Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:04

Déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Marchons dans la dignité et la clarté, pour l’honneur de toutes les victimes

Après la terrible semaine que la France vient de vivre, avec dix sept morts qui ont frappé l’équipe de Charlie hebdo, les forces de police et la communauté juive, des millions de Français s’apprêtent à manifester dimanche à Paris et ce week-end dans toute la France leur hommage aux victimes, et leur attachement à la liberté d’expression, à la laïcité, aux valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité. Tout au long de la semaine déjà, la réaction de centaines de milliers de nos concitoyens de toutes convictions et de toutes confessions a été d’une extrême dignité. J’appelle au nom du Parti communiste français l’ensemble des communistes du pays à participer à ces marches et à déployer toute leur énergie pour qu’elles se déroulent dans l’unité la plus large, en permettant à tous les citoyens d’y trouver leur place, et la clarté de leurs objectifs. Les marches républicaines annoncées sont des marches citoyennes qui doivent marquer l’attachement des forces vives de notre pays au vivre ensemble, et le refus de toutes les haines, violences, racismes, discriminations et stigmatisations. Les communistes marcheront en l’honneur des valeurs qui animaient nos amis et camarades de Charlie Hebdo dont l’équipe et les familles ouvriront la marche de dimanche à Paris. Rien, aucune opération politicienne, ne nous détournera de l’hommage que nous voulons rendre à toutes les victimes et de la force qu’il convient de donner au message de fraternité républicaine qui nous anime. Loin de toutes les instrumentalisations qui pointent déjà, pour attiser de nouveau les haines, pour masquer les responsabilités qui conduisent le monde vers l’aggravation de toutes les tensions, pour justifier l’amplification de guerres ou de prétendues réponses au terrorisme qui n’ont fait que prouver leur échec dans la dernière décennie, les communistes travailleront sans relâche à l’unité du peuple français pour des réponses de sécurité dans la justice, de vivre ensemble dans le respect de la liberté de conscience ou d’opinion pour chacun, des réponses de paix et de solidarité entre les peuples. Samedi et dimanche dans toute la France, nous sommes tous Charlie.

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:03

Communiqué du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).
 
Le 9 janvier 2015.

 

Le M’PEP continuera, plus que jamais, son combat pour la laïcité, la liberté d’expression et l’indépendance de la presse, contre le néolibéralisme, le libre-échange, l’Union européenne.

 

Le peuple de France doit se lever pour combattre sans merci un ennemi qui doit être clairement désigné : le fondamentalisme islamique. Tel est le contenu sur lequel le peuple doit se rassembler. Dans ce combat, la laïcité est une arme décisive. Pourtant, depuis des années, la laïcité a été attaquée, directement ou sournoisement. On parle désormais de « fondamentalisme » ou « d’intégrisme » républicain, on ajoute « ouverte » à la laïcité sous le mauvais prétexte qu’elle serait « fermée ». La pensée laïque ne méprise pas les modes de représentation portés par les discours religieux mettant en jeu les forces de l’ « autre monde » (les dieux), mais leur dénie toute légitimité pour définir le lien politique dans la cité, notamment lorsqu’ils contestent les bases scientifiques du savoir. La laïcité est un instrument d’émancipation. L’individu peut alors s’extraire de sa détermination sociale : il ne se réduit pas aux caractéristiques hasardeuses et subies de son origine familiale, ethnique, religieuse ou de genre. La laïcité, dans son principe même, est une arme très efficace, qui prémunit notre société contre une dérive majeure confirmée par l’histoire : la tendance à l’invasion de l’autorité publique par le religieux. L’idée laïque a toujours permis de lutter contre une mainmise de l’ordre religieux et moral sur la loi qui se traduit inévitablement par une oppression arbitraire sur la liberté de conscience et d’expression, sur les religions minoritaires et sur la condition féminine. La loi de 1905 donne à la laïcité un contenu positif : la garantie de la liberté de conscience. L’État laïque permet à tous de choisir, ou non, une option spirituelle et religieuse, d’en changer ou d’y renoncer. Les religions ont pris une place exorbitante dans l’espace public, alors que les athées et les agnostiques, bien plus nombreux, sont ignorés.
 
D’autre part, la barbarie islamiste a des causes profondes qu’il faut comprendre si on veut y mettre un terme en profondeur. Telle n’est pas la voie dans laquelle semblent s’engager les principaux partis politiques qui appellent aux rassemblements du 11 janvier. Ces partis auraient dû appeler le peuple – tout le peuple – à manifester, au-delà des appartenances partisanes et sans exclusion. Il doit être clair, toutefois, que si le peuple doit se rassembler pour combattre son ennemi, le débat politique doit se mener sur la responsabilité des uns et des autres dans la situation présente. La mondialisation néolibérale, en cours depuis le tournant des années 70 et 80 est la première cause de la montée du fondamentalisme islamiste. En aggravant les inégalités entre pays et à l’intérieur de chaque pays, les politiques néolibérales menées désormais sur la presque totalité de la planète génèrent pauvreté, misère matérielle et morale, déliquescence des liens sociaux, qui peuvent susciter chez certaines victimes de ces politiques une rage et une soif de donner un sens à leur vie en combattant le système qui leur paraît être à l’origine de leur exclusion. Au néolibéralisme, il faut ajouter les actions suicidaires menées par l’OTAN en Afghanistan, en Lybie, en Syrie, en Irak, au Yémen, et celles menées par les gouvernements israéliens contre le peuple palestinien. C’est toute la politique menée par l’Occident qui doit être revue de fond en comble. Tous les partis qui appliquent les politiques néolibérales, qui soutiennent l’OTAN et les gouvernements de l’État d’Israël ont une part de responsabilité dans la montée du fondamentalisme islamique. Marine Le Pen et le Front national ont également leur part de responsabilité quand ils ne cessent d’encourager les propos et comportements racistes à l’égard des Arabes et des Musulmans, quand l’immigré devient le bouc émissaire.



C’est pourquoi le M’PEP diffuse le beau texte de l’universitaire Jean Ortiz, intitulé CHARLIE HEBDO. JE NE VEUX PAS PARTAGER MON DEUIL ET MA DOULEUR AVEC EUX, accessible en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.m-pep.org/spip.php?article3899

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:48

Rassemblement ce soir 18h, place de la République 

 

Appel à l'unité nationale de toutes les forces républicaines face à la barbarie qui vient de frapper l'équipe de Charlie-Hebdo.

Le carnage barbare dont a été victime la rédaction de Charlie-hebdo nous plonge dans l'horreur et la peine et appelle une réponse nationale de grande ampleur.

Pierre Laurent et la direction nationale du PCF appellent à ce que partout dans le pays s'exprime l'unité nationale de toutes les forces républicaines face à la barbarie. Quand un journal est ainsi visé, quand des vies sont massacrées et dont la passion était l'information et la liberté d'expression, c'est bel et bien chacun de nous qui est visé, c'est la République qui est frappée en son cœur. Que les auteurs de ce crime abject soient arrêtés et jugés. 

Nos pensées vont aux victimes, aux familles et aux proches. Ce matin, c'est le monde de la caricature, de l'impertinence, de l'humour, de l’amour de la vie que les terroristes ont voulu faire taire. Les relations de fraternité et de complicité que nous avions, notamment lors de la Fête de l'Humanité, avec les dessinateurs de Charlie-Hebdo, renforcent notre peine.

L'heure est aujourd'hui à rassembler autour des valeurs républicaines le maximum de forces, de citoyennes et de citoyens. Par millions, exprimons partout dans le pays notre détermination à faire vivre les valeurs de Liberté, d'Egalité et de Fraternité.

Les militants communistes, les élus communistes et républicains, seront de toutes les initiatives qui, dans les prochains jours, permettront le rassemblement de la nation dans un esprit de grande confiance en notre peuple réuni sur l'essentiel, sans distinction des pensées philosophiques et politiques, de convictions religieuses. Nous appelons à refuser les amalgames et les stigmatisations, à rejeter fermement les appels à la haine et aux racismes. 

Dès ce soir, nous appelons au rassemblement en hommages aux victimes, place de la République à 18H00

 

Parti communiste français,

Paris, le 7 janvier 2015.

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:45

La France est en deuil. La tristesse est immense dans la capitale. C'est 
la République et ses valeurs qui sont aujourd'hui attaquées. C'est la 
liberté d'expression d'une presse engagée qui est visée. La mort de 
nombreux journalistes dont celle de notre ami Charb ainsi que celle de 
deux policiers est une terrible nouvelle qui nous plonge dans l'horreur 
de cette barbarie sans nom. J'adresse, au nom de la Fédération de Paris 
du PCF, mes sincères condoléances aux familles et aux proches des 
victimes. Tout doit être mis en œuvre pour retrouver et condamner les 
auteurs de ce crime. A cette heure, les communistes sont extrêmement 
inquiets car sans nouvelle de nos camarades travaillant au journal. Cet 
attentat, qui intervient dans un climat de haine grandissant dans la 
société française, doit faire réagir tous les républicains. Les 
Parisiennes et les Parisiens peuvent compter sur les communistes pour 
que la République reprenne désormais le dessus sur la haine et la 
barbarie. Nous organiserons dès ce soir une initiative, avec toutes les 
forces de progrès disponibles, pour réagir à cet attentat.

Paris, le 7 janvier 2014

Igor Zamichiei,

Secrétaire de la Fédération de Paris du PCF

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:41

Merci de lire et de rediffuser largement cet appel à manifester le 30 mai pour que la France sorte, par la voie progressiste et dans la perspective du socialisme, de l’UE atlantique et du mouroir de l’euro.

Face à l’impasse de l’union de la gauche derrière Hollande, face au mensonge discrédité de l’Europe sociale qui ne fait que creuser le lit du FN et de l’UM’Pen, construisons dans l’action le Front antifasciste, patriotique et populaire !

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF.

  

Le POLE DE RENAISSANCE COMMUNISTE EN FRANCE est particulièrement heureux de communiquer  l’appel ci-dessous émanant du Comité de Liaison des Assises du Communisme, publié sur son site internet aux visiteurs de son site www.initiative-communiste.fr

>

> http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/appel-des-assises-du-communisme-a-manifester-le-30-mai-pour-la-sortie-de-leuro-de-lue/

Appel des Assises du Communisme à manifester le 30 mai pour la sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN

10ème anniversaire de la victoire du NON au Traité Constitutionnel Européen - APPEL A MANIFESTER LE 30 MAI 2015 A PARIS

> à la suite de cet appel, lire le commentaire du PRCF et son APPEL A L’ACTION sur www.initiative-communiste.fr !

 

Déclaration commune des organisations composant les Assises du Communisme

LE CAPITALISME NE PEUT PAS RÉPONDRE AUX BESOINS DU PEUPLE, IL FAUT SORTIR DE L’EURO, DE L’UNION EUROPÉENNE ET DE l’OTAN

Pour un Front populaire, patriotique et antifasciste, pour la reconquête de la souveraineté nationale

 

> La situation politique nationale et internationale est de jour en jour plus inquiétante.

> Sur la planète, les guerres impérialistes menées par les impérialistes américains et européens qui soutiennent les forces ouvertement fascistes en Ukraine, les crimes colonialistes en Palestine et les terroristes en Syrie, en Irak, en Afrique et provoquent ainsi une logique d‘affrontement contre la Chine, la Russie, l‘Amérique Latine....

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Appels
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:55

Nicos Poulantzas, un marxisme pour le XXIe siècle
Colloque international consacré à l’œuvre de Nicos Poulantzas

Vendredi 16 janvier 2015, de 9h00 à 18h00
et samedi 17 janvier 2015, de 9h00 à 13h00

Université de Paris-Sorbonne
Maison de la recherche de Paris IV, Amphi 035
28 rue Serpente, 75006 Paris
Métro : Odéon (lignes 4 et 10)
 Plan d'accès
Entrée libre. Inscription : inscription@gabrielperi.fr

 Présentation
L’œuvre de Nicos Poulantzas (1936-1979), disparu il y a trente cinq ans, alimente aujourd’hui au plan international les recherches les plus novatrices. État, crise, classes sociales, mondialisation, Europe, transformation des rapports de production, fascisme… sur tous ces sujets, Poulantzas a fait évoluer le marxisme sur des voies inexplorées, en s’appuyant sur les classiques - Rosa Luxemburg et Gramsci, parmi d’autres - mais en ouvrant également le marxisme à des influences extérieures, celle de Michel Foucault par exemple. Cette œuvre se situe à la charnière de deux époques : le capitalisme d’après-guerre, et son cycle de croissance ininterrompu de trois décennies, et la période issue de l’entrée en crise de ce cycle dans la première moitié des années 1970, dont nous ne sommes à bien des égards pas encore sortis. C’est ce qui confère à la pensée de Poulantzas sa très grande actualité.

Lire la suite ->>  http://www.gabrielperi.fr/nicos-poulantzas,-un-marxisme-pour-le-xxie-siècle.html

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 15:50

Le CERCLE UNIVERSITAIRE D'ÉTUDES MARXISTES

et les ÉDITIONS DELGA

 

Vous invitent le Jeudi 15 janvier

de 17h00 à 19h30

 

Aux Cordeliers, 15 rue de l'école de médecine 75006 ( métro Odéon)

Amphithéâtre Roussy

 

à la conférence de

Aymeric Monville et Michelle Brand

 

 

Yougoslavie, Ukraine : l'impérialisme contre les peuples

 

 

Aymeric Monville est directeur des éditions Delga.

Michelle Brand est enseignante. Elle a préfacé le livre : «  Ukraine : le coup d'état fasciste orchestré par les États Unis »

 

 

Le Cercle Universitaire d’Etudes Marxistes (CUEM) a pour objectif d’organiser des conférences ayant trait à l’actualité du marxisme. Nous le faisons tout au long de l’année universitaire en invitant des conférenciers traitant de sujets historiques et philosophiques et d'actualité d’un point de vue marxiste. Si vous souhaitez être informés de nos initiatives et pour tout renseignement écrivez nous : cercle.univ.etud.marxiste@gmail.com, vous pouvez également consulter notre nouveau site : www.cuem.info

 

Les éditions DELGA ont publié entre autres ouvrages : Ukraine : le coup d'état fasciste orchestré par les Etats Unis, Stephen Lendman et Tuer une nation : l'assassinat de la yougoslavie, Michael Parenti

 

 

Repost 0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 13:36

 

La crise que traverse la CGT est inédite.

 

Elle est grave, car elle affecte en profondeur son unité.

 

L'ampleur de l'émotion, de l'inquiétude et de la colère qui émanent des profondeurs de la CGT est également sans précédent.

 

Il est porté atteinte à l'intégrité et au crédit de la CGT auprès de l'opinion et des travailleurs.

 

Ce qui est percuté, c'est non seulement le travail et le dévouement de milliers de militants du présent, mais aussi le legs historique de générations de militants qui ont bâti par leur sacrifice, par leur abnégation et leur désintéressement, le prestige et l'autorité de la CGT.

 

Certes, il y a une offensive relayée par les médias contre la CGT qui s'est déployée au moment d'importantes élections dans la fonction publique. Mais le malaise qui en a résulté ne saurait être ramené à cette opération, parce que la distance entre les bases militantes et la direction, engluée dans les compromis et les compromissions, ne date pas d'hier.

 

Et la question ne saurait être ramenée à un complot extérieur.

 

Que s'est-il donc passé en interne ces derniers jours en relation avec ces événements ?

 

 

L'enchaînement des faits : gagner du temps, contourner les instances

 

L'ampleur de la protestation interne dans la CGT, qui exigeait la réunion d'un CCN extraordinaire dès le mois décembre, avait contraint la CE confédérale du 9 décembre à prendre en compte cette demande et à convoquer un CCN extraordinaire pour le 13 janvier 2015.

 

En même temps, il s'agissait pour les responsables confédéraux de gagner du temps et de prendre le pouls du CCN tout en évitant de le convoquer en urgence. C'est ainsi que fut organisée la réunion du 15 décembre, invitant les mêmes responsables à une réunion informelle sans disposer des pouvoirs et des compétences d'un CCN statutaire… et ne pouvant donc prendre de décision.

 

Au cours de cette réunion informelle du 15/12, de très nombreux militants et responsables d'UD et de fédérations présents se sont prononcés en faveur du départ du secrétaire général et l'organisation d'un congrès extraordinaire afin de faire revenir la CGT à ses fondamentaux.

 

Alors, pour la direction confédérale, il fallait contourner cette volonté et neutraliser cette puissante contestation, reflet des exigences des bases de la CGT!

 

En effet, la réunion de la Commission exécutive nationale (CEN) qui a suivi (mardi 16/12), loin de prendre en compte ces réalités incontournables, se livre avec le secrétaire général à des manœuvres visant à contourner le rôle et les prérogatives du Comité confédéral national (CCN)).

 

Qu'on en juge :

 

L'exigence d'un renouveau fondamental dans la CGT et d'un débat de fond sur les orientations de lutte et stratégiques est renvoyée à un complot extérieur à l'organisation.

 

Des dysfonctionnements sont reconnus mais minimisés.

 

L'ordre du jour, retenu pour le CCN du 13 janvier, est cantonné à la définition de nouvelles règles financières et à l'évolution des responsabilités au sein du Bureau confédéral.

 

Et ce sont les compétences du CCN qui sont mises en cause, puisque la CE « a considéré qu'il fallait laisser du temps au processus de consultation et d'autre part, que des décisions aussi importantes et inédites ne pouvaient se prendre avec les instances de la CGT sous pression externe ».

 

Ainsi, le rôle statutaire comme organe souverain entre deux congrès est directement mis en cause, alors que l'article 28 des statuts précise que le CCN « fixe à la majorité simple en début de chaque session, ses méthodes de travail ».

 

Il y a au contraire urgence :

 

Plus la situation s'éternise et plus cette situation affaiblit la CGT et son influence.

 

Pourtant, les faits et leurs conséquences sont indubitables.

 

Outre l'animation du travail collectif de la direction, le rôle du secrétaire général est d'incarner l'unité de l'organisation, afin qu'elle puisse intervenir dans les entreprises, sur les territoires et sur le terrain de manière efficace et dynamique.

 

Ce rôle est essentiel au moment d'une offensive d'une gravité sans précédent du MEDEF, du gouvernement et de l'Union européenne, soutenue par la CES et le syndicalisme d'accompagnement contre toutes les conquêtes et les droits sociaux.

 

Mais lorsque, comme c'est le cas actuellement, des dizaines de structures de la CGT (dont les plus importantes) et des centaines de militants demandent le départ du secrétaire général, alors cette fonction ne peut plus être assurée sans un changement de responsable.

 

Ce n'est pas une question de personne. Nous ne sommes pas animés de vindicte et nous n'avons que mépris pour une presse avide de révélations croustillantes, complice de toutes les diversions et qui reste silencieuse sur le rôle joué par les « caisses noires » du patronat. !.

 

C'est de l'unité, du crédit et du rôle de la CGT dont il est question et dont nous avons la certitude qu'elle est au plan syndical le seul bouclier qui demeure au service des travailleurs, à condition qu'elle retrouve les principes d'action qui ont permis les grandes victoires populaires dans notre pays.

 

C'est pourquoi la déclaration de Thierry Lepaon, s'exprimant en conclusion de la réunion du 15 décembre des 33 fédérations et des 96 unions départementales selon laquelle " Si ma présence est un frein pour l'organisation, j'en tirerai toutes les conséquences ", doit être prise au mot.

 

Il est encore temps de faire preuve de responsabilité et de permettre à la CGT de tourner la page de cette très mauvaise passe.

 

Mais le temps presse !

 

Il est de la responsabilité du CCN de prendre les décisions qui s'imposent et de ne pas se laisser départir des compétences et du rôle que les statuts lui accordent et qui en particulier stipulent que le CCN est l'instance de « contrôle de l'activité confédérale ».

 

Le corps militant de la CGT est dans l'attente du renouveau indispensable et urgent de l'organisation !

