Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 18:01

Deux ans et demi après l'éviction d'Hosni Moubarak la rue égyptienne a de nouveau parlé. Mohamed Morsi a été chassé du pouvoir après un an de règne et quatre jours de manifestations d'une ampleur inégalée dans l'histoire du pays. Les Égyptiens et les Égyptiennes sont venu-e-s rappeler au monde qu'une élection n'est pas un chèque en blanc qui délie les représentants de toute contrainte. La démocratie réelle implique un contrôle des mandats par les mandants et cela ne serait rien sans la possibilité de révoquer ceux qui ont trahi leur mandat. Aucune constitution n'accorde ce pouvoir aux travailleurs (en dehors de quelques « référendums révocatoires » à la sauce chaviste) : les classes dominantes auraient bien trop peur de la spirale démocratique que cela pourrait entraîner à leurs dépens. Au-delà des constitutions, au-delà des lois, au-delà de la « légitimité démocratique » supposée des élections, les travailleurs et travailleuses d’Égypte se sont réapproprié leur destin par la mobilisation collective et révolutionnaire. Que nos chefaillons occidentaux en prennent de la graine, et que cela donne des idées aux travailleurs et travailleuses du monde entier !

Cependant, cette seconde révolution prend avec l'intervention de l'armée dans l'éviction finale de Morsi des accents de coup d’État. Si les militaires n'ont fait qu'entériner une issue rendue inéluctable par la rue, cela a une portée symbolique désastreuse. Au-delà du symbole, les militaires sont en bonne place pour une reprise autoritaire du pouvoir et un retour à un régime proche de celui que la rue avait chassé il y a deux ans et demi. Détenteurs d'une large part des richesses du pays (35 % du PIB), les militaires ont hâte de pouvoir reprendre intégralement le contrôle du pouvoir politique qui est le gage de la pérennité de leur empire économique, sans prise en compte des intérêts des travailleurs et des travailleuses.

Alternative libertaire soutient les mouvements sociaux égyptiens et l'ensemble des forces progressistes dans la bataille contre les islamistes et l'armée pour faire advenir en Égypte la liberté, l'égalité sociale et une véritable démocratie fondée sur des pouvoirs populaires.

Alternative libertaire, le 4 juillet 2013

al-infos@alternativelibertaire.org

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Moyen Orient-Asie Mineure
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:59

Par le Mouvement politique d'émancipation populaire (M'PEP).

Le 2 juillet 2013.


Vous trouverez ci-dessous les vidéos de l'université d'automne 2012 du M'PEP (La Baume-lez-Aix, novembre 2012), filière 2 "La guerre contre les peuples".

  • Vidéo - "Biodiversité et économie verte"

    Par Michel Marchand, secrétaire national du M’PEP chargé des questions de l’environnement, chercheur à l’Institut pour l’exploitation de la mer (IFREMER), spécialiste des pollutions marines, dernier ouvrage publié : "Ne soyons pas des écologistes benêts", Mille-et-une-nuits, 2010.

    http://www.m-pep.org/spip.php?article3155
  • Vidéo - "La mise à mort organisée de la langue française"

    Par Georges Gastaud, responsable de l’association Courriel (Collectif unitaire républicain pour l’initiative et l’émancipation linguistique).

    http://www.m-pep.org/spip.php?article3123


Pour obtenir des informations sur l'université 2013 du M'PEP à Limoges, cliquez ci-dessous :
http://www.m-pep.org/spip.php?article3359

 

 

Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:57

 Monsieur José Manuel Barroso se veut l'empereur de l'Europe. Bien que ne se prévalant d'aucun suffrage populaire, il tente d'imposer son avis sur l'élaboration des décisions et de contrôler les lois de chacun des 28 nations composant  ce territoire. Il s'arroge un droit de critique et de veto sur la politique des gouvernements de ses "subordonnés".

 Monsieur Barroso a mis en demeure le Président français d'accélérer l'étranglement des retraites. Il a tenté de s'opposer à la notion d'exception  culturelle française et  au retrait  du cinéma des produits marchands soumis aux accords commerciaux entre l'Europe et les USA. Il aurait bien mérité des producteurs d'Hollywood si les pays intéressés (dont la France) s'étaient soumis à ses ordres.

