Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 13:06

Paul Martial

lundi 23 janvier 2012, par Comité Valmy

 

C’est le troisième rapport publié sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana qui a déclenché le génocide rwandais. Le premier, établi par le juge français Bruguière, a été contredit par le rapport Mutsinzi du gouvernement rwandais. Le dernier, œuvre de juges d’instructions français, apporte un éclairage décisif sur un des faits les plus contestés et aux conséquences les plus dramatiques, de l’histoire de ces dernières années.

Le 6 avril 1994 deux missiles sont tirés. Le premier rate sa cible, le second touche le réservoir sous l’aile gauche et fait exploser le Falcon 50, piloté par un équipage français, où se trouvaient les présidents rwandais Juvénal Habyarimana et burundais Cyprien Ntaryamira. Quelques heures après, le génocide au Rwanda débutait, faisant un million de morts Tutsi, mais aussi des Hutu modérés.

Les résultats de l’expertise balistique demandée par les juges d’instructions Trévidic et Poux sont importants à plus d’un titre. D’abord, ils identifient clairement le lieu du tir des deux missiles. Il s’agit du camp militaire de Kanombe où était stationnée la garde présidentielle, fer de lance des extrémistes hutu qui refusaient toute concession au FPR, majoritairement tutsi, et notamment l’accord de paix d’Arusha. Ce camp militaire abritait aussi les coopérants militaires français. Ils avaient pour mission de former les éléments des Forces Armées Rwandaises (FAR). Dans les faits, ils encadraient et conseillaient les FAR pour contenir l’avancée du FPR.

Ensuite, l’expertise contredit totalement les résultats de l’enquête du juge Bruguière qui, à défaut de se rendre au Rwanda et d’interroger les témoins, s’est juste contenté de consigner des faux témoignages de rwandais et d’avaliser les manipulations. Le juge Bruguière, connu pour être un proche de Sarkozy, et candidat malheureux de l’UMP aux élections législatives de 2007, avait conclu que les tirs étaient partis de la colline de Masaka, pourtant sécurisée par l’armée rwandaise et, sur laquelle un commando FPR se serait infiltré, aurait perpétré l’attentat et serait reparti pour rejoindre sa base, elle aussi étroitement surveillée par les forces de l’ONU. Cette enquête avait débouché sur l’inculpation de neuf dirigeants du FPR.

Enfin, géomètres, acousticiens et experts en balistique ne font que confirmer, dans leur domaine, le déroulement historique du génocide. Les partisans du « Hutu Power », qui voyaient une trahison dans l’accord de Juvénal Habyarimana pour un partage du pouvoir avec le FPR, allaient s’emparer du pouvoir, après l’attentat contre le Fokker 50. La Garde présidentielle éliminera la Première ministre, Agathe Uwilingiyimana, et son escorte militaire belge, qui s’apprêtait à lancer un appel au calme à la radio nationale. Dans ce bras de fer entre hutu modérés et extrémistes, la France choisira et soutiendra dès le début et jusqu’à la fin le camp des génocidaires.

Ce rapport ne fait que conforter les soupçons qui pèsent sur les troupes françaises sur place. Sur la fourniture aux FAR de missiles SA16 utilisés dans l’attentat, en effet, il est établi que l’armée française en possédait, prélevés sur le stock de l’armée irakienne lors de l’intervention de 1991. Mais aussi sur le maniement de ces armes sophistiquées qui nécessitent une centaine d’heures de formations et d’entraînement. Il est peu probable que les FAR aient été en capacité de manier de telles armes. D’ailleurs, dans la guerre avec le FPR c’étaient les soldats français qui réglaient les tirs d’artilleries, les soldats de l’armée rwandaise se cantonnaient à la mise à feu.

Ces premiers pas vers la vérité battent en brèche les arguments des négationnistes en France qui ont repris la propagande des extrémistes hutu, attribuant l’attentat au FPR pour lui faire porter la responsabilité du déclenchement du génocide afin de mieux masquer les responsabilités de la France dans ce massacre.

Les partis de gauche doivent dès maintenant s’engager à créer une commission d’enquête parlementaire pour mettre en lumière les agissements de la France dans la politique du génocide au Rwanda. Ce qui traduirait une réelle volonté d’en finir avec les agissements délétères de la France en Afrique.

* Paul Martial au publié cet article dans afriquesenlutte.org

http://pambazuka.org/fr/category/features/79343

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vendémiaire - dans Afrique noire
commenter cet article

commentaires