Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:02

Par Julien Danero Iglesias (sources: Evenimentul Zilei, RealitateaTV, Vox Publica, Gândul, Cotidianul)

En ce début d’année, l’actualité politique roumaine est marquée par l’adoption d’une nouvelle loi régulant les soins de santé dans le pays. La Loi sur la Santé, soumise au débat parlementaire jusqu’en février pour une adoption avant l’été, amène à mêler public et privé: à côté de l’assurance obligatoire publique, les assurés pourront souscrire des polices supplémentaires auprès d’opérateurs privés qui remplaceront les caisses d’assurance roumaines actuelles.

Ce projet avancé par le ministère de la Santé et l’équipe du président Basescu est aujourd’hui durement critiqué. Le FMI et la Banque mondiale estiment que la loi demeure vague quant au financement des hôpitaux et manque de précisions quant à l’assurance obligatoire; ils craignent en outre que des malades ne puissent être tout simplement refusés par les hôpitaux et notent que la loi ne précise pas si un individu en bonne santé peut choisir de ne pas payer l’assurance de base. Parallèlement, l’opposition social-démocrate, par l’intermédiaire de Mircea Geoana, ancien candidat à la présidentielle, reproche le manque de préparation du projet et qualifie la loi d’«échec retentissant», d’«exercice sinistre de mime de démocratie, de débat et de transparence», et la compare à un «Obamacare de Roumanie».

La critique vient même de l’intérieur du Ministère de la Santé et un sous-secrétaire d’Etat, Raed Arafat, citoyen roumain d’origine syrienne et fondateur du Service médical d’Urgence roumain au début des années 1990, le SMURD, a fustigé le recours au privé, en particulier dans les services d’ambulances et d’urgences, faisant diminuer, selon lui, la capacité d’intervention du service public, celui-ci risquant d’être petit à petit «avalé» par le privé. Le président Basescu a alors répondu en direct à la télévision et lui a demandé d’arrêter de répandre la «psychose» parmi la population: «Qu’est-ce qui vous dérange dans la loi de la santé? L’assistance médicale d’urgence va être gratuite, quel que soit l’assuré. Et aujourd’hui déjà il existe des ambulances privées. Il y a des hôpitaux qui appartiennent aux administrations locales. Cela serait mauvais que celles-ci achètent des ambulances pour ces hôpitaux? Ou cela serait mauvais que les hôpitaux privés achètent des ambulances pour le transfert de patients vers les hôpitaux d’Etat? Qu’est-ce qui vous dérange si une ambulance privée arrive plus rapidement?» Raed Arafat a alors démissionné et est, selon un éditorialiste roumain, «devenu en une nuit la figure la plus populaire de Roumanie». Des pétitions sont signées pour le soutenir, des messages de solidarité lui sont transmis et une petite manifestation a même été organisée au centre de Bucarest. Toutefois, le Président considère que le SMURD n’appartient pas qu’à son fondateur, que ce service a été payé avec l’argent des Roumains, tandis que l’opposition à la loi s’explique par des intérêts gigantesques, partagés par ceux qui gèreraient des millions de lei sans que cet argent ne se retrouve dans la modernisation du système.

L’ensemble du débat remet en avant le cas d’une patiente décédée à Brasov il y a quelques mois: cette femme de 44 ans avait été emmenée dans une ambulance privée pour un arrêt cardiaque. Elle est néanmoins décédée devant les médecins à son bord, en raison du manque d’équipements dans l’ambulance. Cette affaire évoque, pour beaucoup, le film de Cristi Puiu, La Mort de Monsieur Lazarescu, racontant en 2005 comment un retraité de Bucarest est baladé d’hôpital en hôpital, les médecins refusant de le soigner parce qu’ils sont fort occupés ou qu’ils n’ont simplement pas très envie de prendre en charge un vieil homme sentant l’alcool.

Dépêche publiée le 13/01/2012

Publié par RSE http://www.regard-est.com/home/breves.php?idp=1508

Partager cet article

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Europe Est & Centrale
commenter cet article

commentaires