Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Le bouclier à la lanterne

Publié le 19 Juillet 2010 par Xavier Théry in France-Politique - société

 
La nuit du 4 août fiscale
L'affaire Bettancourt nous a permis d'apprendre ou de redécouvrir une chose intéressante. Le bouclier fiscal ne plafonne pas les impôts à 50% des revenus bruts mais à 50% des revenus imposables. Et cela change tout comme plusieurs journaux dont Marianne nous l'ont rappelé. Et l'on découvre ainsi que Mme Bettancourt n'est imposée qu'à hauteur de 20% de ses revenus déclarés (Avec un revenu constitué notamment de 175 millions de dividendes de L'oréal [sans compter le reste, notamment contrats d'assurance vie] son impôt sur le revenu et son impôt sur la fortune confondus s'élèvent à 40 millions !!!… ). 
Les 30 millions d'euros restitués en 2008 à Mme Bettancourt au titre du bouclier fiscal constituent donc un trop perçu au-dessus des 20% d'impôts qu'elle a payés et non pas de 50% comme tout le monde pourrait l'imaginer ou comme Nicolas Sarkozy a encore essayé de nous le faire croire lors de sa dernière interview. Notons au passage que si on ne lui avait pas restitué les 30 millions au titre du bouclier fiscal, son impôt aurait été de 70 millions soit 40% de son revenu de L'Oréal (sans compter ici ses revenus immobiliers et autres qui si on les imputai diminueraient encore le taux d'imposition).
Ainsi donc la propriétaire de L'Oreal a un niveau d'imposition nettement inférieur à la plupart des cadres moyens et supérieurs de L'Oréal qui n'ont pas la possibilité d'optimiser leurs salaires dans une quelconque niche fiscale. Warren Buffet, un des hommes les plus riches de la planète (qui soit-dit en passant n'est pas un ultra-gauchiste) déclarait récemment : "ma secrétaire qui est célibataire est imposée à 32% sur ses revenus. Moi à 18% seulement… Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans le capitalisme…"
Comme le réclame Jean Arthuis (qui n'est pas non plus un bolchévique), il serait temps de faire une analyse détaillée et précise du bouclier fiscal pour vérifier à quelle hauteur réelle (et non pas fiscale) sont imposés ses bénéficiaires. Pour en finir avec ce mythe ridicule propagé par la droite libérale : "Trouvez-vous normal que certaines personnes travaillent un jour sur deux pour payer leurs impôts ?". Et l'on constatera que comme dans le cas Bettancourt, plus les revenus sont élevés, plus la défiscalisation est optimisée. Qu'à partir d'un certain niveau de revenus, l'impôt en France n'est pas progressif mais nettement dégressif.
Il faut à cet égard se reporter aux statistiques de l'OCDE de 2004 (avant instauration du bouclier fiscal donc) : il apparaît que pour le vintile supérieur ( les 5% des français les plus riches), le revenu disponible à la consommation (redistribution sous forme de prestations sociales - impôts réellement payés) est de 78%. Ce qui veut dire que les 5% de Français les plus riches ne subissent des prélèvements obligatoires nets qu'à hauteur de 22% soit légèrement plus que Mme Bettancourt.
Jean-François Coppé a récemment déclaré : "il règne en ce moment une ambiance malsaine de nuit du 4 août"… Ce qui en dit long sur les convictions républicaines du chef de file de la droite à l'Assemblée et le regard qu'il porte sur l'abolition des privilèges en France. Laissons-lui le qualificatif "malsain", mais Coppé a raison, il règne bien une ambiance de nuit du 4 août. Ce ne sont plus les aristocrates qui sont visés mais les ploutocrates qui font cohorte à Sarkozy depuis son élection. Une très grande majorité de Français a compris que ne pouvait plus s'élargir continument un tel fossé entre les bénéficiaires et les laissés pour compte du capitalisme financier. Entre les salariés et les manœuvriers de l'économie dérégulée. Oui il faudra très vite une nuit du 4 août fiscale en France. Pour ne pas qu'elle sombre dans les septembrisades.
Xavier Théry
(www.causeur.fr)
Commenter cet article