________________________________

 

Roger SILVAIN CGT Renault Billancourt

 

Ludovic BOUVIER Secrétaire de la Région Métallurgie CGT

Nord/Pas de Calais

 

Danielle GAUTIER Conseil national UFR CGT Metallurgie, Collectif femmes Metallurgie, Bureau de l'UL de Riom (63), USTM (63)°

 

 

Gérard BERTRAND Secrétaire du syndicat Retraités Métaux Riom (63)

 

Georges DUCASSE Représentant CGT au CE de l'usine d'alluminium de Pechiney Noguères de 1973 à 1992

 

Vincent DUSE CGT PSA Mulhouse

 

Jean GAGNAIRE Syndicat métaux C.G.T. Riom

 

Yann GAUTIER délégué syndical C.G.T.à Delpharm Bayard 74 (Hte Savoie)

 

Ludovic GOTIAUX Délégué Syndical C.G.T. délégué du Personnel CHSCT à Tabacco Riom

 

Bernard GIUSTI secrétaire général adjoint Syndicat CGT Hôpital Cochin Paris

 

Jo HERNANDEZ ex secrétaire UD CGT du Tarn, ex secrétaire syndicat CGT centrale thermique EDF Albi

 

Michel HUET syndicat métaux C.G.T. Riom

 

Martine LAMONNIER Conseil National de l’ UFR C.G.T. Métallurgie, USR (91)

 

Claude MALTER délégué CGT Veolia Walter information Systems animateur du site www. Les-eaux-troubles.net

 

Claudine MOREL Conseil National de l’UFR C.G.T. Métallurgie, Collectif femmes

 

Bernard Parquet CGT EDF Val de Marne

 

Alain RODRIGUEZ Syndicat CGT des retraités cheminots de Clermont-Ferrand

 

Gilbert RODRIGUEZ CGT Nanterre

 

Eliane TRAINI Conseil National UFR C.G.T., métallurgie. Collectif femmes C.G.T.Métallurgie

 

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Syndicalisme
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 13:33

DÉCLARATION DE MILITANTS SYNDICAUX F.S.U. – 19 décembre 2014 LA F.S.U. ET SES SYNDICATS DOIVENT CHANGER DE CAP !

Publié le 20 décembre 2014 par FSC

DÉCLARATION DE MILITANTS SYNDICAUX F.S.U. – 19 décembre 2014

LA F.S.U. ET SES SYNDICATS DOIVENT CHANGER DE CAP !

 

LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES SUFFIRONT-ILS POUR RAMENER LES DIRIGEANTS DE LA F.S.U. AU PRINCIPE DE RÉALITÉ ?

Car les chiffres sont sans appel : dans tous les collèges électoraux ou presque, la F.S.U. et ses syndicats régressent, parfois de manière spectaculaire – notamment dans les corps des certifiés et des agrégés, bastions traditionnels du S.N.E.S..

A l’inverse, les syndicats d’accompagnement des contre-réformes, S.G.E.N.- C.F.D.T. et U.N.S.A., sont stables ou progressent légèrement, portés par la campagne insidieuse en leur faveur de certains chefs d’établissement : il ne sert à rien à la F.S.U. d’accompagner de manière critique les contre-réformes Peillon-Fioraso, ceux des enseignants qui « marchent » à fond dans le démontage libéral-maastrichtien de l’école préfèreront toujours le modèle (contre-) réformiste à la copie édulcorée et « critique » fournie par la F.S.U. Par ailleurs, F.O. progresse fortement, ainsi que le S.N.A.L.C. qui capitalise sur des bases conservatrices la résistance croissante de bien des enseignants au démontage des disciplines et au discours pseudo-pédagogique qui cible en permanence les savoirs, les disciplines scolaires et le rôle propre des professeurs (plus de notes, plus de disciplines, plus de sanctions, plus de redoublements – et aucun dispositif de soutien aux élèves en difficulté pour les remplacer… - culpabilisation totale et permanente de l’enseignant et du fonctionnaire…).

Dirigeants de la F.S.U., du S.N.U.I.P.P. et du S.N.E.S., qu’avez-vous fait du grand espoir né en 1995 lors des grandes luttes de décembre contre le démontage euro-libéral de la République, alors qu’enfin le SNES et la toute nouvelle Fédération unitaire émergeaient de la F.E.N. et de sa collaboration insidieuse à la casse de l’école ? Avant tout soucieux d’affilier la F.S.U. à la très maastrichtienne Confédération Européenne des Syndicats, de donner des gages à l’idéologie bobo et à la sacro-sainte « construction européenne », désireux de rompre au plus vite – comme la direction actuelle de la C.G.T. – avec la culture syndicale « lutte de classe » et clairement républicaine d’U. et A. (défense de l’Education nationale, des statuts et des concours nationaux, d’une laïcité dynamique et critique à l’opposé des consensus conformistes en vigueur, des disciplines universitaires nettement identifiées, tout cela dans la perspective d’une E.N. démocratique et de qualité), l’actuelle direction d’U.A. et de la F.S.U. a ringardisé toute référence claire à la lutte anticapitaliste, à l’exigence d’une transformation sociale forte, à la résistance à cette U.E. néolibérale et atlantiste qui n’apporte qu’austérité salariale sans fin, démontage du service public « à la française », casse des retraites et de la Sécu, destruction du « produire en France » (et à travers lui, de la classe ouvrière « rouge », la vieille alliée des enseignants !) et des grands acquis de la Révolution française, des lois laïques de 1905, du Front populaire et du C.N.R. qu’il est presque devenu impossible d’alléguer sans se faire traiter de « nationaliste » !

Le résultat est que les personnels de l’E.N., la jeunesse scolarisée et à travers eux, le monde du travail (les conventions collectives sont calées sur les qualifications nationales certifiées par l’E.N. et par l’Université à travers cette clé de voûte du système social français que reste le baccalauréat national), sont gravement fragilisés à l’heure où le M.E.D.E.F., l’U.E. d’A. Merkel et les gouvernements successifs P.S. et U.M.P. à leur dévotion s’attaquent à toutes les conquêtes du peuple français, et notamment à l’école publique, en vue de lui substituer le « grand marché éducatif » programmé par les accords européens et transatlantiques.

Le résultat, c’est aussi que le F.N. et l’U.M.P. ont les mains libres pour usurper et dévoyer dans un sens xénophobe la République indivisible, la laïcité républicaine et la souveraineté de la nation. Il est temps que les syndiqués demandent des comptes à cette direction nationale à la dérive et qu’ils construisent par eux-mêmes, en se fédérant à partir des établissement, les bases d’un ressourcement d’U. et A. et des syndicats de la F.S.U.. Non, les notions d’indépendance nationale, de République laïque, une et indivisible clairement opposée à la contre-réforme territoriale (métropoles, euro-régions parfois« transfrontalières »…)

Oui, il faut revenir à la défense intransigeante des statuts, des disciplines scolaires saccagées, de la mission d’instruire et d’éduquer, du respect élémentaire dû aux personnels de l’E.N. par les décideurs économiques et politiques.

Oui, il faut cesser d’opposer les évolutions pédagogiques portées par les enseignants eux-mêmes à la défense des acquis du corps enseignant, de leur salaire, de leur retraite, de leur protection sociale, de leur défense face aux incivilités et aux violences, en un mot de leur dignité professionnelle et civique.

Oui il faut s’opposer de front à ce gouvernement de droite entièrement acquis au M.E.D.E.F., à l’U.E. et à l’O.T.A.N., qui multiplie les guerres néocoloniales et qui serre les cordons de l’austérité en ouvrant un boulevard à la pire réaction.

Faudra-t-il pour cela créer un nouveau courant intitulé « Action et Unité » ? Le débat est ouvert mais il est devenu insupportable pour les militants de terrain de se voir brocarder par certains responsables qui n'acceptent pas la moindre critique de la ligne nationale quelle qu'en soit la thématique. En tout cas, ne nous laissons pas dérober l’outil F.S.U. construit par des générations de syndicalistes de lutte.

***************************************************************

Vincent Flament, Georges Gastaud, Lucas Gastaud, Fadi Kassem, Laurent Nardi, Jany Sanfelieu, Jean-Pierre Sienkiewicz, Karine Van Wynendaele (SNES-FSU)

Annie Lacroix-Riz, Denis Lemercier (SNESUP-FSU)

Patrice Leguérinais (SNUIPP-FSU)

Marion Gandiglio (non syndiquée, ex-SNES- FSU)

Publié dans FSU

 

 

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Syndicalisme
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 13:32

Note de la FTM CGT

Aux syndicats CGT de la métallurgie

suite à la réunion du Comité Exécutif Fédéral

du 18 décembre 2014


La commission exécutive fédérale a tenu sa réunion mensuelle ce jeudi 18 décembre.

Parmi les points fixés à l'ordre du jour : la situation en interne que traverse notre

organisation syndicale CGT.

A partir de la note adressée aux organisations de la CGT (que le CEF partage) suite à la

réunion de la commission exécutive Confédérale du mardi 16 décembre et des

éléments de réflexion apportés par Philippe MARTINEZ dans son rapport

d'introduction, une majorité de camarades du CEF présents à la réunion ont pu

exprimer leur ressenti et donner leur point de vue sur la situation.

La qualité d'écoute et le respect du débat y compris contradictoire auront permis à la

direction fédérale de se forger une opinion sur la position qui pourrait être la sienne

au Comité Confédéral National extraordinaire du 13 janvier prochain.

Plusieurs éléments ont été pointés par la Commission Exécutive Fédérale.

Elle considère essentiel le besoin d'instaurer des règles de vie collective et des

procédures financières au sein de la maison confédérale afin d'éviter un certain

nombre de dérives.

Les faits révélés autour de la rénovation de l’appartement et du bureau, mais pire

encore sur les indemnités de départ on choqué les militants et les syndiqués parce

qu’ils sont en total décalage avec les valeurs que nous portons au quotidien.

La CE Fédérale considèrent que le secrétaire général de la CGT a perdu toute

crédibilité en interne comme en externe de la CGT et que la seule option y compris

d'un point de vue humain est de démissionner de son poste de secrétaire général. Pour

autant, elle dénonce la campagne médiatique dont il fait l’objet laissant supposer des

malversations ou des irrégularités pénalement coupables comme le font des politiques

ou des patrons. Elle condamne fermement celui ou ceux qui, en interne, ont favorisé

cette campagne anti CGT. Ces pratiques sont également contraires à nos valeurs et

notre conception du débat démocratique au sein de la CGT.

Elle considère que les membres du bureau confédéral ont une part de responsabilité

importante dans la situation que vit la CGT, qu'ils n'ont pas rempli leur rôle de

responsables politiques au sein du bureau par manque d’animation collective et par

conséquent la question de leur démission devait être également posée.

Elle met un accent particulier sur ce qu'elle considère comme l'une des premières

priorités, le besoin de remettre très rapidement en route notre démarche revendicative

à partir des décisions et des orientations du 50e congrès confédéral et de retisser des

liens avec les syndicats et l’ensemble des organisations.

Définir une stratégie et une orientation politique claire comprises des militants, des

syndiqués, premières victimes de cette situation.

Elle pointe le rôle exemplaire des militants sur le terrain qui, par leur engagement, ont

permis à la CGT d'obtenir malgré le matraquage médiatique des victoires

revendicatives importantes.

Elle considère enfin qu'il faudra arriver devant le CCN extraordinaire du 13 janvier sur

la base d’une position claire de la CE confédérale et l'élaboration d'une feuille de route

pour la préparation du prochain congrès confédéral en 2016.

Avoir une réflexion sur l’évolution du bureau confédéral (secrétaire général et

administrateur compris) autour de quelle animation, quelle équipe et quel

fonctionnement de la maison confédérale et donc décider du dispositif à mettre en

place d'ici le prochain congrès.

Pour cela, le CEF a pris la décision d'organiser une réunion téléphonée avec les

membres de la direction fédérale entre le 6 janvier, jour de la CEC, et le 13 janvier,

jour du CCN extraordinaire, pour faire le point et pour arrêter une position fédérale

qui sera portée par le ou la camarade qui représentera la fédération le 13 janvier

prochain au CCN.

Montreuil, le 19 décembre 2014

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Syndicalisme
commenter cet article