Monsieur Barroso est un adepte  zélé de l'austérité  A  ce titre, en tant que membre actif de la fameuse troïka (Commission européenne, FMI, Banque centrale européenne),  il a  réussi à enfoncer le peuple grec dans la misère.

Monsieur Barroso a  su donner de l'Europe une image si négative que le Front National s'en frotte les mains et essaie de rassembler les citoyens indignés, Ce qui n'empêche pas le Front National de continuer à rouler pour le capitalisme , base idéologique de Monsieur Barroso.

Monsieur Barroso pavoise. Il vient d'ajouter un nouveau fleuron à sa couronne : la Croatie. Pris d'entrée : la privatisation des chantiers navals, et la mise au chômage immédiate de mille salariés. Que les Croates se rassurent. Ce n'est qu'un début.

L'Europe ne peut pas se concevoir sans la démocratie et l'indépendance de ses peuples. Il est urgent que l'ère des Barroso prenne fin.

 

Jacques Franck Premier juillet  2013

Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:55

De : Sylvie Nony


Rentrée en France depuis un an maintenant, j’avais laissé ce blog en jachère. Je lis comme tout un chacun la presse internationale, la presse égyptienne en ligne, ou les courriers de mes amis, sans m’autoriser à publier un avis qui n’est pas très éclairé. Mais en ce lendemain de "2ème révolution", les analyses de l’événement que j’ai pu lire ou entendre m’ont fait l’effet d’une décharge électrique qui m’a précipitée vers mon clavier. Souvenez-vous ! Les commentateurs qui, en janvier 2011, ne voyaient dans les événements d’Egypte que le spectre de l’islamisme, ceux-là même qui, au lendemain de l’élection de Morsi ne se privaient pas de "on vous l’avait bien dit", ceux qui ont fait recette en vendant des essais plus ou moins fouillés discutant doctement du label de révolution (minoré si on lui ajoute arabe), tous ces commentateurs-là aujourd’hui saluent la deuxième révolution d’Egypte et la destitution de Morsi (sans d’ailleurs se confondre en excuses pour avoir annoncé, il y a deux ans, un long hiver islamiste).

Certes la joie des égyptiens de s’être débarrassés de ce régime est immense. Elle explose sur toutes les videos et dans tous les reportages. Les messages de mes amis sont enthousiastes. Mais tout de même, de ce côté de la Méditerranée, ceux qui sont toujours prompts à donner des leçons de démocratie, comment peuvent-ils nous expliquer qu’il y a de bons coups d’Etat ?

Alors que 1500 jeunes en 2011 ont perdu la vie pour arracher un début de démocratie aux griffes d’un pouvoir militaire en place depuis 60 ans, alors que l’armée en a torturé des milliers (souvenez-vous des caves du Musée, des tests de virginité), qu’elle a essayé d’étouffer dans l’oeuf les organisations telle "Asker kazaboun" (militaires menteurs) qui dénonçaient leurs pratiques, il a fallu une mobilisation sans faille et des centaines de manifestations pour faire accepter le processus démocratique des élections présidentielles et législatives.

Souvenez-vous de la femme au soutien-gorge bleu, des massacres de la rue Mohamed Mahmoud, souvenez-vous du massacre des coptes devant Maspero et des autres épisodes racontés sur ce blog.

L’autre avancée a été de permettre à l’Egypte de faire l’expérience d’un gouvernement par les Frères. Ces derniers, auréolés par plus d’un demi-siècle de résistance, durant lequel bon nombre d’entre eux ont connu la torture et la prison, étaient la seule force organisée. Leur participation à l’avenir du pays était incontournable. Pour faire tomber le masque de leur discours religieux il n’y avait rien de mieux que l’épreuve de la conduite du pays. Et ils ont été d’une incompétence au-delà de toute espérance (peut-être l’armée, propriétaire d’une bonne part de la distribution des carburants a-t-elle légèrement savonné la planche). Le pays a rapidement plongé dans une crise économique terrible, et, cerise sur le gâteau, les Frères ont renoué avec la politique autoritaire dont ils avaient souffert, mettant de plus en plus en cause les libertés individuelles, enfermant des journalistes, poursuivant la pratique de la torture (qui n’a jamais vraiment cessé) et menaçant gravement la liberté d’expression. Des coupures d’eau et d’électricité ont achevé de détériorer la vie des égyptiens qui passaient déjà de longues heures à chercher du diesel pour leur voiture… enfin ceux qui avaient encore un travail et une voiture.

