Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 15:24

Il faut d'abord dire que le vieux Karl, né en 1818, n'était pas si vieux que cela lorsqu'il écrivit les quelques lignes ci-dessous...

Je sais bien que le temps est passé (heureusement) où, dans le parti auquel j'ai longtemps eu l'honneur d'appartenir, il convenait de mettre les citations de Marx à toutes les sauces. Mais je conjure mes amis socialistes ou socialisants, en proie au prurit électoraliste et à la confiance dans le candidat salvateur, de bien vouloir lire la première citation ; je prie également mes amis (ce ne sont pas exactement les mêmes) qui vont clamant qu'il vaut mieux en définitive que Sarkozy l'emporte : "au moins, Hollande ne nous chloroformera pas ; les gens seront encore plus dans la merde, et ils finiront bien par se révolter"... Voire...

Les deux textes sont extraits d'un long article publié (en allemand) dans la journal radical (en allemand lui aussi) de Paris Vorwärts

 Karl Marx, Gloses critiques en marge de l'article "Le Roi de Prusse et la réforme sociale par un Prussien" (Vorwärts, n°60, 7 et 10 août 1844)

 

I

 

"Là où il existe des partis politiques, chacun voit la cause de tout mal dans le fait que son adversaire est au gouvernail de l'État, et non pas lui. Même les politiciens radicaux et révolutionnaires cherchent la cause du mal non dans la nature de l'État, mais dans une forme spécifique de l'État qu'ils veulent remplacer par une autre forme d'État. [...]

Plus l'État est puissant, donc plus un pays est politique, moins il est disposé à chercher dans le principe de l'État - c'est-à-dire dans l'organisation actuelle de la société, dont l'État est l'expression active, consciente et officielle -, la raison des tares sociales et à en comprendre le principe général. Si l'intelligence politique est précisément intelligence politique, c'est qu'elle pense à l'intérieur des limites de la politique. Plus elle est pénétrante et vivante, moins elle est capable de saisir la nature des tares sociales. La période classique de l'intelligence politique, c'est la Révolution française. Loin de percevoir dans le principe de l'État la source des tares sociales, les héros de la Révolution française perçoivent, au contraire, dans les tares sociales la source des mots politiques. C'est ainsi que Robespierre ne voit dans l'extrême pauvreté et l'extrême richesse qu'un obstacle à la démocratie pure. C'est pourquoi il désire établir une frugalité générale, à la spartiate. Le principe de la politique, c'est la volonté. Plus exclusif, c'est-à-dire plus parfait est l'esprit politique, et plus il croit à la toute puissance de la volonté, et plus il est aveugle devant les limites naturelles et spirituelles de la volonté ; et, par conséquent, moins il est capable de découvrir la source des tares sociales."

 

II

 

" Il est faux que la misère sociale engendre l'intelligence politique ; tout au contraire, c'est le bien-être social qui produit l'intelligence politique. L'intelligence politique est une spiritualiste, et elle est donnée à celui qui est déjà fortuné, à celui qui a déjà les pieds bien au chaud." 

 

René Merle

 

Article publié sur le blog de René Merle http://rene.merle.charles.antonin.over-blog.com/article-l-actualite-2011-au-prisme-du-vieux-karl-92476689.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires