Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 01:31

di Ángel Guerra Cabrera *

 

22/02/2010

 

fonte: http://www.jornada.unam.mx/2010/02/18/index.php?section=mundo&article=024a1mun

Traduzione a cura della redazione di www.lernesto.it

 

* Ángel Guerra Cabrera, giornalista cubano, scrive sul giornale messicano La Jornada

 

La lunga e intensa guerra mediatica contro il Venezuela è entrata in una fase delirante in cui appare abissale la distanza tra ciò che realmente avviene nel paese e ciò che pubblicano i consorzi mediatici. Chi giudichi il Venezuela esclusivamente in base a quello che pubblicano costoro, arriva alla conclusione che è uno Stato “fallito”, in cui è giustificabile qualsiasi cosa, anche il golpe militare, l’assassinio del presidente, un intervento armato straniero o tutti questi “rimedi” insieme. E proprio questo il senso comune che cercano di trasmettere questi editori. E il fatto è che i grandi media degli Stati Uniti, della Spagna e di altri paesi della NATO, dei membri della Società Interamericana di Stampa e delle catene elettroniche latinoamericane diffondono un immagine così distorta della realtà venezuelana in modo tale che nessuno possa credere che la nazione così descritta sia la stessa in cui una decina di multinazionali – tra esse Chevron e Repsol – decidano di investire 80 mila milioni di dollari per iniziare operazioni in un settore della Falda Petrolifera dell’Orinoco, la stessa in cui una maggioranza storicamente emarginata gode oggi di tutti i diritti, dove esiste una solida popolarità del presidente e la fiducia nel suo governo, che si esprime nella stabilità politica o in marce multitudinarie come quella del 23 gennaio. Poco tempo fa il veterano dei giornalisti venezuelani Eleazar Díaz Rangel si chiedeva da dove la rivista Newsweek avesse potuto attingere le informazioni che prevedono per quest’anno qualcosa di così strampalato come il rovesciamento di Hugo Chávez per mezzo di un golpe militare.

 

Ma l’assalto contro Caracas all’estero non è solo mediatico, per quanto importnate sia tale componente della strategia antivenezuelana degli Stati Uniti. Esso si manifesta su molti fronti e comprende piani di intelligence, sovversione e aggressione militare a cui partecipano il Dipartimento di Stato, il Comando Sud delle forze armate di questo paese, per non parlare della “comunità dell’intelligence” agli ordini dell’ammiraglio Dennis Blair, dell’oligarchia, del governo colombiano, più o meno apertamente dei governi e delle forze politiche di destra dentro e fuori l’America Latina e, naturalmente, della controrivoluzione interna.

 

La controrivoluzione interna è più che necessaria per offrire l’immagine di una società insubordinata, di un paese ingovernabile e per realizzare operazioni di spionaggio e sovversione da parte dei servizi speciali statunitensi e alleati. Ma l’usura e il discredito della controrivoluzione interna ha costretto Washington a cercare reclute tra gli studenti della classe media che sono stati addestrati alle tecniche delle rivoluzioni colorate con fondi dell’Agenzia degli Stati Uniti per lo Sviluppo Internazionale (USAID nella sigla inglese) e della National Endowment for Democracy, entrambe coperture della CIA. Ma ormai anche questo gruppo ha perso la sua forza iniziale e la impressionante marcia dei giovani bolivariani di pochi giorni fa a Caracas ha disattivato le azioni criminali che erano state avviate, non lasciando alcun dubbio sull’appoggio al governo da parte del settore giovanile.

 

Sia per la rivoluzione che per la controrivoluzione la battaglia più importante di quest’anno è rappresentata dalle elezioni legislative del 26 settembre. Ma la controrivoluzione, che - a parte l’odio per Chavez – è divisa, è attraversata da una feroce disputa in merito alle candidature e, soprattutto, non ripone fiducia nella possibilità di poter impedire ai bolivariani di conquistare i due terzi dei seggi all’Assemblea Nazionale, necessari per mantenere il corso rivoluzionario. E’ il dominio elettorale del chavismo che inevitabilmente porta la controrivoluzione, in preda alla disperazione, a coltivare la tentazione del golpe. Ciò spiega i tentativi di gettare su Chavez la colpa dei problemi nell’approvvigionamento di acqua ed elettricità dovuti ad una grande siccità, mentre è evidente che il governo sta affrontando con grande energia la questione, soprattutto dopo l’insediamento di Alí Rodriguez, uno dei suoi migliori quadri.

 

Ma per avere un’idea di ciò che si sta preparando contro il Venezuela, nulla è più eloquente della presentazione al Congresso di Washington da parte dell’ammiraglio Blair del Rapporto Nazionale sull’Intelligence: “In Venezuela, Bolivia e Nicaragua leader populisti…si sono uniti per respingere l’influenza degli Stati Uniti…nella regione. Il presidente del Venezuela… si è rivelato come uno dei principali detrattori degli Stati Uniti a livello internazionale…” Se questo è ciò che dicono pubblicamente…

 

www.resistenze.org - popoli resistenti - venezuela - 23-02-10 - n. 307

da www.lernesto.it

 

 

Repost 0
Published by Ángel Guerra Cabrera - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 08:07

Source : Comaguer - Au fil des jours et des lectures n°56

 

vendredi 8 janvier 2010

 

La réactivation de la IV° flotte (par BUSH) l’ouverture de sept nouvelles bases militaires US en Colombie (par OBAMA) l’ouverture de deux nouvelles bases navales au panama (par OBAMA) ont démontré que les Etats-Unis ont décidé de s’opposer par tous les moyens y compris par la violence armée aux transformations politiques et sociales en cours en Amérique Latine. La Colombie devient la principale base de la contre-révolution en cours. Les guérillas colombiennes viennent d’en tirer les conséquences.

Voir leur communiqué conjoint – traduction COMAGUER

 

DECLARATION COMMUNE FARC ET ELN

 

Dimanche 20 décembre 2009 La réunion entre les deux guérillas colombiennes met fin aux affrontements entre révolutionnaires

 

AUX COMBATTANTS DES FARC-EP ET DE L’ELN

 

Le Secrétariat National des Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie Armée du Peuple FARC-EP et le Commandement Central COCE de l’Armée de Libération Nationale ELN, transmettent à tous les guérilleros et à toutes les guérilleras des deux organisations nôtre salut le plus chaleureux, le plus fraternel et le plus révolutionnaire. Nous les informons que nous nous sommes réunis dans une atmosphère de fraternité et de camaraderie qui nous a permis de nous consacrer avec franchise et transparence à l’analyse de la situation actuelle, aux perspectives et à l’engagement que comme révolutionnaires elle nous impose d’aborder également les difficultés qui ont existé entre les deux organisations.

Le capitalisme est en crise. L’empire, comme il l’a toujours fait, essaye de la conjurer au moyen de la guerre, et c’est ainsi qu’il augmente les troupes d’occupation en

Afghanistan en envoyant des dizaines de milliers d’hommes s’ajouter à ceux déjà existants.

La Colombie est aujourd’hui transformée en une grande Base Militaire à sa disposition pour noyer dans le sang la résistance de notre peuple et il prétend, depuis cette base, faire reculer le nouveau projet pour notre Amérique qui galope par ses vallées et ses montagnes.

Comme réponse à cette prétention guerrière, il faut de toute urgence lever le drapeau de la paix en Colombie comme un engagement pour tout le continent. A ce moment précis, où les diverses expressions du mouvement social et populaire résistent et où elles sont mobilisés, nous faisons le choix de travailler pour l’unité pour combattre avec fermeté et ardeur l’actuel régime que le gouvernement d’Alvaro Uribe a transformé en la marionnette la plus perverse des plans de l’empire en humiliant la dignité nationale, aspiration des colombiens, et en s’ imposant à la pointe du canon paramilitaire et par une répression institutionnelle inspirée d’une conception fourbe, corrompue et mafieuse.

Des évaluations récentes montrent que les deux mandats d’Uribe sont un échec économique, le politique, social, comme en matière de justice et dans tous les autres domaines, et par conséquent rien ne serait plus erroné et plus dangereux pour le destin de la patrie qu’une nouvelle réélection d’Uribe ou de l’un de ceux qui appliquent la « Sécurité Démocratique ». Seules l’unité et l’action déterminée des patriotes colombiens, des démocrates, des révolutionnaires et de tous ceux qui gardent espoir dans une solution politique pourront arrêter la guerre, ramener la paix et rendre possible la construction d’une Colombie nouvelle qui nous intègre dans la définition de son destin, lequel ne sera pas étranger aux nouvelles dynamiques que vit aujourd’hui notre Amérique.

La compréhension des exigences de la période et notre condition révolutionnaire nous conduisent à donner à toutes nos unités les ordres suivants :

1. Arrêter la confrontation entre les deux forces à partir de la publication de ce document.

2. Ne permettre aucun type de collaboration avec l’ennemi du peuple, ni faire des signalements publics.

3. Respect de la population non combattante, de ses biens, de ses intérêts et de ses organisations sociales. 4. Faire usage d’un langage pondéré et respectueux entre les deux organisations révolutionnaires.

Nous prenons l’engagement d’organiser les espaces et les procédures qui permettent d’éclaircir et de trouver les véritables causes qui nous ont conduites à cette confrontation absurde dans quelques régions du pays, de les dépasser et de travailler

pour éliminer les dommages causés. Il faut favoriser l’analyse et la controverse critique, franche et constructive qui contribue à l’unité et à la fraternité révolutionnaire.

Notre seul ennemi est l’impérialisme américain et son oligarchie servile, contre lesquels nous engageons toute notre énergie combative et révolutionnaire.

Nous réaffirmons la validité des normes de comportement avec les masses décidées et approuvées dans le sommet de Commandants de 1990.

Les déclarations publiques relatives à l’unité et au traitement des difficultés entre les deux organisations sont du seul ressort du Secrétariat et du Commandement Central.

Manuel Perez Martinez, Manuel Marulanda Velez, les exemples que nous devons suivre Pour le respect de la patrie, les yankees hors de Colombie !

 

Comaguer

comaguer@orange.fr

 

Publié par le Comité Valmy http://www.comite-valmy.org/spip.php?article476

Repost 0
Published by Comaguer Comité Valmy - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 12:36

Non à l’éviction des travailleurs d’IMPA – une usine occupée.

 

Nous publions ci-dessous l’appel que nous avons reçu des travailleurs d’IMPA, une usine occupée, en Argentine. Ces salariés sont menacés d’éviction. Nous demandons à tous nos lecteurs de faire largement circuler cet appel et de faire signer la résolution par un maximum de syndicalistes, de travailleurs et d’étudiants.


Le lundi 10 août, les travailleurs d’IMPA (Industria Metalúrgica y Plástica de Argentina), à Buenos Aires, se sont réunis en Assemblée Générale et ont décidé de résister à la menace d’éviction prononcée par le juge Hector Vitale.

Ce juge invoque l’inconstitutionnalité de la loi nº 2969/08, votée au parlement de Buenos Aires, en janvier 2009. Cette loi avait prononcé l’expropriation d’IMPA, une entreprise de la métallurgie que les travailleurs occupent depuis 1998 pour défendre leurs emplois et leurs revenus.

Dans leur communiqué de presse, les travailleurs dénoncent le fait que le juge Hector Vitale a des intérêts économiques directs, dans cette affaire. Il profiterait personnellement de la vente du site, en cas d’éviction des salariés.

A ce jour, il y a, sur le site d’IMPA, 63 travailleurs, 150 personnes qui suivent des cours d’Education Secondaire pour adultes, un dispensaire gratuit pour la population du quartier d’Almagro, ainsi qu’un centre culturel qui reçoit des centaines de jeunes. Comme le disent les travailleurs du site, IMPA " n’est pas seulement une usine sous contrôle ouvrier. C’est un espace que notre peuple s’est approprié. Pour nous, IMPA est comme notre pays. "

IMPA est également devenu l’un des symboles du mouvement des usines occupées, en Argentine. Ses travailleurs font partie intégrante du Mouvement National des Usines Occupées (MNER). Ils ont aussi activement participé à l’organisation des deux premières Rencontres latino-américaines des usines occupées, qui se sont tenues au Venezuela. A l’heure où la crise économique relance le mouvement d’occupation d’usines, en Argentine, il est clair que la classe dirigeante veut empêcher IMPA de devenir un modèle et une source d’inspiration.

Nous appelons tous les militants syndicaux et toutes les organisations de gauche à soutenir la lutte des travailleurs d’IMPA (ci-dessous, un modèle de résolution à signer).

Comme le disent les travailleurs dans leur communiqué de presse : " Tout en organisant la résistance, nous continuerons de faire ce que nous faisons le mieux : les travailleurs travailleront, les enseignants enseigneront, les étudiants étudieront, les médecins soigneront et les travailleurs culturels animeront la vie culturelle.
Pour notre Peuple et notre Pays.
Libres ou morts – jamais esclaves ! "


*
Modèle de résolution :

" Nous rejetons la décision du juge Hector Vitale, qui a déclaré l’inconstitutionnalité de la loi 2069/08 en faveur des travailleurs d’IMPA, l’usine occupée, en Argentine.

Cette loi autorise l’expropriation du site où est située l’usine, de façon à ce que soient garantis les revenus de 70 familles – et que soient maintenus, également, les cours d’Education Secondaire, le dispensaire et le centre culturel qu’abrite l’usine.

Les travailleurs occupent IMPA depuis 1998. Depuis, ils ont lutté – avec d’autres acteurs sociaux – pour défendre leurs emplois, l’éducation, la culture et la dignité.

La décision du juge Hector Vitale ouvre la voie à une violente intervention policière pour évacuer l’usine, dans le but de revendre le site et de satisfaire des intérêts contraires à ceux des travailleurs d’IMPA et de la population locale.

Nous demandons que le juge Hector Vitale annule sa décision. Nous exprimons notre solidarité avec les travailleurs d’IMPA et soutenons la lutte qu’ils entreprennent pour défendre l’usine et leurs emplois.Signataires :



A envoyer au juge Sr. Juez Héctor Vitale

 

 

 

juzgado4@cncom.gov.ar
Copie aux travailleurs d’IMPA :
vascoeduardo@yahoo.com.ar

La Riposte   Publication du vendredi 14 août 2009

juzgado4@cncom.gov.ar
Copie aux travailleurs d’IMPA :
vascoeduardo@yahoo.com.ar

La Riposte   Publication du vendredi 14 août 2009

 

Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 10:42

 

Traduzione dallo spagnolo per Nuove Resistenti a cura di FR del Centro di Cultura e Documentazione Popolare

 

G. Castillo/Agencias

 

Püblico 30/06/09

 

Il dolce panorama internazionale che si aspettava il governo golpista di Roberto Micheletti si sta trasformando in un boccone amaro. La reazione indignata in America Latina ha sorpreso.

 

E’ stata una dimostrazione di unanime rifiuto della destituzione del presidente honduregno Manuel Mel Zelaya; persino un presidente conservatore come il messicano Felipe Calderón ha deciso di accompagnare a Managua la deposta cancelliera honduregna Patricia Rodas, espulsa dopo essere stata sequestrata da militari incappucciati.

 

“Il fatto che Micheletti si sia mostrato solo è un gesto più che simbolico”, ha assicurato un alto diplomatico sudamericano. Ma non c’è stato un solo paese al mondo che abbia mosso un dito a favore del golpe. La condanna è totale, e la richiesta di riammissione di Zelaya è imponente.

 

Zapatero reitera il suo rifiuto all’Esecutivo di Micheletti ed appoggia l’OEA:

 

Il primo ha salire sul ring delle condanne è stato Hugo Chávez. Il líder venezuelano ha definito Micheletti ed il capo delle Forze Armate honduregne due “trogloditi”.

 

Nella riunione straordinaria dell’Alleanza Bolivariana per le Americhe (ALBA), svoltasi a Managua, l’equadoregno Rafael Correa si è scagliato con furia contro il governo golpista ed ha concluso dichiarando che adesso solo la resistenza civile potrà restaurare l’ordine democratico e cacciare il gruppo di usurpatori dalla residenza presidenziale.

 

Gli otto paesi che fanno parte dell’ALBA hanno negato la minima possibilità a un’ipotetica negoziazione con Micheletti che faciliti il ritorno di Zelaya ed hanno annunciato il ritiro di tutti i corpi diplomatici da Tegucigalpa. (..)

 

La cilena Michelle Bachelet ha preannunciato che il suo governo non riconoscerà quello di Micheletti. Il brasiliano Luiz Inácio Lula da Silva è stato altrettanto categorico.

 

Fonti vicino al governo di Brasilia sostengono che si stanno muovendo per ottenere la cacciata di Micheletti,: il gigante latinoamericano ha deciso di esercitare la sua lidership perché il golpe provocherebbe una destabilizzazione continentale e aprirebbe la porta ad altri movimenti simili che sono inaccettabili.

 

http://www.publico.es/internacional/235624/golpistas/logran/apoyo/internacional

 

Publié sur Nuove Resistenti n° 280  http://www.resistenze.org/

 

Repost 0
Published by Nuove Resistenti - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 10:41

Date: Mardi 30 Juin 2009, 23h32

Bonsoir Michel,

Au même instant que tes messages arrivent, bien des choses importantes sont en train de se passer en Honduras. Radio Progreso est interdite d'antenne depuis ce lundi vers 10H00 d'Honduras. La page web de la station est aussi bloquée. En revanche, ALER a réussi à faire passer mon signal de Progreso à travers son système satellitaire.

Je te demande au nom de nos frères honduriens de faire tout ton possible pour diffuser la nouvelle et faire le nécessaire pour empêcher que la population hondurienne reste dans l'ignorance de ce qui est en train de se passer là-bas. Plusieurs dirigeants et membres de la résistance populaire hondurienne n'arrêtent pas de demander cela. Faire savoir qu'ils occupent des postes de péage, des ponts etc et ont promis de rester mobilisés dans une grève nationale au finish jusqu'au retour de Mel Zelaya, le président légitime de ce pays.

Pour ceux qui parlent ou comprennent la langue, cliquez sur ALER satelite en directo.

http://www.aler.org

 

VENCEREMOS ! NOUS VAINCRONS !

Bien à toi,

Alejandro

 

Transmis par Nicolas Guilherme

Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 10:38

Cet article de Jorge Martin date du lundi 29 juin.

 

Tôt dans la matinée du dimanche 28 juin, 200 soldats ont encerclé la résidence du président du Honduras, Manuel Zelaya. Après 20 minutes de combat avec les 10 membres de sa garde personnelle, le président a été arrêté. Il a alors été expulsé par avion au Costa Rica, où, dans une conférence de presse, il a dénoncé un coup d’Etat à l’instigation « d’oligarques de droite ». Il a également appelé la population à se mobiliser, dans la rue, et promis de revenir.

L’origine immédiate de ce coup d’Etat réactionnaire est le référendum que Zelaya voulait organiser sur la convocation d’une Assemblée Constituante. Le Congrès (dominé par la droite), le Haut Commandement de l’armée et la Cour Suprême s’opposaient à ce projet.

Zelaya avait remporté les élections présidentielles de 2005 sous le drapeau du Parti Libéral du Honduras. Il avait devancé de peu le candidat du Parti National. Il est lui-même un riche propriétaire terrien, mais la polarisation politique de ce petit pays d’Amérique centrale l’a poussé à prendre un certain nombre de mesures favorables aux pauvres, aux travailleurs et aux paysans. Il s’est réclamé du « bolivarisme ». Rapidement, il a perdu le soutien de sa propre formation, le Parti Libéral (centre-droit), et a donc été forcé de s’allier avec des organisations ouvrières et paysannes. Voici ce qu’il dit dans une interview accordée au quotidien espagnol El País : « J’ai voulu faire des changements dans le schéma néo-libéral. Mais les riches ne font aucune concession – pas même un centime. Ils ne veulent pas renoncer à la plus petite partie de leurs fortunes. Ils veulent tout garder pour eux . Alors, bien sûr, pour changer les choses, il faut mobiliser le peuple. »

 

Le Honduras est l’un des pays les plus pauvres d’Amérique latine. 50% de la population vit sous le seuil de pauvreté. L’illettrisme frappe 20% des citoyens. Plus d’un million d’habitants – sur les 7,8 millions que compte le pays – a dû émigrer aux Etats-Unis pour chercher du travail. Dans ces conditions, même les mesures progressistes les plus modérées devaient inévitablement se heurter à l’hostilité brutale de la classe dirigeante, des propriétaires terriens et des grands médias.

Parmi les réformes progressistes du gouvernement, il y avait une campagne d’alphabétisation basée sur les exemples cubains et vénézuéliens, une tentative d’améliorer la santé des sections les plus pauvres de la population (via l’accès à des médicaments moins chers et l’octroi de bourses pour étudier la médecine à Cuba), une baisse des taux d’intérêts pour les petits fermiers et une augmentation de 60% du salaire minimum.

Le gouvernement a également pris des mesures contre certains des privilèges les plus flagrants de la classe dirigeante hondurienne. Il a brisé le monopole des multinationales sur l’importation du fuel, grâce à un accord passé avec Petrocaribe, basée au Venezuela. Zelaya a également pris des mesures contre les multinationales pharmaceutiques qui contrôlent 80% de tous les médicaments vendus au Honduras, et qui les vendent au prix fort. Pour ce faire, Zelaya a signé un accord avec le Venezuela et Cuba pour importer des versions génériques – et donc moins chères – des médicaments les plus couramment utilisés. Le président a également dénoncé le monopole de l’oligarchie sur les médias de masse et supprimé les subventions de l’Etat aux grands groupes de l’industrie médiatique.

Sur l’arène internationale, Zelaya a rallié l’ALBA (Alternative Bolivarienne des Amériques), une alliance régionale initiée par le Venezuela.

 

Toutes ces mesures ont contribué à accroître la popularité de Zelaya parmi les couches les plus pauvres de la population – et à alimenter l’hostilité de l’oligarchie locale, qui depuis deux siècles dirigeait le pays (conformément aux intérêts américains). Pendant la plus grande partie du XXe siècle, le Honduras a été une « République bananière » dominée par la compagnie United Fruit, qui contrôlait la plupart des meilleures terres agricoles du pays et les exploitait comme son jardin privé, sans se soucier de ce qu’en pensaient les gouvernements officiels du pays. Périodiquement, les marines américains intervenaient pour renverser des gouvernements qui tentaient de limiter le pouvoir d’United Fruit. L’indépendance formelle du pays n’était qu’un écran de fumée. L’impérialisme américain était maître à bord. Les marines américains sont intervenus au Honduras en 1903, 1907, 1911, 1912, 1919, 1924 et 1925. En 1911, le nouveau président du pays a été directement nommé par un médiateur américain. En 1930, lorsqu’une grève solide a éclaté, dans les plantations bananières, un bateau de guerre américain a été envoyé pour la réprimer.

 

Le Honduras a également une longue histoire de présidents libéraux qui, pour avoir tenté de timides réformes, ont été renversés par un coup d’Etat – avec le soutien et la participation directe des Etats-Unis. Ce fut le cas du président Vincente Mejía (1929 – 1933), qui a été remplacé par la dictature du général Carías Andino. Il a conservé le pouvoir jusqu’en 1949. La même chose est arrivée au président Villeda Morales, qui, après avoir engagé une réforme agraire très modeste, fut renversé par le coup d’Etat de López Arellano. Appuyé par les Etats-Unis, Arellano dirigea le pays de 1965 à 1974. Enfin, dans les années 80, le Honduras est devenu la principale base d’opération des contras, ces milices contre-révolutionnaires organisées par les Etats-Unis qui luttaient contre la révolution sandiniste, au Nicaragua.

Face à l’opposition de la classe capitaliste et de l’impérialisme, Zelaya espérait pouvoir s’en sortir en organisant un référendum sur la convocation d’une Assemblée Constituante, suivant le modèle du Venezuela, de la Bolivie et de l’Equateur. Il a proposé d’organiser un référendum, le dimanche 28 juin, pour décider si un autre référendum serait organisé, dans le cadre des élections générales de novembre prochain, pour convoquer une Assemblée Constituante. Mais le Congrès et la Cour Suprême ont déclaré cette consultation illégale. Le Haut Commandement de l’armée refusa d’apporter son soutien logistique à l’organisation de cette consultation – avant d’arrêter Zelaya, le 28 juin.

La classe dirigeante hondurienne n’a pas perdu de temps. L’Etat d’urgence et un couvre-feu ont été décrétés. Le Congrès a immédiatement désigné un nouveau président, Roberto Micheletti, qui était jusqu’alors le président du Congrès. Des militants de gauche et d’organisations ouvrières et paysannes ont été arrêtés. Cesar Ham, un candidat de gauche à la dernière présidentielle, a échappé de peu à une arrestation. Le Congrès a ordonné l’arrestation de nombreux dirigeants d’organisations populaires ou sociales, dont Juan Baraona (Bloc Populaire), Carlos H. Reyes (Bloc Populaire), Andrés Padrón (Mouvement des Droits de l’Homme), Luther Castillos (un dirigeant syndical), Rafael Alegrón (Via Campesina), César Han (Conseil Civique des Organisations des Peuples et des Indigènes du Honduras, CCOPIH), Andrés Pavón (CCOPIH), Marvin Ponce (CCOPIH), Salvador Zúñiga (CCOPIH) et Berta Cáceres (CCOPIH).

Les ambassadeurs du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua ont été détenus par des militaires masqués, qui les ont tabassés, puis relâchés. Exactement comme lors du coup d’Etat d’avril 2002, au Venezuela, la chaîne d’Etat – Canal 8 – a été fermée par les putschistes, qui ont également publié une fausse lettre de démission de Zelaya.

Il est évident que les Etats-Unis étaient au courant de la préparation de ce coup d’Etat. Des dirigeants du Congrès en avaient discuté avec des responsables de l’administration américaine. Echaudés par l’expérience du coup d’Etat d’avril 2002, au Venezuela, les Américains semblent leur avoir conseillé de poursuivre dans la voie d’un « coup constitutionnel » (empêcher la tenue du référendum), sans aller jusqu’à arrêter Zelaya, à ce stade. Malgré ces possibles désaccords tactiques, l’administration américaine et l’oligarchie du Honduras sont d’accord sur l’objectif du coup d’Etat : empêcher Zelaya de se maintenir au pouvoir et de poursuivre sa politique de réformes sociales.

La réaction d’Obama au coup d’Etat était très modérée. Il a appelé « tous les acteurs politiques et sociaux du Honduras à respecter les normes démocratiques et l’autorité de la loi », ajoutant que la situation « doit être réglée de façon pacifique, sans interférence extérieure ». Ainsi, alors qu’un président démocratiquement élu a été illégalement arrêté et expulsé de son pays, Obama appelle « tous les acteurs politiques et sociaux » à respecter les normes démocratiques. C’est un soutien implicite à l’argument des putschistes selon lequel Zelaya aurait violé la loi en cherchant à organiser un référendum.

En substance, la position des impérialistes est la suivante : on rejette le coup d’Etat, mais on en soutient l’objectif. Comme l’explique le quotidien réactionnaire El País, « ce qui est en jeu, finalement, c’est le rapport de force en Amérique latine. Si Zelaya était parvenu à rendre possible sa ré-élection, le chavisme aurait gagné du terrain en Amérique centrale. » C’est parfaitement clair. El País considère que le coup d’Etat n’était pas la meilleure méthode, mais soutient pleinement l’objectif de bloquer la progression du « chavisme » dans la région.

 

Il y a deux leçons majeures, dans les événements au Honduras. Premièrement, la classe dirigeante ne peut même pas tolérer les réformes progressistes les plus modestes. La lutte pour la santé publique, l’éducation, la réforme agraire, l’emploi et le logement ne peut être victorieuse que dans le cadre d’une lutte pour le socialisme. Deuxièmement, on ne peut mener une authentique révolution en laissant intact l’appareil d’Etat bourgeois, qui sera toujours utilisé, tôt ou tard, contre la volonté de la majorité du peuple.

 

Les organisations syndicales du Honduras, y compris la CGT, ont appelé à une grève générale contre le coup d’Etat. C’est la bonne réaction. Seule une mobilisation massive des travailleurs et des paysans peut faire échouer le coup d’Etat. Un appel à la base de l’armée est également nécessaire, pour inciter les simples soldats à refuser d’obéir aux ordres de leurs officiers. Hugo Chavez l’a dit dans ces termes : « Soldats, videz vos fusils sur l’oligarchie, pas sur le peuple ».

Nous devons un soutien sans faille aux travailleurs et aux paysans du Honduras dans leur lutte contre ce coup d’Etat. Nous en appelons au mouvement ouvrier international pour qu’il manifeste son opposition à ce coup. En particulier, les organisations ouvrières et paysannes d’Amérique centrale et du Mexique ont un rôle déterminant à jouer. Des manifestations et des rassemblements, devant les ambassades, encourageraient les masses du Honduras.

A bas le coup d’Etat réactionnaire au Honduras !

Mobilisation de masse et grève générale !

Soldats, tournez vos fusils contre vos officiers – et ralliez le peuple !

 

Jorge Martin, le 29 juin 2009

 

Publication : mercredi 1er juillet 2009, sur La Riposte

Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 19:29

De Cristina Castello, 08 juin 2009

Communiqué

Halte au massacre des manifestants indiens dans l’Amazonie péruvienne

Nous apprenons avec horreur le bain de sang qui vient d’avoir lieu lors d’une opération aéro-terrestre de la police péruvienne contre des manifestants indigènes de l’Association Interethnique pour le Développement de l’Amazonie Péruvienne (AIDESEP), qui occupaient la route Belaunde Terri au lieu-dit « Curva del Diablo », dans le département d’Amazonas. Il y aurait plus de 30 morts, et il semble que la police cherche à dissimuler des corps. Parallèlement, nous apprenons qu’un mandat d’arrêt est lancé contre le président de l’Aidesep, Alberto Pizango.

Les indigènes manifestaient pour l’abrogation de textes législatifs pris contre leurs droits reconnus par la Convention 169 du Bureau International du Travail, en fonction de l’accord de libre-échange conclu entre les administrations précédentes du Pérou et des États-Unis.

La délégation du Parlement européen pour la Communauté andine avait à plusieurs reprises alerté le Président péruvien Alan Garcia sur les dangers pour la paix civile que faisait courir sa politique de répression des mouvements populaires, en particulier indigènes, sa criminalisation de leur représentation, et les menaces contre les organisations péruviennes de défense des Droits de l’homme comme l’APRODEH et son président Pancho Soberon.

Nous appelons le Président Garcia à interrompre toutes les opérations contre les manifestations indigènes et à inviter l’organisation des Etats Américains à venir mener une enquête indépendante sur les évènements.

Nous appelons le Président de la Commission Européenne, J.M. Barroso, les Commissaires aux Relations extérieures et au Commerce international, Mmes Ferrero Waldner et Ashton, à suspendre la « ronde » en cours de négociations commerciales avec le Pérou tant que l’affaire n’est pas éclaircie et ses causes analysées. Nous les appelons à revenir à une négociation de bloc à bloc entre l’Union européenne et la Communauté Andine subordonnant tout accord commercial au dialogue politique, notamment sur la question du respect des droits de l’homme, comme l’ont fait les Etats-Unis dans leurs relations avec la Colombie.


Massacre au Pérou 1/2
Comme je l'ai indiqué hier, il n'est pas possible de se taire lorsque des manifestants se font massacrer, et ce, où que ce soit ! Au Pérou, un président playboy fait couler le sang. Il sert ainsi, strictement, les intérêts des multinationales qui veulent s'accaparer l'Amazonie, tout en servant, en même temps la sauvagerie des riches de son pays. Tout, dans cette barbarie est inacceptable !

Je donne d'abord la parole à Cristina Castello par les deux communiqués en espagnol qu'elle m'a fait parvenir. Ensuite, vous pourrez lire deux textes pris sur deux sites différents, en français, cette fois. Soyons solidaires des victimes.

Pour l'heure, deux jours après le massacre, je n'ai rien entendu aux informations de la télévision et, hormis un texte sur le site du Point, je n'ai rien lu sur ce crime odieux dans nos journaux. Ici, on préfère faire joujou avec les élections européennes dont 60% des Français n'ont rien eu à faire ! Cela donne une idée de ce que nos médias sont devenus... Jean Dornac (http://humeursdejeandornac.blogspot.com/2009/06/massacre-au-perou-12.html)

Quand Chavez ou Correa parlent de réduire l’abime social qui sépare les élites latinas et les peuples indigènes, on les traite dédaigneusement de populistes… mais quand Alan Garcia se fait l’exécuteur des basses oeuvres des grands groupes miniers U.S. et de l’acccord de libre-échange (ALENA/NAFTA) alors là… silence géné…            
Repost 0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 10:23

Après 100 jours de lock-out putschiste, les barons de l'agro-business argentin ont décidé de suspendre les barrages sur les routes et d'autres formes violentes de protestation qui ont causé de graves pénuries dans l'approvisionnement de tout le pays avec l’objectif de déstabiliser le gouvernement démocratiquement élu de Cristina Kirchner.

Selon Alfredo Angeli, patron de la FAA ( Fédération Agraire Argentine, syndicat patronal agricole, ndt ), les vieilles oligarchies latifundiaires, aujourd’hui rebaptisées en agro-business, doivent concentrer leurs forces dans la pression sur les parlementaires, qui entament le débat sur le projet de loi visant à taxer les exportations de céréales – que l’on nomme les “retenues”.

Nous irons camper à l’Assemblée” menace-t-il !

 

Le conflit agraire chez nos voisins, riche d’enseignements pour les Brésiliens, reflète la radicalisation de la lutte de classes en Amérique Latine.

 

D’un côté, les quatre organisations rurales ( F.A.A., Sociedad Rural Argentina, Confederaciones Rurales Argentinas et CONINAGRO, organisations patronales, ndt ), avec des intérêts divers, qui refusent de payer plus d’impôts, malgré la fortune amassée avec l’augmentation des prix de leurs productions et la croissance soutenue de l’économie – une moyenne annuelle de 8% ces dernières années. L’agro-business est puissant dans une économie reposant sur l’agriculture. L’Argentine est le troisième plus grand producteur mondial de soja – presque exclusivement transgénique –, ce qui a rapporté l’an passé 13 millions d’US$ sur le marché extérieur. Elle est aussi grande exportatrice de viande et de blé.


Médias, généraux, évêques et classe “merdienne”


Les grands propriétaires peuvent compter sur l’appui déclaré des grands média hégémoniques, en particulier l’abject journal “Clarin” ; de vieux généraux putschistes qui ne cherchent même pas à cacher leur sinistre figure lors des défilés de l’opposition ; d’une hiérarchie catholique sclérosée, nostalgique du bon vieux temps de la dictature militaire et la fameuse classe “merdienne” ( jeu de mots du rédacteur sur classe moyenne, ndt ), spécialisée en défilés de casseroles dans les quartiers chics comme Recoleta et Belgrano . Dès le début du conflit le 11 mars, ces secteurs putschistes n’ont pas masqué leur désir d’en finir avec la Présidente Cristina Kirchner. Les plus exaltés vont même jusqu’à appeler de leurs vœux le retour de la sanguinaire dictature militaire, qui a séquestré et assassiné plus de 30 mille Argentins entre 1976 et 83.


Pour donner corps à ce projet, les barons de l’agro-business ont opté pour la stratégie du chaos économique. Les barrages criminels sur les routes ont provoqué des pénuries sur les aliments et les combustibles dans plusieurs villes, jusqu’à la capitale. L’industrie a, de son côté, fait planer la menace de 50 000 licenciements en raison des manques de matières premières et d’énergie. L’Union Industrielle Argentine, la plus grande organisation patronale du pays, a prétexté que le mouvement la contraignait à de telles mesures. L’Association des Supermarchés a précisé pour sa part que les barrages avaient affecté le transport de marchandises en général et pas uniquement celui des céréales destinées à l’exportation.  Ce désastreux blocus, qui a pratiquement stoppé la vente de céréales à l’exportation, a entraîné une perte de 1 milliard de US$ de taxes pour le gouvernement.

 

Le lock-out des “généraux de la planète médiatique”


De l’autre côté, se trouve le gouvernement de Cristina Kirchner, avec toutes ses ambiguïtés. Elle et son mari, Néstor, ont été élus avec l’appui des secteurs agraires et ont appliqué une politique de soutien à l’agro-business – y compris en libéralisant totalement la culture des O.G.M.. Comme le souligne Miguel Croceri, professeur à l’Université de La Plata, les grands propriétaires ont été largement favorisés par le gouvernement actuel, “atteignant des records de profit et de faramineux bénéfices grâce à l’exportation”. Avec le retour de l’inflation sur les denrées alimentaires, Cristina a décidé de publier un décret qui relève le montant des “retenues”. Voilà la vraie raison de cette violente réaction des grands patrons agraires. Jusqu’à maintenant, malgré quelques hésitations, elle maintient fermement ce cap.


Dans une courageuse attitude, Cristina s’est évertuée à mobiliser sur un plan politique la société, par des manifestations. Elle a, à l’occasion d’un rassemblement en avril, rappelé que le coup d’état du 24 mars 1976 avait été lui aussi précédé d’un mouvement du même type de la part des latifundiaires, et elle a dénoncé des figures du mouvement de l’époque aujourd’hui impliquées dans cette campagne. . “Le passé cherche à revenir mais il n’ y parviendra pas”, a-t-elle déclaré. Comme elle l’a souligné, le putschisme actuel ne se distingue que par un aspect :“Cette fois, il ne sont pas venus avec des tanks mais portés à bout de bras par les “généraux de la planète médiatique” qui ont confisqué l’information  en la triturant et en l’orientant ».

 

Plusieurs centrales syndicales, l’héroïque Association des “Mères de la Place de Mai”, la grande majorité du mouvements des “piqueteros” ( mouvement spontané de comités de chômeurs qui s’est formé lors de la grande crise du début des années 2000 et maillon essentiel du mouvement social argentin aujourd’hui, ndt ) et quelques partis de gauche soutiennent ces mesures d’augmentation des “retenues”, tout en critiquant les ambiguïtés du gouvernement. Lors de la grande manifestation du 18 juin, où plus de 100 000 personnes ont envahi la place de Mai, les employés de banque ont bloqué les agences de la capitale et plusieurs vols ont été annulés ou retardés. Selon le reporter du journal “Brasil de Fato” ( Journal du Mouvement des Paysans Sans Terre du Brésil – MST, ndt ), “la manifestation a illustré la très grande diversité des soutiens, où nombre d’artistes et d’intellectuels ont défilé au côté des représentants du mouvement social ”.


Le journal publie également une interview du dirigeant de la Fédération “Tierras y Viviendas”
( Fédération de la centrale syndicale C.T.A. regroupant des paysans sans emploi et des piqueteros, ndt ), l’ex-député Luis D’Elia, qui accuse l’oligarchie médiatique de “ chercher à déstabiliser la démocratie afin de créer les conditions propices à la destitution de Cristina”. Hebe Bonafini, leader des “Mères de la Place de Mai” appelle le peuple à se mobiliser pour “ la défense de la démocratie et de la liberté. Pas de retour en arrière !”.

 

Un manifeste signé par près de 900 intellectuels s’en prend aussi au putschisme de l’oligarchie agraire.

Le philosophe Rubén Dri pousse même un cri d’alarme: “le putsch est déjà lancé. Des phrases telles que ‘nous sommes en guerre’ et ‘c’est une révolution’ témoignent de l’état d’esprit de le droite mais aussi de la gauche stupide”. La section brésilienne de la LIT ( Liga Internacional de Trabalhadores –4ème Internationale trotskyste, ndt ), le PSTU brésilien a ouvertement soutenu les barrages sur les routes.


Le vrai fléau de l’agriculture


La suspension temporaire des barrages ne met pas pour autant un terme aux affrontements de classes en Argentine. Les “retenues”, crées en 1967, suspendues dans les années 90 par le néo-libéral Carlos Menem et reprises en 2002, ont trois objectifs majeurs : redistribuer les considérables profits du secteur engendrés par le boom sur les produits agricoles ; financer les subsides sur les engrais et le combustible  dont les prix sont contrôlés par le gouvernement ; et éviter toute flambée des prix des céréales et de leurs dérivés sur le marché intérieur. Lors de la brutale récession du début de ce siècle, cet impôt a constitué un des piliers du rétablissement économique du pays, apportant les liquidités nécessaires pour le moratoire sur la dette extérieure et pour mettre fin à la parité dollar-peso. Il représente actuellement 13% des recettes fiscales de l’Union Argentine.


Même des économistes proches du néo-libéralisme reconnaissent que cet impôt est indispensable pour le pays. Pour Luiz Carlos Bresser Pereira, ex-ministre de Fernando Henrique Cardoso ( dernier Président du Brésil, social-démocrate de droite, ndt ), les “retenues” sont “absolument fondées” et ont permis la “remarquable croissance de l’Argentine ces dernières années”. Elles ont empêché que le pays ne dépende trop que de sa production agricole en finançant son industrialisation et autorisant une meilleure redistribution des richesses. L’économiste brésilien rappelle que le Brésil a aussi pratiqué ce type de retenues, intitulées “confisco cambial” ( “retenue de change”, ndt ), entre 1930 et 1980, et qui ont permis l’industrialisation nationale. “Le Brésil pourrait doubler son taux de croissance s’il appliquait la même politique, mais, chez nous, personne n’a le courage de s’attaquer au secteur agricole”.


Avec leur violente et longue campagne de barrages et de blocus, les barons de l’agro-business ont démontré qu’ils se souciaient comme d’une guigne de l’avenir du pays et de son peuple. À l’image de l’oligarchie brésilienne, leurs homologues argentins n’ont comme seule et unique préoccupation l’importance de leurs profits. Leur discours nationaliste, empreint de grands slogans sur le progrès économique, constitue juste une façade masquant leurs appétits capitalistes. Leur attitude putschiste et arrogante est en tous points identique. Lors des élections présidentielles brésiliennes en 2006, beaucoup de ces “saigneurs” de la terre arboraient sur leur véhicule de grands autocollants avec ce slogan : “Lula, le fléau de l’agriculture”. N’alimentons donc aucune illusion sur la nature des potentats de ce secteur, qui ne se sont jamais défaits de vieilles habitudes héritées de leur passé esclavagiste.

 

 

Altamiro BORGES

Journaliste, membre du Comité Central du PcdoB, auteur de nombreux ouvrages sur le syndicalisme

 

Traduction : Pedro DA NOBREGA

Repost 0
Published by Altamiro Borges - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 20:45

Il y eut un concours entre des militaires nord-américains experts en torture et la police sous le mandat de Francisco Ramírez Acuña [ex gouverneur du l’Etat du Jalisco et actuel ministre de l’Intérieur du Mexique] : qui trouverait le premier une petite souris.
Tandis que les gladiateurs du Pentagone débattaient encore, les bourreaux de Ramírez Acuña remportèrent la victoire. Ils présentèrent un petit éléphant qui tremblait en répétant sans arrêt : « Je suis une petit souris, je l’ai déjà dit, je le suis, c’est moi ! Où dois-je signer ? »

Jaime Avilés, paru dans La Jornada



En ce moment, alors que j’écris ces lignes et aussi quand vous les lirez, à Oaxaca et dans d’autres Etats du Mexique, il y a des centaines de gens innocents membres de l’APPO (Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca) qui sont torturés, condamnés par le gouvernement pour les délits de sédition, d’association de malfaiteur, ou d’incendie, entre autres. Des gens qui participaient à un mouvement social, juste et pacifique. Ils usaient d'un droit républicain, légal, avec des revendications sociales telles que l’amélioration des salaires, plus de justice et aussi la démission du gouverneur d’Oaxaca, Ulises Ruiz Ortiz (URO) du PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel), à cause de son inefficacité, de sa corruption, de son refus du dialogue.

Ces personnes sont torturées avec la délicatesse habituelle de la police et des hommes de main gouvernementaux. Ils sont en train de cracher leurs poumons, d'être violés, suppliciés avec les méthodes les plus «raffinées» de la «guerre sale» des années 70, avec des décharges électriques sur la langue et les organes génitaux, avec des chiens dressés pour mettre en pièces les mains, les pieds et le visage, l’asphyxie avec des sacs plastiques ou de l’eau pétillante pimentée dans le nez, des piqûres sous les ongles et bien sûr des coups jusqu'à faire exploser les viscères et les os, et d'autres techniques toutes aussi barbares et illégales. Je suis désolée de vous raconter tout ça, mais qu'il se passe de telles atrocités dans un pays soi-disant démocratique est intolérable ; un gouvernement qui devait veiller sur son peuple et le protéger est devenu son bourreau.

Les autorités locales et fédérales ont pris le peuple en otage et l’administration est en guerre contre son peuple. Il y a un terrorisme d’Etat, et le gouvernement veut un peuple docile, qui n’existe pour lui et ses amis que lors des élections et de la perception des impôts, et après tais-toi ! Empêcher des manifestations, même pacifiques, et la revendication des droits les plus fondamentaux, telle semble être la consigne.

Des hommes politiques drogués au Prozac, mégalomanes, éloignés de la réalité, inventent un pays qui n’existe pas, comme l’ex président Fox créa « Foxilandia » (voir Wikipedia), néologisme d'un monde merveilleux, une fiction aux chiffres maquillés. Selon eux nous vivons dans un état de droit institutionnel, la paix est rétablie ; il y a bien quelques insurrections mais elles sont contrôlées en toute légalité et respect des institutions. «Tout va très bien, madame la Marquise», répètent en écho les média affidées à un peuple qui, lui, souffre de la brutalité d'un Etat qui a effacé tout droit humain ou constitutionnel, la dignité, les garanties légales minimales. Devant les atrocités de l’Etat, les institutions des droits de l’Homme sont impuissantes, les hommes politiques restent immobiles : ni l’ex-président Fox qui avait déjà «fermé la boutique» après les élections du 2 juillet, ni URO qui reste cramponné au pouvoir, n’interviennent. Unique réaction, habituelle : déclencher une chasse aux sorcières et ranimer la xénophobie anti-amérindienne vieille de plus de 500 ans.

Oaxaca est un Etat naturellement riche, mais ses habitants, dont une forte population indienne, sont parmi les plus pauvres de la fédération. En mai 2006, un groupe de 70 000 enseignants de la section 22 de Oaxaca ont demandé au gouverneur Ulises Ruiz une amélioration salariale, similaire à l'augmentation décrétée dans d'autres Etats de la république, des infrastructures et du matériel didactique pour le million d’élèves de la région. La réponse gouvernementale fut négative. Alors les professeurs se sont mis en grève illimitée, soutenus par le peuple avec une manifestation de 80 000 personnes. Les enseignants on fait un sit-in sur la place principale. URO réagit avec sa brutalité coutumière et envoya la police pour réprimer le mouvement : il y eut des violations de droits fondamentaux et des assassinats. A cette manifestation se sont joints des gens protestant contre la précarité de la vie et les bas salaires. Ainsi naquit l’APPO le 22 juin.

Un mouvement social et pacifique composé de citoyens de tous âges, éducateurs, universitaires, étudiants, ouvriers, paysans, indiens, femmes au foyer… avec une structure horizontale et démocratique, sans leader mais avec à sa tête un comité de représentants. Un mouvement sui generis qui a largement dépassé les instances gouvernementales par sa force, son idéal d'action pacifique et son efficacité contre l’inertie du gouvernement.

Les doléances de l’APPO se sont accrues jusqu'à demander la démission du gouverneur. Plusieurs manifestations sont restées sans réponse. Vu l’ampleur des événements, le Sénat de la République a été saisi de la procédure pacifique et légale dite de la "disparition des pouvoirs" à Oaxaca, le gouverneur étant remplacés par un intérimaire. Mais les législateurs du PRI et du PAN ont refusé, en opposant de faibles arguments.

La situation n’a fait que se dégrader, et six mois de conflit plus tard, par manque de dialogue, par autisme politique des gouvernements locaux et fédéraux, il en résultait l’une des plus cruelles répressions qu’a connu le Mexique ces dernières années. Au lieu de dialoguer, le gouvernement a choisi d’employer la force, y compris des militaires en civil fortement armés pour rétablir l’ordre dans la ville. L’APPO avait déjà pris les principales rues de la ville, et les jeunes se ont élevé des barricades avec des voitures, camions, ferrailles à l’entrée des principales artères, comme celle du 5 señores a côté de l’université UABJO. Les universitaires se sont aussi solidarisés avec l’APPO.

Les insurgés prirent pacifiquement diverses radios : Universidad et d'autres fréquences privées pour informer les auditeurs de leurs réunions, tactiques et avancées. Dans le même temps, le gouvernement et le PRI créèrent une radio anonyme qui, avec un total manque d’étique, incita à la violence, à brûler les bureaux de l’APPO et des associations des Droits de l’Homme, à dénoncer les partisans de l’APPO ; en premier lieu les têtes des leaders tels que Flavio Sosa furent mises à prix sans que les autorités bougent le petit doigt.

La lutte avait commencé, batailles de policiers, militaires, marins, sicaires, escadrons de la mort, partisans du PRI, gouvernement et agitateurs contre le peuple. La violence qui dure depuis octobre a laissé plus de vingt morts sur le carreau dont un journaliste américain (Brad Will de Indymedia New York.), des centaines de blessés graves, torturés ; au moins 40 disparus, au minimum 203 détenus illégalement, enchaînés, ont été transportés par hélicoptère dans des prisons de haute sécurité au nord du pays (loin de leurs familles), coupés du monde, sans avocat, traités comme des terroristes et criminels tandis que les mafieux se baladent joyeusement partout avec la plus totale impunité. Et pour sortir de la prison la caution s'élève à 4 millions de pesos (275 000 euros) !

L’APPO commençait à devenir trop importante et dangereuse, pour la réprimer le gouvernement a déclenché une chasse aux sorcières impitoyable, aveugle et à incriminé des gens pris au hasard dans la foule, manifestants ou non, n’emportant pas des blessés. Ils étaient entre autres des mineurs, retraités, médecins, étudiants, femmes au foyer, professeur, un maire, un journaliste, etc., la plupart de faciès indien, qui parfois ne maîtrisent pas l’espagnol.

Des détentions illicites, des accusations falsifiées, des crimes fabriqués, le gouvernement avec ses cerbères cherche des coupables, des séditieux, n’importe qui, n’importe où, il faut trouver des boucs émissaires, il faut terroriser, inoculer la peur et faire passer le message du plus fort et de quel côté est la loi, il faut punir les rebelles. Les foyers sont pris d'assaut, les familles démembrées, les hôpitaux visités par de faux médecins, la traque en tout lieu, dans les bus, la rue, au travail. A l’école des enfants ne comprennent pas, regardent terrorisés la bestialité de ces hommes armés jusqu'aux dents qui enlèvent leurs professeurs en train de travailler dignement pour les incarcérer et les traiter comme des malfaiteurs pour avoir participé à un mouvement pacifique et légal devenu délictueux. Et après on manipule les faits en faisant de la police une victime du peuple.

Le père Romualdo Mayrén, de l'archevêché de Oaxaca et représentant de la Commission Diocésaine de Justice et Paix a déclaré qu’il y a un «état d’exception, de facto», que le gouvernent de URO a des problèmes de «myopie, astigmatisme et daltonisme, parce qu’il a confondu l'anticonformisme avec la subversion, l’exigence avec la révolte, la clameur contre l’injustice avec la déstabilisation sociale et la lutte sociale avec le crime organisé.»

Le message du président Calderon est clair : «main dure» (répression), «application du poids de la loi», «lutte contre le terrorisme», «ça coûtera des vies». En ce sens, le choix des membres de son nouveau cabinet est révélateur. Par exemple, le ministre de l’Intérieur Francisco Ramírez Acuña (surnommé "le Cavernicole", c'est-à-dire "le Cro-Magnon") ex-gouverneur de l'Etat de Jalisco. Ses antécédents ? Entre autres, avoir ordonné la chasse et torture de jeunes altermondialistes lors du sommet de 2004, un des pires épisodes de torture et de répression jamais vu à Guadalajara. Il exigea «je veux une centaine de détenus, maintenant !» et la police se mit à appréhender n’importe qui pour remplir son quota. Conséquence : plus de 700 cas de violations des droits de l’homme.

Paradoxe : il y a un recul politique, institutionnel, un état militariste et fasciste de toute évidence, et dans le même temps un progrès dans la conscience populaire. La révolution se fait en paix, les gens se mobilisent pacifiquement tandis que l’état impuissant face à la volonté du peuple réagit avec la machine de répression policière et les armes tandis que la seule arme du peuple reste sa voix !

Si vous vous demandez : le Mexique est-il démocratique ? La réponse est : le peuple l’est, pas son gouvernement.

La lutte se poursuit et l'Histoire avance. Cependant, la douleur est permanente. Tenir l'opinion internationale informée est notre premier objectif. Nous espérons de sa part, au moins des organismes internationaux des Droits de l’Homme, une réaction aux cris du peuple mexicain, dernier souci d'un gouvernement uniquement obsédé par le dépeçage économique du pays au profit de quelques-uns.


Claudia Magana
Correspondante de Vendémiaire au Mexique

Repost 0
Published by Claudia Magana - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 22:04

par Claudia Magana
correspondante de Vendémiaire au Mexique

Dans les medias français, il y a en ce moment peu d'informations à propos du Mexique, souvent incomplètes, malgré le moment difficile et dangereux que nous vivons.

Le Mexique vit aujourd'hui des temps très durs, des convulsions politique, sociale et des consciences, période que même le sous-commandant Marcos a qualifiée "d'antichambre d'une révolution". Cette idée de révolution fait partie du cadre de références mexicain et malheureusement, les faits actuels ressemblent à un « déjà vu » historique, avec deux précédents, l'un en 1910 et l'autre en 1988.
Comment tout cela est-il arrivé ?

Avec l'arrivée au pouvoir des « technocrates » comme Miguel de la Madrid Hurtado, puis Carlos Salinas de Gortari (ALENA), Ernesto Zedillo et finalement Vicente Fox, nous avons connu vingt-quatre ans de libéralisme. En appliquant cette doctrine et entre autres les conseils du FMI, de la Banque Mondiale, puis en entrant dans l'ALENA, nos dirigeants n'ont pas réussi a produire une économie saine et un bien-être social ; au contraire nous connaissons aujourd'hui l'une des pires crises de l’époque moderne que le pays n'ait jamais éprouvée.
Au niveau politique en l988, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) avec Carlos Salinas de Gortari a volé la victoire électorale au gagnant Cuauhtemoc Cardenas Solorzano, candidat de gauche. Cette fraude est considérée comme l’une des plus sinistres de mémoire de Mexicain. En réaction, elle a eu pour conséquence la création d’un parti de gauche, le PRD (Parti de la Révolution Démocratique).

Après plus de 70 ans de pouvoir du PRI (on parlait d’une dictature d’Etat), en 2000 une nouvelle ère d'espoir s’ouvrit pour le Mexique. Les élections présidentielles donnèrent une victoire « propre », avec une marge confortable, au candidat du PAN (Parti Action National), Vicente Fox Quezada, un homme issu du monde de l'entreprise, ancien patron de Coca-Cola, gouverneur du Guanajuato, son état natal. Fox est arrivé au pouvoir avec une majorité de consensus. Le rêve d'un réel changement était général, l'une de ses devises était même « le gouvernement du changement » : mais tout finit en cauchemar. Fox a gaspillé tout son capital de sympathie, n’a en rien œuvré pour une transition vers la démocratie, a continué la politique de ses prédécesseurs priistes, mais tout en donnant encore plus de pouvoir aux intérêts patronaux, autant nationaux qu'étrangers, tout en restant aux ordres des Etats-Unis, avec une absence de gouvernement.

Pendant ses six années de mandat, Fox a tout promis et n’a rien accompli. Le pire s’est passé durant la dernière élection présidentielle. En dépit de la Constitution et des lois du Code électoral en vigueur, nous avons été les témoins d'une gigantesque manipulation orchestrée par le patronat et les partis politiques contre le charismatique candidat de la gauche PRD Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO).
La sale guerre anti-AMLO, pour empêcher sa candidature, a commencé quand le président Vicente Fox en se servant de son pouvoir présidentiel, des pires ruses et mensonges, essaya de ternir son prestige de maire de Mexico, puis dans une illégalité manifeste, quand il tenta de lui retirer son impunité de maire pour le bannir du jeu politique. Mais de suite, AMLO bénéficia d'un immense soutien populaire, d’abord spontané puis structuré, et l’affaire en resta là, mais elle avait affaibli et divisé le pays. Après avoir orchestré une série de calomnies contre AMLO, en le présentant comme un « épouvantail partageux », fort de ses appuis dans les mass media, Fox lança une campagne de publicité payée sur fonds publics salissant AMLO et ses amis politiques.

Finalement, le 2 juillet 2006, jour des élections présidentielles, la situation était incertaine. Les premières projections donnaient une courte victoire à AMLO contre le candidat du parti au pouvoir, Felipe Calderon, puis comme par magie les mêmes enquêtes changèrent de favori, et enfin le comptage des voix fut manipulé de telle façon que les résultats officiels donnèrent la victoire à Calderon avec un écart de 250 000 votes sur AMLO... et 7 millions de bulletins invalidés - soit vingt-huit fois plus !
Immédiatement, le PRD, la société civile et AMLO avec ses 15 millions de votants hurlèrent à la fraude électorale et refusèrent le résultat. Le IFE et le TRIFE (commissions fédérales électorales) relevèrent de graves irrégularités telle que l'intervention du président Fox et sa campagne de diffamation, les pressions des entreprises et de l’église, le dépassement des budgets de campagne. Les institutions qualifièrent ces infractions de fautes graves tout en minimisant les faits, clôturèrent le processus électoral et déclarèrent Calderon vainqueur. La seule solution équitable aurait été le recomptage des voix, mais Calderon s'y refusa. Il demeura aux yeux d'une partie de la société un président illégitime, affaibli par sa victoire douteuse et dénué de tout soutient et consensus populaire.

Fox laisse un pays sans stabilité sociale, divisé, fracturé, avec de nombreux conflits non résolus :
- le Chiapas du EZLN (Ejercito zapatista de liberacion nacional), même s'il s'était vanter de régler ce conflit en quinze minutes, ce qu'il na pu réaliser en six ans.
- l'enfer d’Oaxaca où un conflit des enseignants a déclenché un grand mouvement social, l'APPO (Asamblea de pueblos populares de Oaxaca). Le combat dure depuis juin, la population civile souffre au quotidien des violations des droits de l'homme perpétrés par la police et ses supplétifs. Sur place, les dernières exactions des autorités et les premières déclarations d'intention de Calderon vont dans le sens d'un fort durcissement du conflit et d'une répression rappelant aux Mexicains les heures les plus sombres de leur histoire.

Calderon est conscient de son déficit de légitimité, a peur du peuple et s'en protège. Au mépris de la Constitution, pour prévenir toute contestation, la cérémonie de son investiture se déroulera derrière une barrière d'acier et une garde de policiers et de soldats (on parle de 600 effectifs), mesure déjà condamnée par le bureau des Droits de l'Homme au Mexique.
Sur le plan de la sécurité intérieure, les premières nominations de son cabinet politique révèlent une future politique de la « main dure », sans compromis. En économie, sont nommés des "Chicago boys" des technocrates sans contacts avec la société civile, la réalité sociale du pays (pauvreté et misère de plus de 40 millions de Mexicains). Dans la partie sociale, tous ses membres sont issus du parti au pouvoir et quelques-uns viennent même de l'extrême-droite.
Ajoutons l'inévitable censure des journalistes de centre et gauche. La société est mécontente, les gens sont exaspérés et des groupes armés ont déjà fait leur apparition (peut-être créés par le gouvernement lui-même).

Si le gouvernement poursuit le processus de répression et de mépris du peuple qu'il a déjà amorcé avant même d'être officiellement intronisé, une ère sombre de violence et de douleur se profilera pour le Mexique.
Une vision d'ensemble étrangement similaire aux événements qui ont précédé la révolution de 1910…

Claudia Magana

Repost 0
Published by Claudia Magana - dans Amérique du Sud et Centrale
commenter cet article