Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 13:18

Communiqué d'Alternative libertaire :

- Le communiqué en ligne (avec quelques photos du rassemblement)

Une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) publiée le 2 novembre annonce que 150 catholiques traditionalistes ont tenu un rassemblement devant le Cent Quatre (rue d’Aubervilliers dans le XIXe) pour contester la représentation de la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu de Roméo Castellucci. Elle affirme par ailleurs que « Devant l’autre entrée du bâtiment, rue d’Aubervilliers, une trentaine de militants d’extrême gauche ont également manifesté sans incident, avant de se disperser d’eux-mêmes. »

Cela relève de la falsification et du mensonge les plus grossiers : les intégristes étaient au plus une cinquantaine. Les militants et militantes d’Alternative libertaire qui étaient à eux et elles seul-e-s une quarantaine et qui comptaient parmi les principaux organisateurs-trices de ce rassemblement appelé également par l’Action antifasciste Paris banlieue, Fédération anarchiste, le PCF, le NPA, le Parti de gauche, l’UL CGT XIXe, des syndicats de la CNT, Solidaires Paris, la Gauche unitaire et les Alternatifs ont vu que ce sont plus de 200 personnes qui ont participé à ce rassemblement ponctué de slogans et de prises de paroles. 200 personnes qui se sont mobilisées en quelques heures pour la liberté d’expression et de création, contre l’obscurantisme et contre les menées de groupes d’illuminé-e-s racistes, antisémites et stigmatisant les musulmans comme tous ceux et celles qui ne partagent par leur idéologie réactionnaire. La dépêche inverse donc volontairement le rapport de force réel et évoque à peine le rassemblement antifasciste sans jamais citer les organisations présentes. Cela est dommageable dans un contexte ou tout est fait par les autorités et les obscurantistes de tout poil afin de décourager la pensée critique, les mouvements d’émancipation et une population déjà éreintée par les politiques capitalistes d’austérité sans fin.

Or, le contenu de cette dépêche a été repris par l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, dans un article publié dans son édition électronique du 3 novembre, ainsi qu’elle est reprise, intégralement par les sites du Parisien et du Figaro.

Aussi nous posons une question : quel est l’intérêt de minorer autant la présence de militant-e-s antifascistes et libres penseurs-ses pour l’AFP ? Faut-il parler d’un manque total de professionnalisme ou tout simplement de mépris face à des militant-e-s dont le défaut majeur serait d’être d’extrême gauche ?

Si les journalistes de ces grands médias s’étaient donné la peine de faire correctement leur travail sur le terrain, et non de ne faire que de la « reprise de dépêche », ils auraient vu également que des habitantes et habitants du quartier Riquet ont balancé des projectiles sur les intégristes catholiques pour leur signifier leur colère face à une telle manifestation d’intolérance.

Mais ces journalistes peuvent toujours venir au rassemblement antifasciste qui se tiendra dimanche 6 novembre à 14h pour se rendre compte que les antifascistes ne se comptent pas sur les doigts d’une main.

Alternative libertaire, le 3 novembre 2011

A très bientôt dans la rue et dans les luttes !

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:53


Editorial du "Monde" |  | 02.11.11 | 11h32   •  Mis à jour le 02.11.11 | 16h03


Six ans après la publication des caricatures du Prophète Mahomet par le journal danois Jyllands-Posten et la tempête qu'elle a provoquée dans les communautés musulmanes du monde entier, un incendie d'origine criminelle a partiellement détruit, mercredi 2 novembre dans la nuit, les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Parallèlement, le site Internet de la publication a été la cible d'attaques informatiques qui l'ont rendu inaccessible, du moins mercredi matin.

Sous le titre "Charia Hebdo", l'hebdomadaire consacre la couverture de son numéro mis en vente mercredi à la montée des islamistes en Libye et en Tunisie. "Mahomet" est supposé en êtrele "rédacteur en chef". Un supplément "Charia Madame" est annoncé, ainsi qu'un "apéro halal". Soulignant la dimension satirique de ce numéro, une caricature de Mahomet menace : "Cent coups de fouet si vous n'êtes pas morts de rire".

[] Comme chaque semaine, la couverture de l'hebdomadaire avait circulé à l'avance sous forme de communiqué de presse ; celle-ci avait suscité ces deux derniers jours des réactions hostiles, voire menaçantes, sur les réseaux sociaux.

L'islam interdit la représentation du Prophète Mahomet. Comme le journal danois et les autres publications qui l'avaient suivi par solidarité, Charlie Hebdo a choisi d'ignorercette règle. Il ne s'agit pas d'une règle de droit ni d'une règle d'un autre ordre opposable dans des pays laïcs comme la France.

Il existe, en revanche, une règle de droit, en vigueur en France et en Europe, qui consacre la liberté d'expression. Quoi que l'on puisse penserdes choix éditoriaux de Charlie Hebdo, de l'esthétique de ses couvertures et de la délicatesse de son style, l'hebdomadaire annonce clairement la couleur satirique. Rien ne saurait justifier ni les attaques contre le site Internet d'un organe de presse ni l'incendie de ses locaux comme manifestation d'un désaccord avec son contenu. Si la loi prévoit certaines limitations à la liberté de la presse, les tribunaux sont là pour la faire respecter. Charlie Hebdo avait d'ailleurs été relaxé, en 2008, par la cour d'appel de Paris suite à la plainte pour incitation à la haine raciale déposée par une fédération d'associations islamistes et par la Grande Mosquée de Paris, quand le journal avait reproduit les caricatures danoises. Les attaques physiques contre Charlie Hebdo ne sont pas plus acceptables que les interventions de groupes de fondamentalistes chrétiens qui ont interrompu, à plusieurs reprises depuis le 20 octobre, la représentation parisienne de la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu. La liberté d'expression et de création artistique est l'une des valeurs essentielles de nos démocraties. Il n'est pas inutile de le rappelerà ceux qui, sous couvert de lutte contre l'islamophobie ou la christianophobie, font la promotion de l'intolérance.

 

Le Monde

 http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/11/02/pourquoi-il-faut-soutenir-charlie-hebdo_1597275_3232.html

 

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:51


Publié le 02.11.2011, 07h01 | Mise à jour : 03.11.2011, 07h40

 

Un incendie d'origine criminelle a détruit en partie les locaux de «Charlie Hebdo», situés 62, boulevard Davout (XXe arrondissement), dans la nuit de mardi à mercredi. La piste des musulmans intégristes est évoquée. L'édition de l’hebdomadaire satirique sortie ce mercredi avait été rebaptisée «Charia hebdo», avec le prophète Mahomet caricaturé en Une et «nommé rédacteur en chef». La police judiciaire de Paris a été saisie de l'enquête.

[]

Sans domicile fixe, la rédaction de «Charlie Hebdo» va squatter chez «Libération». Toute l'équipe a été accueillie dans l'après-midi dans les locaux du quotidien. Objectif : réaliser un condensé de quatre pages pour ce jeudi, et un numéro complet pour la semaine prochaine. 

[...]

Attaqué au cocktail Molotov. «Charlie Hebdo» s'apprêtait à sortir ce mercredi  un numéro spécial, rebaptisé pour l’occasion «Charia hebdo», dans lequel Mahomet était promu «rédacteur en chef». Une façon pour le journal satirique de «fêter» à sa manière la victoire du parti islamiste Ennhada en Tunisie. En guise de réponse, les détracteurs du journal auraient ainsi attaqué le bâtiment vers 1 heure du matin avec un cocktail Molotov, selon le témoignage du directeur de la rédaction, Charb. Le sinistre a été rapidement éteint, mais le matériel de la rédaction a subi des dégâts importants, déplore Charb.

 

«Libé» ouvre ses portes.Alors que de nombreux messages de soutien et d'indignation continuent de pleuvoir, le quotidien «Libération» a fait preuve de «solidarité confraternelle», selon les mots de son chef de la rédaction, Nicolas Demorand, en accueillant «Charlie» dans ses locaux. «On a discuté du nombre d'ordinateurs, du type de logiciels, de tout ce dont ils ont besoin pour préparer leur prochaine édition», a expliqué Demorand, estimant avoir déjà «sérieusement défriché le terrain» sur le plan informatique. «Honnêtement, je ne pensais pas qu'on pouvait foutre le feu à un journal, en France en 2011», a-t-il ajouté. «Ils nous accueillent, très gentiment, le temps de retrouver des locaux», a réagi le dessinateur satirique Cabu.

[]

 

SUR LE MÊME SUJET

EN IMAGES. Incendie criminel contre «Charia Hebdo»

Les réactions des responsables politiques

Charlie Hebdo, une histoire riche de polémiques

Deux suspects recherchés après l’attaque contre « Charlie Hebdo »

Charlie Hebdo chez «Libé», son site Facebook attaqué

 

extraits du Parisien Libéré http://www.leparisien.fr/paris-75/charlie-hebdo-attaque-au-cocktail-molotov-par-des-inconnus-02-11-2011-1698048.php?fb_xd_fragment#?=&cb=fbd9bf528&relation=parent.parent&transport=fragment&type=resize&height=29&ackData[id]=2

 

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:49

Par l'UFAL

Mercredi 2 novembre 2011

 

Fanatisés par leur conception particulière de la religion, des intégristes catholiques s’en sont pris à la liberté de création et de représentation théâtrale (Sur le concept du visage du fils de Dieu, de Romeo Castellucci au Théâtre de la Ville), causant de graves troubles à l’ordre public. Si les précédents ne manquent pas (attentat de 1988 contre un cinéma projetant La dernière tentation du Christ de Martin Scorsese, saccage récent de l’œuvre Piss Christ d’Andres Serrano), le plus étonnant cette fois est le soutien apporté par un contingent d’intégristes musulmans dont les propos confus sont rapportés sur le site islamenfrance.fr. C’est par ailleurs sur ce site qu’a été publié le 31 octobre un appel « pour rigoler » à brûler Charlie Hebdo.

Un pas de plus vient d’être franchi avec l’incendie criminel qui a détruit les locaux de cet hebdomadaire. Le fanatisme révélé à l’époque des caricatures du prophète par les menaces et le procès fait au directeur de Charlie Hebdo n’a fait que croître.

Ces graves atteintes à la liberté d’expression démontrent qu’il ne doit pas y avoir de tolérance pour l’intolérance dans notre République laïque.

Pour l’UFAL, qui avait en 2007, à l’occasion des Rencontres Laïques Internationales, soutenu Charlie Hebdo traîné en justice, il ne s’agit pas seulement d’atteintes à la liberté d’expression, mais de menaces pour l’ensemble des libertés publiques. Seule la laïcité garantit que les expressions religieuses ne puissent plus devenir synonymes d’oppression des autres formes de pensée, ni des libertés d’autrui. La loi du 9 décembre 1905 a ainsi placé en tête de son article premier le principe de la liberté de conscience, c’est-à-dire le droit de croire, ou ne pas croire, de douter, ou de refuser de se prononcer en la matière. C’est pourquoi nous souhaitons que les articles 1er et 2 de la loi de 1905 soient intégrés à la Constitution française et que la date anniversaire du 9 décembre devienne une fête reconnue, non par simple devoir de mémoire mais comme impératif démocratique pour l’avenir.

Au moment où des inquiétudes se font jour sur le devenir des « révolutions arabes », sous l’effet d’intégristes cherchant à imposer l’emprise de la religion sur l’état, sur le droit civil, sur la situation des femmes et la liberté de pensée, sachons en France réaffirmer que le blasphème n’est pas un délit, et que seule la laïcité constitutionnelle garantit l’ensemble des libertés fondamentales.

Et sachons aussi agir : l’UFAL appelle tous les mouvements laïques qui partagent les principes fondamentaux de la république à œuvrer ensemble pour promouvoir le principe de laïcité comme facteur d’émancipation individuelle et sociale, défendre la liberté d’expression et exiger que le gouvernement fasse respecter les libertés publiques garanties par la Constitution.

par l'UFAL
Union des FAmilles laïques

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 00:21

Le fascisme s’installe progressivement, notamment en France et en Europe. Il a de multiples visages : fascisme économique à travers l’Europe des patrons et de la finance, fascisme politique avec des lois de plus en plus liberticides, fascisme religieux avec des minorités fanatiques encouragées par des politiciens ravis de détourner l’attention du bon peuple des véritables problèmes de fond.

 

La liberté d’expression n’a de sens que pour ceux qui en acceptent la réciprocité. La tolérance doit-elle s’appliquer à ceux qui prônent l’intolérance et refusent le droit de s’exprimer à ceux qui ne pensent pas comme eux ? C’est la question que tout citoyen doit se poser.

 

Charlie Hebdo a fait les frais de cette intolérance fanatique.

Vendémiaire soutient sans réserve Charlie Hebdo et dénonce tous les fanatismes religieux.

 

Le combat pour la laïcité et la liberté d’expression est un combat permanent.

Charlie Hebdo, à travers la tradition des caricatures et de la dérision, est un des représentants de ce combat. Il est de notre devoir de le soutenir.

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 00:17

Les locaux parisiens du journal Charlie Hebdo ont été attaqués au cocktail Molotov et ont été rendus complètement hors d’usage dans la nuit de mardi à mercredi, sans doute suite à l’annonce de la publication d’un numéro spécial rebaptisé « Charia Hebdo » et faisant la part belle à la satire de l’islamisme. Dans le même temps, des partisans fanatisés d’une vieille France catholique tentent de perturber manu militari les représentations d’une pièce de théâtre de Romeo Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu, qu’ils jugent « christianophobe ». Deux manifestations accablantes de la violence à laquelle conduit l’intégrisme religieux, qu’il soit inspiré par un livre saint ou par un autre ; deux attaques aveugles contre la liberté de création qui illustrent la censure à laquelle les fanatiques de tout poil voudraient soumettre la culture ; deux exemples accablants des illusions mortifères et de la haine larvée qui se nourrissent des sermons religieux et du discours de dévotion.

Alternative libertaire condamne ces faits d’armes réactionnaires, appelle à la vigilance face à tous ceux qui veulent s’attaquer à la laïcité, imposer leur foi privée dans la sphère publique. Alternative libertaire s’engage sans ambiguïté dans la lutte contre toutes les forces rétrogrades qui voudraient soumettre la société au carcan de la religion.

(…)

 

Alternative libertaire, le 2 novembre 2011

 

Repost 0
Published by Alternative libertaire/Vendémiaire - dans France-Politique - société
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 23:31

"Ils" s’adressent à nous comme à des débiles sans mémoire !

"Vous avez vécu au-dessus de vos moyens !"

"Vous vous êtes trop soigné !"

"Vous avez bénéficié de trop de protection sociale !"…

Et le temps est venu du sang et des larmes et demain, après les cures draconiennes d’austérité, ça ira mieux.

Cela fait 40 ans qu'ils nous font vivre en crise, qu'ils nous promettent que la rigueur d'aujourd'hui fera les emplois de demain, que l'Europe assurera la prospérité une fois les sacrifices passés. 40 ans qu'ils promettent la "sortie du tunnel" comme le jurait Raymond Barre, premier ministre dans les années 1970 et « meilleur économiste de France »  !

Mais ce sont les mêmes qui trinquent depuis toutes ces années de restrictions salariales en plans sociaux et en licenciements, de privatisations en casse de tous les acquis sociaux, de délocalisations en régions industrielles transformées en déserts économiques. Pour la jeunesse ? La précarité généralisée!

Et ce sont les mêmes qui en profitent, gros actionnaires du CAC 40 et tous leurs experts auto-proclamés grassement payés pour expliquer au peuple qu'il faut se serrer la ceinture tandis que les profits explosent. Champagne pour les uns, potion amère pour les autres.

Pour imposer ces politiques et ces mesures contre les travailleurs, ils invoquaient hier la crise des matières premières, la concurrence internationale, les coûts salariaux…

Aujourd’hui ce sont la dette, les déficits publics et le sauvetage de leur sacro-saint Euro qu’ils martèlent !

Et c’est au nom de leur "nécessaire" réduction pour sauver leur monnaie et leurs compagnies bancaires qu’ils veulent nous imposer la pire des régressions sociales depuis la fin de la deuxième guerre mondiale !

En mentant de manière éhontée !

Ce que veulent tous les gestionnaires du système, de Sarkozy à Merkel en passant par les socialistes Zapatero et Papandréou, c’est continuer et aggraver cette orientation. Si possible avec notre accord en nous faisant croire qu’il n’y a pas d’autres choix et que nous mettons nos propres enfants qui sont en danger !

Mais pour obtenir notre accord, ils mentent, ils ne nous informent pas correctement !

Ils misent sur la complexité des mécanismes économiques et financiers pour paralyser notre sens critique, et font donner sur tous les grands médias, télé, radios, presse régionale les "experts économiques" qui n’ont pas vu venir la crise et qui continuent à pérorer en nous faisant la leçon !

Matraquage  mensonger!

Parce que la dette n’est pas d’abord le résultat de dépenses publiques et sociales excessives !

Au contraire des dépenses spéculatives, des transactions financières qui ne créent aucune véritable richesse, qui ne rendent aucun service sauf aux spéculateurs, les dépenses de santé, d’éducation, de fonctionnement et de développement des services publics participent au contraire à la richesse nationale, à la croissance économique et à l’emploi et elles rendent effectivement service à la population !

L’accroissement de la dette résulte essentiellement en schématisant :

de la privatisation de la création et de la gestion monétaire par les banques privées (il faut savoir par exemple qu’actuellement les banques empruntent auprès de la Banque Centrale Européenne autour de 1,5% alors que les mêmes banques prêtent ensuite aux Etats à des taux qui vont de 2,3 à 3, 4, 5 et bien plus !!!

dans la dernière période du renflouement massif des banques au nom de leur crise des subprimes (des centaines de milliards) !

des politiques fiscales massivement en faveur des plus riches et des grandes entreprises (bouclier fiscal, niches fiscales, exonérations diverses, utilisation des paradis fiscaux …) mais aussi des privatisations qui ont massivement appauvri l' Etat.

Au dernier sommet européen de Bruxelles, au lieu bien sûr de s’attaquer à ces véritables causes de la dette et de s’en prendre donc à la domination du capital financier, les décisions prises (« réduction » de la dette grecque associée à la "recapitalisation" des banques…) laissent intactes les causes mêmes de la crise qui au final résident dans la paupérisation massive des classes populaires et des couches moyennes et de l’accumulation considérable de la richesse entre les mains d’une infime minorité !

La preuve :

- du côté des peuples c’est l’inquiétude quant à l’avenir à l’annonce de la rigueur et de la récession qui pointe, les plans de rigueur aggravant le fonctionnement de l’économie et aggravant les déficits publics qu’ils prétendent combattre ! LA situation dramatique du peuple grec préfigure ce qui se prépare à l'échelle de l'Union européeenne.

- du côté des « marchés », le lendemain de ce sommet, c’est l’euphorie, la « confiance » est à son comble : les titres des banques ont été plébiscités par les investisseurs: à Paris, BNP Paribas a grimpé de 16,92%, Crédit Agricole de 21,96% et Société Générale de 22,54%. A Londres, Barclays a bondi de 17,58% et Royal Bank of Scotland (RBS) de 10,05%. Même tendance à Milan où Intesa Sanpaolo gagnait 10,09% et UniCredit 7,49%.

En revanche, quand la Grèce annonce un référendum, c'est toute la finance qui s'indigne et panique !

On sauve les banques, on tue les peuples, voilà la réalité !

Au niveau de l’Union Européenne, ils veulent empêcher tout choix dans les budgets nationaux (ce qu’ils appellent la Règle d’or !) et ce avant la fin 2012, clôturant ainsi le verrouillage néolibéral dans lequel ils enferment les peuples pour mettre en place un véritable empire sous domination du capital allemand dans lequel les travailleurs sont jetés les uns contre les autres.

Pour les travailleurs, pour les peuples il n’y a donc pas d’autre voie libératrice que le refus de cette politique et que l’engagement de la lutte pour les revendications immédiates, contre les fermetures d’entreprise, pour l’augmentation des salaires … et pour des changements politiques qui s’en prennent vraiment à la domination des puissants et des marchés financiers et à tous leurs plans anti-sociaux et anti-démocratiques.

Comme en 36 pour l’obtention des congés payés, comptons d’abord sur nos propres forces et sur l’action indépendante de la classe ouvrière !

Banksters nous ne vous devons rien !

La confiance des peuples OU la confiance des marchés financiers, il faut choisir !

 

Le Front Syndical de Classe

31 octobre 2011

Repost 0
Published by Front syndical de classe/Vendémiaire - dans France-Politique - société
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 12:00

Le groupe Peugeot qui dit « souffrir de difficultés sur le marché européen » annonce qu’il va supprimer 6800 emplois dont 800 intérimaires en France d’ici à la fin de l’année, 1000 postes en production et 5000 chez les équipementiers et sous-traitants. Après avoir mis des milliers de salariés au chômage partiel, le groupe en rajoute…

Pourtant, son chiffre d’affaires total a progressé de 3,5% au dernier trimestre et atteint 13,45 milliards d’euros. Dans le même temps Peugeot investit 530 millions d’euros au Brésil et 130 millions en Slovaquie. Le but : exploiter le travail pour moins cher quel que soit l’endroit pourvu qu’il procure un profit maximum.

Mais qu’on se rassure !!! Eric Besson, ministre de l’industrie, faisant mine de s’inquiéter, a rencontré le P.D.G du groupe qui l’a assuré que  «  Peugeot restera en France ». Satisfait de la réponse, E. Besson a tenu à tranquilliser l’opinion publique. Ce n’est pas la prière fois que lorsque Peugeot annonce ses sales coups, E. Besson accourt … au secours du capital. Pas un mot sur les suppressions d’emplois. N’est-ce pas lui qui a déclaré que « la suppression de la taxe professionnelle a permis d’augmenter la productivité des entreprises » ? E. Besson a du se tromper, ce n’est pas la productivité qui a augmenté, c’est la rentabilité du capital qui a explosé. (La productivité des entreprises française est la meilleure au monde).

Le groupe Peugeot n’est pas le seul dans la course effrénée aux profits. Renault a les mêmes objectifs, le groupe investit 1,5 milliards d’euros au Brésil pour « doubler sa part du marché automobile brésilien ». Lorsque l’on sait que l’acquisition d’une automobile au Brésil coûte très cher, il est clair que ce ne sont pas les besoins des brésiliens qui sont visés, mais les profits à réaliser.

L’automobile n’est pas le seul secteur d’industrie touché, c’est pour le même motif que Philips Industrie (téléviseurs) supprime 4500 emplois pour « économiser » 800 millions d’euros… Le P.D.G du groupe déclare « c’est regrettable, mais inévitable pour devenir une compagnie maniable et compétitive » Dans le même temps le groupe s’allie avec le fabricant chinois T.P.V.

Rio Tinto (ex Péchiney, minerais) ferme trois sites en France, Gardanne dans les Bouches du Rhône, Beydère dans les Hautes Pyrénées et Bâthie en Savoie. Au total ce sont 650 emplois qui disparaissent. Le groupe veut doubler sa marge bénéficiaire sur l’aluminium pour la porter à 40% d’ici 2015.

Areva (énergie) gèle ses investissements et prévoit 3 à 4000 suppressions d’emplois.

Séa France (transport maritime) dont la maison mère est la S.N.C.F veut en liquider 1100.

M. Réal (papeterie) ferme son entreprise, 330 salariés sont concernés.

Findus (alimentation) veut démanteler le groupe.

Tous ces exemples ne sont qu’un aperçu d’entreprises touchées par les cessions, liquidations, suppressions d’emplois. On peut y rajouter le groupe Montupet (fonderies) qui fait l’actualité par la lutte exemplaire des salariés qui refusent une baisse de 25% des salaires depuis 8 semaines.

C’est ainsi que les patrons de grands groupes industriels « réfléchissent » pour « redresser l’industrie française » : 

Malgré des profits considérables, ils veulent aller plus loin dans l’exploitation du travail. Les fusions, délocalisations, liquidations ne sont pas suffisantes, ils veulent s’attaquer avec plus de force à ce qu’ils appellent le « coût du travail ». Plus ce « coût » sera réduit, plus il y aura de profits.

Pierre Gattaz, fils d’Yvon Gattaz ex patron du C.N.P.F (aujourd’hui M.E.D.E.F), est vice-président du Groupe des Fédérations Industrielles (G.F.I) qui regroupe 150 000 entreprises employant 7 millions de salariés (80% de l’industrie française). Il est également président de Radiall (télécom), entreprise basée en chine où il exploite 1600 salariés. Pierre Gattaz fait des propositions pressantes à l’Etat.

Celle de créer « un choc de compétitivité », et pour cela de « revoir le financement de la protection sociale (famille et maladie) afin qu’elle ne soit plus payée par les entreprises »- Celle de « Permettre d’abaisser le coût du travail qui handicape les entreprises françaises » - Celle «d’ agir sur deux leviers : la T.V.A et la C.S.G ». Il souhaite également, un allègement d’impôts pour les société qui investissent une partie de leurs bénéfices en fonds propres et des avantages fiscaux pour encourager les entreprises qui investissent dans la recherche ».

Pour couronner le tout, il propose «d’alléger le poids des règlementations et diverses législations » comme le (Code du travail et les Conventions Collectives). Enfin, il recommande que les entreprises puissent recourir au chômage partiel et au prêt de salariés.

Pierre Gattaz est un patron plein de ressources. Ressources qu’il va puiser au sein d’un cercle de réflexion (think tank) baptisé la « Fabrique Industrie ». Ce groupe, présidé par Louis Gallois est composé de patrons de grands groupes industriels comme E.A.D.S, Vallourec, Rhodia… d’experts économiques et de syndicalistes de la métallurgie comme Dominique Gillier (C.F.D.T), et Frédéric Hornez (F.O) en bonne compagnie de Frédéric de Saint Géours, président de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (U.I.M.M), branche professionnelle du M.E.D.E.F. Il est utile de dire que ce « cercle de réflexion » est doté d’un budget de 1,1 million d’euros par an.

Voilà le capital dans toute sa laideur.

Un pouvoir aux ordres, des politiques dont le silence est assourdissant, des syndicats de collaboration, décidément, il n’y a que la lutte pour priver le capital des moyens de production pour l’empêcher de sévir. L’industrie française ne s’en sortira pas autrement.

 

Source : " site communistes"

publié sur http://eldiablo.over-blog.org/

 

Repost 0
Published by El Diablo/Vendémiaire - dans France-Politique - société
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 11:46

Depuis maintenant près de trois semaines, un mouvement social populaire contre la vie chère secoue l’île. Une grève générale bloque l’économie du pays et des manifestations ont lieu tous les jours depuis le 27 septembre. Ce mouvement fait suite à la départementalisation de l’île pour laquelle la population avait majoritairement voté croyant ainsi améliorer son niveau de vie. Or ces réformes n’ont pas amélioré les salaires, ni l’accès aux prestations sociales, puisqu’en réalité le gouvernement compte étaler son plan de mise à niveau sur une bonne dizaine d’années. Elles n’ont pas non plus remédié à la hausse des prix (60% entre 2007 et 2011), organisée par une poignées de leaders de la distribution en situation de quasi monopole. En revanche, la départementalisation a permis un déploiement sécuritaire massif et coûteux visant à empêcher tout déplacement du reste des Comores vers Mayotte.

Face aux revendications du peuple mahorais, l’État français a répondu par la violence et le mépris en renforçant les troupes de gendarmes mobiles et le nombre des blindés. L’envoi d’un médiateur pour rencontrer l’intersyndicale s’est soldé par un échec le 24 octobre. Le mercredi 19 octobre, un manifestant est mort après avoir reçu un tir de flash Ball et un enfant de 9 ans a été grièvement blessé.

Alternative libertaire soutient le mouvement social de Mayotte face à la politique coloniale du gouvernement français et au silence presque total des médias.

 

Alternative libertaire, le 27 octobre 2011

Publié le 27 octobre 2011 par Secrétariat international

http://alternativelibertaire.org/spip.php?article4455

 

Repost 0
Published by Alternative libertaire/Vendémiaire - dans France-Politique - société
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 10:55

aaa Vendemiaire drapeau 2011La confiance des marchés OU la confiance du peuple ?

 

On pourra certes évoquer la complexité des choses et du monde, mais dans la confrontations d’idées et les enjeux du moment, la complexité c’est d’abord l’enfumage et la tentative d’écarter le peuple de ce qui le concerne au premier chef.

Sur la crise, un sondage récent indique que 85% des français ignorent la cause principale de la dette publique.

 

Mais dans nos grands médias, que font les "experts économiques" qui n’ont pas vu venir la crise pour éclairer la situation ?

A grands cris effrayants (et grassement payés), ils désignent le coupable idéal : "Nous" aurions vécu au dessus de nos moyens, l’Etat aurait fait trop de dépenses publiques (pour la santé, pour l’éducation, pour les services publics…) et l’heure est venue des plans de rigueur et d’austérité à répétition. Comme en Grèce !

 

Il s’agit de nous faire consentir en nous culpabilisant aux politiques qu’ils veulent mettre en œuvre pour le compte des puissants et de l’oligarchie au pouvoir !

Et nous devrions baisser la tête ?

 

Cette argumentation est fausse et mensongère !

 

Les causes de la dette publique, ce ne sont pas les dépenses sociales qui sont au contraire des investissements pour le développement économique, pour la croissance et pour l’emploi.

Les causes de l’augmentation et de l’aggravation de la dette, ce sont d’abord :

 

Les causes récentes :

 

1.        - le manque de rentrées fiscales par exonération des plus riches (le bouclier fiscal en est l’illustration) et des grandes entreprises : des dizaines de milliards d’euros !

 

2.        - le renflouement massif des banques depuis la crise de 2007/2088 (plusieurs centaines de milliards d’euros !

 

Les causes profondes, les plus graves :

 

3.        - depuis 1973, l’obligation pour l’état de ne plus emprunter auprès de sa banque nationale (à 0%) mais auprès des marchés financiers et des grandes compagnies financières qui s'engraissent comme jamais. Cela se traduit par la privatisation de la fonction monétaire qui est attribuée aux banques. C’est à partir de ce moment que la dette publique augmente alors qu’elle était nulle !

 

 

4.        - En 1992, l’article 104 du Traité de Maastricht confirme cette contrainte en planifiant un euro au service des multinationales et en interdisant tout emprunt des États auprès de leur Banque centrale et de la Banque Centrale Européenne.

5.        - En 2007, l’article 123 du  Traité de Lisbonne stipule : « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées «banques centrales nationales», d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres.

6.        - En 2011, le Pacte euro-plus adopté le 11 mars par le Conseil européen (sommet des chefs d’État et de gouvernement des 27) verrouille complètement la situation et un projet de nouveau traité (dans le dos des peuples) prévoit désormais un véritable coup d'Etat par la création d'un Mécanisme Européen de Stabilité (MES) gérant les politiques économiques et sociales nationales.

 

Les causes fondamentales de l’accroissement de la dette publique sont donc du côté des politiques de financement public du capital privé et d’enrichissement des plus riches, d’une minorité de plus en plus riche,au moyen du recul des salaires, du recul des droits sociaux (santé, éducation,sécurité sociale…), de la privatisation des fonctions de la puissance publique !

Là sont les causes de la crise : l’endettement des particuliers aux Etats-Unis puis des Etats au profit des banques, des sociétés d’assurances, des fonds de pension …

 

Et c’est cette politique, cause de la crise, qu’ils voudraient poursuivre et aggraver !

 

On le voit bien avec la Grèce où les plans de rigueur imposés depuis 2 ans contre la population n’ont fait qu’aggraver la situation puisque mécaniquement moins de salaires, moins de prestations, moins d’activité économique, plus de chômage, c’est moins de rentrées fiscales pour l’Etat et donc l'aggravation des déficits.

 

Ils persistent dans cette politique non par aveuglement mais par intérêt de classe : ils veulent continuer malgré l’évidence de ce que cela nous conduit au pire, parce cette minorité profite de la situation et continue de s’enrichir tandis que les inégalités et la misère explosent.

 

C’est pourquoi pour nous les travailleurs, pour les peuples comme le peuple grec en est l’exemple, il n’ y a pas d’autre choix que de s’opposer frontalement à cette politique et à cette oligarchie : rejeter la dette, refuser de la payer, ne pas s’incliner devant leurs exigences et donc perdre leur « confiance ».

 

Vous avez entendu, M. Hollande !

Vous avez déclaré au cours du récent débat budgétaire et des coupes sombres annoncées : «Il y a des mesures à prendre, le gouvernement n'a pas pris les bonnes, il est encore temps qu'il puisse corriger, s'il ne le fait pas, nous le ferons» ! Donc encore plus de rigueur et d’austérité sous pilotage socialiste, comme en Grèce ou en Espagne !

 

Décidément, il ne faut rien attendre de bon du résultat électoral de 2012 confiné entre les politiques de rigueur de droite dans la continuité euro-sarkosienne et les politiques de rigueur de "gauche" sous couvert d'un prétendu changement.

Pour sortir de la crise, en finir avec le chômage et l’insécurité sociale, la misère, la précarité il faut sortir de la soumission aux ordres des marchés financiers et de leurs agences de notation, aux diktats de l’Union européenne, reconquérir notre souveraineté populaire et notre souveraineté monétaire.

 

Oui, pour sortir de la crise, il faut sortir du système !

 

C’est donc dès maintenant sur nos propres luttes qu’il faut compter comme en 36 où le Front populaire n’a connu ses véritables résultats sociaux comme la conquête des congés payés qu’après les grèves massives et les occupations d’usines.

C’est-à-dire avec l’intervention massive des travailleurs, de la classe ouvrière et du peuple !

Et c’est donc à cela qu’il faut travailler !

 

TOUS ENSEMBLE !

Banksters nous ne vous devons rien !

 

Le Front Syndical de Classe, 23 octobre 2011

 

Repost 0
Published by Front Syndical de Classe/Vendémiaire - dans France-Politique - société
commenter cet article