Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 15:23

La loi HPST (« Hôpital, patients, santé, territoires »), dite loi Bachelot (2009), a placé l’hôpital public dans une logique de rentabilité, avec une tarification à l’activité. L’hôpital n’est plus financé par un système de forfait journalier relatif au séjour du malade, mais en fonction du nombre d’actes qui lui ont été prodigués. Groupés en pôles plus ou moins autonomes au plan financier, les services hospitaliers luttent, pour boucler leur budget, dans une logique de « codage à tout prix » des actes médicaux et paramédicaux. Dans ce contexte, le patient devient un « client » ; la recherche du diagnostic et d’une thérapeutique adaptée n’est plus l’objectif principal.

Avec la politique de l’acte, la rentabilité à tout prix et la pénurie de soignants, la qualité de la prise en charge n’est plus garantie. Cela favorise une santé à deux vitesses : les plus riches ont les moyens de se diriger vers les CHRU des grandes villes ou vers des cliniques privées ; les autres ont moins accès aux soins. Près d’un tiers des Français ne se soignent plus faute d’argent.

Non seulement le projet de loi de Marisol Touraine, prochainement discuté au Parlement, ne revient pas sur cette contre-réforme de la droite, mais il en est le prolongement.

L’austérité dans les hôpitaux : le personnel dans le viseur

Depuis 2008, les hôpitaux vivent une longue descente aux enfers. La hausse des charges à effectif constant se répercute sur le personnel, avec des attaques contre les RTT. A cela s’ajoutent les suppressions de postes. En 2013, pas moins de 20 000 emplois ont été supprimés, 15 000 en 2014. Tous les ans, depuis 2008, la Fédération Hospitalière de France estime à 10 000 le nombre de postes supprimés, soit un peu plus de 50 000 en cinq ans, et ce, alors que le volume d’activité des hôpitaux continue de croître.

D’ici 2017, plus de 50 milliards d’euros de coupes dans les dépenses publiques sont prévus par le « pacte de responsabilité », dont 18 milliards d’économies sur la protection sociale et les dépenses de santé. Pour les établissements du secteur privé, c’est une aubaine. Le crédit d’impôt compétitivité-emploi prévoit une réduction de 6 % de leurs charges sociales : un cadeau de 500 millions d’euros au total. Dans le même temps, de nombreux travailleurs de la santé quittent le public pour le privé à cause de leurs conditions de travail catastrophiques.

Opposition du secteur libéral

Les praticiens de la santé en secteur libéral sont aussi opposés à cette loi, pour de multiples raisons. Ils s’élèvent notamment contre la possibilité donnée aux pharmaciens de réaliser les vaccinations (moments clés dans le suivi d’un enfant) et critiquent la généralisation du « tiers payant ». Celle-ci ne donnera pas un meilleur accès aux soins, mais noiera les médecins sous la paperasserie, avec l’obligation de vérifier que chaque patient est à jour de cotisation pour sa mutuelle.

Pour une convergence des luttes

Cette loi rassemble contre elle tous les professionnels de la santé – à part les patrons des cliniques privées. Plus d’une quarantaine de syndicats de médecins, infirmiers, dentistes et d’autres professions ont créé, avec des organisations étudiantes, le Mouvement Pour la Santé de Tous. Ils ont lancé une pétition nationale et appelaient à manifester le 15 mars. Par ailleurs, CGT, Sud et FO exigent le retrait du « pacte de responsabilité », de la loi HPST et du projet de loi de santé Touraine. Les travailleurs de la santé seront sans doute massivement mobilisés lors de la journée nationale de grève contre l’austérité et la loi Macron, le 9 avril.

L’ampleur des attaques force à la convergence des luttes. Les centrales syndicales doivent mobiliser pour montrer le rejet unanime et massif de la loi, pour la défense d’une santé de qualité 100 % publique. Elles doivent apporter leur soutien à toutes les plateformes de luttes créées par les salariés, comme la Convergence des Hôpitaux contre l’hôstérité.

Non à l’austérité !
Non à la marchandisation de la santé !

 

http://www.marxiste.org/actualite-francaise/politique-francaise/957-sante-publique-a-bas-l-hosterite

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 15:19


Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP)

Le 5 avril 2015

Dans la déclaration des organisations syndicales CGT, FO et Solidaires signée le 17 février, le mot d’ordre pour le 9 avril est de « lutter contre l’austérité ». Mais malgré le rôle prépondérant joué par l'Union européenne dans les politiques nationales, le nom de cette dernière n'est évoqué nulle-part. L’air de « l’Europe sociale » que les organisations syndicales françaises ont joué pendant si longtemps serait-il devenu inaudible au point qu'elles renoncent à le jouer ?

(…)


Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:28

Douze journalistes de Charlie Hebdo ont été lâchement assassinés dans leur rédaction. Leurs noms viennent s’ajouter à la longue listes d’intellectuels, d’artistes, d’hommes et de femmes sur lesquels s’acharnent les monstres sanguinaires islamistes, avec l’espoir d’imposer le silence à tous ceux qui contribuent à démystifier leur projet d’Etat théocratique.

Ce nouvel acte barbare, qui s’ajoute à tant d’autres, souligne le courage de tous ceux dans le monde qui luttent contre l’obscurantisme totalitaire au risque de leur vie. Il nous rappelle que l’islamisme est un et que le pouvoir algérien se montre d’une irresponsabilité criminelle en ne réagissant pas quand des menaces de mort sont proférées contre des journalistes et des personnalités politiques. Enfin, cet attentat appelle à redoubler la mobilisation contre la condamnation à mort d’un intellectuel mauritanien accusé d’apostasie par la justice de son pays.

De son côté, la justice française est cruellement interpelée, au moment où s’ouvre un procès contre des patriotes algériens qui ont résisté, les armes à la main, face à la bête immonde.  Ces crimes abjects nous rappellent que le terrorisme intégriste met toujours à profit la confusion politique. Et que, comme tous les fascismes, il ne reculera pas tant qu’il n’aura pas été terrassé.

Le MDS condamne avec la plus grande énergie cet odieux attentat. Il présente ses condoléances aux familles des victimes, journalistes et policiers, à l’ensemble du peuple et des citoyens de la république française.

 

Alger, le 07 janvier 2015

Le bureau national

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:24

 

Dès la première minute, le PRCF a condamné sans restriction l’attentat odieux contre Charlie-Hebdo. Il condamne aussi avec écoeurement la tuerie qui vient de frapper plusieurs compatriotes juifs victimes du fanatisme antisémite le plus abject.

Nous partageons l’immense vague de colère et de dégoût qui secoue notre pays toutes sensibilités philosophiques et religieuses confondues et nous sympathisons avec les manifestations spontanées qui ont eu lieu partout en mémoire des victimes et en défense des valeurs démocratiques.

Nous pensons que le rôle des forces démocratiques était et reste d’organiser une riposte clairement républicaine, laïque, antiraciste et antifasciste indépendamment des forces malsaines du capital. Car tandis que certains surfent sur l’horreur pour cultiver le répugnant racisme antimusulman, certaines sont directement à l’origine de l’énorme crise morale que traversent à différents degrés, la France, l’Europe et le monde.

Les dirigeants des grands partis maastrichtiens qui, depuis des décennies démolissent les acquis de la Révolution française (principes de souveraineté nationale, de souveraineté du peuple, République une et indivisible, tout cela sacrifié à l’UE néolibérale, au Grand Marché Transatlantique, à l’euro-régionalisation, au viol permanent de la loi de séparation de l’Etat et des Eglises par les autorités pseudo-laïques de ce pays), ceux qui sapent journellement les conquêtes sociales du Front populaire et du CNR, tous ceux-là sont disqualifiés pour appeler à l’union sacrée derrière eux.

Sans que cela fasse oublier l’horreur des attentats de ces derniers jours, ni que cela disculpe en rien l’insupportable fanatisme religieux qui ressurgit sur fond de crise capitaliste, c’est un attentat permanent et relevant de la mort lente qui se commet chaque jour à l’initiative de nos dirigeants néolibéraux contre la classe ouvrière, le peuple et la nation. Et cet attentat qui fait des millions de pauvres, d’exclus, d’exploités, de précarisés, de mal payés, de mal logés, d’honnêtes gens et de jeunes privés d’avenir et de vie sociale, est perpétré froidement par les tenants policés de la funeste « construction » européenne qui strangule la France et l’Europe depuis tant d’années.

Cet attentat permanent contre tout le peuple que taisent les médias dominants, doit lui aussi être dénoncé et non pas cautionné à la faveur d’une émotion populaire qu’il est honteux de récupérer pour célébrer la pseudo-« démocratie européenne » et achever de détruire les repères politiques hérités de notre histoire nationale. Si nous n’y prenons garde, si les forces communistes, progressistes, républicaines, syndicalistes n’osent pas s’exprimer à contre-courant, notre pays sombrera dans une nouvelle guerre dite de religions qui n’aurait d’autre but que de masquer dans des flots de sang la dissolution euro-libérale de notre pays et la fascisation de moins en moins rampante de notre vie politique.

Solidaires de nos concitoyens et de leur émotion légitime, nous diffuserons dimanche notre communiqué du 7 janvier (un communiqué qu’ont repris de nombreux sites progressistes français et étrangers). Nous nous adresserons fraternellement aux manifestants de dimanche qui voudront bien faire le pas qui mène de l’émotion légitime et du deuil des victimes innocentes à la nécessaire analyse rationnelle et aux propositions POLITIQUES indispensables pour sortir de la noire impasse actuelle.

Mais en aucun cas nous ne défilerons derrière Hollande, Macron et Valls, qui ont trahi le peuple de gauche pour se coucher devant le MEDEF et pour attiser les ingérences de Washington sur tous les champs de bataille du Proche-Orient, de l’Ukraine, de la Libye et de l’Afrique subsaharienne. En trahissant les idéaux de Jaurès, et sans qu’encore une fois cela exonère en rien les tueurs de leurs crimes, la fausse gauche au pouvoir porte une énorme responsabilité dans le climat délétère qui règne sur le pays.

En aucun cas nous ne défilerons derrière Sarkozy, qui depuis toujours s’acharne sur les libertés, strangule le droit de grève, singe le FN et nourrit la xénophobie d’Etat pour mieux faire passer sa politique au service des privilégiés. Assez de ces gens qui prétendent qu’en réduisant encore et encore les libertés, et en s’apprêtant sans doute à exiger un « Patriot Act » pour la France, ils accroîtront la sécurité du territoire : les récents évènements viennent encore une fois de démentir ce mensonge liberticide !

En aucun cas nous ne défilerons derrière le MEDEF, dont la politique de délocalisation de nos industries, de démontage des droits sociaux, de privatisation des services publics, constitue une attaque permanente contre le monde du travail et la survie économique de la Nation. Les grands patrons dont la politique transforme des quartiers et des villes entières en déserts industriels ou en ghettos de la misère sont disqualifiés pour clamer « nous sommes Charlie ». De même que Cameron, Schröder ou Merkel, qui n’ont cessé de réduire les droits ouvriers, le défilé hypocrite de ces « Charlies faux-nez » insulte post mortem des hommes comme Wolinski qui ont constamment dénoncé l’exploitation capitaliste.

En aucun cas nous ne défilerons avec le FN dont la présidente, digne héritière de son père, défendait encore il y a peu la torture en justifiant Guantanamo. Beaux défenseurs de la « civilisation » contre la « barbarie » en vérité !

En aucun cas, nous ne défilerons derrière Merkel.  Cette représentante d’un impérialisme allemand rendu à son arrogance martyrise les peuples du Sud de l’Europe en dictant sa politique d’usurier aux peuples français, grec, italien, portugais, espagnol, etc.

Ni derrière les dirigeants faussement solidaires de l’Union européenne, qui chaque jour exigent de nouvelles coupes claires dans les dépenses sociales françaises et qui se sont déshonorés en soutenant les putschistes ukrainiens de Kiev et leurs troupes de choc antisémites et néonazies.

Ni derrière les représentants de l’impérialisme US qui, avec ses vassaux, a semé la mort et la guerre civile au Proche-Orient et en Ukraine et qui tente présentement de déstabiliser le Venezuela.

Enfin, nous considérons la présence de Porochenko, l’héritier des putschistes ukrainiens soutenus par les néonazis de Pravy Sektor et de Svoboda, l’homme de la guerre sans merci contre le peuple ouvrier du Donbass et du « Mur » contre la Russie, comme une grave insulte aux victimes juives de ces derniers jours.

Notre solidarité ne va pas à ces faux humanistes d’un jour mais aux victimes des attentats de ces derniers jours, à leur famille, à leurs proches, aux travailleurs allemands en lutte, aux soignants anglais qui refusent l’austérité dans le système de santé, aux travailleurs belges ou italiens qui défendent leurs retraites ou leurs contrats de travail, aux progressistes américains qui  dénoncent le racisme policier US. En un mot, solidarité avec l’Europe des luttes, pas avec la mensongère union « nationale » des casseurs de France, ni avec l’U.E. des régressions tous azimuts !

En France, notre solidarité va aux militants associatifs et aux enseignants qui refusent au quotidien le racisme, à l’islamophobie et l’antisémitisme, ainsi qu’aux syndicalistes qui  résistent à la répression patronale. Solidarité avec ceux qui font vivre « en bas » la liberté d’expression non pas AVEC mais CONTRE les médias du capital qui la confisquent.

Non à l’union sacrée derrière les hypocrites, oui au Front antifasciste, patriotique et populaire nécessaire pour sortir notre pays du broyeur euro-atlantique et pour reconstruire notre pays sur les bases de principe plus actuelles que jamais du Conseil National de la Résistance, oui à la fraternité sincère de tous ceux qui veulent agir pour une véritable République sociale, souveraine, fraternelle et pacifique dont la mise en place serait le meilleur hommage possible à ceux qui sont tombés sous les balles des criminels.

Le 10 janvier 2015. Le secrétariat politique du PRCF

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:19
L'association Cuba Coopération France s'associe à la ferme et unanime condamnation de l'odieux attentat, l'assassinat collectif perpétrait au siège du journal Charlie Hebdo. Ce massacre a fait 13 victimes dont des journalistes et dessinateurs de ce journal, et parmi lesquels figurait Georges Wolinski, grand ami de Cuba, Président d'Honneur de l'association Cuba Si France.

Des familles sont endeuillées à jamais. Nous les assurons de notre compassion et de notre solidarité.

Avec dignité, nous appelons les amis de Cuba à participer aux hommages qui leurs seront rendus partout en France, dans les prochains jours.


Victor Fernandez
Président de Cuba Coopération France

Roger Grévoul
Président Fondateur

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:17

Au lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo, la France est en deuil. La tristesse est immense dans la capitale.

La République et ses valeurs sont attaquées. La liberté d'expression d'une presse engagée et la démocratie sont visées. La mort de nombreux journalistes, dont celle de nos amis Charb, Wolinski, Cabu, Tignous et Honoré, et d'autres personnes dont deux policiers est une terrible nouvelle qui nous plonge dans l'horreur. Nos pensées vont aux blessés, aux familles et aux proches des victimes. Tout doit être mis en œuvre pour retrouver et condamner les auteurs de ce crime.

Les communistes appellent notre peuple à se rassembler pour la liberté pour laquelle sont morts douze de nos concitoyens et pour la paix, l’antiracisme et l'antisémitisme, valeurs qui sont au cœur de l’engagement des dessinateurs assassinés. Voilà ce qui fonde l'unité et la fierté de notre peuple aux yeux du monde entier. Nous appelons les Parisiennes et les Parisiens à participer massivement au rassemblement qui se tiendra dimanche à Paris et à y porter ce message.

Cet attentat, qui intervient dans un climat de haine et d'inégalités grandissant dans la société française, doit faire réagir tous les républicains.

La première urgence, c’est la sécurité de nos concitoyens sans compromettre en aucune occasion les libertés individuelles et collectives.

Après le recueillement, viendra le temps d'une réponse politique à la hauteur du danger qui pèse sur le pays.

La lutte contre le terrorisme doit être menée par le peuple rassemblé dans toutes ses composantes, en portant haut les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité constitutives de notre République. Ces valeurs doivent d'urgence retrouver les moyens de leur réalisation concrète pour l'ensemble de notre peuple.

La République ne pourra triompher que dans la mobilisation pour une société humaine, c'est à dire pour un projet de société solidaire qui place l'émancipation humaine au cœur de tous ses choix. C’est ce que portait notre ami Charb lui-même quand il disait « Le communisme, c’est la solution à la crise ».        

Les Français ne doivent pas tomber pas dans le piège tendu par les terroristes, ou certains extrémistes de l'ordre nouveau. Aucune religion ne prône le recours à une telle barbarie et ne peut servir à justifier de tels actes de terreur. Rejetons ensembles les appels xénophobes qui portent la haine et la division de notre peuple.

Continuons le formidable mouvement qui voit des centaines de milliers de nos concitoyens se rassembler partout dans le pays pour la liberté. Les communistes appellent nos concitoyen-ne-s, croyants ou non, et toutes les forces républicaines à s'unir et à se mobiliser dans les prochains jours pour dire non au terrorisme et pour que la République prenne le dessus sur l’intolérance et la haine de l’autre.

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:15

Communiqué du Bureau exécutif du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 7 janvier 2015.


Le M’PEP exprime son horreur devant le massacre commis le mercredi 7 janvier contre des salariés de l’hebdomadaire Charlie Hebdo et deux fonctionnaires de police et exprime sa solidarité avec les proches des victimes. La barbarie ne se développera pas en France. La laïcité est un acquis irréversible des Lumières et de la République. La liberté d’expression est inscrite dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (art 10 et 11). La Loi 29 juillet 1881 assure la liberté de la Presse.

Le M’PEP appelle à manifester partout en France où des rassemblements sont prévus, et en particulier à Paris, à 18h, place de la République. Le fanatisme religieux, d’où qu’il vienne, doit être combattu, aucun « délit de blasphème » n’est acceptable sur le territoire national.

L’islamisme se développe dans le même temps que se développe la mondialisation néolibérale et son cortège de chômage et de misère. Il trouve ses moyens financiers auprès des principaux bénéficiaires du néolibéralisme. Il se nourrit politiquement des ravages du néolibéralisme et du soutien de l’OTAN à la dictature raciste d’Israël.

Or, l’héritage révolutionnaire français constitue une menace permanente pour ce triumvirat. Qui l’a bien compris. Pour des raisons qui tiennent à sa non-compatibilité viscérale d’avec le modèle économique anglo-saxon, la France est - de tous les pays sur lesquels repose l’ordre néolibéral et militaire américain – le pays dans lequel la détestation de cet ordre est la plus avancée au sein de son peuple. Or, cet ordre ne redoute rien de pire pour lui-même qu’une France retrouvant sa pleine et entière souveraineté.

D’une part, parce qu’il ne peut sérieusement se passer d’elle qui est encore - malgré les efforts de destruction déployés - la sixième puissance économique du monde. D’autre part, parce qu’en sortant de l’Union européenne et de l’euro, de l’OTAN et de l’ensemble des piliers de l’ordre néolibéral mondial, la France montrerait la voie à d’autres peuples. Elle montrerait qu’il est possible de libérer la population du joug du chômage et du jugement social. Elle montrerait qu’il est possible à une nation reprenant en main les commandes de sa politique internationale d’en libérer d’autres, par exemple le peuple Palestinien, en sanctionnant lourdement le pouvoir Israélien.

L’attentat au journal Charlie Hebdo vise donc en réalité à renforcer l’ordre actuel du monde : aux réactions indignées succéderont bientôt l’habituel discours sur la « guerre des civilisations » et ses appels à l’unité contre « les forces du mal ». Soit, d’après l’idéologie dominante : les barbus, les nationalistes et les antisionistes. Les partisans de l’indépendance nationale étant assimilés aux nationalistes...

L’attentat au journal Charlie Hebdo est à la hauteur du sentiment qu’une France souveraine inspire aux islamistes et à ceux sans lesquels ils ne seraient rien : une terreur... justifiée.

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:12

 

L'attaque terroriste contre Charlie Hebdo a provoqué une immense vague d'émotion, de colère et d'indignation dans tout le pays. Le soir même, plus d'une centaine de milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes. La révulsion que suscite cet acte barbare se double d'une émotion liée à la personnalité des victimes, dont plusieurs étaient très célèbres et appréciées.

Les partis de gauche et syndicats ouvriers ont tous appelé à manifester. La liberté d'expression est au centre des mots d'ordre et des discussions. Le gouvernement, la droite et le FN reprennent ce mot d'ordre, trouvant là l'occasion de « défendre » – à peu de frais – ce qu'ils bafouent le reste du temps. Ils n'ont aucun problème avec le flux continu de propagande pro-capitaliste, impérialiste et raciste que déversent l'écrasante majorité des grands médias. Depuis que Marine Le Pen et ses acolytes inondent les radios et plateaux de télévision, le FN se plaint beaucoup moins d'un manque de liberté d'expression, en France : tout est bien dans le meilleur des mondes médiatiques, dont les maîtres s'appellent Bouygues, Lagardère, Dassault et Bolloré.

L'hypocrisie flagrante de cette posture doit mettre en alerte le mouvement ouvrier. La classe dirigeante et le gouvernement « socialiste » profiteront de cet attentat et de l'émotion qu'il suscite pour détourner l'attention des travailleurs de la crise, de ses conséquences sociales désastreuses et de la politique réactionnaire qui est menée dans l'intérêt d'une poignée de grands patrons – dont ceux que nous venons de citer à l'instant. C'est le sens des appels de la droite et du gouvernement à « l'union nationale », qui doivent être fermement rejetés par les organisations de gauche de la jeunesse et des travailleurs.

« Nous sommes en guerre », répètent en boucle des politiciens et des journalistes, depuis hier. Or, si une « guerre » de grande ampleur est en cours, dans ce pays, c'est celle que mènent le patronat et le gouvernement contre les droits démocratiques, les conditions de travail, le niveau de vie et les conquêtes sociales de la masse la population. L'« union nationale » réclamée par tant de monde ne mettra pas un terme à cette guerre. Au contraire, ces appels visent à désarmer notre camp, détourner son attention et, ainsi, faciliter la mise en œuvre des coupes budgétaires et contre-réformes, à commencer par la loi Macron.

Le gouvernement est « en guerre » contre notre classe. Et pour la diviser, il a régulièrement recours à la propagande raciste. Lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a repris le flambeau de Sarkozy et multiplié les déclarations racistes contre différentes minorités nationales. Désormais, tous ces gens appellent à « ne pas faire d'amalgame » entre les djihadistes et l'ensemble de la communauté musulmane de France. Mais l'amalgame ne manquera pas d'être fait, sous des formes plus ou moins subtiles, y compris par ceux-là mêmes qui s'en défendent solennellement. De ce point de vue, les auteurs de l'attentat ont rendu un immense service à tous les propagandistes du racisme qui, depuis de nombreuses années, livrent une guérilla idéologique permanente à la communauté musulmane. Cette propagande raciste va s'intensifier, sous mille et une formes, dans les jours et les semaines à venir. Le mouvement ouvrier devra la dénoncer énergiquement et mobiliser les travailleurs dans une lutte massive contre le racisme et le capitalisme en crise, qui l'alimente. Il devra également se mobiliser contre toutes les agressions dont les musulmans seront victimes, de la part d'éléments d'extrême-droite.

Marine Le Pen appelle à « libérer notre parole contre le fondamentalisme islamique » et « à prendre le chemin d'une action efficace et protectrice ». Elle cherche à attiser un climat de peur dans le but d'en récolter les bénéfices électoraux. Quant à l'action « protectrice et efficace » dont parle Le Pen, elle pourrait prendre la forme de nouvelles atteintes aux libertés démocratiques, sous couvert de « lutte contre le terrorisme ». Là encore, le mouvement ouvrier doit en avoir conscience et fermement s'y opposer. Comme on l'a vu à la suite des attentats du 11 septembre 2001, aux Etats-Unis, les lois « anti-terroristes » finissent par être utilisées contre le mouvement ouvrier, et notamment le mouvement syndical.

L'impérialisme français est « en guerre », aussi, en Afrique et au Moyen-Orient, dans le but de défendre, non la « démocratie », non de « grands principes républicains », mais les intérêts des grandes multinationales françaises. Ce faisant, les gouvernements Sarkozy et Hollande ont directement soutenu des forces fondamentalistes, notamment en Lybie et en Syrie. Ce seul fait souligne la complète hypocrisie des politiciens bourgeois qui, aujourd'hui, posent en défenseurs des « valeurs républicaines » contre le fondamentalisme islamique. Ces derniers mois, Hollande n'a cessé de demander aux Américains d'armer l'opposition « modérée » en Syrie. Mais ces « modérés » sont tous des fondamentalistes. Ces dernières années, l'impérialisme français a été l'un des principaux soutiens occidentaux du fondamentalisme islamique en Syrie et en Lybie. Il a contribué à les renforcer pour combattre la révolution arabe et défendre les intérêts du capitalisme français. En fait, sans le soutien direct des impérialistes, le fondamentalisme islamique n'aurait pas survécu.

Les impérialistes font alliance avec les fondamentalistes – ou les combattent – selon leurs intérêts du moment, et non pour défendre de grands principes ou la « sécurité » des peuples. Hier, la France soutenait des djihadistes en Syrie ; aujourd'hui, elle en combat certains tout en en finançant d'autres. Nous devons dénoncer cette duplicité et rejeter toute tentative d'exploiter l'attentat contre Charlie Hebdo pour justifier les interventions de l'impérialisme français en Afrique et au Moyen-Orient.

Les causes fondamentales du terrorisme et du fondamentalisme islamique ne sont pas à chercher dans le Coran, mais dans la pauvreté, l'exploitation, les guerres impérialistes, le racisme et toutes les formes d'oppression que subissent des millions de musulmans à travers le monde. En conséquence, on ne pourra pas combattre le fondamentalisme au moyen de discours creux sur les prétendues « valeurs de la République » – de la République capitaliste qui exploite, exclue, licencie, précarise et marginalise toujours plus de monde. Il faut offrir à la jeunesse musulmane un programme et des perspectives visant à en finir avec le capitalisme et l'impérialisme. En France comme ailleurs, c'est donc avant tout à la gauche et au mouvement syndical que revient la responsabilité de saper les bases du terrorisme et du fondamentalisme. Et pour cela, il faut commencer par rejeter fermement toute forme « d'union nationale » avec la droite, la classe dirigeante et son Etat.

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:10

L’UFAL appelle les familles et les citoyens à descendre partout dans la rue pour manifester leur solidarité et leur unité face aux massacres commis dans les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier, et dans un magasin juif le 9 janvier.

Ces actes terroristes, qui ont coûté la vie à 3 policiers et 14 citoyens désarmés et pacifiques, blessé 13 autres, ont en commun à la fois de viser ceux qui font usage de leur liberté de conscience et d’expression, et de reproduire la forme la plus extrême de l’antisémitisme.

Chacun peut reconnaître là, sans se laisser abuser par les prétextes idéologiques revendiqués, la marque brutale et indiscutable du fascisme. Ni choc de civilisations, ni guerre de religions, il s’agit bien d’une attaque frontale contre la liberté, l’égalité, la fraternité, contre les principes de la République laïque.

Le 8 octobre 2012, Charb remettait le Prix de la Laïcité 2012 en tant que président du jury. À la tribune il a déclaré : « J’ai moins peur des extrémistes religieux que des laïques qui se taisent ». Il nous disait alors de ne pas céder à la peur devant les ennemis de la liberté et de l’égalité, mais de rester dans la fraternité et de défendre sans relâche nos principes républicains, dont celui qui était primordial à ses yeux : la laïcité.

Vidéo du discours de Charb (Comité Laïcité République)

L’UFAL appelle chaque citoyen à marcher partout en France en mémoire des personnes assassinées, en soutien à celles qui ont été blessées et aux familles de toutes les victimes, pour réaffirmer notre indéfectible attachement aux libertés inaliénables et constitutionnelles qui sont celles de chacun d’entre nous dans ce pays.

Manifestation à Paris
Manifestations en province
Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 19:06

Un attentat fondamentaliste contre un journal humoristique et anticlérical

 

Le 7 janvier, à Paris, un commando islamiste a assailli la conférence de rédaction de l’hebdomadaire Charlie hebdo, assassinant parmi ses participants les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski et le professeur d’économie Bernard Maris (« Oncle Bernard »). Ils ont exécuté en outre deux autres collaborateurs du journal, Elsa Cayat et Frédéric Boisseau, le correcteur Muspatha Ourrad, un visiteur, Michel Renaud, et les deux policiers qui protégeaient le journal, Frank Brinsolaro et Ahmed Merabet. 

Les fanatiques n’ont pas attaqué « la France », comme tant de bonnes âmes persuader la jeunesse et les travailleurs qui ont immédiatement réagi, à juste titre, dans la rue à la barbarie. Ils ne s’en sont pas pris à TF1 ou au Figaro, des medias très liés aux capitalistes et à l’armée française, à l’hebdomadaire raciste Minute ou, pour être sûr de gagner rapidement le paradis, à l’état-major de l’armée ou au siège d’un service secret (DGSE, DGCI…).

C’est un fait, les obscurantistes islamistes ont assassiné des artistes et un enseignant. Ils ont choisi délibérément une cible vulnérable, un journal qui est une incarnation de l’antiracisme, de l’anticléricalisme, de l’antimilitarisme, de l’anticapitalisme pour tous les francophones du monde. C’est pourquoi notre bulletin bimestriel, Révolution communiste, avait repris récemment des dessins de Cabu, Charb et Honoré.

Cet attentat s’inscrit dans la lignée des autodafés hitlériens, franquistes et islamistes ; des attentats cléricaux contre les travailleurs de New York, de Paris, de Madrid et de Londres ; de l’agression contre une école juive à Toulouse et de la tuerie dans un musée juif en Belgique ; des attaques réactionnaires contre les écoles de filles pakistanaises, afghanes ou nigériennes.

Visiblement entraînés, ces fanatiques ont probablement agi en lien avec les réseaux bourgeois et mafieux d’Al Qaida ou de Daech. Dans les zones qu’ils contrôlent, au Proche-Orient et en Afrique, les bandes islamo-fascistes enlèvent les journalistes et les humanitaires, les torturent et les exécutent, défendent la propriété privée, interdisent les grèves et liquident les organisations ouvrières, tuent plus d’Arabes et de Kurdes que de soldats des armées impérialistes et sioniste, oppriment violemment les femmes, les jeunes et les homosexuels, interdisent toute activité artistique et persécutent les autres croyances.

Les persécuteurs de Charlie hebdo : armée et clergé, UMP et FN

En novembre 1970, L’Hebdo hara-kiri, l’ancêtre de Charlie hebdo (et de Siné mensuel) est interdit par le gouvernement UNR (aujourd’hui UMP) de Pompidou. En janvier 1996, le ministre de la défense du gouvernement RPR (aujourd’hui UMP) de Chirac poursuit Charlie hebdo en justice et gagne.

En septembre 1995, la candidate FN au poste de député à Neuilly, Marie-Caroline Le Pen (fille aînée du fondateur du FN, un des tortionnaires de la guerre d’Algérie), le poursuit en justice et gagne. En décembre 1995, le maire FN de Toulon, Jean-Marie Le Chevallier, fait un procès qu’il perd. En avril 1996, le journal du FN National hebdo fait un procès, perdu, à Charlie. En novembre 1997, le député FN Le Chevallier fait un nouveau procès, qu’il perdra, parce que Charlie avait dénoncé ses relations avec le banditisme. En février 1998, la maire FN de Vitrolles, Catherine Maigret, intente quatre procès qu’elle perd tous.

Les catholiques intégristes (AGRIF) saisissent la justice à de multiples reprises de mars 1994 à juin 1998, perdant le plus souvent.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), la Grande mosquée de Paris et l’UOIF (Union des organisations islamiques de France, proche des Frères musulmans) attaquent deux fois en 2006 Charlie hebdo en justice (ils sont déboutées). En 2011, le site du journal est attaqué et les locaux du journal sont incendiés (les auteurs ne sont pas trouvés).

Pour cette seule raison, les larmes de crocodile versées sur Charlie hebdo par ceux qui ont toujours voulu le faire taire : Sarkozy (UMP) et Le Pen (FN), Boubakeur (CFCM) et Kotbi (UOIF) soulèvent le dégoût.

Contre l’unité nationale avec le gouvernement impérialiste, les partis xénophobes et les clergés obscurantistes

Le fondamentalisme musulman n’est pas une conviction religieuse, c’est un courant politique réactionnaire. Il n’est pas le seul, comme en témoignent l’affirmation par le président de la République Sarkozy que les prêtres sont supérieurs aux enseignants ; les manifestations homophobes appuyées par l’Église catholique, les groupes fascistes, l’UMP et l’UDI ; les pressions envers les artistes et les médecins qui procèdent aux avortements par les chrétiens intégristes ; les campagnes xénophobes de l’UMP et du FN…

Le djihadisme n’est pas le seul courant fasciste comme l’illustrent le meurtre d’un militant antifasciste par un groupe nazi en France, les multiples assassinats de Turcs par un groupe nazi en Allemagne, le massacre de jeunes socialistes par un nazi en Norvège, les matraquages d’immigrés et l’assassinat d’un chanteur par Aube dorée en Grèce, etc.

L’islamisme est un produit de la décomposition du capitalisme : il a été propulsé par les services secrets américains, pakistanais, turcs et israéliens ; il est financé par les monarchies du Golfe alliées des États-Unis ; il est branché sur le capitalisme mondial par ses trafics de drogue, de pétrole, d’armes… Il trouve un écho dans les pays dominés mais aussi dans les minorités arabes ou musulmanes des pays dominants en prenant l’apparence, fallacieuse, de l’anti-impérialisme et de l’antisionisme.

C’est possible parce que les États impérialistes comme la France sécrètent en leur sein la discrimination contre les minorités ethniques (Noirs et Latinos en Amérique du nord ; Arabes, Turcs, Pakistanais, Roms, Noirs… en Europe), protègent leurs groupes capitalistes qui exploitent au-delà de leurs frontières, interviennent diplomatiquement, politiquement et militairement dans le monde entier pour maintenir leur domination à coup de soutien aux régimes despotiques, de coups d’État, d’interventions militaires, de drones, assassinent et torturent ceux qui osent les défier…

L’union nationale, que ce soit contre le Kaiser en août 1914 ou contre les djihadistes en janvier 2015, transforme toujours le prolétariat et la jeunesse en dupes de la classe dominante. Au nom de l’unité nationale, le président et chef des armées Hollande reçoit Sarkozy, Bayrou et Le Pen à l’Élysée. Le rassemblement patriotique que prône le gouvernement Hollande-Valls ne déboucherait que sur le renforcement politique du parti fascisant et des groupes fascistes, sur l’espionnage généralisé de la population, sur la diminution des libertés démocratiques, sur l’hypertrophie de l’appareil répressif d’État (services secrets, armée, police nationale…) qui se révèle impuissant envers le terrorisme mais constitue une menace contre les grèves, les mouvements sociaux et la révolution sociale ici et ailleurs. Le GIPN est déjà intervenu contre des postiers en grève, le GIGN est déjà intervenu contre des marins en grève.

Les syndicats de journalistes, des travailleurs de l’impression doivent apporter tout leur soutien à Charlie hebdo pour qu’il puisse continuer à vivre. Toutes les organisations issues de la classe ouvrière, partis comme syndicats, doivent dénoncer l’union nationale, rompre avec la bourgeoisie, tous ses partis, son État, le gouvernement à son service.

Les travailleurs de ce pays, quelle que soit leur ethnie, leur religion ou leur absence de religion, doivent s’unir pour défendre les libertés démocratiques, à commencer par la liberté de la presse et la suppression de toute censure. Ils doivent combattre tous les agissements fascistes et aussi les campagnes xénophobes et islamophobes des partis bourgeois « républicains » comme l’UMP ou fascisants comme le FN, les interventions militaires et la chasse aux immigrés du gouvernement PS-PRG. Pour éradiquer définitivement le fascisme sous toutes ses formes, il faut extirper le capitalisme de ce pays et du monde entier avec l’aide des travailleurs de tous les pays.

Honneur à Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski ! Bas les pattes devant les Arabes et les musulmans ! Unité ouvrière contre tous les racistes et tous les fascistes, contre l’État policier et l’armée impérialiste !

Repost 0