Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Site de recherche d'emploi

Le site http://jooble-fr.com/

vous propose des annonces d'offres d'emploi nationales et internationales.


Les offres qui vous seront envoyées par mail proviennent de différentes sources, et ne préjugent en rien des conditions de travail et des salaires. Il vous appartient de vous en assurer le cas échéant.

 

Le site est d'utilisation simple et l'inscription est gratuite.

 

http://jooble-fr.com/

 

Merci de signaler à Vendémiaire tout dysfonctionnement que vous pourriez constater.

Rechercher

Quelques conférences

Chansons

  Avant d'écouter les enregistrements ci-dessous, attendez la fin de la musique de fond du blog...

 

L'Affiche rouge / Catherine Sauvage

 

Bandiera rossa
BELLA CIAO
La Butte Rouge

 

 

La Carmagnole

 

 

Sur la commune / Serge Utgé Royo  

 

 

La Commune / Jean Ferrat

 

 

La Oommune est en lutte / Serge Utgé Royo 

 

 

Déserteur / Boris Vian
 

 

Cloire au 17e / Montéhus

 

 

L'Internationale / Choeur du Bolchoï

 

Sur la route / Gaston Couté

 

 

Ah ! les salauds ! / Aristide Bruant

 

 

Le temps des cerises / Jean Lumière 

26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 16:01

Indépendance nationale,
Souveraineté nationale,


retour à l' autonomie de TOUS les pays de l' Euro-tyrannie des multinationales et banquiers capitalistes !

 

Une majorité (près de 51,89 %) des Anglais a donc voté en faveur de la sortie de cette saloperie, du machin, du nouveau Reich capitaliste, malgré toutes les pressions des gouvernants, du monde des affaires, la propaganda des médias, ... Sale coup pour l' UE et le monde capitaliste qui éclatent de toutes parts. Les temps vont devenir encore plus durs pour le Monde des affaires et des banques, car ce n' est qu' un premier pas: d' autres pays européens risquent de suivre... Nous sommes tous des Grecs, ...

Je le dis depuis toujours: comme tous les autres empires, le machin ne peut tenir et finira par éclater, tant les intérêts capitalistes sont différents, s' affrontent, selon leurs propres lois de la libre concurrence et du marché libre, ...

C' est fait, les peuples vont encore trinquer un peu plus, car les capitalistes vont de nouveau tout faire pour reporter sur les peuples le prix de leur PREMIÈRE défaite. Ils nous ont mis dans le pétrin, depuis près de 70 ans, suivant les recommandations et les ordres de Washington, ...

C' est un moment historique d' extrême importance: il suffit de voir leur g..... et les cours de bourse sur toutes les télés du Monde entier pour le comprendre,...

Cette Europe est antisociale, technocratique, bureaucratique, anti-démocratique, elle n' intègre pas les peuples, elle les dissout,... Voulue par les patrons, faite par les patrons et leurs collabos, elle sert les intérêts des patrons, des banques, des gros spéculateurs et fraudeurs, Elle est entre les mains de la droite ultra, des sociaux-démocrates et nous (aura) conduit de plus en plus à l' extrême droite, au fascisme, à des pouvoirs autoritaires et racistes, aux nouvelles guerres impérialistes et de pillages colonialistes, ...

L' Europe, le ricanisme, l' Otan, c' est ce qui aura déjà amené finalement TSIPRAS à trahir son propre peuple, le peuple travailleur et de gauche, en Grèce, ...

 

Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles

Published by Vendémiaire - dans Europe
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 15:07

Jeudi 23 juin, les salariés travailleurs et citoyens français se mobilisaient une nouvelle fois pour exiger le retrait du projet de loi travail El-Khomri, décalque des recommandations européennes de destruction du code du travail et des conventions collectives.

Jeudi 23 juin, les citoyens britanniques décidaient de quitter l’Union Européenne.

Un jour sombre certes pour l'oligarchie pas pour les peuples!

 

Le communiqué confédéral de la CGT faisant suite à cette décision des Britanniques pose de sérieux problèmes.

 

Il impute le rejet britannique à la politique d'austérité et au dumping social détruisant la cohésion des peuples en même temps que leurs conquêtes sociales.

Ce qui est exact.

Pour aussitôt qualifier le choix des électeurs comme ouvrant « la porte au repli nationaliste, aux partis populistes voire xénophobes ».

De toute évidence la campagne actuelle fortement distillée par les médias est destinée à masquer le fait que ce sont les quartiers populaires, les villes ouvrières et les banlieues délaissées, les régions entières désindustrialisées et à l’abandon qui ont massivement voté pour la sortie de l'Union.

Et de masquer qu'il s'agit comme pour nous en 2005 d'un vote de classe contre la politique et l'arrogance de l'oligarchie au pouvoir

En en appelant à une Europe sociale et à poursuivre ce combat avec la Confédération Européenne des Syndicats, la déclaration confédérale stigmatise en partie le choix populaire et renoue avec les illusions euro-constructives comme avec le mythe d'une Confédération Européenne des Syndicats au service des travailleurs et des luttes.

 

Quelle est la réalité de l'UE ?

 

La réalité, c'est qu'il existe de puissantes raisons de gauche et démocratiques de s'opposer à la construction européenne, de contester avec vigueur la remise en cause de la souveraineté des peuples et de leur choix comme cela est arrivé avec notre vote contre la constitution européenne en 2005 !

La réalité, c'est que la concurrence et le dumping sont dans l'ADN même des traités qui structurent cette construction depuis 1957.

Et tous les nouveaux traités et des centaines de directives imposent la privatisation des secteurs publics, la destruction des acquis sociaux et du droit du travail.

Et déjà s'étale la volonté de remettre en question le vote pourtant clair des Britanniques comme ils l'ont fait pour les Irlandais !

Bonjour la démocratie !

L'UE est une construction pilotée par les grandes entreprises européennes et les puissances dominantes du continent, à commencer par l’Allemagne, contre les acquis sociaux et démocratiques des peuples. Elle vise à construire un empire du capital fondé sur la mise en concurrence des travailleurs et leur éloignement des centres de décision par l'affaiblissement des cadres de souveraineté populaires et des États-nation pour une construction supranationale opaque et antidémocratique où milieux de la finance et de la politique croient pouvoir gouverner contre et à l'abri des peuples.

Ce qu'expliquait J.-C. Juncker, président de la commission de Bruxelles et intime des multinationales et des paradis fiscaux, à propos de la Grèce l'an dernier :

« Suggérer que tout va changer parce qu'il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c'est prendre un rêve pour la réalité, il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités de l'Union Européenne ».

Images intégrées 1

Laisser miroiter contre toute évidence et toute expérience qu’une « Europe sociale » pourrait advenir dans le cadre des institutions de l’Union Européenne, c'est légitimer ces institutions de l’oligarchie économique et financière mondialisée tout en interdisant toute perspective progressiste à la majeure partie des classes populaires désespérées.

Et donc laisser le champ libre à une récupération politique par l'extrême droite des classes populaires légitimement révoltées!

 

La réalité de la Confédération Européenne des Syndicats

 

La CES, qui se présente pompeusement comme le syndicat européen est en réalité une émanation de l'UE, fondée et financée par elle. Dirigée par une bureaucratie qui contraint le syndicalisme au dialogue entre "partenaires sociaux" et à l'acceptation de la construction européenne.

D'ailleurs la CES valide toutes les politiques européennes depuis des décennies : de la casse des secteurs industriels ou des retraites au soutien à la BCE contre le peuple grec en passant par les privatisations et le soutien à la constitution européenne puis l'encouragement bruyant au traité de Lisbonne niant le NON de 2005 du peuple français.

La CES est depuis des mois absolument muette sur les luttes en France contre la Loi El Khomri (ou en Belgique!) comme elle le fut sur la question des retraites en 2003 ou en 2010. Et quand les travailleurs européens se battent au même moment, jamais la coordination des luttes n'est à l'ordre du jour.

Les marques de solidarité avec notre mouvement venant exclusivement des syndicats européens nationaux (FGTB notamment).

De fait, la CES est une véritable bureaucratie syndicale européenne, d'abord dévouée à l'institution !

 

Et maintenant ?

 

Alors que nous nous heurtons à des forces patronales et politiques qu'il nous faut combattre globalement, poursuivre et prolonger le remarquable combat contre la Loi El Khomri suppose la compréhension de l’ensemble des politiques publiques d’austérité et de contre réformes structurelles qui émanent toutes de la même matrice euro-atlantique.

Masquer cela constituerait un obstacle à la convergence des luttes autour de la défense du code du travail et au succès des luttes contre le projet de loi El-Khomri et son monde.

 

Depuis quelques mois, la CGT renouant avec ses traditions combatives a su redonner de la fierté à de nombreux militants en revenant à ses fondamentaux de lutte et en délaissant dans les faits le syndicalisme rassemblé avec une CFDT dont la direction est définitivement passée de l'autre côté de la barricade. Il faut prolonger cette évolution pour renforcer les luttes.

Les travailleurs ont besoin d'une CGT qui ne sème aucune illusion et qui agisse avec la plus grande résolution pour une alternative démocratique et sociale à l'impasse mortifère d'une Union au service exclusif du capital !

Le Front Syndical de Classe

25 juin 2016

Published by Vendémiaire - dans Europe Syndicalisme
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 14:24

vendredi 24 juin 2016

Le Royaume-Uni a choisi majoritairement de quitter l’Union européenne. Plus d’un million de voix séparent les partisans du Retrait de ceux du Maintien dans un référendum qui a rassemblé plus de 72 % des inscrits, ce qui est un record.

Ce vote est avant tout le résultat d’une construction européenne fondée sur l’austérité et le dumping social.

Loin de contribuer à la cohésion des peuples européens, ces politiques ont entraîné une dégradation des conditions sociales, et des services publics, pesé sur les salaires et généralisé la précarité l’emploi. Elles ont ouvert en grand la porte au repli nationaliste, aux partis populistes voire xénophobes.

La Cgt rappelle que l’urgence est à la construction d’une Europe fondée sur la solidarité, la démocratie, la coopération, l’égalité de traitement et le progrès social.

La Cgt poursuivra ses efforts au sein de la Confédération européenne des syndicats pour construire cette Europe sociale qu’appellent tous les peuples de leur vœu. Elle assure de son soutien la confédération des syndicats britanniques pour que les travailleurs britanniques ne fassent pas les frais du Brexit.

Elle appelle de rompre immédiatement avec les politiques d’austérité et à mobiliser les moyens et ressources européens pour lutter contre les inégalités et la précarité, augmenter les salaires et les minima sociaux, renforcer les services publics et réaliser les investissements publics comme nous le proposons avec la CES.

C’est pour lutter contre le dumping social que les peuples se mobilisent en Europe notamment en Grèce, en Belgique, en Espagne et bien sûr en France avec la mobilisation contre la loi travail.

La CGT avec six autres organisations syndicales, d’étudiants et de jeunes, appelle les salariés, les privés d’emploi et les retraités à poursuivre cette bataille pour le progrès social et à se mobiliser massivement lors de la prochaine journée d’actions du 28 juin.

Montreuil, le 24 juin 2016

 

 

Published by Vendémiaire - dans Europe Syndicalisme
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 14:02

APRES LE « BREXIT », EN AVANT POUR LE « FREXIT progressiste*»

Communiqué du PRCF, 24 juin 2016, anniversaire de la 1ère Constitution républicaine de la France, énonçant le droit de tous au travail et le droit permanent des peuples à l’insurrection contre les gouvernants qui violent leurs droits.

 

Le PRCF se réjouit d’autant plus du vote des citoyens britanniques que toute l’eurocratie politico-médiatique et financière se lamente se matin en prenant des airs de fin du monde…

 

La « tristesse » affichée par les financiers de la City, de Hollande et de Merkel fait d’autant plus plaisir à voir que tous ces tristes sires passent leur temps à inspirer ou à appliquer servilement les « recommandations » européennes qui arasent les droits ouvriers en France, en Belgique et en Italie*.

 

Le rejet populaire de l’UE dictatoriale en Europe vient de franchir un seuil qualitatif ; les peuples peuvent, à terme, balayer ce cartel impérialiste, supranational, antisocial, antisyndical, néolibéral, anticommuniste, belliciste (cf les manœuvres antirusses organisées présentement par l’OTAN en Pologne) et de plus en fascisant (nombreuses interdictions de PC en Europe de l’Est et croissance exponentielle de l’extrême droite PROTEGEE par l’UE de Varsovie aux pronazis de Kiev en passant par les Etats baltes) qu’est l’irréformable et inamendable UE.

 

Honte à Pierre Laurent qui a appelé les travailleurs britanniques à conforter l’UE ! Certes, les éléments réactionnaires sont forts dans le camp du Brexit, mais les ouvriers anglais ont largement compris que l’UE n’est pas la « protection » contre le thatchérisme que leur présentait mensongèrement le Parti travailliste. Au contraire, si ce dernier arrive au pouvoir il n’aura désormais aucune excuse supranationale pour trahir son programme de renationalisation (à l’instar de ce qu’a fait Tsipras en se couchant devant l’UE) : le gouvernement britannique qui succèdera à Cameron devra, quel qu’il soit, s’expliquer directement devant les travailleusrs britanniques porteurs de fortes traditions de classe.

 

Et s’il est vrai que la Le Pen – qui est plus qu’équivoque sur ce qu’elle appellerait à voter en cas de référendum sur l’UE ! – exploite médiatiquement le résultat anglais, la faute et la honte en retombent entièrement sur la « gauche » et sur l’extrême « gauche » « euro-constructives », sans en excepter le PCF « eurocommuniste » affilié à la « Gauche Européenne (PGE) ». La faute retombe aussi sur ceux qui cachent aux travailleurs la nature d’euro-diktat de la loi el Khomri, sur tous ceux qui « vendent » l’introuvable Europe sociale en édulcorant la nature de classe 100% réactionnaire et contre-révolutionnaire de l’UE de Maastricht : il ne faut pas oublier en effet que l’UE est le rejeton de la restauration capitaliste en Europe et de ce qui l’a suivi, la résurgence de l’impérialisme allemand flanqué de ses éternels collabos du grand patronat « français ».

 

Le PRCF est fier d’avoir lancé en 2004, seul en France et presque seul alors en Europe, la bataille pour les « quatre sorties » par la voie progressiste (nationalisations, coopérations internationales, progrès social, antifascisme et antiracisme…) : de l’euro, de l’UE, de l’OTAN, du capitalisme. Plus que jamais, le PRCF appelle les communistes à s’unir sur cette ligne alternative à la subordination sans espoir du PCF au PGE et au PS de plus en plus social-fascisant de Valls-MEDEF et de Hollande-Daladier. Tant pour échapper au carcan euro-atlantique que pour briser la fascisation galopante en France, union et action pour briser la fascisation, stopper les régressions sociales et construire la « sortie progressiste » de l’UE ! La perspective d’organiser au plus tôt, pour commencer dans le Nord-Pas-de-Calais par ex., où les conditions politiques pour cela se consolident, une grande manifestation populaire contre l’UE, peut entre autres initiatives unitaires concrètes, servir de levier concret aux progressistes radicalement euro-critiques.

 

A partir des luttes ouvrières, en prenant appui sur l’alliance combative et rassembleuse des deux drapeaux, rouge et tricolore, construisons le Front de Résistance Antifasciste, Patriotique, Populaire et Ecologique (F.R.A.P.P.E. !) qui balaiera à la fois la monstrueuse UE et la fascisation dont les gouvernements maastrichtiens successifs se font les porteurs en France (cf les tentatives clairement fascisantes d’interdire les manifs intersyndicales !) pour forclore à marche forcée les acquis et les souverainetés populaires.

 

 

Dans les jours qui viennent les militants du PRCF remettront aux autorités des 4000 signatures déjà collectées au porte-à-porte par les militants PRCF dans les cités populaires pour exiger un référendum permettant au peuple français de dire NON à son maintien mortifère dans l’UE.

 

Après le BREXIT anglais, la « Grande Evasion » des peuples étouffés par l’euro-prison a commencé : à terme, rien ne l’arrêtera. Il dépend des militants franchement communistes, des syndicalistes de classe, des vrais progressistes et des patriotes antifascistes et antiracistes, que cette sortie s’effectue par la gauche, à l’initiative des travailleurs, avec une forte impulsion des véritables communistes et en rendant à notre peuple le droit de construire le socialisme en France.

 

Tous ensemble construisons les conditions du F.R.E.C.S.I.T., la « France en Rupture avec l’Europe Supranationale du Capital à l’Initiative des Travailleurs » !

 

*ou plutôt, FRECSIT : « France en Rupture avec l’Europe Supranationale Capitaliste à l’Initiative des Travailleurs ».

*« loi El Khomri », loi Peeters en Belgique et « Jobs Act » italien, comme on dit désormais dans la langue de Dante –sic -, sont des transpositions en droit « national » des sommations rédigées par Pierre Moscovici au nom de l’UE.

** Au passage, comment les eurocrates justifieront-ils désormais l’imposition de facto de l’anglais comme langue officieuse unique de l’UE (le commissaire français Moscovici tance en anglais ses ex-collègues du gouvernement français qui ne bronchent pas devant cette humiliation nationale). Mais il ne faut pas espérer que les eurocrates favorables au Traité transatlantique (« TAFTA ») lâchent le tout-anglais, même quand la Grande-Bretagne aura quitté l’UE !

 

Published by Vendémiaire - dans Europe
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 16:17

par Erik Demeester

 

Alors que « compromis » et « modération » semblaient inscrits dans son code génétique, la Belgique vit actuellement un niveau de confrontation sociale rarement vu auparavant.

Le pays est éreinté par l’austérité et littéralement malade de la pression croissante qui sévit sur ses lieux de travail : ce n’est pas un hasard si les Belges sont les plus gros consommateurs d’antidépresseurs de l’Union Européenne et souffrent d’une épidémie de burnouts, qui est au travailleur moderne ce que la silicose était au travailleur du XIXe siècle.

La tension et la douleur accumulées commencent à s’extérioriser, donnant parfois lieu à de violentes confrontations avec les patrons ou la police, mais également à de plus en plus de grèves spontanées et radicales.

Le gouvernement arrivé au pouvoir en 2014, complètement à droite pour la première fois depuis plus de deux générations, ne cache pas ses velléités thatchériennes : contre-réformes profondes et volonté de casser les syndicats. Mais il a dû faire face à un an et demi de luttes syndicales générales : 21 journées nationales d’action, dont la plus grande grève générale de 24h depuis la Seconde Guerre mondiale et deux manifestations nationales qui ont rassemblé 120 000 et 100 000 travailleurs.

Alors qu’une importante partie des travailleurs avait déjà fait grève pendant 4 ou 5 jours depuis l’automne 2014, on a assisté à une courte accalmie en novembre dernier, aussitôt interprétée par le gouvernement et le patronat comme une défaite infligée au mouvement.

Les attaques terroristes perpétrées par l’Etat Islamique à Paris en novembre donnèrent un prétexte supplémentaire à la plupart des dirigeants syndicaux pour arrêter la lutte. Elles permirent également de tester un état d’urgence, qui ne dit pas son nom, avec une présence militaire massive dans les rues de Bruxelles.

Mais tout ceci n’a que partiellement affecté la lutte des classes : dès janvier par exemple, les cheminots se mirent de nouveau en grève pendant 2 jours.

La seconde attaque terroriste du 22 mars frappa violemment Bruxelles et créa une commotion considérable. Mais contrairement à ce qui prévalut en France pendant un moment après les attaques, le gouvernement belge fut incapable d’instaurer dans la société et dans ses propres rangs la sorte d’« unité nationale » dont il avait besoin. Au contraire, les semaines qui suivirent furent le théâtre d’incessantes accusations entre les différentes composantes de l’appareil sécuritaire. Il y eut ainsi de violents échanges entre le ministre de l’Intérieur et certains de ses chefs de police ; la ministre de la Mobilité, responsable de la sécurité à l’aéroport de Zaventem fut forcé de démissionner suite à la publication de documents révélant son incurie face aux mises en garde de l’Union Européenne au sujet de la sécurité. Le mécontentement alla aussi croissant chez les bagagistes des aéroports qui partirent spontanément en grève, de même que les douaniers, les aiguilleurs du ciel et la police de Bruxelles Nationale. La Belgique, « Etat failli », devint le centre des inquiétudes et débats.

La manifestation nationale en hommage aux victimes des attaques terroristes, semblable à celles organisées dans les autres pays frappés de la sorte, fut annulée sous la pression du maire de Bruxelles et du ministre de l’Intérieur pour des raisons… de sécurité. Au lieu d’accompagner cette manifestation, la police autorisa de facto un groupe de hooligans racistes et d’extrême droite à marcher dans le centre de Bruxelles, provoquant ainsi des heurts avec la population locale immigrée. Une semaine plus tard, une centaine de manifestants antifascistes et antiracistes, ainsi que le président de la Ligue des Droits de l’Homme, furent arrêtés par la police bruxelloise. Ceci provoqua de nouveau un débat national et un conflit entre le chef de la police et le maire de Bruxelles.

C’est face à ces tensions que le gouvernement a choisi de renforcer son paquet de mesures d’austérité (coupe dans les pensions des travailleurs du service public) et d’introduire une version belge de la détestée loi française « El Kohmri » : son pendant belge s’appelle « loi Peeters » et prévoit de mettre fin à la semaine de 38 heures et à la journée de travail de 8 heures, pour introduire la semaine de 45 et 50 heures et la journée de 9 à 11 heures.

Une éditorialiste du journal centriste bruxellois Le Soir a même mis en garde le gouvernement du rythme, du calendrier et des méthodes de cette nouvelle offensive : « Dans leur vie “normale”, les Belges ont encaissé depuis quelques jours les Panama papers en parallèle aux réformes fondamentales de leur pension et de l’organisation de leur temps de travail – annoncées dans les deux cas en contournant la négociation sociale qui a toujours joué le rôle d’amortisseur. C’est beaucoup. » Et en effet, cela fait beaucoup à avaler pour les travailleurs…

Ces nouvelles attaques ont contraint les syndicats à établir un nouveau plan d’action qui a commencé par une manifestation nationale le 24 mai, réunissant 80 000 travailleurs. La prochaine étape aura lieu le 24 juin, jour pour lequel le syndicat socialiste, avec le soutien de certains syndicats chrétiens, a appelé à la grève générale. La loi Peeters sera soumise au vote entre septembre et octobre : un nouvel appel à manifester a été lancé pour le 24 septembre et l’ensemble des syndicats appelle à une grève générale le 7 octobre.

Depuis mars et avril, l’humeur de la population a radicalement changé. Suite aux attaques terroristes, un sondage révélait que le sentiment dominant n’était pas la peur, mais bien la colère. La colère contre les terroristes, bien sûr, mais aussi une colère indéterminée, diffuse. Certains secteurs de la classe ouvrière commençaient à exprimer leur rage...

La première manifestation en fut la grève d’une journée des gardiens de prison, protestant contre l’annonce d’une coupe de 10 % du budget pénitentiaire. Le lendemain, les gardiens des prisons les plus surpeuplées et avec le moins de personnel, à Bruxelles et dans le sud du pays, refusèrent de reprendre le travail. Spontanément, ils décidèrent de continuer le mouvement « au finish », une grève générale illimitée qui a encore lieu aujourd’hui. La plupart des délégués syndicaux et la base des travailleurs font également preuve d’une remarquable intransigeance : des propositions, voire des concessions partielles faites par le gouvernement, et qui auraient été acceptées par le passé, ont été radicalement rejetées. Dans certaines prisons, les policiers qui remplaçaient les gardes ont également commencé une grève spontanée, forçant ainsi le gouvernement à avoir recours à des militaires.

A leur tour, les travailleurs du rail ont démarré une grève spontanée qui dura 10 jours et qui peut reprendre d’ici peu, après la manifestation nationale du 24 mai, et qui touche aussi bien le Nord flamand que le Sud wallon. Mais dans le Nord, les dirigeants syndicaux sabotent activement la grève, ce qui n’est pas le cas dans le Sud ou à Bruxelles : il y a donc paralysie totale du rail dans le Sud, et seulement des perturbations dans le Nord. Ce caractère inégal du mouvement est instrumentalisé par le gouvernement qui affirme que seuls les Wallons fainéants et enclins à la grève sont en train de protester.

Mais les faits montrent le contraire : le mardi 31 mai, les services publics de tout le pays ont manifesté. Dans le Nord et dans le Sud, cette journée fut accompagnée de grèves des transports publics. Mais l’opinion publique, quoique très volatile, se retourne en grande majorité contre le gouvernement et sa politique, aussi bien en Flandre qu’en Wallonie.

Selon des sondages, si des élections avaient lieu aujourd’hui, les partis au gouvernement perdraient très largement leur majorité parlementaire. Et, fait notable, le parti de gauche PTB/PVDA (ancienne organisation maoïste et maintenant parti réformiste de gauche) gagne beaucoup de terrain : il pourrait augmenter son nombre de députés de 2 à 10, ce qui ferait de lui le troisième parti du sud de la Belgique, devant le CDH (les chrétiens démocrates) et Ecolo. C’est la première fois qu’un parti à la gauche du Parti Socialiste atteint cette position, ce qui témoigne du virage marqué à gauche d’une partie des travailleurs.

Au Nord, le PVDA pourrait également gagner des voix et atteindre environ 5 % ; mais le plus gros changement a lieu en faveur du parti d’extrême droite Vlaams Belang, aux dépens du parti nationaliste flamand N-VA, actuellement au gouvernement.

D’autres données indiquent toutefois qu’en Flandre, 45 % de la population soutient le nouveau plan d’action syndicale, tout comme un tiers de l’électorat du parti CD&V (les chrétiens démocrates au pouvoir), un quart pour le parti libéral (au pouvoir également), et même 16 % de l’électorat de la droite nationaliste N-VA. Sous leurs pieds, le sol devient de plus en plus instable.

Ce sont maintenant les chauffeurs de bus du Sud qui ont décidé de faire grève, les éboueurs, les services publics à Liège, les postiers des deux côtés de la frontière linguistique, de même que les magistrats, en grève cette semaine pour la première fois depuis 1917. La perspective d’une grève générale illimitée est sur les lèvres de nombreux militants et travailleurs. Les grévistes ont également radicalisé leurs demandes : plutôt que l’une ou l’autre concession, c’est la chute du gouvernement qui gagne aujourd’hui en popularité.

Ce n’est pas un hasard si un éditorial bourgeois pointe du doigt la France pour expliquer le développement des grèves spontanées (les travailleurs seraient même infectés du « virus révolutionnaire français ») : la lutte engagée par les travailleurs français contre la loi El Kohmri inspire bien les travailleurs belges, notamment du sud francophone. Mais le mouvement belge a sa propre dynamique.

Il se caractérise par des grèves spontanées et explosives, par la diffusion de l’idée d’une grève générale totale et par l’intransigeance des travailleurs à la base. Ceci touche directement les dirigeants syndicaux, qui choisissent, pour certains, de soutenir le mouvement, et pour d’autres, de s’y opposer.

On ignore ce qu’il adviendra lors des prochains jours et des prochaines semaines, et qui dépend beaucoup du cours des événements en France. Mais l’idée d’une grève générale spontanée flotte partout et le gouvernement belge commence à se fissurer. Il y a quelques jours, le ministre de la Mobilité a annoncé être prêt à retirer les mesures qui avaient déclenché la vague de grève : il a été immédiatement attaqué par les autres partis et la presse de droite, qui ont souligné à juste titre qu’un retrait des mesures, même temporaire, encouragerait les mouvements de grève dans les autres secteurs.

Quoi qu’il arrive, en Belgique aussi le génie de la lutte des classes est sorti de sa lampe !

 

http://www.marxiste.org/international/europe/belgique/2018-belgique-une-vague-de-greves-spontanees-destabilise-le-gouvernement​

Published by Vendémiaire - dans Europe Syndicalisme
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 14:08

par Jérôme Métellus

 

Le mouvement de grèves reconductibles qui s’est engagé dans plusieurs secteurs clés de l’économie, il y a trois semaines, a eu pour effet immédiat d’intensifier la campagne de propagande médiatique qui, depuis le début du mois de mars, vise la mobilisation contre la loi Travail. L’extrême agressivité de cette propagande, qui est orchestrée au plus haut niveau de l’Etat et des milieux patronaux, reflète la haine et la peur qu’éprouvent ces derniers face à des mobilisations comme celles des salariés des raffineries et des ports. Et pour cause : en paralysant d’importants secteurs de l’économie, les grèves reconductibles ont montré la voie d’une possible victoire contre la loi Travail. Comme nous l’avons souligné dès le début du mois de mars, seul le développement d’une grève reconductible embrassant un nombre croissant de secteurs économiques est susceptible de faire reculer le gouvernement.

Dans le même temps, les grèves reconductibles ont démontré l’énorme pouvoir de la classe ouvrière. Pas une roue ne tourne et pas une ampoule ne brille sans l’aimable permission des salariés. Cette vérité est insupportable aux capitalistes, car elle a des implications révolutionnaires. En effet, si ce sont les salariés qui assurent toutes les fonctions décisives de l’économie de ce pays, pourquoi n’en seraient-ils pas les maîtres ? Pourquoi laisser l’économie et l’Etat entre les mains d’une poignée de parasites géants – les patrons du CAC 40 – et de leurs politiciens de droite ou « de gauche » ?

Nos adversaires ont en quelque sorte eux-mêmes posé cette question – de façon négative – lorsqu’ils ont répété en boucle les propos de Manuel Valls : « La CGT ne fait pas la loi dans ce pays ». En effet : c’est le Medef qui fait la loi dans ce pays, pour le moment. Mais le mouvement actuel souligne l’énorme pouvoir potentiel du mouvement ouvrier. Les salariés d’EDF l’ont directement rappelé à Pierre Gattaz en privant d’électricité sa résidence secondaire – et en basculant en « heures creuses » plus d’un million de foyers. Dès lors, si c’était vraiment le mouvement ouvrier qui « faisait la loi », en lieu et place du grand patronat, les choses n’iraient-elles pas mieux pour la masse de la population ? Voilà le genre de questions que la déclaration de Manuel Valls a suscité dans l’esprit d’un certain nombre de salariés. En cherchant à tourner « l’opinion publique » contre la CGT et les travailleurs en lutte, le premier ministre a donné matière à des réflexions politiques sur ce thème crucial : qui doit diriger la société ? Qui doit « faire la loi » ? Une minorité de grands capitalistes avides de profit et qui détruisent l’économie – ou la masse des travailleurs, qui produisent toutes les richesses ?

Encouragés par les déclarations du gouvernement et de Pierre Gattaz, les journalistes et chroniqueurs des grands médias capitalistes ont jeté leurs derniers oripeaux d’« objectivité » et rallié l’immense concert réactionnaire. Le problème de la France, voyez-vous, c’est la CGT, les « blocages », la « prise en otage » de la population par « une minorité de grévistes radicalisés » – et ainsi de suite, 24 heures sur 24, dans tous les grands médias. Prenant de vitesse Eric Zemmour, ce qui n’est pas facile, Franz Olivier Giesbert a carrément mis la CGT et Daesh dans le même sac. Mais alors, c’est qu’il faut traiter la CGT comme Daesh ! En une phrase, Giesbert a révélé le véritable objectif de « l’état d’urgence » et des mesures anti-démocratiques adoptées dans la foulée des attentats de janvier et novembre 2015. Toutes ces mesures visent non les terroristes de Daesh, mais nos droits démocratiques, les droits démocratiques du mouvement ouvrier – et notamment les « terroristes » et « voyous » de la CGT, pour citer le patron du Medef. Voilà une autre importante leçon politique échappée de la plume d’un chroniqueur bourgeois.

En poussant nos adversaires à des déclarations politiques contre les grévistes et leurs organisations, les grèves reconductibles ont eu pour effet de politiser les débats. Prenons encore un exemple. La CGT est accusée, sur toutes les ondes, de « bafouer la démocratie ». Comment ? En rejetant l’autorité du Parlement et du Président de la République, « élus par le peuple » en 2012. Les « institutions démocratiques » seraient menacées par une « minorité » de syndicalistes « radicalisés ». Mais là encore, l’argument se retourne contre ses auteurs. Premièrement, le recours au 49-3, le 10 mai dernier, a montré l’attitude du gouvernement lui-même à l’égard du Parlement. Aussi les travailleurs mobilisés déclarent-ils, désormais : « la grève, c’est notre 49-3. »

Deuxièmement, François Hollande n’avait pas fait campagne, en 2012, sur l’engagement de détruire le Code du travail. Au contraire, il avait désigné « la finance » comme son « adversaire » et promis d’améliorer le sort des salariés, des jeunes, des chômeurs et des retraités. Mais une fois au pouvoir, il a immédiatement axé toute sa politique sur les intérêts de « la finance » et du grand patronat en général, au détriment du reste de la population. Et l’on voudrait que les travailleurs – dont une majorité a voté pour Hollande en 2012 – se laissent paisiblement dépouiller après avoir été trahis, une fois de plus, par la direction du Parti Socialiste ?

Non, Hollande et Valls ne représentent pas « la majorité du peuple » ; ils représentent et servent une poignée de milliardaires ; ils végètent d’ailleurs dans des abîmes d’impopularité. Les militants de la CGT en lutte, par contre, défendent les intérêts de toute la population travailleuse. La véritable « majorité » démocratique est du côté des grévistes et de leurs organisations syndicales, non du côté de l’Elysée, du Parlement et du Medef. C’est ce que comprennent ou ressentent un très grand nombre de salariés. Les « institutions démocratiques » bourgeoises (et corrompues) en sortent encore plus discréditées qu’elles ne l’étaient déjà.

Un problème de direction

Dans un premier temps, l’offensive médiatique contre les grèves et la CGT n’a pas affecté le soutien massif dont bénéficie le mouvement. C’est ce que montrent non seulement les sondages, mais aussi le grand succès de la caisse de grève lancée par info’com-CGT : plus de 260 000 euros recueillis à ce jour. Si la direction confédérale de la CGT avait organisé une sérieuse campagne de solidarité financière avec les grévistes, ce chiffre serait sans doute beaucoup plus élevé. De plus, cela inciterait d’autres secteurs du salariat à entrer dans l’action.

Le soutien au mouvement est donc solide. Mais cela peut changer. Si les blocages et les grèves reconductibles ne se développent pas de façon significative, s’ils ne gagnent pas rapidement de nouveaux secteurs de l’économie, il est peu probable que le gouvernement recule. Alors, faute d’une perspective de victoire, le mouvement pourrait perdre du soutien dans l’opinion publique. C’est l’objectif de Valls et Hollande. Le principal danger n’est pas la propagande anti-syndicale du gouvernement, mais le relatif isolement des secteurs mobilisés.

Surtout, les travailleurs engagés dans une grève reconductible ne peuvent pas tenir indéfiniment. De par sa nature même, l’extension du mouvement doit être rapide. De ce point de vue, il faut reconnaître que la situation est contrastée. Les éboueurs et salariés du traitement des déchets sont entrés dans le mouvement. La grève est toujours solide dans des bastions tels que la Compagnie Industrielle Maritime du Havre. Chaque jour, des actions de blocage et de barrage filtrant – entre autres – sont organisées aux quatre coins du pays, notamment à l’initiative des électriciens et gaziers. Le 7 juin, un communiqué de la CGT faisait état de grèves dans 3 des 4 sites Amazon – où les conditions de travail sont notoirement mauvaises – et d’« actions reconductibles dans de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire (Nestlé 56, Haribo Perrier 30, Jacquet 63, Tabac Le Havre…), des métaux (LME 59, Iveco Annonay 07, Peugeot Mulhouse…), du commerce (Intermarché, Leclerc 31), du verre (Verralia…) ». Toutes ces grèves sont très significatives. Elles signalent un énorme potentiel. Mais dans le même temps, le mouvement est en reflux dans les raffineries, alors qu’elles étaient toutes en grève le 24 mai. Les patrons de plusieurs raffineries se livrent à d’intenses manœuvres pour briser la grève, organisant des « consultations » par-dessus la tête des AG de travailleurs. La plupart des transporteurs routiers ont repris le travail. La grève à la SNCF n’est pas assez solide pour paralyser le trafic. Aucune perturbation importante n’est visible à la RATP.

La dynamique est donc contradictoire. Or encore une fois, le gouvernement ne reculera pas facilement : premièrement parce que la loi Travail est une contre-réforme très importante du point de vue du grand patronat ; deuxièmement parce que le gouvernement redoute qu’une victoire des travailleurs encourage de nouvelles mobilisations. C’est ce que devrait expliquer la direction de la CGT, au lieu de simplement se féliciter de la mobilisation – en ignorant ses faiblesses – et de semer des illusions sur l’impact potentiel de la journée du 14 juin (qui a été fixée à une trop grande distance du début des grèves reconductibles). En elle-même, la journée d’action du 14 juin – même si elle est puissante – ne fera pas reculer Hollande et Valls. Rappelons qu’à l’automne 2010, Sarkozy et Fillon n’ont rien cédé face à trois journées d’action rassemblant chacune plus de 3 millions de personnes dans les rues du pays. Si elle ne s’inscrit pas dans une phase d’extension des grèves reconductibles, la journée du 14 juin ne changera pas le rapport de force de façon décisive.

Il y a des limites aux « grèves par procuration » contre la loi Travail. En l’absence d’une généralisation du mouvement, les travailleurs en grève reconductible chercheront à arracher des garanties à leur employeur ou au patronat de leur branche, avant de reprendre le travail. Le gouvernement manœuvre pour favoriser ce scénario, comme on l’a vu avec les transporteurs routiers, qui ont obtenu des garanties – et comme on le voit actuellement à la SNCF et dans l’aviation civile, entre autres. Il serait absurde de le reprocher aux salariés des secteurs concernés. La responsabilité de cette situation retombe sur les directions confédérales des syndicats engagés dans le mouvement, qui ne tiennent pas suffisamment compte de la dynamique réelle de la lutte et en appellent encore « à continuer et amplifier la mobilisation sous toutes ses formes », alors que la seule « forme » de mobilisation susceptible d’arracher la victoire est désormais la grève reconductible et son extension rapide à un maximum de secteurs économiques.

Enfin, la CGT continue d’appeler à la mobilisation « pour obtenir le retrait de la loi travail (…) et pour gagner de nouveaux droits avec un code du travail du XXIe siècle. » Le retrait de la loi Travail est évidemment la revendication centrale et doit le demeurer. Il faut repousser cette offensive du gouvernement. Mais de nombreux travailleurs – notamment ceux de la Fonction publique – ne se sentent pas immédiatement menacés par cette loi, qui sur le papier ne les concerne pas directement (bien qu’en réalité tout recul dans le privé prépare des reculs dans le public). A l’inverse, dans le privé, de très nombreux salariés sont déjà confrontés aux dispositions prévues par la loi Travail. C’est pourquoi il faut intégrer à la plateforme du mouvement des revendications positives et offensives – par exemple sur les salaires ou le temps de travail – susceptibles d’entraîner de nouvelles catégories de travailleurs dans l’action. A cet égard, « de nouveaux droits avec un code du travail du XXIe siècle » est une formule beaucoup trop vague, sans contenu concret. Elle ne peut convaincre personne d’entrer dans la lutte.

Après des années de contre-réformes et d’austérité, les salariés sont disposés à se battre : c’est ce que démontre clairement le mouvement actuel. Mais face à des adversaires aussi déterminés que Valls, Hollande et Gattaz, il faut au mouvement une direction déterminée à mener la bataille jusqu’au bout, sur la base d’une stratégie offensive, qui corresponde au rapport de force réel et à la dynamique réelle de la lutte. Si cette direction fait défaut au sommet des organisations syndicales, les travailleurs et syndicalistes mobilisés sur le terrain doivent prendre eux-mêmes les choses en main. Les AG de travailleurs doivent se lier au niveau local, régional et national à travers des délégués élus et révocables, pour donner au mouvement une structure démocratique capable d’exprimer pleinement la combativité des salariés, de développer le mouvement et de passer à l’offensive. La manifestation du 14 juin, à Paris, pourrait être l’occasion d’organiser une réunion de délégués issus d’AG des secteurs mobilisés à travers le pays. Il n’y a pas de temps à perdre !

 

http://www.marxiste.org/actualite-francaise/luttes-mouvement-syndical/2017-loi-travail-forces-et-faiblesses-du-mouvement​ 

9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 15:10

Jérôme Métellus

Il y a 80 ans, le Front Populaire accédait au pouvoir. En même temps, une puissante vague de grèves avec occupation déferlait sur le pays. Dès son entrée en fonction, le nouveau gouvernement faisait voter la semaine de 40 heures et les deux semaines de congés payés, entre autres. Dans la mémoire collective du mouvement ouvrier, le Front Populaire est associé à cette magnifique mobilisation des salariés et à ces réformes sociales qui, en les arrachant un peu à l’usine ou au bureau, les élevaient au-dessus du rang de simples bêtes de somme. C’est donc à juste titre qu’on célèbre, aujourd’hui, l’audace et l’énergie de ces travailleurs : ils ont écrit l’une des plus belles pages de l’histoire de notre classe.

Cependant, les pages suivantes furent sombres. Deux ans et demi après son arrivée au pouvoir, le Front Populaire cédait la place à une coalition de droite, et la plupart des acquis sociaux du printemps 1936 étaient remis en cause. Un an plus tard, la classe ouvrière étouffait sous le régime de Pétain et l’occupation nazie. Pourquoi les « espoirs du Front Populaire » ont-ils été si brusquement balayés ? Qu’a-t-il manqué pour que l’impulsion révolutionnaire du printemps 1936 débouche sur une société nouvelle, débarrassée de la misère et de l’exploitation ? Il importe de répondre à ces questions, car l’histoire du Front Populaire et de son effondrement constitue une source de leçons précieuses pour tous ceux qui, aujourd’hui, luttent pour un monde plus juste.

A peine sorti de la première guerre mondiale, le capitalisme replongeait dans une crise organique qui, dès le début des années 30, portait la menace d’une nouvelle conflagration mondiale. Le marasme économique sapait les bases matérielles du réformisme et de la démocratie parlementaire. Les contradictions de classes atteignaient des sommets d’intensité. L’heure était aux révolutions et aux contre-révolutions, comme le montraient aussi bien l’offensive du mouvement ouvrier espagnol que l’écrasement des travailleurs allemands sous la botte des nazis. En France, également, l’impasse du capitalisme plaçait à très court terme le mouvement ouvrier devant l’alternative suivante : conquête du pouvoir ou dictature réactionnaire.

Dans quel état les organisations du mouvement ouvrier français abordaient-elles cette situation ? Le Parti Socialiste (SFIO) fermait les yeux sur la gravité de la crise et ses implications. Il reconnaissait en paroles la nécessité de renverser le capitalisme, mais toute sa politique était basée sur la perspective d’une modification graduelle et pacifique du régime social, à la faveur d’une majorité parlementaire de gauche. Certes, en Allemagne, cette politique avait fait faillite. Mais Léon Blum, le chef de la SFIO, s’efforçait de convaincre les masses que « la France n’est pas l’Allemagne », et qu’une offensive révolutionnaire ne serait pas nécessaire, en France, pour en finir avec la misère et le chômage.

De leur côté, les dirigeants du PCF ont pratiqué jusqu’en 1934 la politique dite de la « troisième période », qui consistait à caractériser la SFIO de parti « social-fasciste » et à refuser toute forme d’action commune avec les socialistes face aux véritables organisations fascistes, dont l’influence ne cessait de croître dans le pays. C’est cette même politique de division du mouvement ouvrier qui, en Allemagne, avait été appliquée par le plus puissant Parti Communiste de la IIIe Internationale - jusqu’à ce qu’Hitler prenne le pouvoir et pulvérise les organisations ouvrières, y compris le PS « social-fasciste ». Cette catastrophe donnait la mesure de la dégénérescence de la IIIe Internationale, dont la cause fondamentale était la dégénérescence de la révolution russe elle-même. Isolée dans un pays arriéré, la démocratie soviétique instaurée par la révolution d’Octobre avait fini par céder la place à la domination d’une caste parasitaire.

Le Front Populaire

Le Front Populaire était, fondamentalement, une alliance de trois partis : le PCF, la SFIO et le Parti Radical. La seule alliance du PCF avec la SFIO supposait donc l’abandon de la théorie du social-fascisme. Comment expliquer ce revirement de 180° ?

En dépit de leurs erreurs politiques, les dirigeants du PCF et de la IIIe Internationale ne pouvaient pas ne pas tenir compte des leçons de la catastrophe allemande. Après tout, ils n’avaient aucun intérêt à voir le fascisme prendre le pouvoir en France. Mais ici, le facteur principal ne fut pas les craintes de Thorez (dirigeant du PCF) ou de Dimitrov (chef de IIIe Internationale) : ce fut la puissante pression de la masse des travailleurs, qui aspirait instinctivement à l’unité des organisations ouvrières.

Le 6 février 1934, une manifestation fasciste tenta de marcher sur l’Assemblée nationale. Les affrontements avec les forces de l’ordre firent 17 morts et provoquèrent la chute du gouvernement. En réaction à ce coup de force, les syndicats et partis de gauche appelèrent à une grève générale pour le 12 février. La grève fut un succès. Et ce jour-là, lorsque les cortèges du PCF et du PS se rejoignirent, place de la Nation, leurs rangs se mêlèrent dans l’enthousiasme. En mettant les dirigeants du PCF devant le fait accompli de l’unité dans la rue, les travailleurs portaient un coup sérieux à la théorie du social-fascisme.

Cependant, cette unité ne recouvrait pas celle du Front populaire, qui allait, lui, jusqu’au Parti Radical. Ici, l’un des principaux facteurs fut le pacte franco-soviétique, signé à Paris le 2 mai 1935. Ce pacte n’a pas été sans conséquences sur la politique du PCF, qui était sommé de ménager l’impérialisme français. Le communiqué officiel du ministère des affaires étrangères disait : « Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sécurité ».

Cette position était en complète contradiction avec les principes de l’internationalisme révolutionnaire. A l’époque de Lénine, il eut été inconcevable que la signature d’un accord avec un gouvernement impérialiste - comme celui passé avec l’Allemagne, en 1918, à Brest-Litovsk - s’accompagne d’un soutien à la politique de la puissance impérialiste en question. Or, en 1935, la direction de la IIIe Internationale annonçait aux travailleurs de France que l’heure n’était plus au renversement de la classe capitaliste française, mais à la collaboration avec cette même classe capitaliste, de façon à ce qu’elle puisse « maintenir sa force armée au niveau de sécurité ». L’alliance des partis de gauche avec le Parti Radical - qui constituait le nœud du Front Populaire - fut l’instrument de cette politique collaborationniste.

Le Parti Radical

Les dirigeants de la SFIO et du PCF justifiaient leur entrée dans un Front avec le Parti Radical par la nécessité de s’allier aux classes moyennes (petits paysans, petits commerçants, etc.), qui constituaient l’électorat traditionnel des radicaux. Mais, en réalité, le Parti Radical n’était pas le parti des classes moyennes : il représentait les intérêts de la classe capitaliste, qui l’utilisait pour s’asservir, politiquement, les classes moyennes. Comme le disait Trotsky à l’époque, le Parti Radical était « l’appareil politique de l’exploitation de la petite-bourgeoisie par l’impérialisme », ou encore « l’aile gauche du capital financier ». L’union avec ce parti n’était pas l’union avec les classes moyennes, mais avec les grands capitalistes dont, en dépit de leur démagogie, les politiciens du Parti Radical défendaient les intérêts.

De cette alliance avec un parti capitaliste ne pouvait découler qu’un programme conforme aux intérêts du capitalisme. Les radicaux s’opposaient systématiquement à toute mesure susceptible de contrarier les « 200 familles » qui tiraient les ficelles de l’économie nationale. Le radical Daladier écrivait : « Le programme du Front Populaire ne renferme aucun article qui puisse troubler les intérêts légitimes de n’importe quel citoyen, inquiéter l’épargne, porter atteinte à aucune force saine du labeur français ». En effet, ce programme ne prévoyait, par exemple, d’autres nationalisations que celle de l’industrie militaire.

L’alliance de la gauche avec le Parti Radical était d’ailleurs en contradiction avec toute la dynamique de la situation. La crise du capitalisme et l’aggravation des contradictions de classe s’accompagnaient d’une polarisation croissante de la société - vers la gauche et vers la droite. La classe ouvrière se déplaçait rapidement vers la gauche. Quant aux classes moyennes, elles désertaient le Parti Radical au profit, soit de la gauche, soit de la droite et de l’extrême droite.

C’est ce que montra clairement le premier tour des élections législatives d’avril 1936. Alors que la SFIO maintenait son score de 1932 - malgré la scission du groupe droitier des « néo-socialistes » - le PCF passait de 780 000 à 1 470 000 voix, cependant que les radicaux en perdaient plus de 500 000. Ainsi, malgré le soutien que les dirigeants communistes et socialistes apportaient aux radicaux, les travailleurs et une partie importante des classes moyennes rejetèrent les radicaux et doublèrent les voix en faveur du parti qui se réclamait de la révolution d’Octobre.

Le deuxième tour donna une majorité absolue aux partis du Front Populaire. Le PCF passa de 10 à 72 sièges, la SFIO de 97 à 147, les radicaux de 159 à 116. Premier groupe parlementaire du Front Populaire, la SFIO envoya son chef, Léon Blum, à la tête du gouvernement. Mais au lieu de provoquer la démission immédiate du gouvernement en place, Léon Blum décida de respecter le « délai constitutionnel » d’un mois. C’était une façon de dire aux travailleurs : « nous respecterons les lois de la République capitaliste ». A quoi les masses répondirent par une mobilisation révolutionnaire d’une ampleur inédite.

L’offensive révolutionnaire

Les signes avant-coureurs de la vague de grèves de mai-juin 1936 n’avaient pas manqués. Par exemple, en août 1935, les travailleurs des arsenaux de Brest et Toulon se soulevèrent, drapeau rouge en tête, contre l’amputation de leurs salaires. Des événements similaires se sont produits à Limoges, en septembre de la même année.

Le 11 mai 1936, une grève éclate à l’usine Bréguet du Havre : 600 ouvriers occupent les bâtiments. Le 13 mai, ce sont les travailleurs de Latécoère, à Toulouse, qui occupent leurs usines. Le 14 mai, c’est le tour des usines Bloch, à Courbevoie. Les jours suivants, les grèves avec occupation se multiplient dans la métallurgie de la région parisienne. Le 24 mai, la traditionnelle célébration des Communards, au Père Lachaise, rassemble 600 000 personnes. Les radicaux y brillent par leur absence. A partir du 2 juin, le mouvement de grève s’étend à d’autres secteurs que la métallurgie et gagne l’ensemble du pays. En l’espace de 15 jours, la contagion révolutionnaire s’étend à plus de 2,5 millions de travailleurs.

Dans la mesure où elle embrasse, non seulement l’avant-garde de la classe ouvrière, mais aussi ses couches généralement passives et inorganisées, une grève de ce type constitue l’amorce classique d’une révolution. La signification des occupations n’a pas échappé aux capitalistes : il s’agissait d’une atteinte directe à la sacro-sainte propriété privée - qui, aux yeux de millions de salariés, cessait justement d’être sacro-sainte. Les travailleurs indiquaient qu’ils voulaient être les maîtres là où ils n’avaient jusqu’alors été que des esclaves. La question était posée devant tous : « Qui doit contrôler l’économie : les capitalistes ou les travailleurs ? » Dans un tel contexte, un parti révolutionnaire aurait pu pousser à la création de conseils ouvriers, liés les uns aux autres de l’échelon local jusqu’au national, et socialiser l’économie sur cette base.

Que firent le PCF, la SFIO et la CGT ? Leurs militants de base, et en particulier ceux du PCF et de la CGT, étaient largement impliqués dans le mouvement. Mais leurs dirigeants furent, comme les capitalistes, pris de panique. Le 3 juin, avant même de prendre ses fonctions comme ministre de l’Intérieur, le député socialiste Roger Salengro déclarait à l’Assemblée : « Que ceux qui ont pour mission de guider les organisations ouvrières fassent leur devoir. Qu’ils s’empressent de mettre un terme à cette agitation injustifiée. Pour ma part, mon choix est fait entre l’ordre et l’anarchie. Je maintiendrai l’ordre contre l’anarchie ». Selon lui, l’« ordre », c’était l’anarchie capitaliste, et l’« anarchie », la lutte pour l’ordre socialiste !

Les dirigeants du PCF, qui s’étaient engagés à soutenir le gouvernement Blum « sans réserves et sans éclipses », pesèrent de toute leur autorité pour ramener « l’ordre » que réclamaient Salengro et les chefs radicaux. De concert avec Léon Jouhaux, le chef de la CGT réunifiée, Maurice Thorez décréta que les objectifs de ce mouvement étaient « purement économiques », et que toute autre interprétation ne pouvait être que le fait de provocateurs ou d’irresponsables. Après que, dans la nuit du 7 au 8 juin, les représentants du grand patronat eurent signé l’Accord de Matignon - qui prévoyait, entre autres, la semaine de 40 heures, les deux semaines de congés payés et une augmentation des salaires de 7 à 15 % - Thorez déclara : « Il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue ». Or, au même moment, de nouvelles grèves avec occupation éclataient, notamment dans les Grands Magasins parisiens. Mais les directions de la CGT, de la SFIO et du PCF parvinrent, au cours du mois de juin, à faire rentrer le mouvement dans le canal des « revendications économiques ». La grève s’estompa peu à peu - non sans que, dans certains cas, le Front Populaire ne mobilise la police pour mettre un terme aux « troubles ».

La contre-révolution relève la tête

On entend souvent l’idée que les grèves de mai-juin 1936 furent suscitées par les « espoirs » que les travailleurs avaient placés dans le Front Populaire, au lendemain de sa victoire électorale. En fait, il serait plus juste de dire que les grèves furent provoquées par le manque de confiance des masses dans la capacité du Front Populaire à briser la résistance patronale. Elles se méfiaient tout particulièrement des radicaux. Elles voulaient, à leur manière, « aider » le Front Populaire à prendre des mesures décisives contre les capitalistes. Les dirigeants du Front refusèrent cette aide de toute leur force. Mais en obtenant du patronat des concessions qui allaient plus loin que le programme du Front Populaire, les travailleurs ont prouvé, une fois de plus, que les véritables réformes sont toujours des sous-produits de révolutions.

La classe dirigeante n’avait fait des concessions que parce qu’elle craignait de tout perdre. Cependant, la vague révolutionnaire passée, elle conservait toujours le contrôle de l’économie, et s’en servit pour reprendre d’une main ce qu’elle avait dû lâcher de l’autre. La mécanique parlementaire - avec son Sénat, son administration bureaucratique, etc. - lui permettait de saboter l’action gouvernementale. Par ailleurs, la fuite des capitaux menaçait le gouvernement Blum de banqueroute. Cédant à la pression, il procéda à une dévaluation du Franc, accentuant ainsi un mouvement d’inflation qui annula rapidement les augmentations de salaires consenties en juin 1936.

Faute de s’attaquer au pouvoir économique de la classe dirigeante, Blum fut condamné à l’impuissance et, en juin 1937, démissionna. Les gouvernements qui suivirent glissèrent toujours plus vers la droite. Les grèves étaient durement réprimées, notamment celles que déclencha, en novembre et décembre 1938, la remise en cause des 40 heures par le gouvernement du radical Daladier. Démoralisé et paralysé par ses propres dirigeants, le mouvement ouvrier fut entraîné sur la voie de la guerre, puis finalement atomisé par le régime de Pétain, en 1940. « Révolution socialiste ou dictature réactionnaire » : la perspective dessinée par Trotsky, dès 1934, prenait corps dans les ruines d’un des plus grands mouvements révolutionnaires que la France ait connu. Il faudra attendre l’insurrection contre l’occupation allemande, en août 1944, pour que la classe ouvrière se relève de cette défaite et retrouve sa confiance en ses propres forces.

Révolution, http://www.marxiste.org/theorie/histoire-materialisme-historique/661-il-y-a-70-ans-le-front-populaire

9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 14:16

Chers syndicalistes,

 

Militant syndical de longue date et président de l’Association CO.U.R.R.I.E.L. qui, avec le député communiste J.-J. Candelier, vient d’organiser une conférence de presse à l’Assemblée nationale pour dénoncer la politique patronale inavouée de basculement de la France au tout-anglais « transatlantique », je vous soumets un article de la revue CGT « Options » portant sur cette grave question (l’arrachage culturel et linguistique est en effet une dimension forte du basculement de la France et des « pays latins » au « modèle » néolibéral anglo-saxon : il suffit de constater que l’euro-diktat travesti en « loi El Khomri » chez nous s’appelle « Jobs Act » en Italie…

 

La période devrait être propice à une contre-offensive sur ce terrain AUSSI. Le Monde diplomatique vient de publier un long article sur cette grave question (numéro de juin), très lourdement sous-estimée jusqu’ici par les citoyens, la CGT-Carrefour a pris des positions courageuses contre la politique d’anglicisation méthodique de la marque (Carrefour-Market, Carrefour-City, etc.), la CFE-CGC était dignement représentée à la conférence de presse parisienne et la protestation monte contre l’ « hymne » officieux EN ANGLAIS que Carrefour, qui « sponsorise » les Tricolores, veut imposer aux supporteurs français après que le chanteur représentant France-Télévision a chanté en franglais à l’Eurovision.

 

Plus gravement, c’est le basculement rapide, illégal et inconstitutionnel, de l’Université à l’anglais ou la nomination systématique en anglais de nombre de « produits » des grandes entreprises publiques en voie de privatisation (Family TGV, TGV Night, « Pulse », etc.) ou du métro parisien (Smart-Navigo…) qui doit susciter la réaction du monde du travail ; car sous un aspect anodin, il s’agit d’une grave entreprise de discrimination linguistique, de totalitarisme culturel et de mise à mal de ce premier service public de Franceet de la Francophonie internationale qu’est la langue française, « langue de la République » au titre de l’article II de la Constitution.

 

Merci de répercuter ce message.

 

Georges Gastaud

 

**********************

 

 


Reprenons langue(s) ! Par Georges Gastaud[1]

A chaque fois qu’affleure, d’une manière ou d’une autre, la question de la langue, cela signifie qu’une série d’autres problèmes est en train de s’imposer : la formation et l’élargissement de la classe dirigeante, la nécessité d’établir des rapports plus intimes entre les groupes dirigeants et la masse nationale-populaire, c’est-à-dire de réorganiser l’hégémonie culturelle ».  Antonio Gramsci

Avec toute la perversité idéologique qui les caractérise, le capitalisme euro-mondialisé et ses collaborateurs hexagonaux présentent le basculement de la France au tout-globish et la relégation largement engagée du français, comme une « ouverture » sur la modernité et sur la pluralité des cultures. C’est également au nom de la diversité culturelle que les régionalismes les plus régressifs tentent d’imposer, Charte européenne des langues régionales et minoritaires à l’appui, la « co-officialité » du français – « langue de la République » au titre de la Constitution – et des langues de territoire au risque clairement assumé, voire revendiqué, d’ethniciser la citoyenneté française et de couvrir d’un voile « culturel » le repartage en cours de la France et son redécoupage en euro-Länder taillés sur mesure pour la « concurrence libre et non faussée » entre les ainsi-dits « territoires »...

Dans ces conditions, comment réagir à la sournoise agression linguistique qui vise à la fois la langue de Molière, la République une et indivisible issue de la Révolution française et – nous l’allons montrer tout à l’heure – toutes les conquêtes du monde du travail ? Car lorsque le français aura été définitivement réduit, en France même, au rôle subalterne de « langue domestique »[2], il sera encore plus aisé aux chasseurs de profits du M.E.D.E.F. et du capital mondialisé de diviser notre peuple, de dynamiter les avancées sociales et démocratiques de 1905, du Front populaire et du C.N.R., de briser l’aspiration au « tous ensemble » combatif des salariés, de casser les conventions collectives de branche, les statuts nationaux, les services publics et la fonction publique territoriale ou d’État, voire la Sécurité sociale et les retraites par répartition qui forment, aujourd’hui encore avec la langue française, le socle matériel et culturel de l’unité nationale-étatique de notre pays.

Pourtant, les résistances linguistiques sont encore faibles, éparses, voire inexistantes dans le mouvement ouvrier et populaire : contrairement à ce qui se passait encore lorsque le P.C.F. de Thorez, d’Aragon et de Duclos, voire de Marchais, prenait en charge l’indépendance nationale et la défense de la langue d’Aragon, la résistance à l’invasion du tout-anglais, ou plutôt du tout-américain, la défense de ce premier service public de France qu’est le français, restent sporadiques si l’on excepte les efforts méritoires que déploient les associations de défense de la langue française ou certains syndicats ; on pense à certains dirigeants de la C.F.T.C., à la C.F.E.-C.G.C. dans son ensemble, ou à l’engagement de terrain permanent de la C.G.T.-Carrefour et de ses militants méridionaux. Déjà nombre de grandes entreprises travaillent – illégalement ! – en anglais sur le sol même de l’Hexagone, notamment en région francilienne, ce qui occasionne discriminations et souffrance au travail de maints salariés, y compris parmi les cadres. Déjà, les grandes entreprises recrutent honteusement des cadres supérieurs English Mother Tongue[3], ce qui revient à instituer une préférence nationale inversée et à pratiquer une discrimination illégale à l’encontre des salariés dont la langue maternelle est le français ou une langue autre que l’anglais et que le français. Comment prendre enfin conscience que, sans notre belle langue illustrée entre autres par l’Édit de Nantes, par le Discours de la méthode, par L’Encyclopédie, par la Déclaration de 1789 et par celle de 1793, la loi laïque de 1905, par Les Jours heureux annoncés par le C.N.R. et par mille autres références lumineuses, l’ex-France républicaine « globishisée » ressemblerait bientôt à ce « couteau sans lame dont on a jeté le manche » qu’évoquait jadis le moraliste allemand Lichtenberg ?

I – Intégrer la dimension linguistique à nos résistances sociales et civiques ! 

Il faut d’abord prendre la mesure de l’arrachage linguistique en cours : ils arrachent notre langue comme ils délocalisent nos usines, comme ils ferment nos hôpitaux et arrachent nos vignes ou comme ils éliminent nos exploitations agricoles quand Bruxelles et le M.E.D.E.F. jugent que c’est indispensable à la rentabilité et à la « profitabilité » (pour qui ?) du « site France ». Nous n’en sommes plus désormais au franglais, raillé naguère par Etiemble[4], ni à la multiplication sans fin des « emprunts » lexicaux à l’anglais. Quand toute la recherche scientifique – y compris peu à peu la recherche en sciences humaines, voire en littérature française – bascule au tout-anglais, quand de plus en plus de Grandes Écoles et de cycles universitaires mis en concurrence par Mmes Pécresse et Fioraso se livrent sans vergogne à la langue, non de Shakespeare, mais des « traders » de la « City », quand tant de chanteurs « français » susurrent ou tonitruent en anglais bas de gamme, quand tant de films « français » ou de « séries françaises », subventionnés par l’argent public, affichent leurs titres en anglais, quand des enseignes « tricolores » comme Carrefour se rebaptisent « Carrefour-Market » ou « Carrefour-City », quand la Société « nationale » des Chemins de fer devenue « SNCF » (sans article) nomment leurs « produits » et enseignes T.G.V.-Night, T.G.V.-Family ou Rail Team, quand le président de « SNCF » se flatte d’offrir des cours d’anglais dans ses T.G.V., mais que l’idée ne l’effleure pas d’offrir des cours de français aux étrangers non francophones circulant dans ses trains, on n’en est certes plus à « emprunter » à l’anglais des vocables qui feraient provisoirement défaut au français (car des mots français existent depuis toujours, convenons-en, pour dire night, card, map, market ou access - comme on le dit chez Total – ou everyone ajustable, comme le proclamait horriblement une pub d’Orange, ex- France »-Télécom !) ! En l’occurrence, il s’agit clairement de détruire notre langue nationale, de la polluer au maximum en la saturant et en l’enlaidissant d’anglicismes douteux, de ridiculiser notre pays aux yeux des vrais anglophones, en un mot d’esquinter et d’estropier « ludiquement » notre langue nationale, qui est aussi celle de la Francophonie mondiale. Et ce basculement linguistique mené avec acharnement répond à des objectifs de classe politiques, économiques, culturels extrêmement précis : il s’agit pour nos prétendues élites maastrichtiennes de ringardiser la nation républicaine, d’éradiquer la fameuse « exception française » issue de 1789, de 1905, du Front populaire et de la Résistance antifasciste, d’insinuer à tout instant le contre-modèle anglo-saxon et néolibéral dans nos cerveaux, de répartir sournoisement les travailleurs en catégories sociolinguistiques discriminantes[5],  de faire accroire au bon peuple qu’en un mot, il n’y a pas d’autre alternative que l’Empire euro-atlantique promis par les maîtres de l’U.E., de l’euro, de l’O.T.A.N. et du « Grand Marché Transatlantique » en construction…

Ce ne sont pas là des fantasmes, hélas : déjà en 2006  l'Union des industries de la Communauté européenne (UNICE), ancien nom de l'actuel syndicat patronal européen Businesseurope, promouvait à son de trompe cette politique d’exterminisme linguistique en déclarant, par la bouche de son tout nouveau président d’alors – le Baron Seillière, qui venait d’imposer en France une grave contre-réforme sur les retraites de la fonction publique – que l’anglais serait désormais « la langue des affaires et de l’entreprise » dans toute l’U.E.[6]. Sciemment opérée par un grand patron hexagonal, sinon français, devant le Conseil des chefs d’État européens, cette déclaration déshonorante avait d’ailleurs provoqué la sortie immédiate de Jacques Chirac, un acte de dignité nationale qu’il serait naïf d’attendre des présidents de droite et de « gauche » qui lui ont succédé… Notons du reste que le nouveau nom du syndicat patronal, beaucoup moins francophone, est dû au même Ernest-Antoine  Seillière...

Comment dans ces conditions ne pas fustiger l’apathie des états-majors syndicaux qui laissent assassiner la langue de la République et la Francophonie internationale pour ne pas compromettre leur insertion dans le très bedonnant « syndicalisme » européen (C.E.S.) ou transatlantique (Confédération Internationale des Syndicats) ? Comment ne pas fustiger la direction de la C.F.D.T. qui veut transformer le 1er mai en « Young Worker’s Day » ? Mais surtout, comment ne pas pas appeler les travailleurs en lutte pour l’emploi industriel en France, pour la défense des acquis de 1945-47, pour les salaires et les services publics, pour l’école laïque et la Sécurité sociale, à se saisir enfin, en vrais partisans de la République sociale et souveraine, de ce combat linguistique vital pour l’avenir du pays ? Un combat que contourne la plupart des cahiers de revendications des agents des services publics, des travailleurs industriels, des défenseurs de l’Université au moment où les dirigeants de Renault, de Peugeot, de Citroën, d’Auchan, d’Air-France (devenu « Airfrance »[7]), d’EDF, voire de l’Éducation nationale (si friande de Learning Centers, entre autres…), massacrent notre langue en affichant ainsi leur mépris pour leurs salariés, pour leurs clients ou pour leurs usagers demeurés stupidement francophones ?

Au demeurant, la résistance ne saurait être purement collective. Chacun peut commencer par réagir individuellement en suscitant la résistance collective à venir par une attitude linguistiquement rebelle,. Dire haut et fort courriel au lieu d’imeïlle (ce qui écorche, non seulement le lexique, mais la phonétique de notre langue), cesser de dire à tout propos « OK » (voire, encore plus ridiculement, « OK d’accord ! »[8]), refuser de s’exclamer « yèèèèèèsss ! » à tout propos, souhaiter « bon anniversaire » en chanson et non « happy birthday to you ! », c’est OSER, si peu que ce soit, marcher, penser et parler à contre-courant, c’est offrir à l’auditeur – une fois la surprise passée et le débat civique et linguistique éventuellement engagé avec lui – un point de repère et de résistance structurant, c’est susciter la discussion contradictoire, ce havre de l’esprit républicain, en brisant le consensus (anti-)linguistique (mais aussi culturel et idéologique) mortifère qui infiltre aujourd’hui nos cerveaux et nos cœurs à partir de nos cordes vocales ! Revivons l'échéance plutôt que la deadline, évoquons notre entraîneur plutôt que notre coach, aimons le rétro plus que le vintage, de s'amuser franchement et sans « fun », d'assister à un tournée en direct, de trouver des coins sympas pour la course plutôt que des spot de running... Prenons un plaisir sobre à maîtriser notre communication, à ne rien céder, ni à la mode, ni au conformisme, ni à la paresse. A utiliser ces mots droits et nets, précis et bien connus, qui savent ce qu'ils disent et osent être crûment eux-mêmes, sans se farder d'un latinisme marchand ni se gonfler vainement des reflux de l'air du temps.

II – Vivent les langues régionales !

Entre la récente Loi Fioraso, qui a institué l’anglais comme langue universitaire en contournant à la fois l’article II de la Constitution et la Loi Toubon de 1994, et la Charte européenne des langues régionales, qui tend à faire du français un idiome parmi d’autres sur l’ex-territoire national en voie d’euro-fédéralisation, notre langue nationale est délibérément prise en tenaille avec la complicité de François Hollande, en cela aussi digne continuateur de Sarkozy. Par tous les moyens le Parti Maastrichtien Unique a entrepris de banaliser, de refouler et de désétablir le français. La grande déréglementation de la langue s’opère au moment même où les négociations secrètes sur le Grand Marché Transatlantique menacent de mort l’ « exception culturelle » à l’échelle mondiale, européenne et française, en laissant tous les peuples sans protection face à la domination globalitaire de l’Oncle Sam. Le projet linguistique de « Charte » des langues minoritaires – dont les origines politico-idéologiques remontent à la pire période de l’histoire allemande[9]  – répond clairement au plan politico-territorial porté par le M.E.D.E.F. dans son manifeste Besoin d’aire publié en décembre 2011 à l’initiative de Mme Parisot. Le haut patronat veut ouvertement en finir avec la République française souveraine (notamment avec son cadre territorial « jacobin » issu de la Révolution : communes, départements, État-Nation, tout cela s’insérant dans une Charte de l’O.N.U. proscrivant – au moins en principe – le prétendu « droit d’ingérence » des forts sur les faibles et proclamant au contraire le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes). Et pour cela, il faut dissoudre la République une, laïque, sociale, démocratique et indivisible que proclame encore la Constitution, dans l’U.E. des métropoles et des euro-régions, de préférence « transfrontalières ». Celles-ci seront centrées en apparence sur les langues régionales (breton, basque, etc.), et dans les faits, sur l’anglo-américain[10], soit – beaucoup plus marginalement pour l’heure – sur l’allemand[11].

Face à cette entreprise même plus dissimulée de subversion de l’unité territoriale nationale qui revient à donner le pouvoir local à des groupes minoritaires d’euro-sécessionnistes, pour la plupart très réactionnaires (cf les Bonnets « rouges » bretons !), il serait à la fois injuste et maladroit de réagir par une crispation à l’encontre des langues régionales et des citoyens qui leur sont très légitimement attachés. Toutes, elles font partie de notre patrimoine national commun, comme l’atteste entre autres exemples le rôle éminemment civilisateur des troubadours médiévaux. Tout en promouvant partout le français comme langue commune de la République sociale, une France dirigée par le mouvement ouvrier révolutionnaire n’eût sans doute pas cherché à marginaliser les langues régionales comme l’ont fait successivement la bourgeoisie bonapartiste et les notables radicaux de la Troisième République. Il n’est que de voir comment a initialement procédé la toute jeune Fédération des républiques soviétiques sur le terrain linguistique de sa construction politique multinationale : Lénine voyait certes dans le russe la langue incontournable des échanges entre les Républiques fédérées, mais il a d’emblée rompu avec la russification imposée par les tsars et a fait donner aux langues des « allogènes » (langues du Caucase, de Sibérie, d’Asie centrale…) de larges moyens de se développer. Les Soviets ouvriers et paysans ont même été jusqu’à créer des écritures, des grammaires et des dictionnaires là où ces langues n’avaient qu’une existence orale avant 1917 ; ils ont également suscité une puissante littérature nationale s’exprimant dans les langues maternelles respectives des peuples soviétiques : le but était alors d’encourager chacun des peuples fédérés à marcher vers le socialisme universel en partant de ses traditions propres et en les revisitant, voire en les dépassant par leurs moyens propres et selon leurs rythmes propres. Comment ne pas penser ici aux admirables romans kirghizes de Tchinguiz Aïtmatov (Le premier Maître, Djamila…) ?

Il serait de plus très impolitique pour les défenseurs du français de prendre de front à la fois les tenants impérialistes du tout-anglais et les partisans républicains des langues régionales… tout au moins, ceux qui ne détestent pas « le » français parce qu’ils font la différence entre la langue de Victor Hugo et l’usage oppressif (pas seulement[12]…) qu’en a parfois fait la Troisième République. Rejeter les langues régionales serait d’abord faux dans le principe : de vrais internationalistes défendent tout naturellement le français contre le TOUT-anglais, mais ils ne seraient pas moins tenus de combattre le TOUT-français tel que le colonialisme a tenté de l’imposer en Afrique « au temps béni des colonies » (sic). Notons d’ailleurs que les peuples de l’ex-Empire colonial français ont intelligemment riposté au colonisateur en faisant du français – de LEUR français ! – une « prise de guerre », selon l’excellente expression de Kateb Yacine : loin de s’enfermer dans le « petit nègre » humiliant que leur inculquait le colonisateur, les ex-colonisés ont souvent mis un point d’honneur à cultiver un haut niveau de langue française dans leurs universités si bien que notre enseignement actuel du français, ravagé par quarante ans de contre-réformes néolibérales et de restrictions budgétaires fait parfois pâle figure quand on se risque à la comparaison...

En outre, ce rejet prétendument républicain des langues régionales serait politiquement suicidaire pour la défense du français. Le fin marxiste que fut longtemps Mao nous a suffisamment appris, notamment dans son étude dialectique Sur la contradiction, qu’en chaque lutte il faut cibler l’ennemi principal en lui portant tous nos coups ; d’autant que souvent, tout ou parti du concurrent ou de l’adversaire secondaire d’un jour peut devenir un allié si l’on sait le dissocier patiemment de l’ennemi principal qui le manipule et qui, de fait, ne cherche qu'à le poignarder dans le dos une fois la victoire « principale » obtenue. Enfin et surtout, il faut faire entendre aux tenants abusés de nos langues régionales que l’oppression linguistique et scolaire que ces langues ont subie hier (non par la faute de « la langue française », mais par celle de la bourgeoisie autoritaire d’alors), ne saurait justifier que leurs partisans actuels aident aujourd’hui à assassiner le français et la Francophonie internationale – ce ferment de résistance mondiale à l’américanisation générale – au profit d’un maître mille fois plus redoutable : le tout-anglais de l’Empire transatlantique et trans-pacifique en gestation[13], ce néo-totalitarisme planétaire que construisent l’Empire américain et l’Europe allemande en pleine expansion vers l’Est (cf l’actuelle extension de l’O.T.A.N. à l’Ukraine, en attendant qu’arrive le tour de la Biélorussie…) : car la juste dénonciation des crimes linguistiques ou politiques passés ne saurait légitimer la collaboration enthousiaste des descendants des victimes passées aux crimes politico-linguistiques présents et à venir !

Surtout, les défenseurs du français et les amis des langues régionales doivent se souvenir les uns et les autres d’une fable très « politique » de Jean de La Fontaine : se disputant un accueillant terrier, la belette et le petit lapin portent leur différend devant le Chat Raminagrobis. Feignant d’être sourd, le vieux prédateur griffu feint d’être sourd ; il leur demande de s’approcher et, quand ils sont à portée de griffes, il les happe et les dévore l’un après l’autre. Aujourd’hui, c’est le Raminaglobish transatlantique qui joue à opposer le français aux langues régionales ; mais une fois qu’il aura désétabli la « belette » francophone en manipulant les petits lapins euro-régionalistes, qui peut croire qu’il laissera la moindre chance aux langues de territoire et aux territoires eux-mêmes, qui seront mille fois plus facile à dépouiller une fois qu’ils auront été coupés de l’ensemble national ? Si cette digue mondiale au tout-anglais qu’est (encore un peu, malgré son état-major fort peu résistant) la Francophonie internationale venait à se rompre, il n’est guère difficile de comprendre que les langues régionales de France seraient encore plus vite englouties que ne l’ont été le gallois, le gaélique ou l’écossais celtique jadis dominants dans les Iles britanniques, ou que le furent les langues amérindiennes liquidées, instrumentées ou folklorisées par l’insatiable Empire yankee en passe de devenir transatlantique, sinon très pacifique. Quand ce dernier aura finir d’utiliser les euro-sécessionnistes et les langues régionales pour dépecer les États italien, français, espagnol, voire britannique (mais pas la R.F.A. qui, elle, s’est réunifiée en phagocytant la R.D.A. et en divisant-satellisant les pays voisins, ex-Tchécoslovaquie, ex-Yougoslavie, États baltes, et demain sans doute la Belgique déchirée par le « nationalisme » flamand), il ne fera qu’une bouchée de l’euzkara, du catalan, de l’alsacien et du corse, comme il l’a si efficacement fait avec le français de Louisiane et comme il s’emploie à le faire aujourd’hui, avec la complicité des gouvernants libéraux du Québec, par l’anglicisation galopante de Montréal[14].

C’est pourquoi tout vrai républicain devrait, au nom de la diversité indispensable à la culture mondiale, défendre TOUTES les langues de France et du monde contre la (non-) langue unique en marche, sans chercher cependant à briser le primat officiel de la langue nationale unifiée là où il en existe une[15]. Car à l’heure actuelle, les nations constituées (ou les États multinationaux hérités de l’histoire et brisés par l’Empire, comme la République socialiste fédérale de Yougoslavie) constituent des remparts de premier plan pour la défense du droit des peuples à s’autodéterminer et à construire à égalité l’indispensable coopération mondiale entre les peuples.

Il est d’ailleurs surprenant que les organisations écologistes qui, à raison, défendent la biodiversité contre le rouleau compresseur exterministe du pan-consumérisme capitaliste, restent de marbre quand s’éteignent jusqu’à huit langues PAR AN et que de grandes langues nationales et internationales porteuses d’une part majeure des Lumières mondiales comme l’italien, l’allemand, le français, le polonais, le russe, sont boutées sans ménagement hors des secteurs décisifs de la communication mondiale : sciences, technologies, commerce, cinéma, chanson, université, etc. Pourtant, quand une langue s’atrophie en perdant plusieurs de ses fonctions majeures, c’est une manière de vivre et de penser, c’est un regard et une sensibilité différents sur la vie qui plongent à jamais dans l’oubli, c’est un « esprit » qui agonise, ce sont des millions d’hommes qui sont subitement niés jusque dans leur histoire et dans leur identité la plus profonde, y compris celle de leur inconscient (que serait une psychanalyse en globish mondialisé ?) : en quoi serait-ce moins grave que de voir s’éteindre une variété de limaçons en Basse-Silésie ou un sous-groupe de ver des abysses dans la fosse océanique de Mindanao ?

Il faut donc à la fois défendre les langues régionales, qui devraient trouver place dans l’Éducation nationale partout où existerait une demande significative, et le primat de l’enseignement du français dont l’enseignement doit être revalorisé, étendu et requalifié de la maternelle à l’Université comme voie d’accès principale de tous les futurs citoyens-travailleurs aux Lumières communes dont notre pays fut historiquement le pionnier du Discours de la méthode au Plan Langevin-Wallon en passant par l’Encyclopédie de Diderot-D’Alembert.

III – Enseigner les langues de l’immigration de travail !

Curieusement, les mêmes qui s’enthousiasment pour la Charte européenne des langues au nom de la diversité et de l’égalité entre les parlers, ne trouvent rien à dire au fait que les langues de l’immigration de travail ne sont quasiment pas enseignées par l’école publique. C’est ainsi que pas un lycée de l’ex-bassin minier du Nord-Pas-de-Calais n’enseigne l’arabe comme LV 1 ou LV 2, alors que cette langue est parlée par nombre d’anciens mineurs marocains et par nombre de leurs ayants-droit. Une étrange lacune qui semble qui ouvre un large espace aux intégristes pour accaparer l’enseignement de cette langue internationale sur des bases lourdement cléricales...

Si l’on voulait dignement intégrer ces populations ouvrières, y compris en leur faisant aimer le français et la République, il conviendrait donc d’en finir avec cette exclusion linguistique par omission. Il faudrait pour cela affronter la députée Marion Maréchal-Le Pen et son prétendu front « national » : cette demoiselle n’a-t-elle pas exigé en 2012 à la tribune du Parlement que les rarissimes cours dispensés en arabe par l’école publique à des enfants d’immigrés primo-arrivants soient supprimés… et que les (très maigres) crédits qui sont alloués à ces cours de mise à niveau soient désormais affectés … au français[16] ??? Nullement : à l’enseignement de l’anglais dès l’école primaire ! Bref, le FN n’est pas opposé à toute langue d’immigration et les mêmes meneurs xénophobes qui stigmatisent les prolétaires issus de l’espace africain francophone, n’ont rien à redire à la colonisation linguistique de l’Hexagone que pratique toute une partie de l’élite friquée accourue de toute la riche Europe du nord pour s’approprier des cantons entiers de la Normandie ou du Limousin: comme si c’étaient les travailleurs africains qui délocalisaient nos usines à l’étranger, et non les P.D.G. « français » du C.A.C.-40, dont Le Monde nous apprend qu’une majorité réside désormais à New-York, et dont certains imposent le « travailler-en-anglais » dans nombre de sociétés franciliennes ! Pour mesurer l’aliénation nationale et l’humiliation linguistique que nous tolérons veulement – et pour prendre conscience de l’ampleur du racisme de classe et néocolonial qui hante trop de « bons esprits » en France ! – il suffit de s’imaginer comment réagirait la population française, intellectuels et « bobos » compris, si d’un seul coup toutes les enseignes et autres pubs en anglais qui nous assaillent étaient subitement affichées ou prononcées en arabe, en wolof ou en berbère ! Et pour mesurer à la fois la xénophobie d’État et l’auto-phobie nationale dont font preuve certains dirigeants de la droite « républicaine », il suffit de considérer la proposition délirante formulée naguère par le dirigeant U.M.P. Jean-François Copé[17] : entre deux dissertations sur les pains au chocolat, ce triste sire ne proposait-il pas récemment d’imposer le tout-français dans les mosquées de France, d’y proscrire l’arabe coranique… et de passer désormais les films américains en version doublée de manière à imprégner d’anglais les enfants de France dès leur naissance (plus facile que de créer des postes de français, d’anglais, d’allemand, d’espagnol, de russe, d’italien, etc. dans nos lycées !). Terrifiante bassesse de cœur et d’esprit qui conduit à vilipender les plus faibles et les plus en dangers – les ouvriers issus de l’immigration et leurs enfants – et à ramper voluptueusement devant les plus forts, cadres sups du Nord refusant d’apprendre notre langue, investisseurs à milliards débarqués du Qatar, U.E. imposant déjà de fait l’anglais comme sa langue officieuse unique en violation des traités qui font obligation à la commission européenne de respecter à égalité l’identité culturelle des États-membres de l’U.E….

IV – Vive(nt) le(s) français[18] !

Cette résistance linguistique tous azimuts n’implique aucun « purisme ». Comme toute langue vivante, le français comporte plusieurs niveaux ou segments d’usage et chacun d’eux est légitime et efficace pour la destination communicationnelle, poétique, professionnelle, nationale, qui est la sienne. Rappelons d’ailleurs que même Malherbe, le poète qui « épura » notre langue et notre littérature au Grand Siècle, se référait aux « crocheteurs des Halles » pour fixer le vocabulaire. La première des choses à faire pour encourager les travailleurs et d’abord, pour motiver les militants du mouvement ouvrier à défendre leur langue, est de les convaincre qu’ils sont compétents en matière de « bon français » puisqu’ils se font clairement entendre de leurs pairs, et même bien mieux que ne le font les « élites » quand elles parlent au bon peuple. Au demeurant, qui pourrait parler plus mal le français que les moulins à paroles des actuels « merdias » capitalistes qui ne savent plus faire une liaison évidente, inverser le verbe et le sujet dans une interrogation directe ou utiliser la double négation, qui abusent de la novlangue politicienne à la mode et qui – surtout à Paris intra muros – multiplient les anglicismes branchés. Et cela sans le moindre souci du droit des auditeurs à comprendre ce que racontent les chaînes audiovisuelles qu’ils financent par leurs impôts ou par l’entremise des publicités (payées par les consommateurs) qui subventionnent les médias privés ! Des études montrent d’ailleurs paradoxalement que les ados qui manient le langage SMS de la manière la plus drôle et la plus inventive sont souvent les plus performants dans l’usage du français « scolaire ». Fi donc des nouveaux puristes qui condamnent le « mauvais français » des jeunes que pour mieux cautionner l’invasion de l’anglo-américain : comme si les multinationales qui imposent d’en haut leur sabir idéologiquement formaté avaient la même légitimité politique à changer la langue que le(s) peuple(s), le monde du travail et la jeunesse populaire qui, de Tunis au Caire, crient en français « dégage ! » à Benali ou à Moubarak, que les syndicalistes de lutte qui se déclarent désobéisseurs et que tous ceux qui inventent les néologismes dont ils ont besoin pour dire aux autres leur activité sociale innovante ou dérangeante !

Il est également urgent de faire de la Francophonie internationale non plus seulement cet espace guindé piloté par les gouvernements (hyper-angliciseurs pour beaucoup d’entre eux, à commencer par ceux de France, de Belgique et du Canada…), qui prend prétexte d’une langue commune qu’ils refusent de défendre pour pontifier sur les problèmes mondiaux, mais un lieu vivant de résistance sociale, d’échange international, d’impulsion culturelle, d’émancipation nationale et de mise en commun linguistique permettant d’affronter le rouleau compresseur des oligarchies américanolâtres arc-boutées sur l’exportation de leur langue, réduite au rôle une arme de soft power (car contrairement aux sots gouvernants français, qui considèrent comme un boulet notre langue parlée sur cinq continents, les élites anglo-américaines savent que le tout-globish constitue une arme économique et commerciale plus efficace que plusieurs alliances militaires ![19]). Face à cette pieuvre  nourrie à la fois par Wall Street, par le Pentagone, Hollywood et la City, il est vital pour le français d’échanger et de collectiviser la créativité africaine, l’esprit de résistance québécois, la force poétique haïtienne, etc.

Dans le même esprit le français moderne doit s’enrichir d’emprunts aux autres langues de France, aux langues de l’immigration ouvrière ainsi qu’aux autres langues romanes, espagnol, italien, portugais, roumain, qui sont confrontées aux mêmes problèmes d’arrachage linguistique (du moins en Europe) que notre pays, sans négliger bien entendu l’apport de l’espéranto, dont le mérite est de vouloir affranchir la communication internationale de la tutelle impérialiste d’un Etat ou d’un groupe d’Etats donné. En un mot, internationalisons les résistances linguistiques et refusons que le tout-anglais règne dans le mouvement syndical international, dans les « alter-summits » (sic) ou dans certaines émissions de prétendue « Underground Democracy » qui, jusque dans leur dénomination, clament le caractère petit-bourgeois, ostentatoire et inoffensif de leur semi-révolte. Entendons enfin le conseil de Montaigne, auteur des Essais et maire de Bordeaux, qui déclarait déjà au 16ème siècle : « que le gascon y aille si le français n’y peut aller ! »…

Cette prise en compte de la diversité linguistique du ou des français n’interdit nullement de se réapproprier le français commun, y compris le vocabulaire et la grammaire – si évolutifs soient-ils – car ceux qui prétendent que tout cela n’est que vieillerie dépassée, qu’il n’y a pas de différence entre l’oral et l’écrit, qu’on peut parler n’importe comment en n’importe quel lieu, font en réalité tout le nécessaire pour se réserver jalousement l’écrit et le « bel usage », fût-il mâtiné d’expressions familières employées pour « faire peuple ». Quant à ceux qui défendent l’idée reçue qu’il n’y a pas de normes linguistiques et qu’il suffirait au linguiste de décrire l’état des lieux de la langue sans s’inquiéter de savoir si elle vit ou si elle dépérit, ils méconnaissent ce fait patent que la production de normes linguistiques est un fait langagier constant : celui qui maîtrise bien sa langue, dans quelque domaine que ce soit, et qui peut de ce fait s’en faire le poète, le virtuose et le transformateur actif, retravaille sans cesse la norme existante. Pour cette raison même, il lui faut bien connaître et manier sa langue, comme l’artisan connaît et manie parfaitement ses outils et sa matière première.

 

Conclusion - Les « élites » françaises – en réalité l’oligarchie transatlantique et ses collabos de la haute bourgeoisie « française »  – sacrifient cyniquement une langue dont ils ont profondément honte car elle porte l’inexpiable héritage d’une histoire populaire qu’ils abhorrent : l’héritage de Marat et de Toussaint Louverture, des Communards et du Front populaire, voire de l’Internationale communiste (dont le français était la langue de référence) et des luttes de libération nationale d’Afrique. Marginaliser cette langue maudite est un enjeu central pour ceux qui veulent, comme le M.E.D.E.F., mettre en place « les États-Unis d’Europe, notre nouvelle patrie » - comme si l’on pouvait à son gré changer de patrie, c’est-à-dire de parents et d’histoire. Face à cet énorme parricide de classe et de caste, les progressistes doivent tout faire pour briser la censure et imposer le débat politico-linguistique : car la substitution linguistique qui vise à exproprier le peuple de ses mots, donc de ses luttes, ne pourra l’emporter que si la classe travailleuse se laisse priver de débat sur sa langue. C’est pour la priver de parole à jamais, pour faire d’elle une classe mutique après avoir fait d’elle une masse précarisée, paupérisée et constamment menacée d’exclusion, que le Parti Maastrichtien Unique, toutes tendances confondues, veut (se) défaire (de) la langue frondeuse de Rabelais, de Diderot et de Jean-Baptiste Clément, sans parler de Félix Leclerc, de Jacques Brel ou des incandescents Frantz Fanon et Aimé Césaire.

Première cible de l’exterminisme linguistique de l’oligarchie, la classe laborieuse. Ses organisations syndicales et politiques – et tout d’abord les militants qui ont pris conscience de la nécessité de marier l’émancipation sociale à l’affranchissement national et à la solidarité internationale des peuples – ont un intérêt vital à engager la résistance linguistique en l’associant aux combats en cours pour le produire en France, les services publics, la protection sociale, la souveraineté nationale, la défense de la paix contre les aventures néocoloniales dans lesquelles le Parti atlantique compromet notre peuple sous couvert d’ « ingérence humanitaire ». Sans attendre, chacun peut engager cette résistance aux niveaux individuel, associatif, syndical, politique. Il s’agit moins d’ailleurs de « défendre la langue française » que de SE défendre AVEC la langue française ; c’est pourquoi ce combat a beaucoup à voir avec celui par lequel les résistants sociaux affrontent la novlangue néolibérale (celle qui, par ex. nomme « modernisation » les régressions sociales et « archaïsmes » les acquis sociaux) pour reconquérir un vocabulaire de classe permettant de nommer un chat un chat et Manuel Valls un laquais du C.A.C.-40. Il s’agit là d’un engagement structurant et nullement d’un « à-côté » mineur du combat social : car lorsque les tenants de l’Empire euro-atlantique et de Businesseurope auront détruit nos langues, et avec elles, toute la mémoire consciente et inconsciente du mouvement ouvrier et jusqu’à l’A.D.N. républicain de la Nation, la « France des travailleurs » chantée par Ferrat et l’idéal de République sociale dont notre pays est l’initiateur historique, auront définitivement sombré dans ce que Marx appelait naguère « les eaux glacées du calcul égoïste ». Est-ce vraiment cela que nous voulons pour nos enfants ?

 

 


[1] Philosophe, président de l’association COURRIEL pour la résistance au tout-anglais impérial. Auteur notamment de Patriotisme et internationalisme (2011) et de la Lettre ouverte aux ‘bons’ Français qui assassinent la France (2005).
 

[2] Et dans un second temps – ce serait sa seconde mort, ignominieuse ! – à l’état de parler aristocratique mondial des « élites mondialisées », dont la soif de distinction pourrait ne pas se satisfaire très longtemps du « globish » imposé partout ?
 

[3] « Anglais langue maternelle ».
 

[4] René Etiemble (1909-2002), écrivain et linguiste éminent, auteur notamment de Parlez-vous franglais ? (Gallimard, 1964).

[5] Au sommet, les English Mother Tongue venus d’ailleurs ou provenant des enfants de l’oligarchie « française » élevés directement en anglais, comme les collabos gaulois de César reniaient le celtique en élevant leurs enfants en latin. Au milieu, les « globishisants », parlant plus ou moins bien un anglais d’aéroport et destinés aux fonctions de cadres moyens. En bas, les francophones demeurés (c'est à dire ceux demeurés francophones...), cantonnés dans les tâches d’exécution et parlant un français appauvri et truffé d’anglicisme. Et dans les soutes, les travailleurs immigrés venus de l’espace francophone africain et subissant la double peine linguistique puisque parlant le français avec un accent (comme s’il existait un français sans accent…) et ne sachant pas encore la vraie langue du French Euroland en cours de recyclage linguistique total. Le schéma étant compliqué, notamment pour les travailleurs des services publics d’État, ou pour les enseignants, par la nécessité de parler le français, l’anglais et, si possible, plusieurs langues régionales s’ils veulent par ex. être mutés de la Bretagne à la Corse ou à Perpignan, lorsque le breton, le corse ou le catalan auront obtenu la co-officialité dans les actes publics… Vive la « modernité » ! Et tout cela, bien entendu, sans un euro supplémentaire sur la fiche de paie…
 

[7]     « France is in the air » remplaçant dans la foulée le célèbre slogan « Faire du ciel le plus bel endroit de la terre »...

[8] Et si « oui », « d’accord », « ça marche ! », « ça roule ! », « ça baigne ! », vous paraissent trop fades, pourquoi ne pas OSER « Oc » en occitan, « si como no ? », en castillan, etc. ? S’il faut emprunter, il est prudent de ne pas emprunter toujours à la World Company
 

[9] Lire notamment : http://www.m-pep.org/spip.php?article3517 . La Charte a été rédigée par la FUEV (Föderalistische Union Europäischer Volksgruppen), groupe de pression directement héritier du pangermanisme allemand et d'une conception ethnique des populations ayant valu la reconnaissance du caractère nazi de certaines de ses formes antérieures.

 

 

[10]  Déjà, en Catalogne ibérique, des Banques s’affichent uniquement en catalan et en anglais en proscrivant l’espagnol, seconde langue la plus parlée au monde, et le français, parlé de l’autre côté de la frontière !

 

 

[11] Arguant de la prochaine adoption de la Charte européenne par le Parlement français, le conseil municipal de Saverne a cru pouvoir annoncer que les séances du conseil municipal se tiendraient désormais en alsacien, avec des traducteurs français pour les non-locuteurs du dialecte, et que les comptes-rendus se feraient « en allemand, forme écrite de l’alsacien ». Fermez le ban ! Le patronat alsacien qui inspirait largement le projet (rejeté par l’électorat républicain alsacien) de fusion des deux départements et de la région Alsace, ne cachait pas que son but réel était de se fondre dans une grande euro-région transfrontalière avec le Bade-Würtemberg allemand. Des projets analogues sont couvés par les hiérarques féodal-« socialistes » du Languedoc-Roussillon, qui lorgnent sur la riche Barcelone, ou par Martin Malvy (Midi-Pyrénées) et Martine Aubry (la vraie patronne du Nord-Pas-de-Calais), qui veulent chacun leur région « transfrontalière ». C’est évidemment l’anglais, et non les langues régionales – purs prétexte d’un instant pour déconstruire mille ans de construction nationale française – qui fédérera ces regroupement clairement antinationaux dans lesquels le Code du travail, les statuts, le SMIG et les conventions collectives ne feront pas long feu. 

 

 

[12] Poussée par le socialisme ouvrier naissant et encore portée par l’élan de la Révolution jacobine, cette bourgeoisie a AUSSI institué l’école laïque, gratuite et obligatoire, mis en place la loi de séparation de l’Église et de l’État, institué la loi passablement démocratique de 1901 sur les associations, interdit le travail du dimanche… Quelle différence avec l’oligarchie capitaliste actuelle et avec ses reptiliens serviteurs « socialistes » du type de Manuel Valls !

 

 

[13]  Pressé d’équilibrer les BRIC, qui parlent portugais (Brésil), russe, mandarin ou hindi, l’Oncle Sam mène de front en ce moment deux négociations secrètes ; l’une avec les Européens (Union transatlantique) et l’autre avec les Japonais, les Coréens du Sud, etc. (Union transpacifique). Et quelle sera la langue officielle de l’Union transatlantico-pacifique quand ces négociations seront venues à leur terme et que Wall Street sommera la Maison Blanche d’unifier les deux Unions ? Alors que le système capitaliste fait fonds depuis cinquante ans sur une propagande « antitotalitaire » frelatée, il porte en ses flancs une pensée unique, une langue unique, une économie et une culture uniques qui battent d’avance tous les records de totalitarisme – si l’on tient à utiliser cette notion passablement floue – puisqu’elles s’étendront aux moindres recoins de la planète : plus la moindre île déserte, plus le moindre îlot d’Utopie où fuir ce « devenir-monstre » (dixit André Tosel) de la mondialisation capitaliste. Radicalisée, un tel système unique – heureusement traversé par bien des contradictions – signifierait la mort de l’humanité en tant qu’humaine : car UNE pensée, UNE culture, UNE langue, égalent nécessairement ZERO pensée, ZERO langue, ZERO culture pour peu que l’on ait compris que la pensée a besoin de diversité et de contradictions pour exister. Nous avons défendu par ailleurs la thèse selon laquelle « l’exterminisme est le stade suprême de l’impérialisme ». Mais il y a bien des moyens d’exterminer l’humanité en lui laissant l’illusion provisoire d’exister…

 

[14]  Il faudrait aussi évoquer le sort des francophones belges. Violant les prétendues règles démocratiques de l’U.E., la droite dure flamande persécute les francophones qui résident au nord du pays, abandonne la Wallonie en crise à son sort et resserre son étreinte menaçante sur Bruxelles ; or, la seule réponse du chef de file socialiste des francophones, M. Elio Di Rupo, le premier ministre fédéral belge, est de s’adresser à l’ensemble de ses compatriotes en anglais !
 

[15]  Y compris sans doute de l’anglais britannique, en passe d’être avalé par le globish et par l’américain, et dont il serait sans doute stupide de priver les Écossais et les Gallois, sans parler des Irlandais, pourvu qu’ils disposent tous des moyens de recouvrer leur langue historique.
 

[16]        http://www.debunkersdehoax.org/depenses-ahurissantes-pour-les-cours-darabe-a-lecole-intox-de-marion-le-pen

[17]    http://www.slate.fr/story/33579/francais-anglais-langues-etrangeres-ecole

[18]  Rappel orthographique : le substantif « le(s) français » en minuscules désigne la langue française et, au pluriel, ses divers usages, hexagonal, québécois, romand, wallon, etc. ; le substantif le(s) Français, avec la majuscule, désigne le ou les citoyens de nationalité française, donc des personnes.

 

 

[19] Honte à ceux des officiers français qui acceptent sereinement, pour poursuivre leur brillante carrière au sein de l’O.T.A.N., que l’anglais devienne la « langue de travail » de l’armée « française ».
 

9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 13:55

Depuis plusieurs semaines, l’assaut contre la révolution bolivarienne s’est intensifié. Les éditos et premières pages des journaux américains et espagnols s’insurgent contre la faim au Venezuela et réclament le départ du « régime dictatorial ». Les pénuries en cours ont entraîné des cas de pillages. L’opposition de droite tente de déclencher un référendum présidentiel révocatoire, mais menace également de passer à l’action violente et fait appel à des puissances étrangères, parfois pour une intervention militaire. Que se passe-t-il réellement au Venezuela et comment faire face à ces menaces ?

 

Vendredi 13 mai, Nicolas Maduro, le président du Venezuela, a étendu le « décret d’urgence économique » qui lui avait donné des pouvoirs supplémentaires depuis janvier ; il a également déclaré un état d’urgence de 60 jours qui lui confère un pouvoir très large pour traiter des menaces militaires externes et des problèmes de distribution et de production alimentaires.

Comme il fallait s’y attendre, les médias capitalistes du monde entier s’unirent dans un chœur de dénonciation, hurlant à la « dictature », tandis qu’un des principaux leaders de l’opposition de droite, Capriles Radonski, appela publiquement à la désobéissance face au décret. La menace est cependant bien plus réelle et vaut la peine d’être illustrée par quelques exemples.

Il y a un mois, un éditorial du Washington Post [1] a ouvertement appelé les pays voisins du Venezuela à une « intervention politique ». Le week-end du sommet Concordia à Miami, l’ancien président colombien Alvaro Uribe a exhorté les forces armées du Venezuela à entreprendre un coup d’Etat, ce qui devrait être complété, en cas d’échec, par une intervention militaire étrangère contre la « tyrannie ».

Au Venezuela, l’opposition de droite a invité de nombreuses fois l’Organisation des Etats Américains à s’appuyer sur sa « Charte démocratique » pour intervenir contre le président Maduro. L’opposition s’enhardit de l’éviction de Dilma Rousseff au Brésil et souhaite suivre le même chemin aussi vite que possible, par tous les moyens légaux ou illégaux. Francisco Toro, influent journaliste et blogueur vénézuélien de droite (et éditeur des chroniques de Caracas), vient d’écrire un article discutant ouvertement des avantages et des inconvénients d’un coup d’Etat [2], qu’il dit être constitutionnel et en aucun cas criminel.

Aujourd’hui, le gouvernement vénézuélien fait état d’une violation de son espace aérien par les forces américaines.

Dans une tentative de tirer profit des graves difficultés économiques auxquelles le pays est confronté, l’opposition réactionnaire a été très occupée à créer une situation de chaos et de violence qui justifierait un coup d’Etat ou une intervention étrangère pour accélérer le départ du président Nicolas Maduro. Des actes violents ont été commis à Zulia et Tachira. Constamment, des rumeurs d’émeutes et de pillages sont répandues, le plus souvent à tort.

Une crise très grave

Cela fait maintenant plus de 13 ans que je suis impliqué dans la défense de la révolution bolivarienne ; j’ai fréquemment visité le Venezuela et écris régulièrement sur sa situation. Rien de ce que je viens de décrire n’est vraiment neuf. Depuis le début, avec l’élection de Chavez en 1998, et surtout depuis les lois d’habilitation de décembre 2001, l’oligarchie vénézuélienne et l’impérialisme se sont lancés dans une campagne continue mêlant harcèlement, violence, déstabilisation, coups d’Etat, mensonges, diffamations, pressions diplomatiques, sabotage économique… Vous y pensez ? Ils l’ont fait.

Cette fois, néanmoins, il y a quelque chose de différent. Lors des tentatives précédentes, la volonté révolutionnaire des masses bolivariennes, travailleurs, paysans et pauvres a fait échouer les tentatives de la contre-révolution. Ce fut le cas contre le coup d’Etat d’avril 2002, et les lock-outs et sabotages de l’industrie pétrolière en décembre de la même année, avant que la révolution ne soit en mesure d’améliorer véritablement le niveau de vie. Ce qui n’a été possible qu’après la prise de contrôle totale du gouvernement sur les compagnies pétrolières, en 2003.

Pendant 10 ans, la révolution fut à même d’effectuer de larges réformes et d’améliorer les conditions de vie des masses. En parallèle, un mouvement de radicalisation politique avait lieu, au cours duquel le président Chavez et les masses révolutionnaires s’entraînaient dans une émulation réciproque. Le socialisme fut déclaré but de la révolution bolivarienne ; des expériences de contrôle ouvrier eurent lieu à grande échelle ; les usines furent occupées et les propriétaires expropriés ; les entreprises furent renationalisées. Des millions de personnes devinrent actives à tous les niveaux, dans une tentative de reprise en main de leur futur. Le moteur de la révolution, la force qui lui permit de contrecarrer toutes les tentatives de l’oligarchie et de l’impérialisme, était les masses révolutionnaires, actives, politiquement conscientes, et engagées à tous les niveaux.

Bien évidemment, cette période profitait du prix élevé du pétrole (qui atteignit un pic à 140 dollars le baril en 2008). Le gouvernement disposait d’une manne financière considérable issue des revenus du pétrole pour financer des programmes sociaux qui bénéficiaient à des millions (en termes d’éducation, de santé, d’alimentation, de logement, de retraite…). La question de la prise de contrôle des moyens de production n’a pas été posée immédiatement.

Le capitalisme ne peut pas être régulé

Des mesures ont été prises pour limiter le fonctionnement normal de l’économie de marché capitaliste, afin de défendre la révolution contre le sabotage de la classe dirigeante. Ceci incluait le contrôle des changes (pour empêcher la fuite des capitaux) et le contrôle des prix des produits alimentaires de base (pour défendre le pouvoir d’achat des pauvres).

Les capitalistes trouvèrent rapidement un moyen de contourner ces mesures. Le contrôle des changes devint une escroquerie et aboutit à un transfert massif des devises fortes issues des revenus du pétrole directement dans la poche des capitalistes sans scrupules. Comment ? Le gouvernement mit en place un taux de change subventionné, qui devait être utilisé pour l’importation de produits de base (alimentation et soins) et de pièces pour l’industrie.

Au lieu de cela, les capitalistes demandèrent des dollars subventionnés pour les injecter ensuite sur le marché noir (inévitable effet secondaire du contrôle monétaire) ou dans des comptes bancaires à l’étranger. On vécut donc l’incroyable situation où le volume des importations diminuait alors que la valeur des importations (en dollars) augmentait massivement. L’économiste marxiste Manuel Sutherland a analysé les chiffres concernant les importations de produits pharmaceutiques.

En 2003, le Venezuela importait ses produits pharmaceutiques à 1,96 dollar le kilo. En 2014, les prix avaient atteint 86,80 dollars le kilo. Les importations s’étaient effondrées de 87 % en volume, mais avaient augmenté 6 fois en prix ! Des chiffres semblables peuvent être trouvés pour presque chaque secteur de l’économie pour lequel les capitalistes recevaient des dollars subventionnés pour importer des biens.

Une situation semblable s’est développée avec le contrôle des prix. Le secteur privé, qui a encore presque le monopole de la transformation alimentaire ainsi que de la distribution de nombreux produits de première nécessité, refusa de produire quoi que ce soit dont le prix fût contrôlé. Ainsi, pour contourner la régulation des prix du riz, il se mit à produire des variétés colorées ou aromatisées qui n’étaient pas réglementées.

Ce blocage de la production de la part des capitalistes privés a obligé l’Etat à endosser le rôle de producteur et de distributeur des produits alimentaires de base. L’Etat importait de la nourriture du marché mondial, la payait au prix du marché mondial avec les dollars du pétrole, et la vendait ensuite à des prix largement subventionnés dans des chaînes de supermarchés étatisées (PDVAL, MERCAL, Bicentenario).

Pendant un moment, ceci fonctionna plus ou moins bien grâce aux prix élevés du pétrole. Mais lorsque les prix s’effondrèrent et que l’économie entra en profonde récession, l’ensemble de l’édifice s’écroula comme un château de cartes. En 2014, le baril de pétrole vénézuélien était encore à 88 dollars. En 2015, il n’était plus qu’à 44 dollars et atteignait son plus bas niveau en janvier 2016, à 24 dollars.

Pour continuer à financer les programmes sociaux (dont les produits alimentaires subventionnés), l’Etat se mit à imprimer d’énormes quantités de billets sans aucun ressort réel. Entre 1999 et 2015, l’agrégat monétaire M2 [un indicateur statistique utilisé entre autres pour mesurer l’inflation, NDLT] augmenta de plus de 15 000 % !

La combinaison d’une fuite massive de capitaux, du développement concomitant d’un marché noir du dollar, et d’une forte croissance de la masse monétaire en période de récession économique (3,9 % en 2014, 5,7 % en 2015) mena inéluctablement à l’hyperinflation. Le taux annuel d’inflation a ainsi atteint un record de 6 8 % en 2014, explosé ensuite en 2015 avec un taux de 185 % selon la banque centrale vénézuélienne.[3] L’inflation pour la nourriture et les boissons non alcoolisées était encore plus forte que la moyenne.

Le taux de change sur le marché noir du dollar a bondi de 187 bolivars par dollar en janvier 2015 à plus de 1000 bolivars par dollar maintenant (avec un pic à 1200 bolivars en février de cette année). C’est le taux de change sur la base duquel la plupart des prix des produits sont calculés maintenant.

Cette dislocation économique à grande échelle a également mené à une diminution rapide des réserves de change :

 

De 24 milliards de dollars début 2015, elles ont chuté à 12,7 milliards aujourd’hui, selon les chiffres de la banque centrale vénézuélienne.

Cette sombre situation a entraîné une forte baisse des importations du gouvernement en aliments et autres produits de base. Le total des importations a diminué de 18,7 % en 2015, créant une pénurie permanente de produits de base dans les chaînes de supermarchés possédées par l’Etat et qui les vendaient à des prix réglementés. Conséquence logique : un immense marché noir pour ces produits a vu le jour. La cause première en est les pénuries, qui se voient aggravées par l’existence du marché noir lui-même. La grande différence créée entre les prix réglementés (de plus en plus rares) et le marché noir rend ce dernier extrêmement attirant pour la vente de produits.

Voici un tableau comparatif des prix de produits de base vendus par les bachaqueros (vendeurs au noir) dans les quartiers ouvriers et pauvres de Petare à Caracas, en mars :

 

Au cours des deux dernières années, le gouvernement a plusieurs fois décrété une augmentation du salaire minimum, de 10 000 bolivars en novembre 2015 à 15 000 bolivars maintenant, auxquels il faut ajouter 18 000 bolivars des cesta ticket (un supplément alimentaire). Mais si vous devez acheter la plupart des produits de votre panier hebdomadaire au marché noir, ceci ne suffit pas. Comme les importations étatiques de nourriture ont été drastiquement réduites, les produits à prix réglementés sont de plus en plus rares et les gens se trouvent contraints d’aller faire une part de plus en plus grande de leurs achats au marché noir et libre.

Les pénuries ont engendré une forte corruption à tous les niveaux, vivant du détournement des produits de la chaîne d’approvisionnement officielle, gérée par l’Etat, vers le marché noir : de la famille qui fait la queue pendant des heures et revend ensuite une partie de ce qu’elle a acheté, jusqu’au gérant de supermarché d’Etat qui détourne des camions entiers pleins de produits (de mèche avec les gardes nationaux surveillant l’établissement), en passant par des gangs criminels qui engagent des gens pour faire la queue des heures durant et acheter n’importe quel produit subventionné encore disponible (en menaçant et graissant la patte des employés de supermarché, des gardes nationaux, des gérants, etc.), sans oublier le directeur national de la chaîne de supermarchés d’Etat Bicentenario, qui détourne des cargaisons entières de produits.

A ceci, il faut ajouter les mille et une façons que le secteur privé a pour briser le régime de régulation des prix. La farine de maïs manque continuellement, mais les arepas abondent. Il est quasiment impossible d’acheter des poulets à prix réglementés, mais les poulets rôtis ne manquent jamais. On ne trouve pas de farine de blé au prix officiel et les boulangeries utilisent ce prétexte pour ne pas produire la quantité habituelle de pain (dont le prix est réglementé), mais mystérieusement, elles sont tout de même capables de fournir toutes les autres variétés de pain, gâteaux et biscuits, dont on suppose qu’ils sont faits de farine… Qu’est-ce qui se trouve derrière cette énigme ? L’approvisionnement des établissements par des vendeurs en gros, mais à des prix non réglementés.

Toute tentative pour mettre fin à cette situation avec des mesures répressives contre les vendeurs au noir, bien qu’elles soient nécessaires, est vouée à l’échec : les petits ou gros bachaqueros ne sont pas le problème fondamental. La cause profonde est l’incapacité actuelle du gouvernement à financer l’approvisionnement en quantités suffisantes de produits pour couvrir l’ensemble de la demande, combinée avec le refus du secteur privé de produire et de vendre aux prix fixés par le gouvernement.

Une des raisons de cette intenable dislocation économique est donc la rébellion « naturelle » des producteurs capitalistes contre toute tentative de régulation des affaires du « libre marché ». Voilà ce que signifie vraiment la « guerre économique » dénoncée depuis de nombreuses années par le gouvernement bolivarien. Oui, indubitablement, il y a un sabotage économique délibéré qui chercher à frapper la classe ouvrière et à ébranler son soutien à la révolution. Mais dans le même temps, il est facile de comprendre que, du point de vue des capitalistes, s’il est possible d’obtenir une marge de profit de 100 %, 1000 % ou encore plus au marché noir, il n’y a aucune raison de vendre ou de produire des produits réglementés qui ne leur apporteront qu’un gain très faible, voire des pertes.

Ce qui a échoué au Venezuela ce n’est donc pas le « socialisme » comme les médias capitalistes aiment le souligner dans leur propagande. Bien au contraire : ce qui a clairement échoué, c’est la tentative d’introduire des systèmes de régulation pour que le capitalisme, même partiellement, se mette à servir l’intérêt des travailleurs. La conclusion est limpide : le capitalisme ne peut pas être régulé. L’essai dans ce sens a mené à une dislocation économique à très grande échelle.

La réponse du gouvernement : un appel au secteur privé

La majorité des Vénézuéliens est bien consciente, à des degrés divers, du rôle odieux joué par les compagnies privées comme Grupo Polar dans l’instauration d’une situation où dominent accaparement, racket, marché noir, spéculation, etc. Durant ma dernière visite au Venezuela, j’ai assisté à la discussion suivante dans une file d’attente :

Mujer A: “aquí tienen su patria bonita” - Mujer B: “a ver si creen que es el gobierno que produce la Harina PAN”

[Femme A, d’un ton méprisant : « voilà ton beau pays » (donc voilà ce que le chavisme t’a donné, des files d’attente). Femme B, sèchement : « tu penses que c’est le gouvernement qui produit la Harina PAN ? » (en réalité, c’est Grupo Polar qui a le contrôle monopolistique de la production de farine de maïs).]

Le problème n’est pas que les gens ignorent le sabotage économique perpétré par le secteur privé, mais qu’ils considèrent le gouvernement incapable ou réticent à prendre les mesures nécessaires pour résoudre cette situation.

Au problème des pénuries alimentaires et à celui des activités criminelles, il faut ajouter la grave sécheresse qui frappe le Venezuela, effet collatéral d’El Nino, et qui a entraîné des difficultés de production d’électricité au barrage hydroélectrique El Guiri et donc de fréquentes coupures de courant au cours des derniers mois. En avril, le gouvernement a décrété la semaine de 2 jours ouvrés dans les institutions publiques pour réduire la consommation d’électricité.

Même dans ce domaine, il faut témoigner d’une campagne intensive de sabotage du réseau électrique du pays. Depuis de nombreuses années, des attaques à la bombe ont été perpétrées contre les centrales et les postes électriques dans différents endroits du pays. Elles coïncident généralement avec les périodes de campagnes électorales et des moments d’exacerbation des tensions politiques ; elles visent à provoquer des coupures de courant pour répandre un sentiment d’effondrement, de chaos, d’instabilité…

Quelle a été la réponse du gouvernement à ces problèmes ? Depuis au moins 2014, l’échec des tentatives de régulation du capitalisme est publiquement reconnu, de même que celui du financement des programmes sociaux avec les revenus du pétrole. On pourrait dire que le point de basculement a été le départ du gouvernement en juillet 2014 de l’ancien ministre des Finances Giordani. Depuis, la ligne dominante de la politique économique du gouvernement a consisté à faire encore plus de concessions aux capitalistes en espérant en retour gagner leur confiance pour une future collaboration et un redressement de la situation. En témoigne toute une série de mesures : la libéralisation partielle du contrôle des changes, un effacement partiel des subventions au prix du pétrole, l’établissement de zones économiques spéciales pour attirer les investissements directs étrangers ainsi que le rapatriement du capital détenu à l’étranger par des capitalistes vénézuéliens, l’ouverture d’Arco Minero à l’exploitation minière (111 000 km² de terres)…

Rien n’a marché. Le gouvernement a de fréquentes discussions avec des hommes d’affaires au cours desquelles ces derniers obtiennent des concessions allant dans le sens de leurs intérêts et se voient priés d’investir. Et, logiquement, au cours des négociations suivantes, les entreprises exigent des concessions encore plus grandes alors que l’économie demeure dans une crise profonde.

Pour être honnête, les concessions du gouvernement au secteur privé s’accompagnent de temps à autre de menaces d’expropriation. Mais elles ne sont jamais concrétisées. Ainsi, le 13 mai, lorsque le président Maduro a étendu l’état d’urgence économique et a décrété des pouvoirs d’urgence pour 60 jours, il a tout particulièrement prévenu que « toute usine paralysée par un capitaliste serait reprise et redonnée aux mains de la communauté ». Moins de 48 heures plus tard, dans une interview accordée à Reuters, le vice-président chargé de toutes les questions économiques du gouvernement, Perez Abad, a rassuré le capital international en « excluant la reprise des usines qui sont paralysées suite à un manque de matières premières ». Dans la même interview, il a souligné l’intention du Venezuela de continuer à rembourser sa dette extérieure, très religieusement, en totalité et dans les temps. Il a également ajouté que ceci impliquerait une nouvelle réduction des importations en 2016.

En réalité, bien que l’avertissement de Maduro ait été largement repris dans les médias internationaux, les Vénézuéliens n’y ont pas prêté grande attention. Il a proféré de telles menaces d’expropriation, notamment contre Grupo Polar, de si nombreuses fois, qu’il est maintenant l’homme qui crie au loup. Récemment, à chaque fois que les travailleurs ont repris des usines paralysées par les patrons, ils ont été confrontés à une chaîne sans fin d’obstacles bureaucratiques ou à la répression directe de la police bolivarienne. Dans la majorité des cas, même si les lois introduites par Chavez soutiennent les travailleurs et autorisent les expropriations et le contrôle ouvrier, la plupart des inspecteurs du travail sont dans la poche des patrons. Plutôt que d’accélérer le processus d’expropriation, ils continuent d’accorder des délais aux propriétaires pour payer les salaires et redémarrer la production, ce qui aboutit à la démoralisation des travailleurs en lutte.

Perez Abad est un représentant de premier choix de cette politique de concessions envers la classe capitaliste. Il est lui-même un homme d’affaires et l’ancien président d’une des fédérations d’employeurs du pays. Il est devenu ministre chargé des affaires économiques en février, succédant à Luis Salas, qaue les capitalistes qualifiaient de « radical ». Juste avant que Maduro décrète l’extension des pouvoirs d’urgence économique, Perez Abad avait déjà annoncé une nouvelle augmentation des prix des produits réglementés, après discussions avec les capitalistes concernés.

Plus récemment, pour tenter de répondre au problème des pénuries, le gouvernement a voulu promouvoir la mise en place de comités locaux de production et de ravitaillement. L’idée est que les communautés organisées gèrent directement elles-mêmes la distribution aux familles des produits alimentaires subventionnés. C’est un pas dans la bonne direction, qui pourrait renforcer le rôle des organisations de base. Cependant, cette mesure n’a eu, jusque-là, qu’un impact limité ; elle ne traite que de la question de la distribution, et pas de celle, primordiale, de la production et de la transformation, qui est le nœud du problème.

27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 05:08

Le projet de loi présenté au Conseil des Ministres va arriver à l’Assemblée Nationale. C’est sous la pression de la mobilisation sociale des jeunes et des salariés que le débat va s’ouvrir. La journée du 24 mars a été une nouvelle démonstration de rejet du projet de loi El Khomri. Cette nouvelle étape annonce un 31 mars massif, puissant. Déjà des propositions sont faites à l’Assemblée pour une autre logique : une réelle amélioration du Code du travail, la valorisation du CDI, le renchérissement des heures supplémentaires, la réduction du temps de travail…

Mobilisation sociale et débat parlementaire sont désormais liés. La majorité de gauche à l’Assemblée peut produire un autre projet, rejeter celui proposé par Valls-Macron-El Khomri. En articulant pétition de masse (loi travail-non merci) , mobilisation dans la rue et débats parlementaires, on peut gagner.

Rien n’est plus important que de renforcer la mobilisation sociale

C’est de la mobilisation, en premier lieu, que dépend le sort du projet de loi El Khomri. Si elle n’est pas retirée, c’est le démantèlement du Code du travail. Si elle est retirée, c’est alors la possibilité, à l’inverse, d’une loi de progrès social pour l’emploi renforçant les droits, encadrant la précarité pour la faire baisser, améliorant les conditions de travail…

Aider à la réussite du 31 mars, c’est le rôle de toutes celles et tous ceux qui sont opposés à la régression sociale. Au-delà du 31 mars, il y aura d’autres échéances de mobilisation à construire tout au long du débat parlementaire. Et pourquoi pas des manifestations, dans toute la France un samedi ou un dimanche pour favoriser la participation de toutes et de tous ? Le 80e anniversaire de la victoire du Front populaire en mai peut coïncider avec une nouvelle journée de mobilisation. Une célébration vivante, 80 ans après, de mai-juin 1936. Le signe que de nouvelles conquêtes sociales sont possibles.

Ouvrir, ensemble, une perspective politique

Ce lien entre mobilisation sociale et 80e anniversaire du Front Populaire, c’est le moyen de faire le lien entre mobilisation sociale de 2016 et perspectives politiques en 2016-2017. La mobilisation a besoin d’un débouché et peut y aider. Il y a certes le débat parlementaire sur la loi El Khomri, pour une loi de progrès social. Mais il y a aussi besoin de débattre plus largement des bases d’une politique alternative. Car avec le rejet de la loi Valls-Macron-El Khomri s’exprime aussi plus globalement le rejet d’une politique économique et sociale pro-libérale, le rejet du néo-conservatisme illustré par l’état d’urgence et le débat sur la déchéance de nationalité.

Le fonctionnement institutionnel de la Ve République est lui aussi mis en cause : refus du 49-3, de la prééminence de l’exécutif, besoin d’être représentés et entendus.

Débattre d’une plateforme politique de toute la gauche et des écologistes est la seconde tâche des socialistes. Les exigences du peuple de gauche sont nombreuses, elles doivent s’exprimer ! C’est l’urgence à gauche. Débattons-en dans des milliers de débats citoyens, avec les jeunes et les salariés mobilisés. C’est sur cette base que pourront se décliner les mesures d’urgence d’une majorité et d’un gouvernement rose, rouge, vert. L’heure n’est pas aux jeux politiciens, au bal des égos. L’heure n’est pas aux candidatures. Il faut préalablement discuter, et partager dans des forums, les bases et les orientations communes que de telles candidatures pourraient ensuite porter.

Organisons partout des réunions en ce sens, créons des collectifs ouverts, pluralistes…

Ensuite seulement, et avec la dynamique créée, ce sera le temps des primaires de toute la gauche pour 2017, des candidatures communes aux législatives. Et trouver le bon, les bons candidat-e-s.

Priorité à la mobilisation, priorité au débat citoyen pour un projet alternatif et des mesures d’urgence. Priorité à l’unité dans nos entreprises, nos lycées, nos facs, nos villes pour gagner.

 

www.democratie-socialisme.org