrès cadenassés et la réalisation sur le terrain.

 

Nos échanges avec un nombre de plus en plus important de structures de différentes corporations nous montrent que la situation évolue et que les résistances à la base de la CGT vont encore se développer en même temps que progressent les luttes pour l’augmentation des salaires (et avec quelque succès, Carrefour en est le meilleur exemple) : nous nous en félicitons.

 

Dans la recherche de l’unité la plus grande, le Front Syndical de Classe continue plus que jamais son travail entamé il y a deux ans pour que la CGT redevienne le syndicat qui a pour analyse que les intérêts des salariés et de ceux qui les exploitent sont inconciliables, pour que la CGT redevienne cette « grande dame » qu’on aime ou qu’on n’aime pas, comme disait Benoît Frachon, mais qu’on respecte.

 

Il en va de l’avenir du syndicalisme et des luttes populaires qui ne pourront gagner qu’en s’appuyant sur des organisations syndicales démocratiques et fortes de leur fidélité aux intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs.

 

FSC, 22 juin 2011

 

 

Commenter cet article