C’est alors que s’est lancé le mouvement "tamarod" (rebellion) au printemps dernier. Qui participe à ce mouvement ? Des jeunes, des milliers de jeunes de toute évidence, ceux qui étaient dans les premiers réseaux de la révolution, ceux du "6 avril", ceux de "al-Ikhouan kazanoun" (les Frères menteurs) et de tas d’autres mouvements généreux et dynamiques. Du Nord au Sud la pétition demandant le départ de Morsi a circulé comme une traînée de poudre, tant la colère était grande.

Mais qui a fait imprimer la pétition ? Qui a fait le choix que la revendication-phare ne soit plus celle d’élections législatives anticipées, ou d’une autre "constituante" ? On ne mobilise pas 22 millions de personnes sans qu’il y ait débat sur la stratégie, au moins au niveau des responsables politiques existants. D’ailleurs où sont-t-ils ces responsables et comment se fait-il que, dans une situation économique et sociale aussi désastreuse, ils n’aient aucun programme alternatif à faire entendre ?

Tout se passe comme si on avait soigneusement guidé la colère égyptienne vers cette seule revendication, totalement contradictoire avec la conquête d’un processus démocratique et qui va, au bout du compte, redonner aux Frères de quoi lustrer leur couronne de martyrs alors qu’elle allait tomber aux oubliettes de l’histoire (la chasse aux sorcières a déjà commencé).

Une autre information est absente des analyses éclairées d’aujourd’hui. Des centaines de journées de grève ont eu lieu depuis l’hiver dernier, dans l’industrie textile, dans le delta, dans les faubourgs du Caire pour exiger un salaire minimum, et une loi sur la liberté syndicale qui n’existe toujours pas. L’OIT a classé en juin 2013 l’Egypte sur la liste noire des pays où le droit du travail est bafoué. Jamais l’Egypte n’avaient connu autant de conflits sociaux, et les Frères ont tout fait pour faire taire ce mouvement qui clame toujours le slogan du 25 janvier : "pain, liberté, justice sociale !". Mais sont-ils les seuls à vouloir faire taire un mouvement ouvrier qui porte des revendications précises posant de véritables questions politiques ?

Au fait, ils sont où les felouls ? Dans les manifestations anti-Morsi bien sûr.

 

http://snony.wordpress.com/2013/07/...

http://bellaciao.org/fr/spip.php?page=article_txt&id_article=136287

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Moyen Orient-Asie Mineure
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:54

 Mardi 2 juillet 2013

Par Mohamed Bouhamidi

(source : http://www.reporters.dz/index....)


Les Frères musulmans égyptiens auront-ils autant de mal à percevoir leur défaite que les Américains à reconnaître la fin de leur leadership solitaire sur le monde ?

Le discernement théorique est, en temps politique normal, rarement une qualité des acteurs politiques, pour des raisons de formation et d’alignements idéologiques, mais surtout pour les raisons connues d’opacité des ressorts réels, mais inconscients, de nos choix et de nos actes. En période de mutation historique aussi profonde que traverse l’Égypte, ce discernement devient quasi impossible. Pour cette raison, les Frères, au lieu de comprendre la réalité des énergies qui pousse sur le champ de la confrontation politique des masses longtemps tenues à tort comme fatalistes et accommodantes, vont alimenter en carburants divers le feu qui a pris sous Moubarak, mais n’a pas encore tout à fait incendié le pays.

Quelles que soient les évolutions à court terme du rapport des forces et des arrangements entre Morsi et l’armée, ou entre la direction du mouvement et les puissances de l’argent indigène ou du Golfe, les Frères ont perdu la guerre sur le terrain choisi par eux : la rédemption d’un monde anomique et l’instauration d’un ordre prescrit pour l’ordonnance de notre monde. Avant d’être élus par les citoyens et de porter leurs voix et leurs vœux, ils avaient déjà averti qu’ils portaient la voix et les vœux de cet ordre religieux et que les élections ne servaient pas à les choisir, mais à s’inscrire dans la voie de Dieu. Ce type de démarche ne peut réussir que s’il tétanise la grande masse des populations concernées devant l’immensité de l’enjeu d’obéir ou de désobéir à Dieu, ou s’il les oblige à l’obéissance par le moyen de l’épée. Hors ces deux moyens, l’entreprise est vouée à l’échec immédiat, et l’épée ne peut subjuguer les peuples très longtemps, l’hypnose non plus. L’opposition résolue, déterminée, du peuple égyptien fait ressortir au moins un élément essentiel parmi d’autres enseignements passionnants.

L’impression d’une hégémonie des Frères sur la société égyptienne relevait largement du mythe. Il apparaît, au contraire, qu’ils sont loin d’être dominants, en dépit de l’élection sur le fil de leurs députés et de Morsi. Pis, à aucun moment ils n’ont réussi à « activer » cette rue réputée être à leur dévotion pour peser sur ses « choix » quand ils ont rejoint, contraints et forcés, le mouvement de protestation pour ne pas se retrouver à la marge d’un phénomène dont toutes les apparences et le caractère identifiaient comme une révolution. Les réunions secrètes et répétées des responsables des Frères avec les Américains laissent penser à un marchandage pour un soutien U.S. (auprès de l’armée) à leur prise de pouvoir, en contrepartie d’un alignement sans réserve sur des Frères sur les positions américaines. Très vite, l’exfiltration d’activistes américains condamnés par un tribunal égyptien, le maintien de Ghaza sous blocus (allégé, mais blocus quand même), la destruction ou la lutte contre les tunnels autour de Rafah, le respect religieux de Camp David, l’alignement sur le camp des agresseurs de la Syrie, confirment cette hypothèse d’un accord américano-frériste : les Frères avaient bien pour mission d’ancrer l’Égypte dans le camp du capitalisme, en rajoutant au travail antérieur de Moubarak la « persuasion religieuse » qui ferait aux yeux des masses égyptiennes la similitude de l’ordre divin avec l’ordre du capitalisme. L’intimité du nouveau pouvoir égyptien avec les monarchies du Golfe ne laisse plus aucun doute sur les mutations profondes qui ont mené les interprétations wahhabite, salafiste et frériste de l’islam à une rupture d’avec l’islam de la compassion, de la solidarité, de la justice, de l’échange et de la recherche de Dieu dans la diversité de ses créations et de ceux qui le quêtent.

Si l’ordre capitaliste occidental n’a pu s’imposer dans la tête des masses arabes à partir de ses catégories mentales particulières bombardées « universelles », il restait cette chance de nous faire entrer dans l’uniformité du capitalisme en mobilisant nos catégories religieuses particulières présentées comme « solution universelle » : « L’Islam est la solution. » Il faut noter que les interprétations wahhabites ou péri-wahhabites ont mis plus de deux siècles pour s’imposer, grâce aux pétrodollars, comme idéologies de masse compatibles avec le capitalisme. Cela fait autant de siècles que le peuple égyptien cherche des élites, des représentations et des voies pour combattre la domination franco-anglaise puis américano-sioniste. Quand les paysans égyptiens menaient la guérilla dans le Delta du Nil contre les troupes de Napoléon, les wahhabites s’alliaient avec les Anglais pour se tailler un empire sectaire dans le corps malade de l’Empire ottoman, et quand les officiers libres se préparaient en Égypte, les Saoudiens se livraient aux Américains par l’accord dit du « Quincy ». C’est cela que joue en Égypte ce peuple admirable, et les Frères comprendront bientôt qu’ils ont déjà perdu la bataille idéologique. Le reste suivra.

Alger le 29 juin- publié le 1er juillet 2013 dans Reporters.DZ

 

http://www.gaucherepublicaine.org/international/de-la-demystification-des-freres/6771

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Moyen Orient-Asie Mineure
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:53

 La dette publique de la France atteignait 91,7 % du PIB à la fin du premier trimestre 2013, selon l’INSEE. Elle s’élevait à 85,9 % fin 2011 et à 90,2 % fin 2012. Où est donc passé le sérieux budgétaire tant vanté par notre gouvernement ?

Pire, pour le député socialiste, rapporteur général du Budget à l’Assemblée nationale, Christian Eckert, le déficit public pourrait atteindre 3,5 % du PIB contre les 2,9 % initialement prévus. La dette publique augmentera alors, de nouveau, de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Pourquoi ? Parce que la prévision de croissance de l’économie devra sans doute être revue à la baisse et que les recettes fiscales et sociales seraient moins importantes que prévues.

Austérité budgétaire + austérité salariale = récession 

Les causes de cette baisse prévisible de la croissance et de la récession dans laquelle est aujourd’hui plongée l’économie française n’ont rien de mystérieuses. La politique d’austérité budgétaire imposée par le TSCG pressure l’investissement public. La stagnation des salaires et des prestations sociales infligées par le Medef et la Commission européenne écrase la demande solvable des salariés.

Quels sont les remèdes proposés par notre gouvernement ?« Tenir les dépenses publiques » c’est-à-dire réduire de 9 milliards d’euros les dépenses et les investissements de l’État et des collectivités territoriales en 2014. Laminer toujours plus la demande solvable en refusant tout coup de pouce au Smic, en gelant la valeur du point dans la fonction publique, en augmentant la TVA le 1er janvier 2014, en n’opposant aucune défense sérieuse aux attaques du Medef contre nos retraites et notre protection sociale. 

Le résultat est couru d’avance : le chômage réel (hors stages-parking) fera un bond en avant, la récession perdurera, les recettes fiscales et sociales diminueront, le déficit public et la dette publique augmenteront. Une nouvelle politique d’austérité sera alors mise en place… 

Il faudrait pourtant savoir arrêter une stratégie qui perd avec une telle frénésie.

 

www.democratie-socialisme.org

Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:51

 Le peuple restera dans la rue jusqu'à la satisfaction de ses exigences révolutionnaires

 

Communiqué du Parti communiste égyptien

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le Parti communiste égyptien adresse encore une fois à notre grand peuple égyptien un hommage pour son héroïque résistance à un régime tyrannique et fasciste en faillite.

 

Le parti voit dans cette position unanime l'expression d'une sincérité, une noblesse d'esprit et un niveau de conscience d'un peuple qui refuse de transiger sur le droit à vivre dans la liberté et la dignité, peu importe les sacrifices à réaliser, persévérant dans une approche pacifique et civilisée, défendant notre choix de société de toujours, représenté dans notre croyance en la liberté, le respect du pluralisme, les valeurs de tolérance et les droits civiques.

 

Le Parti salue également la déclaration des forces armées et son positionnement sans équivoque du côté des revendications du peuple égyptien. Nous soulignons l'importance, à travers ce communiqué, du respect par les forces armées de son rôle de défenseur de la sécurité nationale égyptienne, de protection de la volonté populaire, sans s'impliquer pour autant dans l'arène politique, ce qui serait incompatible avec la nature de sa mission, en respectant les règles de la démocratie et les principes sur lesquels l'Etat moderne est établi.

 

Le peuple égyptien s'est exprimé, tout le monde doit s'y plier. C'est la seule source de légitimité. Lui seul doit décider comment nous devons sortir de cette situation. Le peuple a décidé que Mohamed Morsi avait trahi le serment qu'il avait rendu lorsqu'il est devenu président. Lui et son groupe des Frères musulmans, avec leurs alliés, ont osé attaquer la sacro-sainte institution judiciaire et ont ruiné l'économie du pays, menaçant la sécurité nationale, la paix sociale et l'unité du pays. Par conséquent, le peuple avec sa descente massive dans les rues a fait de cet homme et de son régime fasciste des usurpateurs de l'autorité. Il doit se retirer de la scène politique et être poursuivi en justice avec sa bande de criminels pour ce qu'ils ont commis contre le peuple et le pays.

 

Notre parti insiste que la seule feuille de route choisie par le peuple est celle de la pétition « Rebellion » signée par les masses dans toute l’Égypte. Nous appelons les masses du peuple égyptien à ne pas quitter les places et ne pas abandonner la révolution jusqu'à la satisfaction de nos revendications.

Vive l'Egypte … et vive la révolution de son noble peuple !

 

http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-pour-le-pc-egyptien-le-peuple-restera-dans-la-rue-jusqu-a-la-satisfaction-de-ses-exigences-revolu-118860586.html

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Moyen Orient-Asie Mineure
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:49

 Mardi 2 juillet 2013

Par Évariste


Depuis une trentaine d’années, la gauche laïque de la République sociale combat et résiste à la poussée de l’extrême droite, poussée principalement due à l’abandon, y compris par la gauche de la gauche, du primat de la lutte des classes et de la question sociale et culturelle. Elle résiste aussi au différentialisme culturel, au communautarisme, et plus généralement à l’alliance des forces néolibérales, de droite et de gauche, et des forces communautaristes et intégristes.
Dans cette résistance, la gauche laïque de la République sociale a été particulièrement en butte au communautarisme d’extrême gauche, largement relayé par les islamo-gauchistes des Indigènes de la République, par une partie du mouvement Attac et de certaines de ses composantes, par une partie des forces actuellement au Front de gauche, chez les Verts ou à l’extrême gauche, par ceux qui déroulaient le tapis rouge aux Frères musulmans via Tariq Ramadan (se rappeler les fameux épisodes du Forum social européen de Paris et de Londres). Nous nous rappelons ceux qui proféraient, selon l’adage « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », que l’opposition des islamistes à l’impérialisme étasunien légitimait l’alliance du gauchisme avec l’islamisme soft, via l’altermondialisme et l’extrême gauche mondialisée.

Toute cette camarilla de type Cinquième colonne se liguait contre la loi du 15 mars 2004 portant interdiction des signes religieux à l’école, qui pour nous visait à réhabiliter les circulaires du Front populaire de Jean Zay en 1937 bafouées par l’article 10 de la loi solférinienne et social-libérale du 10 juillet 1989. Pendant ce temps, la gauche laïque de la République sociale organisait son combat internationaliste cohérent et global selon la stratégie du double front, contre les politiques néolibérales et contre l’obscurantisme communautariste et intégriste.

Lorsque cette camarilla a salué l’arrivée des amis de Tariq Ramadan au pouvoir en Turquie, en Tunisie, en Égypte, dans la bande de Gaza, ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Le temps de l’histoire travaille pour la gauche laïque de la République sociale. Mais le temps de l’histoire n’est pas le temps humain et ne correspond pas aux impatiences de ceux qui ne réfléchissent pas en termes de lutte de classes et de combat contre l’hégémonie culturelle. L’ouverture des processus révolutionnaires dans les pays dits arabes et/ou musulmans est un processus de temps long. II a fallu tout juste deux ans pour s’apercevoir que les amis Frères musulmans de Tariq Ramadan sont les meilleurs alliés de la troïka néolibérale, qu’ils sont les ennemis de la liberté, notamment des femmes, mais pas seulement, et qu’ils pratiquent la même politique que leurs prédécesseurs, dictateurs militaires ou contrôlés par l’armée.

Et cerise sur le gâteau, la mobilisation interne dans les pays arabes et/ou musulmans contre les amis Frères musulmans de Tariq Ramadan, reprend de plus belle, avec des manifestants rejetant en même temps les dictateurs anciens, la dictature des islamistes, leur inféodation au néolibéralisme. La stratégie du double front en somme ! Pour illustrer comment la résistance sociale et laïque paye, nous vous offrons le texte de Mohamed Bouhamidi.

 

http://www.gaucherepublicaine.org/respublica/lactualite-valide-notre-resistance-historique-au-deferlement-du-communautarisme/6768

Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:46

L’ouverture du centre commercial prévue le 23 octobre 2013…

 

Le rétablissement d’un centre de santé à Beaugrenelle : c’est pour quand ?

Assez de promesses!

 

Le 15ème arrondissement devient-il un « désert médical » ? Sans doute pas encore en nombre de médecins, mais certainement en offres de soins accessibles à tous, sans dépassement d’honoraire, pratiquant le tiers-payant de la Sécurité sociale.

60% des généralistes et 85% des spécialistes font payer des dépassements d’honoraire, souvent élevés. Les temps d’attente pour un rendez-vous sont intolérables. Les urgences de l’hôpital Pompidou n’ont pas vocation à assurer des soins courants. Elles sont de plus en plus surchargées et le seront encore plus avec la fermeture programmée et inacceptable de celles de l’Hôtel-Dieu.

Mais pour ne pas arriver aux urgences, il faut avoir été correctement soigné avant !

Entre la médecine de ville et l’hôpital, une offre de soin est dramatiquement sinistrée dans le 15ème arrondissement : les centres de santé conventionnés.

Celui de Balard a été fermé et détruit l’an dernier dans le cadre du projet immobilier de Bouygues pour le ministère de la défense, le « Pentagone ».

Celui de la rue Viala vivote. En 1996, son abandon par les Allocations familiales s’est traduit par un net rétrécissement. La mutuelle étudiante qui le gère maintenant n’arrive pas à faire face aux frais avec la sous-tarification de ses prestations depuis la loi Bachelot.

Le Centre médical interdisciplinaire Beaugrenelle est tombé en 2006 sous les pioches et pelleteuses des promoteurs Gécina et Apsys auxquels la municipalité de Paris ont confié l’avenir du quartier.

Tous les éléments d’un scandale sont rassemblés !

Le centre médical accueillait 23.000 patients de toutes conditions. L’opération immobilière a exclu son relogement parce qu’elle exigeait un loyer de 6 à 10 fois plus élevé pour nourrir les actionnaires des promoteurs.

L’opération se monte à plus de 500 millions d’euros. Gécina a déjà promis à ses actionnaires de le revendre immédiatement et d’empocher 200 millions. La Ville de Paris et la Sempariseine ont cédé à toutes leurs demandes depuis 2003.  

Le centre commercial doit, après les aléas spéculatifs, ouvrir avec 7 ans de retard le 23 octobre 2013.

Et le centre de santé ?

Avec les associations locales, nous nous sommes battus dès le départ pour son relogement, puis pour son rétablissement. La municipalité de Paris a répondu par des promesses évasives, celle du 15ème par des soutiens sans frais.

Les élections municipales approchent. Devant une situation intenable, il n’est plus temps d’entendre des promesses dilatoires mais il est grand temps que des actes soient accomplis !

Ensemble exigeons des élus de Paris et des responsables de la Sempariseine:

La mise à disposition à Beaugrenelle de locaux à usage de centre de santé, par les promoteurs, à loyer social correspondant à des équipements publics.

La réimplantation d’un centre de santé pluridisciplinaire, au moins équivalent à l’ancien centre médical Beaugrenelle, d’un centre municipalisé pour garantir son financement pérenne.

Que ces décisions soient actées avant l’ouverture du centre commercial de standing en octobre.

Pour notre accès à des soins de qualité, agissons !

 

http://pcf-paris15.over-blog.com/article-le-retablissement-d-un-centre-de-sante-a-beaugrenelle-c-est-pour-quand-118893910.html

Repost 0
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 17:45

 La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie n’aura donc pas tenu plus d’une demi-journée après sa timide critique d’un budget qui lamine encore un peu plus ce grand ministère ; rappelons que le MEDDE, outre l’écologie, regroupe l’ensemble des services publics de l’infrastructure de l’ex-ministère de l’équipement.

Sous la pression de la Commission européenne – garde-chiourme de l’oligarchie capitaliste – le gouvernement Ayrault n’a eu d’autre « choix » que de monter un budget encore plus austéritaire.
Et de pousser les feux de la libéralisation et de la privatisation rampantes voulues par l’Union Européenne, avec par exemplele paquet ferroviaire visant la SNCF ou encore la libéralisation des barrages hydroélectriques.

C’est donc une baisse de 7% des crédits du MEDDE qui est prévue par le prochain budget. Il est également prévu de supprimer encore près de 1100 emplois au MEDDE, ce qui fait suite aux  suppressions massives sous Sarkozy (rappelons que ce ministère d’externalisation en suppressions d’emploi a vu ses effectifs passer de 95 000 agents à 60 000 entre 2007 et 2012, qui dit pire ?).

Bref, Delphine Batho (PS) qui, sans doute échaudée par le sort de son éphémère prédécesseuse Nicole Bricq (évincée après quelques semaines pour avoir oser émettre un bémol sur les permis d’exploitation d’hydrocarbures en Guyanne) était restée plus que discrète, ne pouvait faire moins que sa timide et très tiède protestation (c’est bien la même qui déclarait il y a peu que son ministère devait prendre sa part de l’austérité !) face à la poursuite de la destruction de son ministère en charge de l’aménagement et de l’équipement du territoire. Rappelons que le MEDDE, c’est le ministère qui s’occupe des grandes infrastructures du pays (routes nationales, aviation civile, voies navigables) et du transport mais c’est aussi la prévention des risques, l’énergie, la sûreté nucléaire, le contrôle des installations classées et bien sûr l’environnement ainsi que des services publics tels que Météo-France, l’IGN, l’INERIS ou le BRGM.

De façon symptômatique, derrière ces baisses de crédits et ce énieme plan social qui ne dit pas son nom dans une administration dont les réorganisations incessantes ont des effets aussi terribles que ceux dénoncées chez France-Télécom, c’est par exemple concrètement un nouveau plan de désengagement des routes nationales après la décentralisation de 2003 qui est à envisager. Avec l’idée d’augmenter encore la part de réseau confiée à des exploitants privés (les sociétés d’autoroutes tenues par Bouygues, Vinci et Eiffage  par exemple; rétribués par la prolongation de leur concession, ou la mise en œuvre de péages urbains). Et l’externalisation massive des missions abandonnées au marché privé pour des coûts et des prix pourtant plus élevés (maitrise d’œuvre publique par exemple). Rappelons que c’est pour respecter les directives européennes sur la concurrence que depuis les années 2000 le ministère de l’équipement s’est massivement désengagé de l’ingénierie pour les collectivités territoriales. Il s’agissait pourtant là d’un levier puissant pour porter des politiques d’aménagement écologique du territoire, de sobriété énergétique, etc.

Dans le même temps, au ministère du logement,Cécile Duflot (EELV) vient d’annoncer sans aucune concertation et sans le moindre débat parlementaire la fin des missions d’ingénierie publique auprès des petites communes (ATESAT), dernier résidu d’une ingénierie publique permettant jusqu’à il y a peu aux collectivités publiques d’accéder à une maîtrise d’œuvre de qualité peu chère et indépendante des intérêts privés. Devant les protestations des maires de France, F. Hollande avait pourtant indiqué qu’il n’irait pas plus loin dans le jeu de massacre et qu’il n’abandonnerait pas les petites communes. Mais C. Duflot annonce aussi la décision d’arrêter l’instruction des permis de construire pour les petites collectivités (faisant fi là aussi de l’efficacité d’un service mutualisé et surtout indépendant des pouvoirs politiques locaux). Au total, c’est rien moins que 4000 emplois qui seront aussi supprimés d’ici 2015 dans les DDT (ex-DDE).

Implicitement, Batho en critiquant ce budget fait la démonstration que mener une politique de gauche
– fût-elle aussi tiède et insipide que celle qu’elle propose – est absolument impossible si l’on ne brise pas les fers de cette UE capitaliste qui de par sa nature ne sert que les intérêts des marchés financiers, lançant razzia sur razzia sur les services et entreprises publics, démolissant les conquêtes sociales pour remplir les poches de l’oligarchie capitaliste.
Défendre de manière conséquente le progrès social, le maillage infrastructurel du territoire national et les acquis des travailleurs, ne peut donc se faire qu’en sortant de l’UE et de l’Euro par la gauche.

La casse de l’Equipement, le plus ancien service public d’Etat (on se souvient qu’à l’issue des guerres de Religion, pour remailler le territoire national en loques, Henri IV avait nommé Sully « Grand Voyer de France »), en dit long sur l’euro-destruction de notre pays. Résister à la casse de l’Equipement est plus que jamais un devoir central de la nouvelle résistance populaire et patriotique.

 

Par Jean Baptiste

 

Communiqué de la CGT équipement:http://www.equipement.cgt.fr/IMG/pdf/Communique_FD_plf_2014x.pdf

 

http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/batho-coulee/

Repost 0