Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vendémiaire

Blog d'actualité politique

Tunisie / SOLIDARITÉ AVEC LES UNIVERSITAIRES ET CHERCHEURS DE L’UNIVERSITÉ DE LA MANOUBA EN TUNISIE

Publié le 31 Décembre 2011 par Vendémiaire in Maghreb-Machrek

Appel rediffusé par le M’PEP.

 

Le 27 décembre 2011.

 

La Faculté des lettres de l’université de La Manouba, près de Tunis (8 000 étudiants), est actuellement visée par des actions violentes de salafistes qui veulent imposer aux étudiantes le port du niqab dans les cours, et qui ont même agressé le doyen, l’historien Habib Khazdagli. Ils occupent l’étage de son bureau où il ne peut plus mettre les pieds. Le Conseil scientifique de l’université a décidé la fermeture de l’établissement.

 

Moncef Marzouki, avant son accession à la présidence de la République tunisienne, avait qualifié les salafistes de "hordes sauvages" dans une communication téléphonique avec le doyen Khazdaghli. Mais, après sa prise de fonctions - changement de ton -, il a déclaré, dans un entretien accordé au Journal du dimanche du 18 décembre 2011 au sujet de ces événements : "Cette histoire de niqab relève de la liberté individuelle de chacune. Qu’on en finisse et qu’on parle de sujets importants. Celui-ci est tout à fait marginal".

 

Les universitaires et chercheurs tunisiens comptent sur la solidarité de leurs collègues étrangers, et en premier lieu français, pour contribuer à arrêter cette lame salafiste qui veut régenter le pays. Cette solidarité peut se manifester par la signature du message ci-dessus à adresser à :

francoise.valensi@noos.fr ou marc.fellous@inserm.fr

 

Le M’PEP appelle à signer cet appel.

 

 

29 décembre 2011

Rectificatif de M. le Prof. Khazdaghli, doyen de la faculté des Lettres de la Manouba en Tunisie au sujet de notre précédent envoi en solidarité aux universitaires et chercheurs de cette faculté.

 

"Pour être fidèle à la réalité, les salafistes ne demandent pas pour le moment, du moins,  aux filles de porter le Niqab, mais veulent imposer à l'administration et aux profs d'accepter l'accès, dans les salles de cours, aux des séances d'examens, les filles avec leur Niqab. Certes, c'est une nuance, mais elle est importante à introduire. Bien entendu, c'est l'objectif qu'ils visent à moyen terme,  puisqu'ils interdisent à un homme même d'adresser le regard en direction d'une femme. En classe ou dans l'amphi,  les étudiants barbus lorsqu'ils ont un cours avec une collègue femme, ils ne lui adressent pas le regard et passent leur temps à regarder en direction du mur (témoignage de plusieurs collègues femmes de ma faculté)"

 

Commenter cet article