Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 13:07

Jean de la Bruyère, Les Caractères, "Du souverain ou de la république", 13 : 

"Le caractère des Français demande du sérieux dans le souverain."

 

C'était en 1688, au temps du Roi Soleil... On ne choisissait pas le souverain, mais on voulait qu'en respectant sa fonction, il respectât ceux qu'il gouvernait...

 

Toujours vrai aujourd'hui ? Depuis 1958, le peuple français choisit le souverain. "La parole est au peuple. La parole du peuple, c'est la parole du souverain" a pu dire De Gaulle. 

Ainsi parla le "peuple souverain", en intronisant d'abord le Général Homme providentiel, Sauveur suprême d'une France au bord de la guerre civile, avant les avatars successifs que l'on sait, investis d'une fonction qui pouvait certes les dépasser, mais que, chacun à sa façon, ils ont respectée... Sérieusement.

Jusqu'à l'épisode bling bling, dont le peuple français a pu s'étonner, en oubliant que, dans sa courte majorité, il en avait été le porteur, en reflet de la sous-culture décérébrante (magazines people, télé trash) qu'on lui inflige afin qu'en s'y identifiant, il se détourne de son devoir et de ses intérêts... Et ce "On" n'a rien qui puisse nous surprendre, tant il est celui des puissances d'argent qui se veulent, et sont (pour l'heure), le vrai souverain.


rene merle

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires